Navigation – Plan du site
Rapports sociaux et hégémonie. Conflictualités dans les espaces publics (2)

De RESF en 2006 à « l’affaire Leonarda » en 2013 : les familles sans-papiers dans l’espace médiatique français

“Education Without Borders Network” in 2006 to the “Dibrani case” in 2013: Undocumented Families in the French Media Sphere
Lise Jacquez
p. 21-36

Résumés

Cet article propose une réflexion sur la mise en visibilité des familles sans-papiers dans les médias nationaux français (presse écrite et télévision). L’analyse comparée de deux événements fortement médiatisés – la mobilisation du Réseau Éducation sans frontières en 2006 et l’« affaire Leonarda » en 2013 –, nous permet de saisir les termes dans lesquels se structure le débat public sur la question des familles sans-papiers, ainsi que les normes et les logiques sociopolitiques qui sous-tendent la reconnaissance symbolique de ces familles dans les médias.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1. La mobilisation du Réseau éducation sans frontières en 2006
1.1. Une mobilisation exceptionnelle
1.2. Le droit ou l’intégration : deux logiques de reconnaissance en tension
2. « L’affaire Leonarda »
2.1. Une expulsion transformée en affaire politico-médiatique
2.2. « Un cas dur à défendre »
3. Conclusion

Aperçu du début du texte

Pour les mouvements sociaux, la médiatisation apparait comme un point de passage obligé pour être perçus par le champ politique (Champagne, 1984, 28). Les mobilisations en faveur des sans-papiers n’échappent pas à la règle : les porteurs de cette cause peuvent difficilement peser sur les processus de décision (législation, régularisations...) sans gagner en visibilité médiatique afin de susciter l’attention publique et agir ainsi sur le pouvoir politique (Voirol, 2005, 108). Cependant, la cause des sans-papiers (Siméant, 1998) et ses principaux porteurs (associations, collectifs) n’accèdent que difficilement à l’espace médiatique. Tout en jouissant d’une bonne visibilité auprès des journalistes qui les sollicitent notamment pour leur expertise juridique et leur connaissance du terrain, et malgré l’activité communicationnelle importante de plusieurs associations, les acteurs militants ne parviennent que très rarement à créer l’événement et, par ce biais, à initier un débat sur l’immi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lise Jacquez, « De RESF en 2006 à « l’affaire Leonarda » en 2013 : les familles sans-papiers dans l’espace médiatique français », Études de communication, 48 | 2017, 21-36.

Référence électronique

Lise Jacquez, « De RESF en 2006 à « l’affaire Leonarda » en 2013 : les familles sans-papiers dans l’espace médiatique français », Études de communication [En ligne], 48 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://edc.revues.org/6767 ; DOI : 10.4000/edc.6767

Haut de page

Auteur

Lise Jacquez

Univ. Lyon, EA 4147 - Elico, Équipe de recherche de Lyon en sciences de l’information et de la communication, F-69000 Lyon, France
lise.jacquez@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page