Navigation – Plan du site

Dossier thématique n°38. « L’éducation à l’Information, aux TIC et aux Médias : le temps de la convergence ? »

Revue Études de communication n° 38

Numéro coordonné par Eric Delamotte (Université de Rouen), Vincent Liquète (Université de Bordeaux), Françoise Chapron (Université de Rouen)

De nombreuses raisons poussent à prendre aujourd'hui l’Education à l’Information, à l’Informatique et aux Médias comme objet d'un numéro d’Études de Communication.

Elles s'enracinent dans différents champs de réflexion et de recherche, tel que celui qui porte sur les profondes et très actives mutations des industries culturelles dans le grand tournant de la convergence numérique, ou celui qui cherche progressivement à caractériser les usages professionnels, éducatifs ou sociaux des technologies de l’information et de la communication et des réseaux. Par ailleurs, la pluralité des initiatives et des modes d’organisation des usagers du web laisse augurer l’essor de nouveaux modes d’information et de communication voire d’appropriation des connaissances.

Aujourd’hui, le droit à l’information et sa maîtrise sont devenus une préoccupation éducative à l’échelle internationale. Nécessaire à la productivité des entreprises, à la survie et à l'épanouissement des individus dans la dite « société de l'information » et à la vie démocratique, la maîtrise de l'information n'a pas cessé d'être recommandée par les instances internationales comme nouveau droit de l’homme (« Déclaration de Prague » de septembre 2003 ; « Proclamation d'Alexandrie sur la maîtrise de l'information », adoptée en novembre 2005 par l'IFLA et l'UNESCO, Agenda de Paris juin 2007). La limitation du rapport à l’information de l’acteur à la seule « recherche de l’information » et plus largement à l’acquisition de méthodes de recherche et d’expertise de l’information est dès lors réinterrogé.

De sorte que la problématique de l’Information Literacy ou celle de la Culture informationnelle, expression plutôt privilégiée dans l’espace francophone, s’inscrivent dans un mouvement international, mais s’incarnent dans des réalités et des secteurs observés extrêmement divers. Par exemple, le monde économique et du travail voit en cette problématique l’essor de l’adaptabilité des salariés aux évolutions techniques, organisationnelles, procédurales des sociétés contemporaines. Le monde éducatif suppose qu’en renforçant l’Information Literacy ou la Culture informationnelle, l’école et le paysage associatif contribueraient à l’émergence d’une nouvelle forme de citoyenneté, permettant notamment à chacun non seulement de se positionner au sein de la société de l’information, mais également de solidifier l’esprit analytique et critique de l’information tout en accroissant la participation des acteurs au monde social.

L’époque actuelle semble être celle d’un premier aboutissement, mais aussi celle d’une restructuration. La définition fonctionnelle du concept d’Information Literacy (plutôt reliée d’abord  à l’usage des bibliothèques puis aux compétences nouvelles nécessaires au marché du travail) invite à mener une réflexion sur celle plus anthropologique de Culture informationnelle, en prenant en compte les enjeux institutionnels, politiques, sociaux et éducatifs associés à cette culture. Et, généralement, les définitions ont en commun, au fur et à mesure que les enjeux se précisent, d’être orientées vers une vision de plus en plus englobante, exprimant le changement de paradigme en cours : de la « recherche d’information », élargie à la « culture de la recherche », puis à la « culture de l’information ». Cet élargissement invite également et surtout, à poser la question du territoire de la culture informationnelle, notamment au regard de cultures proches liées au domaine de l’informatique (Computer Literacy) ou à celui des médias (Média Literacy).

Les articles attendus sont invités à s’inscrire prioritairement dans les thématiques suivantes. Une attention particulière sera portée aux propositions cherchant à articuler les dimensions et enjeux théoriques aux questionnements pratiques, reposant sur des expérimentations, des observations, des enquêtes menées sur des terrains extrêmement variés (entreprise, école, université, administration, association, tissus social,…) :

- Les ancrages et enjeux théoriques autour des notions d’Information Literacy, de Translittéracie informationnelle, d’Education à l’Information, à l’Informatique et aux Médias…

- L’épistémologie du domaine avec l’évolution des concepts et paradigmes, tant au niveau historique que des aires culturelles et linguistiques

- Quel type, quel modèle de culture vise-t-on dans les « approches translittéraciques » de l’information ?

- L’interrogation des enjeux (politiques, économiques, idéologiques,…) de la mise en œuvre de la culture informationnelle voire d’une translittéracie informationnelle

- Les bilans et les analyses historiques interrogeant et situant les politiques, les dispositifs, les démarches ayant cherché à une époque à positionner la question de l’information dans les apprentissages, les compétences ou les habiletés à mettre en œuvre dans des espaces d’activités et d’échange

- Les modèles et pratiques actuellement engagées dans les contextes professionnels, culturels, sociaux cherchant à tendre vers la translittéracie informationnelle et l’Education à l’Information, à l’Informatique et aux Médias

- Les aspects méthodologiques de recueil et d’analyse des données recueillies

- Les apports interdisciplinaires à l’analyse et la compréhension de l’Information Literacy, de la Translittéracie informationnelle, de l’Education à l’Information, à l’Informatique et aux Médias…

- Les démarches d’acteurs actuellement engagées et s’inscrivant autour des questions d’Information Literacy, de Translittéracie informationnelle, d’Education à l’Information, à l’Informatique et aux Médias …

- Les compétences, les habilités, les connaissances, les savoirs compatibles et transférables entre l’information-documentaire, l’informatique et les médias

- Les savoirs, les notions, les objets permettant de croiser et de mailler les approches info-documentaires, informatiques et médiatiques de l’information

- Enfin, les tentatives de mise en œuvre, d’expérimentation actuellement opérées.

Fort de ce constat, nous attendons des contributions de ce numéro qu’elles mettent en relation les façons de concevoir ou d’agencer ces « alphabétisations » et/ou « éducation à ». Ce numéro a pour objectif d’approfondir la notion de convergence dans deux dimensions : la description d’une réalité historique et institutionnelle au travers des formes concrètes d’éducation ; l’élaboration d’un socle théorique permettant au domaine d’évoluer, de se structurer et peut-être de s’unifier.

L’appel à communication doit permettre de faire émerger des propositions de qualité. Une attention particulière sera portée aux articles s’intéressant simultanément aux enjeux théoriques et aux questionnements pratiques.

Procédure de sélection des propositions d’articles

La sélection des articles se fera en deux phases :

1. Sur la base d’un résumé d’environ 6000 signes (Times New Roman 12, interligne simple) qui  présentera clairement les objectifs, l’argumentation et l’originalité de la proposition ainsi que quelques orientations bibliographiques.

2. Pour les résumés retenus, une évaluation s’effectuera sur la base des articles définitifs (30 à 35 000 signes, espaces compris).

La langue de communication est le français.

L’évaluation sera assurée de manière anonyme par au moins deux relecteurs du comité de lecture international.

Les instructions aux auteurs sont sur le site de la revue : http://edc.revues.org/

L’envoi des résumés se fera aux adresses suivantes : Eric.Delamotte@univ-rouen.fr, vincent.liquete@ims-bordeaux.fr, francoise.chapron@univ-rouen.fr,

Calendrier

15 avril 2011 : soumission du résumé

15 mai 2011 : notification de l’acceptation ou du refus du comité de lecture aux auteurs

15 septembre 2011 : remise de la version complète des articles

15 décembre 2011 : réception des versions définitives

15 mai 2012 : publication du numéro (version papier et version électronique)

Comité de lecture

Claude Baltz (Paragraphe, Université Paris 8)

Eric Bruillard (STEF, ENS Cachan)

Patrice De la Broise (GERIICO, Université de Lille 3)

Divina Frau-Meigs (Université de Paris 3)

Vassilis Komis (Université de Patras, Grèce)

Susan Kovacs (GERIICO, Université de Lille 3)

Donatella Lombello (Université de Padoue, Italie)

Yolande Maury (GERIICO, Université de Lille 3)

Daniel Peraya (Université de Genève, Suisse)

Jacques Perriault (Université de Paris 10)

Jacques Piette (Université de Sherbrooke, Canada)

Manuel Pinto (Université de Braga, Portugal)

Alexandre Serres (URFIST de Rennes, Université de Rennes 2)

Thierry de Smedt (Université catholique de Louvain La Neuve, Belgique)

Jose Manuel Tornero (Université Autonome de Barcelone, Espagne)