Navigation – Plan du site
Varias

Décryptage satirique

Satirical deciphering
Didier Halloy
p. 165-188

Résumés

Le Canard enchaîné célébrera en 2015 le centenaire de son apparition dans l’espace public dans lequel il conserve un positionnement à la fois « détaché » et au cœur des interactions et des transactions « politiques ».
Sa «
 mécanique satirique » se met au service d’une argumentation qui réinterroge les stratégies de communication des acteurs sociaux et les pratiques journalistiques contemporaines. Ce décryptage s’accompagne d’un métadiscours récurrent qui vient rappeler les règles rigoureuses de la protection des sources d’information et la nécessaire vigilance face aux tentations hégémoniques de contrôle et de surveillance des pouvoirs économiques et institutionnels.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Discours satirique et argumentation
L’éditorial du C.E. et la mise en scène de l’actualité
Choix de mise en forme et stratégies du refus, quelles logiques communicationnelles ?
Le refus de la dissertation
Citations et « petites phrases »
La mécanique satirique
Construire une cohérence d’ensemble, de la tonalité de l’éditorial à la titraille, des articles aux dessins
Construire une connivence
De Sarkozy à Sarko. Stratégies de l’attaque « ad hominem »
Satire et métadiscours
Sous le regard des autres
Le secret des sources
Les tensions professionnelles portées sur le devant de la scène
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le Canard enchaîné célèbrera en 2015 le centenaire de son apparition dans l’espace public français. Son premier numéro se voulait un défi à la censure frappant la presse française. Il était alors question d’échapper au « bourrage de crânes » de la presse sous contrôle, expression souvent utilisée à l’époque par l’hebdomadaire, et elle se heurta régulièrement à « Anastasie », allégorie de la censure officielle, laissant en blanc, lors de la mise en page, les articles « caviardés ».

Le contexte contemporain de parution est totalement différent et l’utilisation de l’écriture satirique ne peut plus être uniquement considérée comme un biais permettant de contourner « Anastasie ». Or, l’hebdomadaire existe toujours et affiche un tirage très honorable de 475 000 exemplaires environ en 2012. Refusant pour l’instant de prendre le virage de la diffusion sur Internet, il poursuit une trajectoire singulière sur laquelle il y a lieu de s’interroger.

Que l’écriture (ou la réécriture) satirique puis...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Halloy, « Décryptage satirique », Études de communication, 43 | 2014, 165-188.

Référence électronique

Didier Halloy, « Décryptage satirique », Études de communication [En ligne], 43 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://edc.revues.org/6070 ; DOI : 10.4000/edc.6070

Haut de page

Auteur

Didier Halloy

Laboratoire GERiiCO – Université de Lille 3
Didier Halloy, Laboratoire Geriico, Université Lille 3, Doctorant, PRCE à l’IUT « A » de Lille 1, Thèmes de recherche : analyse et fonctionnement du discours satirique, de ses enjeux communicationnels, à partir de l’exemple du Canard enchaîné. Adresse électronique : didier.halloy@univ-lille1.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page