Navigation – Plan du site

Dossier thématique n° 42 : Anthropologie des savoirs

Coordination : Yolande Maury (Université Lille 3, GEriiCO), Susan Kovacs (Université Lille 3, GEriiCO), Régina Marteleto (IBICT, Université Fédérale de Rio de Janeiro/UFRJ, Brésil )

Parmi les nombreux objets et questionnements qui dans le champ des Sciences de l’information et de la communication empruntent des grilles d’analyse à l’anthropologie, les travaux portant sur la question des savoirs connaissent un développement important depuis une dizaine d’années.

Aborder la question du savoir sous l’angle de l’anthropologie revient à privilégier « un certain regard », selon les mots de François Laplantine, attentif aux effets structurés et structurants du savoir, et à la part de l’humain présent dans ce savoir.

Plutôt que vers une théorie, c’est vers une pragmatique du savoir qu’oriente l’anthropologie : comprendre comment le savoir se construit, à la fois produit d’un savoir-faire et opération de l’esprit, historiquement situé, prenant corps dans des contextes, des espaces, des institutions concrets, matérialisé dans des formes d’inscription destinées à être communiquées ; comprendre comment il s’expose, circule, se transmet, se partage, notamment à l’heure du développement du numérique, qui induit un nouveau rapport à l’espace et au temps.

C’est cette dynamique du savoir, à l’articulation de l’individuel et du social, et le regard porté sur elle par les Sciences de l’information et de la communication, dans ses aspects structurés autant qu’informels, que ce dossier entend interroger.

La construction d’un regard anthropologique

  • Comment se construit le regard anthropologique porté par les Sciences de l’information et de la communication sur les savoirs ? Comment sont gérées les tensions de la pratique ? Au-delà de l’étude de cas spécifiques propre à la démarche ethnographique, quelles modalités d’élaboration de modèles généraux ?

  • Quels sont les auteurs de référence (anthropologues, sociologues) convoqués dans le champ des Sciences de l’information et de la communication ? quels sont les modèles d’anthropologie (linguistique, pragmatique, cognitive…) et les grilles d’analyse mobilisés ?

  • Quelles méthodes d’observation mobilisées par la recherche en Sciences de l’information et de la communication permettent d’analyser les processus de construction et de communication des savoirs (ethnographies, méthodes qualitatives, analyse de réseaux, analyses documentaires, etc.) ? La construction du contexte par le chercheur est-elle compatible avec une vision pragmatique des savoirs et du monde social qui est toujours en train de se faire, à travers des tissus d’interactions ?

La dynamique des savoirs

  • Le savoir est une des formes privilégiées du rapport de l’homme avec le monde : en tant que mise en ordre du monde, à la fois il organise, il ordonne, et participe au déchiffrement du monde ; à ce titre il a à voir avec le pouvoir.

  • Le savoir (knowing) se différencie de la connaissance (knowledge) par le fait qu’il ne saurait se distinguer des situations, des moments, des gestes, des actes dans lequel il se déclare. Observer du savoir c’est observer des actes de savoir, la connaissance référant au « what people employ to interpret and act on the world » (ce que les individus emploient pour interpréter, et pour agir sur, le monde) (Fredrik Barth, 1995).

  • Quelle place pour le savoir, notamment le savoir de l’information, dans l’expérience du monde, entre ordre classificateur et processus d’appropriation ? Quels processus de sélection, de transformation, de communication et de partage, de reconfiguration en jeu dans l’élaboration du savoir ? Que donne à voir le savoir des grands principes classificateurs et des relations de pouvoir ? Que dit-il de la place de l’homme dans le monde ?

  • Au-delà du double processus d’héritage et de transmission, la circulation des savoirs emprunte des voies plus buissonnières qui participent au métissage, à l’hybridation des savoirs. Quels processus de contagion, d’imprégnation, de rétention, sont en jeu dans la dynamique du savoir ? Quelle place pour les savoirs intuitifs à côté des savoirs réflexifs ? Quelle place pour l’expérience et la construction partagée de connaissances (communautés, réseaux sociaux) ?

  • L’anthropologie des savoirs ne saurait se concevoir de manière exclusivement diachronique, sans intégrer une réflexion sur l’espace et le temps, catégories de la sensibilité qui participent au processus de communication et à la catégorisation du monde. Que disent les recherches actuelles des lieux et des objets de mémoire (espaces documentaires, archives, patrimoine…) ? Que nous apprennent-elles de la construction ou de la circulation des savoirs, entre stabilité et changement ? En quoi les technologies du numérique, parfois présentées comme des machines à « cristalliser le temps » (Maurizio Lazzarato), questionnent-elles le temps et l’espace des savoirs ?

Sélection des contributions

Les contributions à ce dossier peuvent proposer des réflexions théoriques ou épistémologiques, des questionnements méthodologiques aussi bien que des études empiriques. Sont particulièrement attendues des contributions originales de recherche.

Les propositions d’articles peuvent être soumises en français ou en anglais. Les articles définitifs seront en français pour la version papier de la revue ; en anglais ou en français pour la version électronique.

La sélection des propositions se fait en deux temps :

  1. une première évaluation sur la base d’un résumé de 1500-2000 mots présentant de manière claire et argumentée les objectifs, la problématique, la méthodologie, les principaux axes du développement, et quelques orientations bibliographiques ;

  2. une seconde évaluation, pour les résumés retenus, sur la base des articles définitifs.

L’envoi des résumés au format Word (.doc) ou PDF se fait aux adresses suivantes :

yolande.maury@noos.fr

regina.mar2@gmail.com

susan.kovacs@univ-lille3.fr

Calendrier

30 mai 2013 : date limite pour la soumission des propositions

20 juillet 2013 : notification de l’acceptation ou du refus du comité de lecture aux auteurs

20 octobre 2013 : remise de la version complète des articles

30 novembre : notification aux auteurs avec demandes de révision

30 décembre 2013 : réception des textes définitifs

mai 2014 : publication du numéro (version papier et version électronique)

Comité scientifique (sous réserve de modifications)

Smiljana Antonijevic, Roskilde University, Danemark, et Penn State University, USA

Annette Béguin-Verbrugge, GERiiCO, Université Lille 3, France

Igor Babou, LCF, Université de la Réunion, France

Brigitte Chapelain, LCP, Université Paris 13, France

Giulia Crippa, Université de São Paulo, Brésil

Pierre Delcambre, GERiiCO, Université Lille 3, France

Isabelle Fabre, EFTS, Université de Toulouse 3, France

Patrick Fraysse, LERASS, Université Toulouse 3, France

Michèle Gellereau, GERiiCO, Université Lille 3, France

Joelle Le Marec, CERILAC, Université Paris 7, France

Lia Raquel Moreira Oliveira, Universidade do Minho, Portugal

Paul Rasse, I3M, Université Nice Sophia Antipolis, France

Florence Rio, GERiiCO, Université Lille 3, France

Odile Riondet, CIMEOS, Université de Bourgogne, France

Gustavo Saldanha, Unirio, IBICT, Université Fédérale de Rio de Janeiro/UFRJ, Brésil

Bibliographie

Augé, Marc. Pour une anthropologie des mondes contemporains. Flammarion, 1994. (Champs essais ; 373)

Barth, Fredrik. Other Knowledge and other Ways of Knowing. Journal of Anthropological Research, 1995, vol. 51, n° 1, p. 65-68.

Laplantine François. L'anthropologie. Ed. Payot et Rivages, 2001. (Petite Bibliothèque Payot ; 227)

Lazzarato, Maurizio. Machines à cristalliser le temps: perception et travail dans le post-fordisme. Thèse de doctorat, 1996, Université Paris VIII.

Haut de page