Navigation – Plan du site
Dossier : Entre information et communication, les nouveaux espaces du document

Introduction

Annette Béguin, Stéphane Chaudiron et Éric Delamotte
p. 7-12

Texte intégral

1Ce numéro d’Études de Communication s’inscrit dans la réflexion actuelle qui traverse les Sciences de l’Information et de la Communication autour de la notion de document, en rapport avec le développement des réseaux numériques. Cette réflexion est particulièrement féconde depuis quelques années comme en témoignent les travaux collectifs menés sous l’égide de Roger T. Pédauque ou l’organisation de diverses manifestations scientifiques telles que le colloque Indice, index, indexation, la Semaine du document numérique, la Semaine de la connaissance ou le dernier colloque du Chapitre français de l’ISKO (International Society for Knowledge Organization).

2Comme l’indique l’intitulé du dossier, ce numéro trouve son origine dans la double volonté de conforter les échanges scientifiques entre l’information et la communication, c’est-à-dire entre les deux principales composantes des SIC, et de susciter la réflexion sur une thématique précise qui est celle est nouveaux espaces documentaires.

3Le terme d’espaces documentaires est ici volontairement ambigu, car central et fécond pour construire une interrogation. Si le document peut être considéré comme de « l’information communiquée au moyen d’un support », son rapport à l’espace participe à la fois du réel et de l’imaginaire. En ce sens, s’interroger sur les espaces du document et autour du document conduit à étudier l’agencement et la structuration des signes qui le composent, à étudier les métaphores qui sont employées à son propos et à analyser les pratiques sociales qui lui donnent statut et avec lesquelles il interfère. Enfin, s’interroger sur les nouveaux espaces documentaires conduit nécessairement à étudier les mutations qui sont à l’œuvre, induites par le passage de l’analogique au numérique.

4Les métamorphoses en cours sont nombreuses et renvoient à plusieurs phénomènes concomitants. Le document est tout d’abord hétérogène : co-existence d’une pluralité de formats d’enregistrement, possibilité de visualiser le document selon différents modes et sur différents périphériques à partir d’une structure logique unique, sur le plan linguistique également car le document peut être multilingue ou multi-monolingue.

5Il est également hybride : intégrant des éléments empruntés à différents médias, le document est devenu une plate forme multimodale ; la distinction entre données et logiciels de traitement est par ailleurs de plus en plus complexe et difficile à saisir pour l’usager.

6Le document numérique se caractérise aussi par une constante dynamique de délocalisation/relocalisation : sur le réseau, un document lisible/visible à l’écran est toujours le résultat d’un transfert de données d’un ordinateur à l’autre, il peut également être le résultat d’une fédération de différentes sources de données distantes et s’instancier momentanément sur l’écran.

7De fait, lorsqu’on parle d’Internet, les métaphores de l’espace se multiplient. Outre les images rebattues liées à la navigation, au parcours, à l’exploration, il est question de cartes conceptuelles, de géographie des sites, de portails, mais aussi de profondeur, de dimension cachée... autant de termes qui ramènent à l’indexation et aux procédures de guidage dans l’univers des signes. De plus, le balisage des documents est souvent évoqué à travers l’idée de « couche » de programmation, renvoyant ainsi à un imaginaire de la profondeur. Enfin, les échanges documentaires contribuent à établir des « réseaux », des « proximités », des « couvertures de champs »... autant d’éléments qui renvoient à un imaginaire spatial de la socialisation. Ils s’inscrivent aussi de plus en plus souvent dans la temporalité du « flux », flux documentaire ou flux informationnel, qui rythme l’accès à l’information et donne une dimension temporelle à l’espace que constitue internet.

8Les deux derniers articles du dossier abordent la question des espaces créés par Internet. Éric Guichard traite tout d’abord de l’émergence de nouveaux territoires issus de la conjonction de l’informatique et de l’Internet. À travers des exemples précis issus de l’historiographie contemporaine et de l’analyse des flux informationnels sur l’Internet, il montre comment une nouvelle écriture informatique permet de fabriquer de nouveaux territoires, et les cartes qui leur sont associées, à partir des sources initiales. Il analyse ainsi la relation qui s’instaure entre l’écriture, la carte et le territoire et rappelle que les modes d’écriture déterminent fortement les formes de représentation des territoires.

9Enfin, le dernier article du dossier, proposé par Xavier Sense, attire l’attention sur la difficulté de penser l’espace du document à l’heure d’Internet. L’auteur montre tout d’abord que les caractéristiques mêmes du document numérique (calculabilité, fragmentation, délocalisation...), rendent difficile sinon impossible une délimitation aisée de l’espace documentaire et illustre son propos en rappelant par exemple qu’Internet permet la création d’œuvres impossibles ailleurs car dispersées sur plusieurs serveurs. S’appuyant également sur plusieurs exemples issus de l’art numérique, l’article pose la question de la représentation des flux informationnels du réseau Internet et montre que la visualisation de ces flux ne peut être que fugitive et éphémère. De là, comment penser le document à l’heure d’Internet ?

10Cette réflexion conclut le dossier d’Études de Communication consacré aux nouveaux espaces du document. Ce dossier ne peut prétendre à épuiser la problématique mais permet déjà, nous semble-t-il, de poser quelques questions centrales, d’apporter éventuellement des éléments de réponse, et surtout d’ouvrir des pistes de réflexion pour de nouvelles recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annette Béguin, Stéphane Chaudiron et Éric Delamotte, « Introduction », Études de communication, 30 | 2007, 7-12.

Référence électronique

Annette Béguin, Stéphane Chaudiron et Éric Delamotte, « Introduction », Études de communication [En ligne], 30 | 2007, mis en ligne le 20 novembre 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://edc.revues.org/425

Haut de page

Auteurs

Annette Béguin

Annette Béguin est professeur émérite en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lille 3 et membre du laboratoire GERIICO. Ses travaux portent sur la lisibilité et la réception des documents, dans une perspective sémio-pragmatique et cognitiviste. Elle travaille notamment sur la sémiotique des interfaces et sur l’organisation des espaces graphiques dans les nouveaux contextes éditoriaux. Adresse électronique : annette.beguin@univ-lille3.fr.

Stéphane Chaudiron

Stéphane Chaudiron est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lille 3. Il mène ses activités de recherche au sein du laboratoire GERIICO sur les thématiques suivantes : analyse des pratiques informationnelles en contexte de veille et d’intelligence économique, évaluation des dispositifs de recherche et de filtrage de l’information, méthodes et techniques d’organisation des connaissances. Il est l’actuel président du Chapitre français de l’ISKO (International Society for Knowledge Organization). Adresse électronique : stephane.chaudiron@univ-lille3.fr.

Articles du même auteur

Éric Delamotte

Éric Delamotte est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lille 3. Il est membre du laboratoire GERIICO et responsable du séminaire « Structuration, Modélisation des Savoirs ». Ses recherches portent sur la circulation des savoirs et sur les dispositifs dans une perspective socio-économique. Ses travaux traitent de : la mutation des activités intellectuelles ; des dynamiques communautaires sur Internet ; de l’éducation aux cultures informationnelles. Adresse électronique : eric.delamotte@univ-lille3.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page