Navigation – Plan du site
Circulation et qualification des discours. Conflictualités dans les espaces publics (1)

Constituer un contre-public en marge des médias : négociations, circulations et normativités d’un discours « révolutionnaire » au sein d’une cantine de quartier

Creating a Counterpublic on the Fringe of the Media: The Circulation of “Revolutionary” Discourse within a Neighborhood Cafeteria
Colin Robineau
p. 131-148

Résumés

Cet article entend interroger, par une approche ethnographique, les processus de négociation au sein d’un lieu atypique : un squat d’activités ouvert par des militants « révolutionnaires » pour construire un espace de solidarités à l’échelle d’un quartier. En marge des médias et des institutions, cette cantine autogérée apporte une pierre empirique à la mosaïque des espaces publics contemporains. Les modalités de la publicité, de l’accessibilité et des interactions entre les militants et les usagers du lieu y sont analysées de manière résolument empirique afin de saisir les normes qui les sous-tendent.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Ethnographier un espace public local : publicité et inclusivité à l’épreuve du terrain
2.1. La Cuisine entre publicisation locale et mise à distance des médias
2.2. Une accessibilité (dé)limitée par des principes politiques
3. De la scène aux coulisses : quand les cadres socio-discursifs se transforment
3.1. Une représentation sans costume militant : ouvrir la scène à un public profane
3.2. L’AG : un rituel politique réservé aux initiés ?
3.3. Un ordre socio-discursif non-négociable ?
4. Conclusion

Aperçu du début du texte

1. Introduction

En janvier 2013, un collectif d’une vingtaine de militants « révolutionnaires » d’inspiration anarchiste et/ou marxiste occupe un ancien restaurant dans le nord-est parisien pour, à l’échelle locale, « faire tourner un collectif d’entraide [...] et consolider des solidarités qui existent déjà un peu partout entre exploités ». Plusieurs activités à destination des travailleurs et habitants du quartier organisent la temporalité du lieu : des repas à prix libre le midi, des cours de français gratuits, une permanence pour les sans-papiers, ou encore un cinéclub. Le lieu fonctionne de manière autogérée et les décisions se prennent lors d’une assemblée générale hebdomadaire, d’abord ouverte au public puis, à partir de mai 2013, progressivement réservée aux participants les plus actifs. Rebaptisé La Cuisine, ce lieu développe des modes d’organisation propres (l’autogestion) et renoue avec d’autres formes de partage (comme la gratuité ou le troc) en résistance au néolibéralis...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colin Robineau, « Constituer un contre-public en marge des médias : négociations, circulations et normativités d’un discours « révolutionnaire » au sein d’une cantine de quartier », Études de communication, 47 | 2016, 131-148.

Référence électronique

Colin Robineau, « Constituer un contre-public en marge des médias : négociations, circulations et normativités d’un discours « révolutionnaire » au sein d’une cantine de quartier », Études de communication [En ligne], 47 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://edc.revues.org/6668 ; DOI : 10.4000/edc.6668

Haut de page

Auteur

Colin Robineau

Paris 2 Panthéon-Assas, Laboratoire Carism – IFP
colin.robineau@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page