Navigation – Plan du site
Pratiques d’espace. Les médiations des patrimoines vers la culture numérique? (1)

Images numériques et pratiques amateurs dans la révélation des friches industrielles : un phénomène de connectivité patrimoniale

The role of digital images and amateur practices in revealing industrial wastelands: heritage connectivity
Sarah Rojon
p. 15-34

Résumés

En marge des espaces attractifs de la ville, s’évertuant à capter les flux touristiques, subsistent des zones non-visitables. Si les médiations numériques tendent à maintenir – voir à accentuer – un tel ordonnancement psycho-spatial, il n’empêche que des usagers ordinaires contribuent à mettre en scène et à rendre visible cette part de délaissé urbain que constituent les friches industrielles. Nous abordons ici le cas de photographes amateurs habitant l’agglomération stéphanoise. Ces acteurs sociaux se connectent les uns aux autres non seulement du fait de références culturelles communes, mais aussi de leurs pratiques particulières du territoire et des interfaces numériques ; ils sont guidés par des expériences sensibles et émotionnelles susceptibles d’être partagées en ligne. Finalement, l’article propose une réflexion sur des régimes d’attention liés à des modes d’exploration urbaine et de navigation sur Internet, et vise à montrer en quoi ces activités en ligne et hors ligne peuvent, en synergie, susciter des dynamiques patrimoniales dans le contexte de la ville post-industrielle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1 Quand les amateurs renversent la vapeur
2 La circulation culturelle des images
3 Sur la piste de la friche
3.1 Navigation et sérendipité
3.2 C’est quoi ça, l’urbex ?
3.3 Convergence stéphanoise
4 Du partage numérique à la connectivité patrimoniale

Aperçu du début du texte

Notre propension à vouloir stabiliser et préserver ce qui a vocation à se mouvoir et à nous échapper s’est-elle intensifiée à l’heure où les outils de capture numérique se sont immiscés dans notre quotidien ? Nous ne cessons pourtant de transformer, d’altérer, de créer et de détruire in fine, y compris dans nos intentions les plus conservatrices, à commencer par le choix du médium d’enregistrement qui conditionne les modalités de la transmission. Ce texte vise à discuter des répercussions du tournant numérique sur l’apparition de cultures patrimoniales, dans les circonstances de l’effondrement du monde ouvrier et de la métamorphose des paysages industriels.

La patrimonialisation survient de la déperdition de normes et de valeurs, de la mise à distance des êtres avec une structure matérielle et idéologique donnée. Aussi n’est-il pas inutile de mentionner que sous le vocable de « patrimoine », nous n’entendons étudier ni le passé, ni même un quelconque héritage du passé, mais des forme...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Rojon, « Images numériques et pratiques amateurs dans la révélation des friches industrielles : un phénomène de connectivité patrimoniale », Études de communication, 45 | 2015, 15-34.

Référence électronique

Sarah Rojon, « Images numériques et pratiques amateurs dans la révélation des friches industrielles : un phénomène de connectivité patrimoniale », Études de communication [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://edc.revues.org/6460 ; DOI : 10.4000/edc.6460

Haut de page

Auteur

Sarah Rojon

Centre Max Weber (UMR 5283), Université Jean Monnet – Saint-Etienne
sarah.rojon@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page