Navigation – Plan du site
Notes de lecture

…Nous avons reçu… « Présidentielle 2007, Scènes de genre »

Mots/Les Langages du politique n°90, juillet 2009, Paris ENS Éditions (152 pages).
p. 237-238

Scène de genre : oeuvre de peinture et par extension, genre pictural figurant la trivialité ou l'anecdote, privilégiant l'expression des passions et du pathos, et présentant généralement une visée moralisatrice.

La dernière livraison de la revue Mots/Les langages du politique prend astucieusement le genre au mot, dans un dossier consacré à l'analyse de la représentation médiatique du genre (journalistique) politique, et du genre (sexué) en politique. Genre dominant dans la hiérarchie médiatique, l'information politique a-t-elle vu ses rhétoriques modifiées du fait de la « rupture » qu'aura constitué, en 2007, l'accession d'une femme au second tour de l'élection présidentielle? Genre dominé et sous-représenté en politique, les femmes font-elles l'objet d'une représentation médiatique spécifique, voire discriminée? Les six contributions qui composent ce dossier s'emparent de cette dialectique en partant des médias comme scènes de représentation des relations entre genre et politique. Cette focale permet de ne pas ériger la différence des sexes en variable explicative unique de la différenciation des genres, pour privilégier un questionnement plus large sur l'évolution des rhétoriques du journalisme politique (personnalisation des enjeux politiques et personnification dans le jeu médiatique, évaluation des normes de la compétence politique par le discours journalistique, ritualisation du politique et routines médiatiques...). Surtout, la diversité des « scènes » analysées rompt avec la polarisation des recherches sur les « Pages politique » ou les émissions de débat consacrées comme légitimes, pour questionner aussi les processus de légitimation des figures politiques dans la presse populaire, l'imaginaire iconographique ou encore, la parole profane. « Entre "Études de moeurs" et "Scènes de la vie politique" », ce numéro entend « intégrer la pensée du genre dans l'approche des phénomènes communicationnels » et invite à transgresser les frontières posées par les discours et leurs déterminants – y compris ceux des chercheurs qui les prennent pour objets.