Navigation – Plan du site

Dossier thématique n° 33. L’activité aux prises avec des systèmes ou dispositifs d’information

Appel à proposition d’articles, Etudes de communication numéro 33, été 2009

Coordination : Brigitte Guyot (CNAM)

L’activité professionnelle tourne autour du « dire » et du « faire », les façons de faire et des façons de dire ce qu’on fait étant étroitement imbriquées : avec soi-même (pour se représenter son action, la nommer ou l’organiser) et avec les autres, pour qu’ils comprennent ce qu’on fait. Une telle dialectique met en œuvre, conjointement, des grammaires d’action et des « actes d’énonciation des savoirs » (Pene), ceux qu’on possède et ceux qu’on utilise ou qu’on va chercher. Aujourd’hui, ce « capital immatériel » fait l’objet d’une attention accrue de la part des décideurs, qui le considèrent comme un facteur d’innovation organisationnelle et un atout économique.

Cette « vie avec l’information » concerne l’organisation du travail, la socialisation technique et la connaissance des systèmes, en lien avec les stratégies d’acteurs. La sociologie du travail et les sciences de gestion ont surtout abordé ces questions sous l’angle de l’usage d’outils ; l’approche communicationnelle approfondit plus spécifiquement le rapport des individus aux dispositifs et leurs rapports lorsqu’ils sont outillés. Nous pensons que se focaliser sur l’activité dans et autour de systèmes d'information, permet d’étudier des espaces en re-déploiement, des recompositions, des tensions entre acteurs, qui reconfigurent de nouvelles proximités et modes d’échanges. D’une certaine façon nous cherchons à travailler un des ponts entre sciences de l’information et de la communication.

Les contributions attendues pour ce numéro devraient mettre en relation les façons de travailler ou de s’agencer aux autres lorsque des dispositifs ou systèmes d'information sont mobilisés ; il s’agit d’éclairer ce qui se passe lorsqu’on entre, qu’on circule ou qu’on sort de ces espaces de travail plus ou moins partagés et censés faire circuler l’information qu’on possède, qu’on prête, qu’on organise ou qu’on est sommé de structurer pour la rendre exploitable par des personnes éloignées.

Ce numéro souhaite voir approfondir plusieurs pistes :

  • comment s’effectue l’encadrement des façons d’être aux autres lorsque des dispositifs tendent à les formaliser ou normaliser ? En quoi l’activité et les relations de travail sont elles transformées ? On attend des exemples de ce qu’il advient quand les individus sont incités à publier sur une plate-forme collective, à faire circuler l’information dont ils sont porteurs, à être désignés (parfois à leur corps défendant) comme experts à partir des traces qu’ils ont laissées en consultant une banque de données ou l’Intranet…

  • la transformation des rapports de force ou de l’exercice du pouvoir, au sein de ces espaces jusque là largement informels : quelle marge d’auto-contrôle, voire d’auto-censure se développent dans ces procédures d’échanges et de production d’informations ? à l’inverse, comment reconnait-on et valorise-t-on cette activité invisible, dont le poids ne cesse de grandir, longtemps laissée à l’initiative de chacun mais en passe de devenir prescrite ?

  • quelles sont les nouvelles compétences informationnelles exigées, que ce soit pour écrire, rechercher ou gérer des données de tout ordre, produites en tout point de l’organisation et rendues disponibles par des dispositifs de plus en plus conséquents dont il s’agit alors de connaitre les règles (de production, de validation, d’usage) pour une exploitation optimale ?

  • que peut-on dire de la charge cognitive mobilisée pour exploiter des dispositifs d’assistance, de reporting, ou d’extractions de données ? comment s’effectuent ces réécritures individuelles lorsqu’elles deviennent de plus en plus collectivement assumées ?

C’est prendre en compte ces actes de langages discrets et multiformes qui s’expriment au sein de ces nouveaux systèmes d’écriture et de communication, dans des modes d’exploitation, de personnalisation en situation ; c’est alors l’occasion de réinterroger des concepts comme l’appropriation, la production documentaire professionnelle, l’interfaçage, dans un souci d’élargir la notion de système d’information pouvant alors être entendu comme un cadrage de situation.

Mots clés : système d’écriture, construction de sens, exploitation de données, actes de langage, normalisation, espaces de travail, activité professionnelle, système d’information.

Propositions attendues pour fin octobre 2008 : proposition de 3000 signes environ à envoyer à brigitte.guyot@cnam.fr.

Réponse du comité de  rédaction mi-novembre 2008.

Articles définitifs soumis au comité de lecture fin mars 2009. Publication été 2009.