Navigation – Plan du site

Dossier thématique n°44 : Pratiques télévisuelles à l'ère du numérique

Coordination : Florence Rio (GERiiCO, Université Lille 3) et Élodie Kredens (LLS, Université de Savoie)

Cadrage scientifique

Alors qu'elle était considérée, il y a encore peu de temps, comme le média de masse incontournable et l'écran le plus massivement regardé, la télévision se voit concurrencée par l'arrivée d'Internet et une mise à disposition « à la carte », plus large et plus flexible, de contenus audiovisuels.

  • 1 En 2013, et pour la première fois, les 15–24 ans ont passé plus de temps devant leur écran d'ordina (...)

Une récente étude d'Ipsos montre que certains (en particulier les jeunes publics1) ont tendance à s'éloigner de la télévision, sous l'impact de leur appropriation massive des technologies numériques de l'information et de la communication.

Cette « désaffection » de la télévision française dite « traditionnelle » est à l'origine de la volonté des productions télévisuelles de faire évoluer leurs offres et leur mode de programmation. Et elle interroge la nature même du média télévisuel.

En effet, l'industrie télévisuelle s'adapte aux évolutions de consommation pour chercher à se (re)construire et pour (continuer à) exister dans le paysage médiatique actuel. De nouveaux dispositifs voient le jour et viennent redéfinir les contours de l'« observable médiatique » modifiant ainsi le triptyque sémio-pragmatique « production–dispositif–réception ».

S'en trouvent bouleversées les notions de contrat de communication télévisuel, de statut de spectateur, de nature des programmes et du genre. Les mécanismes de production, de réception se réinventent et les contenus se repensent.

Pour appréhender cette mutation de l'objet télévisuel, nous souhaitons que ce numéro d'Études de communication interroge plus particulièrement les points suivants :

Les terrains privilégiés

Seront interrogés dans leurs spécificités et dans la manière dont ils façonnent les usages et les pratiques :

- la télévision connectée permettant la centralisation des usages sur un écran unique (Messagerie Internet, Replay, VOD, etc.) ou le transfert de contenus sur d'autres supports. La matérialité même de l'objet télévision sera à questionner ;

- la télévision augmentée et ses dispositifs transmédiatiques d'enrichissements ;

- la télévision démultipliée qui offre aux spectateurs un possible affranchissement de la grille de programmation en mettant par exemple à leur disposition des sites de replay, des sites dédiés aux programmes ou un service de VOD ;

- et les sites de téléchargement et de partage de vidéo (Youtube, Dailymotion,…), qui, grâce à des accords de diffusion (ou non) avec les chaînes traditionnelles, sont aujourd'hui (en particulier auprès des jeunes) les principaux pourvoyeurs de contenus (extraits ou originaux) télévisés.

Par ailleurs, sans minimiser l'importance des conditions socio-économiques de production sur l'évolution du média télévisuel, ce dossier d'Études de communication souhaite réfléchir principalement au rapport entre télévision et dispositifs numériques, en centrant ces questionnements autour de la question des usages, des pratiques et de la production.

À propos des usages

Chaque écran engendre des usages spécifiques. Les fonctionnalités de la télévision connectée et l'usage des outils qui permettent de construire cette télévision fragmentée (écran, télécommande, tablette, smartphone, etc.) sont souvent sous-exploités et peu utilisés par manque de fluidité d'utilisation et parce que les usagers ne savent pas les manier intuitivement à cette fin.

Il s'agira donc d'interroger les modalités d'assimilation des technologies développées, de questionner l'ergonomie des plates-formes (VOD, replay, etc.) et des systèmes applicatifs proposés aux usagers.

Ce dossier retiendra en ce sens des travaux interrogeant particulièrement :

- les éléments formels et techniques qui permettent la combinaison et la simultanéité d'un parcours interactif et d'une immersion dans une fiction narrative par exemple ;

- le rapport au temps et en particulier la distorsion du temps, à l'heure où les enrichissements télévisuels ne permettent plus de faire coïncider le temps de visionnage ou d'immersion dans un univers avec le temps de la programmation linéaire ;

- l'usage en tant qu'élément décisif dans la mutation des pratiques. Il s'agira de mesurer l'impact des supports technologiques sur les modes de consommation, sur les contenus et les possibles narratifs et interactifs et sur l'écriture et la scénarisation télévisuelle en général. Les contraintes de brièveté, d'instantanéité, de rapidité sont-elles réelles et efficientes ? La priorité est-elle toujours donnée au programme télévisuel passant à la télévision ou bien, y a-t-il une hiérarchisation de l'usage des différents supports en fonction des programmes consommés ?

À propos des pratiques

Les pratiques se modèlent face à l'entrelacement des discours, des rôles et des modes d'énonciation. Le contexte de visionnage, l'écran choisi, les possibles actantiels et l'espace spectatoriel de chacun des dispositifs invitent ainsi à reconsidérer la notion même de spectateur et d'engagement de l'audience. En effet, la télévision augmentée et les montages transmédia bousculent la répartition classique des rôles entre émetteur et récepteur au travers de la question des audiences « actives ». Le spectateur devient acteur de sa consommation médiatique et s'amenuisent ainsi les frontières entre l'univers de la production et celui de la réception.

Ce dossier retiendra donc des travaux interrogeant :

- la pratique individuelle de production de contenus à laquelle invitent ou contraignent désormais de nombreux dispositifs.

Tweeter, voter, commenter ou questionner font partie de l'expérience de télévision. Le téléspectateur multitasker interroge la notion d'expérience télévisuelle. Le spectateur du xxième siècle est-il obligatoirement ou incidemment acteur et producteur de contenus ? Regarde-t-on toujours la télévision quand on enrichit son expérience de visionnage par une expérience interactive ? Quelle est la frontière entre télévision et « enrichissements » télévisuels ?

- la question du public réel des productions télévisuelles augmentées ou regardées via d'autres canaux et celle de la mesure d'audience. La liste des « trending topics » de twitter est ainsi devenue une mesure de popularité plus que d'audience. Le téléchargement d'une application relève de l'équipement sans permettre de préjuger de l'usage et de la consommation que l'on en fait. De même, la notion de « vues » sur les sites de partage de vidéo est problématique ;

- les représentations attachées à la pratique télévisuelle.

Questionner les pratiques invite à considérer plus largement la question de la réception entendue traditionnellement comme le lieu d'interprétation du discours médiatique et donc comme le lieu de la construction des représentations de consommation d'un public. Avec des contenus disponibles à toute heure et en tout lieu, le spectateur devient le créateur de sa grille de programmes. Mais est-il toujours spectateur de télévision quand il regarde une rediffusion sur un support autre que le poste de télévision ? A-t-il conscience de regarder la télévision  quand il consomme des extraits et des fragments de programmes sur des sites dédiés ? Que représente aujourd'hui la consommation télévisuelle au sein de la pratique audiovisuelle de chacun ?

Mais surtout, quelles pratiques sociales et communicationnelles restent opérantes ? Le rendez-vous télévisuel est-il en train de disparaître au profit de rendez-vous web pour les séries par exemple ? La télévision à la carte remplit-elle toujours un rôle dans l'édification des relations sociales ou d'« embrayeur » dans les discussions quotidiennes.

À propos des contenus et des dispositifs télévisuels

L'augmentation télévisuelle interroge également les contenus et les dispositifs : la multiplication des supports implique une délinéarité, la volonté transmédiatique invite à une fragmentation des contenus, la participation active induit elle-même une modification des dispositifs scéniques et visuels.

La notion même de programme semble donc devoir être redéfinie et avec elle celle de visée communicationnelle.

Ce dossier appréciera des propositions abordant les questions

- de l'unité du programme télévisuel et de la matière signifiante des discours médiatiques télévisuels puisque la variation de support induit une modification des conditions de réception, mais aussi du ton, du genre ou du format ;

- de la fragmentation des contenus qui est devenue un enjeu de taille pour les chaînes traditionnelles qui, en se déclinant sur les différentes plates-formes, cherchent à préserver leur identité tout en renouvelant ou modifiant leurs publics. Mais cette exportation vers d'autres supports questionne les dispositifs télévisuels eux-mêmes, leurs cadres participatifs, leur identité discursive.

Ce dossier retiendra donc des études récentes sur des terrains français ou étrangers qui permettront de réfléchir :

- à l'ergonomie des dispositifs (parcours d'utilisation proposés aux usagers, ergonomie de navigation entre les écrans) ;

- à la construction visuelle et graphique des dispositifs applicatifs et connectés en tant que facilitateurs de l'usage ;

- à l'impact des nouvelles pratiques sur les dispositifs traditionnels ;

- à la fragmentation des contenus télévisuels ;

- aux stratégies d'implication des usagers de la télévision ;

- aux logiques d'appropriation des supports d'augmentation ;

- aux pratiques multi-écran (questionnant rapport au temps, à l'espace, au lieu, etc.) ;

- à l'étude des dispositifs et des genres télévisuels déclinés sur différents supports et/ou transmédiatiques ;

- à la scénarisation et l'écriture télévisuelle transmédiatique ;

- à la remise en question des marques signifiantes des discours médiatiques.

Sélection des propositions d'articles

La sélection des propositions de contribution se déroulera en deux temps :

une première sélection se fera sur la base d'un résumé de 3000 signes (espaces compris) qui présentera les objectifs, l'argumentation et l'originalité de la proposition ainsi que quelques orientations bibliographiques ;

pour les contributions retenues, une seconde sélection se fera sur la base des articles définitifs.

L'évaluation sera assurée en double aveugle.

Les instructions aux auteurs sont disponibles sur le site de la revue : http://edc.revues.org

Les propositions de contributions sont à envoyer au plus tard le 14 avril 2014 aux deux adresses suivantes :

Florence.rio@univ-lille3.fr

Elodie.kredens@univ-savoie.fr

Calendrier

14 avril 2014 : soumission du résumé de 3000 signes

15 mai 2014 : notification de l'acceptation ou du refus de la proposition aux auteurs

15 septembre 2014 : réception de la version complète des articles

15 décembre 2014 : réception des versions définitives des articles

juin 2015 : publication du numéro 44 d'Études de communication (versions papier et électronique)

Comité Scientifique

Ghislaine Azémard (Université Paris 8 – Paragraphe)

Stéphane Benassi (Université Lille 3 – Geriico)

Mélanie Bourdaa (Université Bordeaux 3 – Mica)

Hélène Bourdeloie (Université Paris 13 – Labsic)

Jean-Pierre Esquenazi (Université Lyon 3– )

Alain Lamboux-Durand (Université de Valenciennes – Devisu)

Laurence Leveneur (Université Toulouse 1 – Idetcom)

Marc Lits (Université Catholique de Louvain)

Guy Lochard (Université Paris 3 – CIM)

Jacques Noyer (Université Lille 3 – Geriico)

Sébastien Rouquette (Université Clermont Ferrand – Communication et Solidarité)

Céline Ségur (Université de Lorraine – Crem)

Sarah Sépulchre (Université Catholique de Louvain)

Gaëtan Tremblay (UQAM – Gricis)

Geneviève Vidal (Université Paris 13 – Labsic)

Appel à articles pour la rubrique Varias

Études de communication lance un appel à articles permanent pour sa rubrique Varias.

Toutes les propositions dans les différents domaines de la recherche en SIC sont les bienvenues.

Les consignes de rédaction sont disponibles sur le site de la revue : http://edc.revues.org

Notes

1 En 2013, et pour la première fois, les 15–24 ans ont passé plus de temps devant leur écran d'ordinateur que devant celui de la télévision (11h50 devant la télévision par semaine contre 13h30 passées sur Internet) (Ipsos, janvier 2013).

Haut de page