Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Philippe Bouquillion, Bernard Miège et Pierre Moeglin : L’industrialisation des biens symboliques : les industries créatives en regard des industries culturelles

David Vandiedonck
p. 203-205
Référence(s) :

Philippe Bouquillion, Bernard Miège et Pierre Moeglin : L’industrialisation des biens symboliques : les industries créatives en regard des industries culturelles, PUG, Grenoble, 2013.

Texte intégral

1Les notions « industries créatives », « économie de l’immatériel », « créativité et innovation » sont mobilisées avec constance depuis les années 90 dans des rapports d’experts, des travaux scientifiques, dans les orientations politiques de grandes institutions internationales et supranationales, dans les projets des gouvernements et des élus locaux. Chacun prête à ces nouveaux domaines de l’économie des vertus transformatrices.

2Le secteur des industries créatives redéfinit des filières industrielles anciennes pour recombiner ensemble les industries de la culture (musique enregistrée, livre et presse, audiovisuel et cinéma, jeux vidéos), les industries de la communication, les activités créatives de type artisanal (artisanat d’art, mode), le design... Par capillarité la notion de créativité, qui devient véritablement une valeur, est appelée à gagner un grand nombre de secteurs économiques.

3Sur la genèse de la notion d’économie créative et ses enjeux, on se reportera au récent ouvrage Creative Economy/Creative Industries : des notions à traduire (PUV, 2012) sous la direction de Philippe Bouquillion et avec des contributions des autres co-auteurs de l’ouvrage sur lequel porte cette recension.

4Les auteurs pointent les superpositions, les hybridations entre la figure de l’artiste et celle de l’entrepreneur, l’intensification des logiques d’industrialisation des processus de conception, production et diffusion des produits culturels, l’intégration et la revendication par des secteurs fortement et depuis longtemps industrialisés d’une dimension créative proche des produits culturels.

5Ces reconfigurations relèvent, selon la formule synthétique des auteurs, d’une « industrialisation de la culture et d’une culturisation de l’industrie ».

6La valorisation symbolique dont jouissaient les produits à forte dimension artistique est revendiquée et accordée à des produits n’ayant, a priori, rien de culturel ou d’artistique, comme les automobiles, le café ou les pâtes alimentaires... Cette valorisation ne relève pas seulement d’une approche marketing, elle nous conduit à voir « les valeurs et habitus propres aux mondes de l’art s’emparer des activités de conception et de conduite de projets industriels et des manières d’en structurer le déroulement et d’en organiser la promotion ».

7La « culturalisation » de l’industrie, l’extension des logiques de fonctionnement des industries culturelles vers d’autres secteurs industriels se traduit par « l’adoption par les nouvelles activités industrielles de stratégies de prise de risque, d’intégration des comportements des usagers dans la conception des produits, de modes de gestion des aléas adaptés à des environnements incertains et dans lesquels joue à plein la surdétermination des valeurs d’usage et d’échange par des valeurs symboliques ».

8En trente ans nous avons assisté à une complexification des modes de production et de commercialisation des produits culturels. Au binôme initial « modèle éditorial/modèle du flot » se sont ajoutés les modèles du club, du compteur, du courtage informationnel et aujourd’hui ces modèles propres aux industries culturelles gagnent les secteurs de la création artisanale. Les industries culturelles, elles, se décentrent de l’activité qui, historiquement, les a fondées comme industries – la reproductibilité – pour réinvestir le domaine de la création et sa version managériale, la créativité.

9Face à la nébuleuse « industries créatives », bien peu étayée théoriquement, il s’agit de faire jouer les modèles et les grilles de lectures des industries culturelles. Ceci permet tout à la fois d’éprouver ces cadres d’analyse, de saisir les logiques et les évolutions de fonds (convergence, collaboration, création) et de mesurer sérieusement ce que recouvre l’extension du domaine de la créativité.

10Les auteurs ont chacun développé, voire initié, la recherche sur les industries culturelles. Le texte fondateur écrit en 1984 par B. Miège est d’ailleurs encore ici rappelé et mobilisé. Depuis 2009 ils ont mené des recherches sur le domaine des industries créatives, et leur regard est évidemment affuté par la théorie des industries culturelles. La question qui traverse tout le livre est celle des rapports complexes entre les filières traditionnelles des industries culturelles et les nouveaux domaines et territoires de la créativité : rapports d’inclusion, de continuité, de rapprochement ou de juxtaposition. Cette question paraît essentielle afin de comprendre, par delà les discours des promoteurs de la créativité, par delà le brouillage produit par les discours d’experts, les spécificités du processus d’industrialisation des biens symboliques, les spécificités des industries créatives.

11Le premier et peut être le principal intérêt de ce livre est bien d’actualiser l’analyse des industries culturelles, lesquelles ont connu dans la dernière décennie un profond bouleversement avec l’émergence et l’accès à une position dominante de 4 acteurs des industries de la communication (Google, Apple, Facebook, Amazon). La fonction centrale ne se situe plus ni du côté de la production, ni du côté de l’édition, ni du côté de la distribution mais au niveau de l’intermédiation. Contre le fantasme d’un monde raccourci, débarrassé des intermédiaires, la progression des Big Four désolidarise la production de valeur de la production de contenus culturels et constitue un symptôme de plus de la financiarisation du secteur.

12L’ouvrage s’achève sur une série de pistes traçant un programme de recherche pour « l’identification d’une nouvelle économie politique des biens symboliques, dans les perspectives ouvertes par l’économie politique de la communication ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Vandiedonck, « Philippe Bouquillion, Bernard Miège et Pierre Moeglin : L’industrialisation des biens symboliques : les industries créatives en regard des industries culturelles », Études de communication, 41 | 2013, 203-205.

Référence électronique

David Vandiedonck, « Philippe Bouquillion, Bernard Miège et Pierre Moeglin : L’industrialisation des biens symboliques : les industries créatives en regard des industries culturelles », Études de communication [En ligne], 41 | 2013, mis en ligne le 11 février 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://edc.revues.org/5372

Haut de page

Auteur

David Vandiedonck

Laboratoire GERiiCO – Université Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page