Navigation – Plan du site
Dossier : Anthropologie des savoirs

Le corps du savoir : qualifier le savoir incarné du terrain

The body of knowledge: qualification of fieldwork knowledge
Philippe Hert
p. 29-46

Résumés

Cet article explore les conséquences d’une prise en compte du corps pour la qualification des savoirs dans l’enquête de terrain en sciences sociales. La place du corps éprouvant est interrogée, à partir de deux conceptions des savoirs qui mettent le corps au cœur de la production des savoirs : celle de François Laplantine en anthropologie et celle de Francisco Varela en sciences cognitives. Les conséquences sur une prise en compte politique des rapports aux savoirs sont examinées, ainsi que l’importance, pour le chercheur notamment, de ce qui est habituellement oublié de la présence corporelle dans la rencontre et l’ordinaire de la communication sur le terrain d’enquête.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le corps comme accès au savoir
Quel corps dans les savoirs du terrain ?
Quels savoirs en résultent ?
L’ordinaire de la communication et la médiation des savoirs incarnés

Aperçu du début du texte

Cet article explore certaines conséquences épistémiques de la prise en compte du corps comme modalité d’accès aux savoirs. Je considère ici les savoirs comme issu de l’expérience du sujet en relation à autrui et au monde, par distinction avec les connaissances comme corpus établis, explicites, extérieurs à un sujet. Je voudrais interroger en quoi la prise en compte du corps précise les enjeux sur la manière dont nous qualifions les savoirs dans l’enquête de terrain en sciences sociales.

Le corps connaît un regain d’intérêt en anthropologie tout en étant un « thème très investi idéologiquement [qui] fait l’objet d’une intense méfiance épistémologique » (Memmi et al., 2009, 12), en raison de peurs de dérives réductionnistes vers la biologisation du social ou d’un risque d’oublier les déterminations sociales des sujets. Ainsi, le corps est pris dans un débat de positions et de légitimités entre sciences de la nature et sciences sociales, qui dépasse largement le cadre de cet article. Le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Hert, « Le corps du savoir : qualifier le savoir incarné du terrain », Études de communication, 42 | 2014, 29-46.

Référence électronique

Philippe Hert, « Le corps du savoir : qualifier le savoir incarné du terrain », Études de communication [En ligne], 42 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://edc.revues.org/5643 ; DOI : 10.4000/edc.5643

Haut de page

Auteur

Philippe Hert

Centre Norbert Elias, UMR 8562 – Université d’Aix-Marseille
Philippe Hert est membre du Centre Norbert Elias (UMR 8562), Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université d’Aix-Marseille. Ses recherches portent sur l’anthropologie des sciences et la circulation des savoirs scientifiques. Ses recherches récentes portent sur l’épistémologie de l’enquête de terrain, et le rapport entre savoirs (savoirs profanes et savants dans le domaine de la santé et de l’environnement, rapports Nord/Sud). Adresse électronique : philippe.hert@univ-amu.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page