Navigation – Plan du site
Notes brèves

Des dangers de l’utilisation de l’expression "analyse d’argumentation" dans la pédagogie quotidienne du commentaire de texte.

Pierre Delcambre
p. B3-B7

Résumé

L'utilisation de l'expression "analyse d'argumentation" apparaît problématique dans le cadre de l'apprentissage du commentaire de texte. En effet l'utilisation de cette expression pousse les élèves à ne se concentrer que sur les passages argumentatifs (au sens de persuasifs) des textes et à faire de l'argumentation le seul garant de l'efficacité d'un texte au détriment d'autres effets. Parmi ceux-ci l'auteur propose d'insister plus particulièrement sur la notion de connivence qui peut être tissée par le producteur du texte avec ses lecteurs. Deux exemples pratiques sont proposés.

Haut de page

Texte intégral

1(certes, cette formule apparaît peu dans nos libellés de sujets : on décrit plutôt les quelques pistes à choisir ; cependant c'est une formule utilisée habituellement comme "passe-partout" synthétisant l'attitude de commentaire de texte d'information ou de pub. )

2Je voudrais 1) montrer les dangers (en particulier pédagogiques) de cette formule,
2) préconiser une formule du type "par quels moyens, dans sa relation avec son destinataire le producteur du texte en assure-t-il "l’efficacité",
3) proposer que la formule "analyse d'argumentation" soit utilisée le plus tard possible.
Argument essentiel : les étudiants ont trop tendance à juger un texte (en se donnant implicitement comme LE lecteur, et en prenant de la distance face aux éléments argumentatifs du texte, au mépris d’une analyse du type de rapports qu'entretient un producteur avec les récepteurs institutionnels du texte) pour qu'il n'y ait pas danger à leur dire "d'étudier l'argumentation d'un texte".

3Il semble en fait que les études "d’argumentation" (Grize, Strawson, Perelman…) sont plus centrées sur l’efficacité des discours que sur l’activité argumentative comme art de persuader.

4La recherche d’effets dans un texte ne passe pas forcément par l’argumentation. Un texte peut dissiper des incertitudes, renforcer ou renverser des convictions en appelant à des connivences déjà établies, en déniant la légitimité de l’adversaire, et en laissant au second plan la valeur propre des arguments. On connaît bien des textes dont on juge la valeur argumentative bien faible ; ils ont pourtant une efficacité souvent redoutable.

5Dénoncer la faiblesse argumentative d’un discours n’est le plus souvent que dire qu’on échappe aux effets d’un discours, qu’on n’est pas de ses lecteurs. C’est rarement dire que, récepteur institué du discours, ce discours qui devait nous toucher par son argumentation rate ses effets par maladresse ou incompétence.

6L’essentiel est précisément à mes yeux de demander aux étudiants d’analyser le rapport de complicité (acceptabilité au sens de J.P. Faye ?) entre le producteur et les lecteurs qu’il se suppose, que son support lui propose dans leur hétérogénéité.

7Nos étudiants sont en fait rarement les lecteurs des textes que nous leur soumettons et je pense que leur premier travail doit être d’installer ce lecteur pour ne pas s’y substituer. Ne pas s’y substituer comme ce juge qu’à été (est encore) l’intellectuel classique. Juge par position, juge de tout dans la distance de sa culture supposée. L’étudiant que je rêve n’est pas cette reproduction d’un intellectuel qui se juge au dessus, à distance de tout.

8De là, retour à la case départ : voyez les propositions/

9À titre d’exemple :
dans le texte suivant il est à mes yeux essentiel d’analyser son efficacité et non la qualité de l’argumentation.

10Je propose deux entrées :

111) quelle analyse vous suggère le rapprochement de cette écriture avec l’éloquence de meeting. (étude du rapport entre le producteur et le récepteur de ce texte paru dans le Chasseur Français, dans le cadre d’une étude de la place politique prise par les "consommateurs dans la période de la montée de la gauche, 1976-1977).

122) quelles différences de traitement y a-t-il entre la critique de l’adversaire (écologiste…) et du "tiers" de l’émission de TV dont il est question (le journaliste animateur d’une émission de consommateurs) ?

Haut de page

Table des illustrations

URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3338/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3338/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Delcambre, « Des dangers de l’utilisation de l’expression "analyse d’argumentation" dans la pédagogie quotidienne du commentaire de texte. », Études de communication, 1 | 1982, B3-B7.

Référence électronique

Pierre Delcambre, « Des dangers de l’utilisation de l’expression "analyse d’argumentation" dans la pédagogie quotidienne du commentaire de texte. », Études de communication [En ligne], 1 | 1982, mis en ligne le 20 mai 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://edc.revues.org/3338 ; DOI : 10.4000/edc.3338

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page