Navigation – Plan du site
Dossier : Images de territoires et « travail territorial » des médias

La création collective de la plateforme de services publics numériques de la rive droite de Bordeaux : entre communication territoriale et gestion publique locale

Co-designing a Social Innovation Platform on Bordeaux’s Right Bank: Between Local Communication and Local Public Management
Jean-Baptiste Le Corf
p. 131-148

Résumés

Dans un contexte de renouvellement urbain, quatre communes de la rive droite de Bordeaux se sont engagées dans une promotion du territoire mobilisant divers acteurs et reposant sur une stratégie de développement fondée sur la communication et la mutualisation des informations. La co-conception d’une « plateforme d’innovation numérique et sociale » est au centre de cet article. L’auteur articule son propos autour de trois axes : l’opportunisme du territoire vis-à-vis de l’Union européenne concernant le thème de l’innovation sociale, le rôle des experts pour légitimer cette action publique et les dispositifs de médiations réservés aux habitants pour favoriser leur adhésion.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 décembre 2013.

1Les GPV (Grands Projets de Villes) ont pour mission de revitaliser des quartiers défavorisés à travers une intervention politique participant à un processus de symbolisation (Bratosin, 2003) pour répondre à des objectifs sociaux et économiques. Dans un contexte de renouvellement urbain prôné par l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), le GPV Hauts-de-Garonne est un Groupement d’Intérêt Public (GIP) qui se donne pour objectif de renouer avec une cohérence métropolitaine. Les quatre communes du Grand Projet des Villes (Bassens, Floirac, Cenon, Lormont) se sont engagées depuis 2009 dans une stratégie de promotion de leur territoire en valorisant le « capital humain » pour améliorer l’image du territoire tout en favorisant son appropriation par les habitants. Marquant un écart avec une certaine conception de marketing territorial (Le Bart, 1999), l’objectif affiché est de faire de « tous les acteurs des relais de la communication territoriale ». La communication « passe moins par la publicité que par la mise en avant des qualités et compétences humaines » et par « des stratégies de développement, appuyées sur la mobilisation de chacun pour devenir acteur du territoire » (Houllier-Guibert, 2009). Dans le cadre d’un projet urbain s’apparentant à une invention de communicants (Devisme, 2003) et dans l’objectif d’améliorer la qualité de vie, le GPV lance une expérimentation visant à l’élaboration, avec les habitants, du cahier des charges d’un outil qualifié de « plateforme d’innovation numérique et sociale », dont l’objectif affiché est triple : favoriser « l’innovation décentralisée », la réappropriation par les habitants de leur espace de vie et la coproduction des réponses à leurs besoins.

2Certains travaux en sciences sociales et notamment en SIC peuvent nous aider à mieux appréhender les enjeux soulevés par cette expérimentation, qui nous semble emblématique de certaines mutations de la communication territoriale et de la gestion publique locale, au contact de la thématique de la créativité sociale.

3Premièrement, des travaux portant sur la communication territoriale (Boure, 1992 ; Pailliart, 1993 ; Cardy, 1997) permettent de comprendre l’utilisation d’Internet dans les collectivités territoriales, par exemple des expériences de démocratie électronique locale (Loiseau, 2008), lesquelles convergent avec la montée d’un « impératif participatif » et avec une institutionnalisation de la participation qui augmente fortement depuis les années 1990 et qui s’inscrit dans un cadre législatif. Dans la mesure où le local, lieu d’expérimentation et de test, apparaît comme « une alternative aux difficultés de la vie quotidienne, une des solutions au problème que n’a pu résoudre le niveau central » (Pailliart, 1993, 54), il est assigné aux nouvelles technologies la capacité de provoquer la décentralisation d’activités ou la participation de tous à la gestion de la Cité (Pailliart, 2000). Les TIC sont aussi associées à des projets de développement local reposant sur la citoyenneté, la créativité des acteurs locaux, comme le montre le modèle de « Parthenay la créative » (Eveno, 1998, 134). Les médias communautaires, qui mettent l’accent sur la circulation de l’information entre différents groupes sociaux, participent à l’animation locale tout en offrant les promesses d’une innovation sociale reposant sur la participation de citoyens actifs (Pailliart, 1993, 61).

4Deuxièmement, il nous semble judicieux d’évoquer d’autres travaux portant sur les usages du web collaboratif. En effet, certains chercheurs observent que les « utilisateurs-innovateurs » partageant des valeurs communes sont à la source de l’innovation de nouveaux services collaboratifs d’Internet, qui sont des mashups (applications qui combinent des contenus de sources différentes), construits grâce à l’ouverture des API (Applications Protocol Interface), rendant ainsi accessibles les données d’autres services et favorisant un processus d’« innovation ascendante » ou horizontale, au sein d’un milieu hétérogène (Aguiton et Cardon, 2008). Les pratiques en réseau au sein de plateformes collaboratives numériques favorisent notamment l’échange de services, hors circuit marchand, et témoignent « d’une appropriation par le grand public des fonctionnalités de mise en relation du web et d’une innovation sociale de grande envergure » (Jouët, 2011, 75). Ces dynamiques sociales entraînent la construction des figures conceptuelles du « professionnel-amateur » (Flichy, 2010) ou du « contributeur » (Cormerais, 2009) qui sont au centre de l’expérimentation menée sur la rive droite de Bordeaux.

  • 1 Les entretiens exploratoires ont été menés à différents moments (en amont de l’expérimentation et p (...)

5Dans le cadre de cet article, la mise en perspective de ces travaux nous invite à identifier les enjeux soulevés par ce projet de création collective d’une plateforme de services publics numériques, tant pour la communication territoriale (animation et communication partagée du territoire notamment) que pour la gestion publique locale (logique de contribution et de crowdsourcing pour l’efficacité de services urbains). Concernant notre démarche méthodologique, notre propos s’appuie à la fois sur une étude documentaire (corpus de documents communicables relatifs au projet et à l’innovation sociale), sur une phase d’observation ethnographique (observation participante et non participante) commencée fin 2009, qui fut complétée d’abord par des entretiens exploratoires à différents moments de l’expérimentation, puis par une vingtaine d’entretiens semi-directifs menés en avril 2011, après la remise du cahier des charges de la plateforme, auprès d’un échantillon représentatif composé des différentes catégories de populations impliquées dans le cadre du projet1. A partir des enseignements de nos observations, nous articulerons notre propos en trois temps. Dans un premier temps, nous présenterons le contexte d’émergence de la notion d’« innovation sociale » et les enjeux soulevés par cette notion pour les services publics et l’utilisation d’Internet dans les collectivités territoriales, en insistant sur la logique opportuniste du GPV, dès la genèse du projet, vis-à-vis du partenaire financier européen. Dans un deuxième temps, nous analyserons le rôle joué par l’expertise et par la mise en visibilité des usages dans la politique de communication du GPV. Dans un troisième temps, nous nous intéresserons à la participation des habitants et aux médiations s’inscrivant dans une communication publique.

Territoires 2.0 et innovation sociale : les services publics au contact de la créativité sociale

Vers des services publics plus efficaces et répondant mieux à l’intérêt général ?

  • 2 Le rapport sur le « localisme de masse », publié en février 2010 pour l’agence de l’innovation brit (...)

6Il faut souligner que la notion d’innovation sociale, qui met l’accent sur l’autonomie des individus vis-à-vis des institutions, s’est d’abord développée en Grande-Bretagne, à l’instar de la notion d’industrie créative. Dans le contexte britannique, l’« innovation sociale », notion assez plastique, apparaît comme une réponse à la crise des services publics et des services sociaux. Le mouvement s’est fortement développé suite aux décisions du gouvernement Thatcher dans les années 1970. Les think-tanks britanniques ont joué un rôle important dans la diffusion et la promotion de cette notion. Cette activité de lobbying est toujours d’une grande actualité. Par exemple, Laura Bunt et Michael Harris publient en février 2010 pour l’agence de l’innovation britannique Nesta (National Endowment for Science Technology and the Arts) un document de réflexion2 qui s’inscrit dans le prolongement du mouvement localiste, intitulé « Mass localism – A way to help small communities solve big social challenges », dans lequel il est préconisé aux décideurs de donner les moyens aux communautés de trouver elles-mêmes leurs propres solutions plutôt que de prescrire une solution depuis le centre. Dans la même optique, d’autres think-tanks, comme « Notre Europe », soulignent l’importance de soutenir des initiatives locales spontanées qui émergent dans les interstices laissés libres entre le marché et la politique publique et d’en rechercher la pérennité. L’appel à la créativité sociale traduit une critique du « nouveau management public » qui permettrait de répondre à une plus grande individualisation ou personnalisation dans les services publics, de mieux répondre à l’intérêt général. Il s’agit d’améliorer la qualité de service à moindre coût puisque les habitants créent eux-mêmes les services qui répondraient mieux à leurs besoins. Dès lors, cette logique de l’innovation sociale répond bien à la volonté de la Direction générale de la concurrence de la Commission européenne, accusant les services publics d’être coûteux et inefficaces. De même, des chercheurs ont aussi théorisé cette notion en définissant les innovations sociales par « la rencontre d’acteurs sociaux désireux de résoudre des problèmes, de répondre à des besoins et de satisfaire des aspirations légitimes » (Harrisson et al., 2008, 55). A ce titre, les plateformes collaboratives numériques apparaissent comme des instruments efficaces pour favoriser la dynamique d’innovation sociale, comme le montrent différentes expérimentations en France qui s’inscrivent dans la logique de l’« open data ». Avec le soutien d’experts, le rôle des pouvoirs publics est de soutenir cette dynamique dans la mesure où « les innovations ascendantes encouragent la créativité et offrent des services d’utilité sociale répondant à des besoins spécifiques que le marché ne sait ou ne veut satisfaire » (Aguiton, Cardon, 2008).

TIC et innovation sociale : soutien de l’Union européenne et opportunisme du GPV

7L’Union européenne soutient largement ces expérimentations en faveur de l’innovation sociale, notamment quand la question des TIC est mobilisée. Ainsi, aidé par un groupe d’experts, le GIP GPV des Hauts-de-Garonne a répondu à l’appel à projet FEDER, à travers le domaine 2.1.6 de l’axe 2 intitulé « faire des services TIC des outils de proximité et de lien social à travers les services aux citoyens ». Pour mettre les TIC au service d’un projet de développement local, les porteurs du projet font ainsi la promotion de l’« innovation sociale » consistant selon eux à « valoriser une nouvelle forme de communication transversale et à créer un nouveau réseau d’échanges, de rencontres et de coproduction à l’échelle d’un territoire entier » (Dossier de demande de subvention auprès du FEDER, p. 13). Le discours insiste sur le fait qu’il faut révéler des « énergies communes » qui étaient restées, avant l’arrivée de cet outil numérique, « confidentielles », « isolées » ou « non identifiées » (ibid.). L’idée défendue est que l’innovation n’est pas seulement technologique mais peut aussi concerner les services ou la créativité organisationnelle. Pour les porteurs du projet, si les outils du web 2.0 sont largement utilisés par les utilisateurs privés et par le secteur marchand, très peu de collectivités territoriales encore s’en sont saisies pour promouvoir leur territoire (son identité numérique) et ses habitants. En s’appuyant sur l’exemple de certaines villes françaises ou britanniques impliquées dans une réflexion sur les potentialités du numérique pour l’innovation sociale, les discours reprennent certaines stratégies de promotion de la « société de l’information » avec la référence à des « réalisations championnes » qui « sont érigées en modèles » (Labelle, 2007, 330). Il est à ce titre souligné que le contexte français serait d’ailleurs plus propice au développement de projets associant ces deux dimensions (innovation sociale et numérique), Nathalie Kosciusko-Morizet, ancienne sécrétaire d’Etat à la prospective et au développement de l’économie numérique, appelant par exemple dans un appel à projets à intégrer les concepts du web social, en particulier dans les domaines des services publics. Dans ce contexte, les porteurs du projet proposent de mener une expérimentation au sein de la rive droite de Bordeaux reposant sur une méthode créative de co-conception de l’outil avec les habitants, dans leur diversité, pour faire remonter leurs besoins et désirs. Une méthode « originale » appelle la participation des chercheurs et des « habitants » à l’élaboration du cahier des charges, selon les principes d’une « démocratie technique » (Callon et al., 2001). L’expérimentation est organisée en deux temps. Premièrement, un recensement des ressources numériques du territoire faisant l’objet d’une méthode formalisée, traduite en français et en anglais pour permettre une réutilisation sans conditions par des acteurs publics ou privés qui souhaiteraient s’appuyer sur ces résultats dans le cadre d’autres études ou de projets innovants. Deuxièmement, la co-conception du cahier des charges de la plate-forme avec les « habitants », identifiés comme stratégiques grâce à la première phase des études.

L’expertise : vers une légitimation de l’action publique

8En amont du projet, différents experts et universitaires ont mené des études pour vérifier les dynamiques numériques du territoire. Nous montrerons comment ces résultats et leur « mise en scène » contribuent à légitimer l’action publique dans ce contexte de renouvellement urbain, grâce à une identité numérique valorisant le capital humain et l’« énergie contributive » des habitants.

La mise en visibilité des usages au centre d’une politique de communication

9Tout d’abord, une première étude élaborée par une agence des initiatives numériques soutenue par le conseil régional atteste que malgré les difficultés sociales du territoire, les habitants du GPV se situent un peu en dessous seulement des moyennes d’équipement et qu’il n’existe pas une réelle « fracture numérique » sur ce territoire. Ensuite, des enseignants-chercheurs issus de deux laboratoires de recherche, en géographie et en sciences de l’information et de la communication de l’Université de Bordeaux, ont participé en encadrant des étudiants. La première étude portait sur la présence des associations du territoire sur Internet, tandis que la seconde consistait en un recensement automatique de sites, blogs et profils publics sur les réseaux sociaux qui émettent depuis le territoire. Malgré l’annonce de synergie, les études ont été réalisées de manières cloisonnées, comme l’atteste une géographe qui exprime la difficulté de mener un travail interdisciplinaire. Néanmoins, il faut remarquer que cette volonté du GPV de connaître les usages du territoire est rare, dans la mesure où les usagers sont généralement de « grands absents », les collectivités territoriales ne possédant « pas de connaissances concernant les pratiques de leurs administrés » (Bouquillion et Pailliart, 2006, 88). Cela étant, outre l’accent mis sur le caractère « innovant » de ces études, la présentation des résultats lors de réunions publiques valorisait l’importante activité des habitants sur des espaces d’expression publique numérique et l’utilisation d’une parole « ordinaire » liée au territoire. Notons que ces évènements organisés répondent aux objectifs d’une politique de communication cohérente, visant à mettre en valeur le « capital humain », le sentiment d’appartenance et de fierté des habitants, afin d’invalider l’image stigmatisée de ce territoire, au même titre que d’autres initiatives, comme le lancement du label « j’aime la rive droite » mis à la disposition des habitants ou le recrutement d’un community manager chargé de la réputation numérique du territoire et de l’animation d’une communauté autour de la marque territoriale sur les réseaux sociaux. La mise en visibilité des usages des habitants du GPV sur les plateformes collaboratives numériques vise, comme pour ces autres actions de communication, à construire avec les habitants l’image « créative » de la rive droite. Si cet écart avec le marketing territorial favoriserait une meilleure appropriation citoyenne du territoire, répondant bien aux enjeux sociaux soulevés par le renouvellement urbain, l’objectif est de faire rayonner cette image interne (vécue), marquée par une forte territorialité, et de transformer positivement l’image externe, considérée comme négative d’après les résultats d’un sondage d’opinion. Par conséquent, la notion plastique de « développement durable » permet de réconcilier et de rapprocher ici le marketing des habitants (Houllier-Guibert, 2009).

  • 3 Mead développe la notion d’« interactionnisme symbolique » et considérait déjà dans Mind, Self and (...)

10La démarche de recherche, consistant à mieux connaître ce « territoire numérique pratiqué », n’est pas sans rappeler la démarche des sociologues et anthropologues de l’école de Chicago3, étudiant notamment les rapports d’échange et de coopération qui s’instaurent entre des individus socialement hétérogènes. Il s’agit de démontrer que les habitants de la rive droite se sont approprié leur territoire et que l’action de communication est le fondement des identités individuelles ou collectives. Néanmoins, ces études qui oscillent entre recherche et expertise contribuent, par la mise en visibilité des pratiques communicationnelles et contributives qui étaient invisibles pour les acteurs institutionnels, à rendre plus crédible le projet de plateforme de services publics numériques. Pour ce faire, la représentation cartographique des résultats des études est significative.

La représentation de la science : levier de l’action publique en faveur de l’innovation sociale

11Pour valoriser ces travaux, une cartographie des usages est mise en scène, dans les restitutions publiques comme dans d’autres dispositifs (livrables notamment), et permet d’attribuer une certaine performativité du réseau à travers sa mathématisation, ici appliquée aux sciences sociales. Cette démarche méthodologique, que l’on retrouve dans certaines analyses de réseaux sociaux s’inspirant de la théorie des graphes pour représenter la réalité sociale et formaliser le concept sociologique de « capital social », peut s’inscrire dans la généalogie d’une science qui a cherché par le recours à certaines techniques (manipulation de chiffres et statistiques) à proposer des manières différentes de représentation afin d’entraîner des effets de pouvoir, influencer des décisions ou des comportements. Cette posture intellectuelle et méthodologique, défendue par les chercheurs et experts impliqués dans ces études, a notamment contribué à la diffusion d’une idéologie du réseau (Musso, 2003). En apportant une crédibilité scientifique supplémentaire aux sciences sociales (au regard des acteurs publics), ces méthodes de modélisation qui donnent une visibilité aux comportements contributifs existants sur le territoire légitiment une politique de soutien au numérique dans une perspective d’innovation sociale, à travers la mise en œuvre de cette plateforme de services publics numériques. La représentation permet de stigmatiser ce qui n’est pas fait « en jouant sur des arguments de développement et d’amélioration des services » (Labelle, 2007, 328). Dans cette optique, en apparaissant comme un levier de l’action publique, cette méthodologie de cartographie des usages est formalisée (livrables) pour faciliter la circulation du modèle afin d’orienter les politiques de soutien au « territoire numérique » vers « une nouvelle conception, plus centrée sur les services que sur les infrastructures, de l’aménagement territorial » (Bouquillion et Pailliart, 2006, 9). En outre, la mise en visibilité de cette « énergie contributive » est l’occasion d’identifier plus particulièrement différents types d’habitants, considérés comme utilisateurs et innovateurs (Akrich, 1998), qui seront invités à imaginer les services de cette plateforme, en donnant l’opportunité au GPV de renforcer l’animation du territoire à travers une communication publique reposant surtout sur une logique de médiations.

Création collective de services urbains et adhésion des habitants : croyances et réalités de l’animation du territoire et de la communication publique

12Le groupe d’experts en charge d’animer des méthodes « créatives » avec les habitants affirme offrir « l’opportunité à tous les acteurs du territoire d’imaginer et de développer les services urbains de demain ». Des citoyens, des associations, des médias locaux, des entreprises et des acteurs publics sont invités, en tant qu’« habitants », à participer à des « ateliers créatifs » pour préfigurer cette plateforme de services. Des actions de médiations visant à stimuler la créativité des acteurs du territoire et à les faire adhérer à l’action publique à travers un discours éthique sur l’intérêt général se greffent à une communication publique qui « constitue un véritable outil de gouvernement du social » (Ollivier-Yanniv, 2006, 107). Cette forme de communication publique sert à redonner vigueur aux liens entre habitants et à renforcer une citoyenneté caractérisée par le fait de « se sentir membre d’une communauté guidée par des valeurs partagées » (Pagès, 2001, 90). Ainsi, la volonté affichée du GPV de créer avec les habitants une plateforme de services publics numériques répondant mieux à l’intérêt général vise surtout à renouveler une communication territoriale qui s’inscrit dans le cadre des actions qui accompagnent le renouvellement urbain. Soulignons que des recherches empiriques en SIC, menées dans d’autres projets de GPV, peuvent aboutir à des résultats assez contrastés, en fonction du terrain étudié. En effet, certaines peuvent montrer une instrumentalisation politique de la concertation, où les habitants n’ont pas la capacité d’apporter une contribution sur des points centraux du projet (Noyer et Raoul, 2008). D’autres révèlent au contraire une « efficacité de la concertation », les habitants ayant tout de même, dans une certaine mesure, un pouvoir de décision (Bratosin, 2003). Dans le prolongement de ces recherches, notre objectif est ici de traiter de la question de la participation des habitants dans la création de cette plateforme de services. Une synthèse de l’analyse des résultats de notre observation ethnographique entamée fin 2009, de notre étude documentaire et des entretiens menés auprès des acteurs de la rive droite de Bordeaux impliqués dans cette « création collective » et de leurs partenaires nous apporte des enseignements sur le rôle et les objectifs de ces médiations sociales, qui sont investies par les acteurs de la communication publique et qui semblent contribuer à l’établissement d’un « espace public sociétal » se distinguant d’un espace public politique (Miège, 2010). Nous traiterons de l’animation effectuée par les médiateurs, de leur rôle pédagogique auprès des habitants pour communiquer l’esprit du projet, en montrant malgré tout que l’innovation collective de services avec les habitants est en réalité peu effective.

La création collective de services urbains en faveur d’une « culture locale »

13En premier lieu, l’objectif affiché est de mobiliser ces divers acteurs du territoire, bien identifiés et considérés comme stratégiques, dans un processus de « conception participative » afin qu’ils produisent eux-mêmes l’intérêt général. A travers cette forme spécifique de démocratie procédurale, l’important réside plus dans la manière de créer ou de concevoir (processus, méthode). Différentes médiations font intervenir des acteurs intermédiaires, des « consultants formateurs », qui seraient les garants d’une mission d’éducation de l’intérêt général et d’une dynamique d’« intelligence territoriale », caractérisée par la mutualisation et la capitalisation de l’information au sein du territoire (Herbaux, 2007, 158). Ainsi, une équipe pluridisciplinaire composée majoritairement de designers est intervenue à différents moments de l’évolution de la phase de « co-conception ». Une méthodologie a été formalisée (expositions ouvertes, réalisation de prototypes...) pour favoriser cette mobilisation collective de différents groupes d’habitants et les mettre en capacité d’exprimer leurs attentes de services et d’applications (préfiguration du cahier des charges de la plateforme). Au sein du territoire, les designers mènent une participation « observante » impliquant une récolte de données et se positionnent à l’interface de différentes catégories d’acteurs du territoire pour favoriser une mutualisation des savoirs, par le recours à certaines méthodes dites « créatives » empruntant au « knowledge management ». Les sciences sociales, annexées à ces méthodes d’innovation sociale, participent à l’organisation du débat public (Callon et al., 2001, 158) et permettraient aux savoirs profanes de participer à la « discussion des expériences » (ibid., 169). Comme l’observent certains chercheurs critiques, cette conception est aussi partagée par des chercheurs emblématiques ayant un rôle de médiateur pour renforcer l’empowerment des communautés, faciliter le dialogue entre les acteurs (Bouquillion et Matthews, 2010, 107). Cette idéologie de la mutualisation des savoirs pourrait s’interpréter comme un avatar du mythe de la société dite « de l’information » (Henneron et al., 2004).

14Néanmoins, ces méthodes « créatives » qui utilisent les médiations et la pratique délibérative répondent à la volonté des acteurs de la communication publique de renforcer une « culture locale » (au sens anthropologique) et une urbanité, qui légitiment ces méthodes « créatives », même si celles-ci s’avèrent peu « efficaces » et mobilisent en réalité peu d’acteurs du territoire. A titre d’exemple, malgré les nombreuses invitations, les acteurs économiques ne sont que très peu intervenus, comme l’explique notamment la chargée de communication d’une agence de développement économique. De même, les membres d’une association ayant pourtant participé à tous les ateliers de création de services ont le sentiment d’avoir très peu contribué à la co-conception de cette plateforme. La confrontation de différents documents relatifs au projet, rédigés par les experts avant et après l’appel à la participation des habitants, attesterait aussi l’idée que les outils et applications proposés pour cette future plateforme proviennent surtout des porteurs de projet. En outre, cette démarche de prospective territoriale où les habitants sont invités avec des professionnels à faire part de leurs attentes, notamment en termes de services utiles à la vie quotidienne, est emblématique d’une évolution de la communication territoriale (Houllier-Guibert, 2009), en particulier d’une certaine forme de communication publique participant à construire des appartenances citoyennes et des solidarités au niveau local (Pagès, 2001), lesquelles sont de plus en plus considérées comme des facteurs du développement local. De surcroît, la communication publique vise aussi, plus encore aujourd’hui, à faire adhérer les acteurs du territoire à « des questions présentées comme étant d’intérêt général », ce qui rend difficile la distinction entre la communication publique et la communication politique (Miège, 2010, 109).

L’adhésion incertaine des acteurs

15En second lieu, ces médiations s’inscrivent dans une opération de communication publique de proximité accompagnant le renouvellement urbain et visant à faire adhérer au projet de plateforme. Pour exemple, à travers un discours performatif empreint d’une vision stratégique, les consultants formateurs ou « maîtres-médiateurs » cherchent à transmettre une « culture du projet » auprès des « habitants-apprenants », susceptibles de devenir des « ambassadeurs » (Da Lage, 2008). C’est par exemple le cas des personnes travaillant pour le compte du GPV, qui ont la responsabilité de coordonner le projet avec les communes et qui sont identifiées comme des personnes stratégiques pour soutenir le projet après l’échéance du contrat des consultants en charge de l’animation. En effet, le recrutement au sein du personnel du GPV d’un animateur de la plateforme, en vue de sa réalisation, témoigne d’une volonté de pérenniser la promotion d’un projet d’intérêt général par la mise en œuvre d’animations et de médiations spécifiques auprès de divers acteurs du territoire sollicités à y participer. De même, pour cibler d’autres publics, des actions symboliques et des présentations publiques visent à poursuivre la dynamique amorcée par les premiers consultants-médiateurs et d’autres ambassadeurs du projet prennent le relais de ce storytelling (universitaires, directeur d’une cyberbase, médias locaux...) afin de diffuser, tels des passeurs, la « culture du projet », celle d’une « urbanité numérique » (Boullier, 1999).

16Cependant, comme le montre l’analyse thématique des entretiens, ces médiations ne parviennent pas à favoriser, pour la majorité des acteurs, leur adhésion au projet. Outre quelques discours enthousiastes, assez minoritaires, reprenant les leitmotivs de la communication publique, la collusion entre les experts, le GPV et l’Union européenne pour transformer l’expérimentation locale en une situation exemplaire (Pailliart, 1993, 75), faisant l’objet d’une communication facilitant la circulation d’un modèle d’action publique, entraîne d’autres conflits d’intérêts. Les critiques adressées par la plupart des acteurs mobilisés soulignent par exemple le peu de prise en considération de la volonté politique des communes, laquelle détermine le succès de l’outil comme pour d’autres dispositifs participatifs en ligne (Loiseau, 2008). La fin du GPV annoncée en 2014 inquiète aussi les acteurs territoriaux qui dénoncent l’essoufflement annoncé du projet par le manque de ressources (humaines et financières) dont disposent les communes pour poursuivre les actions d’animation, ce qui pourrait occasionner des inégalités territoriales (deux communes ne disposant pas de webmaster par exemple). Face à ces incertitudes, le Conseil Régional d’Aquitaine, qui a co-financé l’expérimentation avec l’Union européenne et qui s’est peu investi dans le contenu des travaux, demeure aussi très sceptique à l’égard des méthodologies « créatives » choisies, notamment au regard du volume d’argent public engagé et de la difficulté à évaluer ce type d’expérimentation.

Le management de la créativité sociale : des enjeux renouvelés pour la communication territoriale et la gestion publique locale ?

17Les résultats de nos observations nous invitent à prendre une certaine distance critique à l’égard d’une doctrine du développement local qui repose sur l’idée de « communauté d’intérêt de l’espace local », tout en construisant la « fiction d’une unicité d’intérêts entre les différents acteurs locaux » (Raoul, 2003, 20). Comme le remarque Isabelle Pailliart, les expérimentations locales qui accompagnent souvent des projets urbains « se situent dans une dimension plus sociétale que politique. Elles mettent en avant une autre dimension, la convivialité, quitte à survaloriser les potentialités du local, à en faire un paradis mythique ou perdu » (Pailliart, 1993, 60). Cette expérimentation reflète donc un effort partagé de communiquer la politique de renouvellement urbain de la rive droite de Bordeaux, en mobilisant tous les sujets concernés. Le GPV, qui est confronté à la problématique de l’identité territoriale, se saisit du soutien de multiples partenaires pour renouveler l’animation du territoire, essentielle dans un contexte de renouvellement urbain. L’élargissement du cadre de la participation des habitants, autour de la thématique de la création collective de services urbains, présente de nouveaux enjeux pour la communication publique (renforcement du lien social entre habitants, sentiment d’appartenance) et pour la communication politique (renouvellement d’un discours éthique sur l’intérêt général).

18La plateforme apparaît aussi comme une traduction politique de la notion d’intelligence collective (Broca, 2009), qui illustre un retrait du politique au profit d’une certaine autonomie du social. La vision idéal-typique des « territoires 2.0 » (Bouquillion, 2010) se traduit ici par un management de la créativité sociale dans les services publics numériques, qui reflète une conception spécifique de « ville créative pour tous » (Le Corf, 2011). Dans cette perspective, il semblerait que la « culture d’innovation de proximité » soit devenue la « condition d’une nouvelle efficacité des services urbains » (Cormerais, 2009, 199). A travers cette logique de gouvernance spécifique, les responsabilités relevant auparavant de l’action publique sont ici reportées sur l’individu. Ce dialogue apparaît comme l’essence même du politique à l’ère de l’information, permettant la résolution de problèmes sociaux grâce à la communication. L’élargissement de la participation citoyenne entraîne donc aussi davantage un effacement de l’acteur public au profit du citoyen, rendant ainsi plus difficile la critique de l’action publique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aguiton C. et Cardon D., (2008), Web participatif et innovation collective, in D’Almeida N., Griset P. et Proulx S., Communiquer, innover : réseaux, dispositifs, territoires, Paris, CNRS Editions, pp. 77-82.
DOI : 10.4267/2042/24155

Akrich M., (1998), Les utilisateurs, acteurs de l’innovation, in Education permanente, n° 134, pp. 79-89.

Boullier D., (1999), L’urbanité numérique : essai sur la troisième ville en 2100, Paris, L’Harmattan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bouquillion P., (2010), Industries, économie créatives et technologies d’information et de communication, in tic&société, 4, n° 2.
DOI : 10.4000/ticetsociete.876

Bouquillion P. et Matthews J., (2010), Le web collaboratif : mutations des industries de la culture et de la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Bouquillion P. et Pailliart I., (2006), Le déploiement des TIC dans les territoires. Le rôle des collectivités, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Boure R., (1992), Quand les collectivités territoriales entrent en communication, in CinémAction, n° 63, pp. 169-174.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bratosin S., (2003), Grands projets de ville : un lieu de production symbolique du territoire, in Etudes de communication, n° 26.
DOI : 10.4000/edc.103

Broca S., (2009), L’intelligence collective est-elle porteuse d’un projet démocratique ?, in Craipeau S., Dubert G. et Musso P., La connaissance dans les sociétés techniciennes, Paris, L’Harmattan, pp. 159-173.

Callon M., Lascoumes P. et Barthe Y., (2001), Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Cardy H., (1997), Construire l’identité régionale : la communication en question, Paris, L’Harmattan.

Cormerais F., (2009), Territoires et innovation, entre valeur sociétale et développement des capabilités, in Cahiers du CERCI, n° 4, Territoire, création et développement sociétal. Pour une logique de la contribution, Université de Nantes, pp. 171-219.

Da Lage E., (2008), Les ambassadeurs de « Lille 2004, capitale européenne de la culture », un dispositif politique normatif ?, in Appel V. et al., La mise en culture des territoires : nouvelles formes de culture événementielle et initiatives des collectivités locales, Nancy, Presses universitaires de Nancy, pp. 161-174.

Devisme L., (2003), Projet urbain, in Lévy J. et Lussault M., Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, pp. 747-748.

Eveno E., (1998), Parthenay, modèle français et européen de ville numérisée, in Tremblay G. et Lefebvre A., Autoroutes de l’information et dynamiques territoriales, Sainte-Foy (Québec), Presses de l’université du Québec, pp. 131-148.

Flichy P., (2010), Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Seuil.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Harrisson D., Vincent V. et Rollin J., (2008), Innovation sociale et arrangements efficaces, in D’Almeida N., Griset P. et Proulx S., Communiquer, innover : réseaux, dispositifs, territoires, Paris, CNRS Editions, pp. 55-60.
DOI : 10.4267/2042/24152

Henneron G., Palermiti R. et Polity Y., (2004), Le partage des savoirs ou les nouveaux habits du mythe de la société de l’information, in Metzger J.-P., Médiation et représentation des savoirs, Paris, L’Harmattan, pp. 39-50.

Herbaux P., (2007), Intelligence territoriale, repères théoriques, Paris, L’Harmattan.

Houllier-Guibert C., (2009), Évolution de la communication territoriale : les limites de l’idéologie de la proximité, in Les enjeux de l’information et de la communication, vol. 1, http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2009/Houllier-Guibert/index.php.

Jouët J., (2011), Des usages de la télématique aux Internet Studies, in Denouël J. et Granjon F., Communiquer à l’ère numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Transvalor-Presses des Mines, pp. 45-90.

Labelle S., (2007), La ville inscrite dans « la société de l’information » : formes d’investissement d’un objet symbolique, Thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne.

Le Bart C., (1999), Les politiques d’image. Entre marketing territorial et identité locale, in Mabileau A., Les nouvelles politiques locales : dynamiques de l’action publique, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 415-427.

Le Corf J.-B., (2011), Le management de la créativité et de l’innovation sociale dans les services publics numériques : une conception spécifique de la « ville créative », in Bouquillion P. (dir.), Les industries créatives, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes (à paraître).

Loiseau G., (2008), 25 ans de démocratie numérique municipale, in Timsit M. et Cohen-Bacrie B. (dir.), La démocratie numérique. Nouveaux medias, expériences, perspectives, Editions Weka, pp. 19-31.

Miège B., (2010), L’espace public contemporain, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Musso P. (dir.), (2008), Territoires et cyberespace en 2030, Paris, La Documentation française/DIACT.

Musso P., (2003), Critique des réseaux, Paris, Presses Universitaires de France.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Noyer J. et Raoul B., (2008), Concertation et « figures de l’habitant » dans le discours des projets de renouvellement urbain, in Études de communication, n° 31, pp. 112-130.
DOI : 10.4000/edc.766

Ollivier-Yanniv C., (2006), La communication publique. Communication d’intérêt général et exercice du pouvoir, in Olivesi S., Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, disciplines, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, pp. 97-112.

Pagès D., (2001), La fabrique de nouvelles fictions territoriales : une dérive possible de la communication publique ?, in Pagès D. et Pelissier N., Territoires sous influence. Tome 2, Paris, L’ Harmattan, pp. 77-89.

Pailliart I., (1993), Les territoires de la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pailliart I., (2000), Les enjeux locaux de la démocratie électronique, in Hermès, n° 26-27, pp. 129-137.
DOI : 10.4267/2042/14769

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Raoul B., (2003), Le développement des territoires au miroir de la communication : une problématique en perspective, in Études de communication, n° 26, pp. 15-30, http://edc.revues.org/index101.html.
DOI : 10.4000/edc.101

Haut de page

Notes

1 Les entretiens exploratoires ont été menés à différents moments (en amont de l’expérimentation et pendant son déroulement), auprès des porteurs du projet, des médiateurs et des habitants mobilisés dans cette animation du territoire. Concernant les entretiens semi-directifs, menés après la remise du cahier des charges, l’échantillon était composé d’une vingtaine d’acteurs mobilisés : responsables de services municipaux des quatre communes, élus locaux, personnel du GPV, chargés de mission TIC et responsables de l’aménagement numérique (commune, département et région), directrice de cabinet du maire, responsable du développement économique, associations, experts et universitaires. Différents guides d’entretien mobilisant des indicateurs spécifiques ont été adressés à ces différents types de populations.

2 Le rapport sur le « localisme de masse », publié en février 2010 pour l’agence de l’innovation britannique Nesta et rédigé par Laura Bunt et Michael Harris, est disponible à l’adresse suivante : http://www.nesta.org.uk/publications/reports/assets/documents/mass_localism_report, consulté le 26 septembre 2011.

3 Mead développe la notion d’« interactionnisme symbolique » et considérait déjà dans Mind, Self and Society (1934) que le soi (Self), qui caractérise l’identité de l’individu, est la résultante des interactions collectives et que les significations sociales sont produites par des activités interagissantes des acteurs. Cette théorie de la formation du sujet au contact des divers membres de son groupe véhicule l’idée d’un épanouissement individuel qui passe par une participation au réseau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Le Corf, « La création collective de la plateforme de services publics numériques de la rive droite de Bordeaux : entre communication territoriale et gestion publique locale », Études de communication, 37 | 2011, 131-148.

Référence électronique

Jean-Baptiste Le Corf, « La création collective de la plateforme de services publics numériques de la rive droite de Bordeaux : entre communication territoriale et gestion publique locale », Études de communication [En ligne], 37 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 24 avril 2015. URL : http://edc.revues.org/3168

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Le Corf

CEMTI – Université Paris 8
Jean-Baptiste Le Corf, Laboratoire CEMTI (centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation), Université Paris 8. Doctorant contractuel en sciences de l’information et de la communication sous la direction de Philippe Bouquillion, enseignant à l’université Paris 8 et membre associé de l’équipe de l’OMIC (observatoire des mutations des industries culturelles), ses recherches portent principalement sur les dimensions communicationnelles du développement local et sur les politiques publiques en matière de créativité. Adresse électronique : jblecorf@club-internet.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page