Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Mattéo Tréléani : Mémoires audiovisuelles. Les archives en ligne ont-elles un sens ?

Laure Bolka
p. 173-176
Référence(s) :

Mattéo Tréléani : Mémoires audiovisuelles. Les archives en ligne ont-elles un sens ?, Montréal, Les presses de l’Université de Montréal, 2014, 194 p. (http://www.parcoursnumeriques-pum.ca/memoiresaudiovisuelles)

Texte intégral

1Comment valoriser le patrimoine audiovisuel sans trahir la signification du document ? Avec cet essai dense et illustré, Mattéo Tréléani interroge la mise en ligne des archives audiovisuelles d’un point de vue sémiologique et dans une perspective pratique. Son ouvrage se base sur l’étude d’un corpus dense, diversifié et la sollicitation de références visuelles multiples. Son écrit témoigne d’une réelle sensibilité à l’histoire, et l’approche sémiotique se conjugue à une approche philosophique de la mémoire dans une étude qui interroge à la fois le sens du document d’archive, ses supports et ses contextes de réception.

2Les trois premières parties posent les jalons de la réflexion de l’auteur avec un ensemble de définitions, un état de l’art et une problématisation graduelle du sujet, illustrée d’exemples. Les trois dernières parties sont consacrées à des études de corpus et des propositions méthodologiques et éthiques pour la recontextualisation des archives.

3Le premier chapitre traite de la recontextualisation des archives audiovisuelles lors de leur rediffusion. L’auteur souhaite « mettre en place une méthodologie rhétorique pour voir quels éléments génèrent quels effets sur les archives recontextualisées et faire surgir des figures qui peuvent être adaptées et réutilisées afin de concevoir des produits éditoriaux en toute conscience » (p. 28). La recontextualisation est temporelle et médiatique, et est conditionnée à l’intention éditoriale à l’origine de la mise en ligne. Ainsi, ses enjeux sont d’ordre médiatique, diachronique et sémiotique. La difficulté de la médiatisation ou, plus précisément, de la remédiation des documents d’archive (au sens de Bolter et Grusin, 1999) se pose en terme d’intelligibilité. L’auteur reprend d’ailleurs l’expression de Bachimont « fossé d’intelligibilité ». La recontextualisation diachronique, qui vise à transmettre le contexte socioculturel du document et à le rendre interprétable, ne peut effacer le dispositif de médiation qui provoque une mise à distance. La recontextualisation sémiotique, qui consiste en l’ajout d’éléments interprétatifs, permet d’éditorialiser le document. Ainsi, selon l’auteur, les enjeux sémiotiques de la préservation résident dans une réhumanisation de la pratique archivistique : la valorisation des archives s’effectuant vers un public élargi, l’archiviste devient éditeur de connaissances et le document d’archive devient contenu médiatique.

4Le second chapitre examine les liens entre mémoire et document. Le document d’archive peut se définir comme un intermédiaire entre l’histoire (collective) et la mémoire (individuelle). L’auteur insiste sur l’ambiguïté de la perception individuelle du passé et sur la manière dont la sémiotique permet de dépasser la dualité entre collectivité et individualité du souvenir. Différentes approches disciplinaires de ces questions de l’individualité et de la collectivité sont mises en perspective afin de « comprendre comment le document, dans la contingence du présent, peut permettre au spectateur d’avoir une idée du passé historiquement fondé » (p. 58) : sociologie de la mémoire chez Zerubel et Halbwachs et théorie de la construction sociale de la mémoire individuelle, approche phénoménologique de Ricœur et ancrage subjectif du fait social, concept de rétention tertiaire et d’externalisation du souvenir chez Stiegler. L’utilité de l’approche sémiotique est ensuite explorée à travers les notions de traces et d’indice, et la question du renvoi : « comment peut-on inférer un évènement qui a eu lieu dans le passé, à partir d’un signe présent ? » (p. 73). Les études de Jeanneret, du collectif Pédauque et de Rastier permettent de mettre en évidence une triple dimension du document, sémiotique, mais aussi collective et matérielle, à laquelle l’auteur ajoute une dimension historique en relation avec le contexte culturel.

5Le troisième chapitre applique l’approche sémiotique au domaine de l’archive, que l’auteur lie étroitement à une sémiotique de la culture, nécessaire pour « comprendre les stratégies de la mémoire comme transmission en considérant les phénomènes culturels comme des phénomènes situés historiquement » (p. 82). La culture est présentée comme un réseau intertextuel, au regard de la notion d’encyclopédie, qui permet d’interpréter un document (ou objet culturel). La sémiotique de la culture permet de « voir le fossé d’intelligibilité comme un manque de références culturelles convoquées à l’époque de la diffusion du document » (p. 92). Le document d’archive est donc constitutivement inintelligible et permet une vision fragmentaire du passé. Sa recontextualisation doit donc permettre de tisser des liens entre passé et présent à l’aide de la remédiation et de l’éditorialisation. L’analyse d’une vidéo d’archive éditorialisée sur deux interfaces par l’Ina permet, dans la deuxième partie du chapitre, de mettre en évidence la double visée d’une sémiotique de l’archive : celle d’une reconstruction du sens du document préservant son authenticité ; celle des limites d’intervention de l’éditorialisation.

6Le quatrième chapitre présente la pluralité des dispositifs de recontextualisation. La remédiation, évoquée dans les précédents chapitres, désigne un changement de support. Le remontage (ou publication de la vidéo d’archive dans une autre vidéo) est utilisé aussi bien sur un mode « documentarisant » (Odin) que dans un but d’illustration, de traitement critique ou dans une perspective plastique. La relocalisation (Casetti) est « le processus à travers lequel une expérience esthétique transmigre d’un lieu à l’autre » (p. 113). Ces dispositifs soulèvent de multiples questions quant aux effets de sens des recontextualisations : celle de la temporalité, celle de la forme, celle de l’interaction et celle du rôle du public. Le problème de la distanciation émotionnelle dans les processus de remédiation est étudié à travers l’analyse détaillée d’une allocution télévisuelle du Général de Gaulle et de sa contextualisation sur le site de l’Ina.

7Le chapitre cinq interroge le sens du passé et la question de l’altérité temporelle. Une analyse détaillée d’une archive audiovisuelle met en exergue la prééminence du support, mais également les difficultés causées par l’absence de contextualisation (temporelle, géographique) et les erreurs de références du document, qui provoquent une absence de repères du lecteur, de possibles anachronismes et créent à la fois fascination et distanciation. Ce vide autour du document produit ce que Tréléani nomme un « effet de vertige ». L’auteur revient ensuite sur l’allocution du Général de Gaulle analysée au précédent chapitre afin de discuter de la manière dont il est possible de limiter les mauvaises interprétations d’un document. Il expose la possibilité d’une « validation en négatif », ou mise en relation du document avec d’autres, permettant de « garantir la multiplicité des lectures tout en empêchant les mauvaises interprétations » (p. 160), ceci dans un souci à la fois historique et esthétique.

8Le dernier chapitre s’intéresse à la manière dont le document d’archive peut être valorisé dans le présent. Pour cela, l’auteur creuse la question du pouvoir heuristique du temps à travers l’analyse du « discours du Caire » d’Obama et l’exploration du risque de l’anachronisme. Ce sont l’éditorialisation et la recontextualisation des documents d’archive qui gèrent les rapports entre passé et présent. L’importance d’une rhétorique de la recontextualisation est appuyée par l’explicitation des postures dans les pratiques d’éditorialisation repérées par Bachimont. Trois éditorialisations d’une allocution de De Gaulle sont ensuite examinées afin de rendre compte de trois stratégies rhétoriques : reconstruire le passé grâce au contexte à travers diverses fonctionnalités d’un site web ; montrer le passé et lui donner sens à l’aide du présent ; narrativiser le présent, c’est-à-dire comprendre l’actualité à la lumière de documents d’archive. La démarche de l’anthropologie visuelle est utilisée en fin de chapitre pour suggérer trois étapes déontologiques dans la recontextualisation des images d’archive. La conclusion de l’ouvrage insiste sur la primauté de l’humain et de la culture dans les enjeux actuels des archives audiovisuelles.

9Cet ouvrage intéressera les chercheurs en sciences de l’information et de la communication travaillant sur les médiations en ligne du patrimoine, au-delà même du secteur de l’audiovisuel. Il intéressera également le chercheur en histoire souhaitant s’interroger sur la médiation et la médiatisation de l’histoire sur internet. Plus largement, le lecteur souhaitant comprendre les enjeux de la numérisation des archives y trouvera une réflexion dense, étayée par de nombreux exemples.

10Signalons que le site web de l’éditeur propose une version augmentée de l’ouvrage, permettant de visualiser les vidéos du corpus et autres documents annexes et qu’une version en ligne est en accès libre à l’adresse http://www.parcoursnumeriques-pum.ca/​memoiresaudiovisuelles

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Bolka, « Mattéo Tréléani : Mémoires audiovisuelles. Les archives en ligne ont-elles un sens ? », Études de communication, 44 | 2015, 173-176.

Référence électronique

Laure Bolka, « Mattéo Tréléani : Mémoires audiovisuelles. Les archives en ligne ont-elles un sens ? », Études de communication [En ligne], 44 | 2015, mis en ligne le 09 septembre 2015, consulté le 31 mars 2017. URL : http://edc.revues.org/6138

Haut de page

Auteur

Laure Bolka

Laboratoire GERiiCO – Université Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page