Navigation – Plan du site
Dossier : Anthropologie des savoirs

Étudier la dimension sensible des savoirs produits en contexte de travail

Studying the sensitive dimension of knowing in organizational contexts
Sylvie Grosjean
p. 47-62

Résumés

Dans de nombreux contextes organisationnels, les travailleurs utilisent leurs corps et leurs sens pour se guider dans la conduite de leur activité quotidienne. Certaines études se concentrent sur les interactions sociales à travers lesquelles des « connaissances sensibles » sont générées et mises en forme par les membres de l’organisation. Suite aux travaux entrepris dans le cadre de ces études, notre objectif dans cet article est d’analyser comment des « connaissances sensibles » sont interactionnellement constituées et « mises en forme » afin de soutenir la production de savoirs. Pour ce faire, nous avons réalisé une ethnographie organisationnelle dans une compagnie d’arpenteurs-géomètres.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
La constitution de connaissances sensibles en contexte de travail
La place des connaissances sensibles dans l’activité d’arpentage
Une approche microethnographique et multi-située en organisation
Suivre les « plis du terrain » et les repères laissés par d’autres
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

L’étude des savoirs produits en organisation s’est enrichie depuis plusieurs années de recherches regroupées sous le terme « Practice-Based Studies » (Gherardi, 2009 ; Corradi et al., 2010 ; Nicolini, 2013). Dans ces travaux, les chercheurs s’intéressent aux savoirs « en train de se faire » afin d’en saisir le caractère émergent, mais aussi d’identifier leur incarnation dans des discours, leur inscription dans des artefacts, et leur stabilisation dans des pratiques (Nicolini et al., 2003). Dans le prolongement de ces travaux, Strati a mis l’accent sur le mode de production de connaissances dites sensibles (« sensible knowledge ») au sein de collectifs de travail : « La connaissance sensible concerne ce qui est perçu par les sens, jugé par les sens, produit et reproduit par les sens » (Strati, 2007, 62, notre traduction). La compréhension sensible du monde est basée sur une pensée du corps (« body’s thought ») et non pas uniquement sur la logique et les facultés cognitive...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Grosjean, « Étudier la dimension sensible des savoirs produits en contexte de travail », Études de communication, 42 | 2014, 47-62.

Référence électronique

Sylvie Grosjean, « Étudier la dimension sensible des savoirs produits en contexte de travail », Études de communication [En ligne], 42 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://edc.revues.org/5796 ; DOI : 10.4000/edc.5796

Haut de page

Auteur

Sylvie Grosjean

Département de communication – Université d’Ottawa
Sylvie Grosjean est Professeur au département de communication de l’université d’Ottawa. Membre du Groupe de Recherche Interdisciplinaire en Communication Organisationnelle (GRICO). Adresse électronique : sylvie.grosjean@uottawa.ca.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page