Navigation – Plan du site
Varias

Réflexions sur la pertinence de la notion de contexte dans les études relatives aux activités informationnelles

On the Notion of Context in Research on Information Activities
Céline Paganelli
p. 165-188

Résumés

L’article propose une étude du contexte dans les recherches relatives aux activités informationnelles. Une revue de la littérature montre que cette notion, souvent floue et confuse, est indispensable soit pour donner des éléments d’explication des phénomènes étudiés soit pour les situer. Le contexte apparaît alors comme une construction complexe émanant de chercheurs qui travaillent à comprendre des phénomènes, chacun en proposant sa propre définition en fonction des objets qu’il entend observer. Toutefois, si cette notion est sujette à variations, des tendances se dégagent qui permettent de proposer des pistes pour caractériser plus finement le contexte dans le cadre des recherches sur les activités informationnelles.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Le contexte : une notion largement mobilisée dans les études relatives aux usages et pratiques informationnelles
1.1. Des objectifs multiples
1.2. Une notion indispensable mais souvent floue
2. Le contexte : une construction complexe
2.1. Une approche par l’activité
2.2. Un ensemble d’éléments en interaction
Les acteurs
Les activités dans lesquels ils sont engagés
L’environnement informationnel
L’environnement socio-organisationnel
2.3. Un cadre d’analyse pour étudier les activités informationnelles « en contexte »
3. Conclusion

Aperçu du début du texte

La réflexion proposée dans cet article s’appuie sur un triple constat. Le premier est relatif aux activités informationnelles. Ces activités, effectuées en lien avec des dispositifs info-communicationnels, des documents, ou des ressources informationnelles, et qui consistent à chercher, produire, analyser des informations, sont devenues, lorsqu’elles sont menées par des acteurs non spécialistes (nous entendons ici « non professionnels du secteur de l’information-documentation ») chronophages (Guyot, 2013) et prennent de plus en plus de place et de temps dans leur quotidien. Ainsi, Isaac et al. (2007) montrent que les technologies de l’information et de la communication recomposent, au sein des organisations, l’espace-temps des acteurs et entrainent une surcharge informationnelle les amenant à consacrer davantage de temps à la recherche d’informations tout en réduisant, par conséquent, le temps nécessaire pour leur traitement.

Le deuxième constat qui s’impose est le suivant : les dis...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Paganelli, « Réflexions sur la pertinence de la notion de contexte dans les études relatives aux activités informationnelles », Études de communication, 46 | 2016, 165-188.

Référence électronique

Céline Paganelli, « Réflexions sur la pertinence de la notion de contexte dans les études relatives aux activités informationnelles », Études de communication [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 26 mai 2017. URL : http://edc.revues.org/6545 ; DOI : 10.4000/edc.6545

Haut de page

Auteur

Céline Paganelli

Lerass-Ceric, Université Paul-Valéry, Montpellier 3
celine.paganelli@montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page