Navigation – Plan du site
Rapports sociaux et hégémonie. Conflictualités dans les espaces publics (2)

La microfinance et ses portraits : médiations paradoxales de la parole des « pauvres »

Microfinance and its Portraits: Mediating the Voices of the Poor
Odile Vallée
p. 55-70

Résumés

L’article analyse le cas de l’accès, multiplement médié, à l’espace public médiatique ouvert à la parole des « pauvres » par la Campagne du Sommet du microcrédit, réseau hétérogène d’acteurs qui engagent un plaidoyer actif en faveur de la reconnaissance du microcrédit comme outil efficace dans la lutte contre la pauvreté. La personne et la parole des « pauvres », saisies dans la forme sémiotique du portrait, circulent médiatiquement. Les modes de représentation et leurs effets de sélection produisent des paradoxes de la visibilité et soulève la question d’une éthique de la représentation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1. La Campagne : apparition d’une « voix » et d’une « voie »
2. Le microcrédit et la question de « l’empowerment » des femmes
3. Modes de représentation, effets de sélection
4. Conclusion : se constituer en public ?

Aperçu du début du texte

Le microcrédit s’est développé, dans sa forme moderne, vers le milieu des années 1970. La pratique désigne une mécanique de prêts de petites sommes d’argent, contre intérêts, à des personnes démunies n’offrant aucune garantie, en vue d’établir une activité productive. Le microcrédit est devenu la microfinance au fil de la diversification des produits financiers proposés, de l’accroissement de ses acteurs et de son extension géographique. Le secteur compte aujourd’hui plus de 94 millions d’emprunteurs répartis dans plus de 80 pays et affiche un encours de prêts qui excède les 78 milliards de dollars. Cette pratique économique et sociale, qui fut initiée à un niveau local, s’est progressivement inscrite dans le champ politique et a conquis la scène institutionnelle et médiatique internationale. L’année 2005 fut à cet égard déclarée « Année de la microfinance » par les Nations Unies. L’apothéose symbolique de cette trajectoire fut le prix Nobel de la Paix décerné en 2006 à Muhammad Yun...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Vallée, « La microfinance et ses portraits : médiations paradoxales de la parole des « pauvres » », Études de communication, 48 | 2017, 55-70.

Référence électronique

Odile Vallée, « La microfinance et ses portraits : médiations paradoxales de la parole des « pauvres » », Études de communication [En ligne], 48 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://edc.revues.org/6781 ; DOI : 10.4000/edc.6781

Haut de page

Auteur

Odile Vallée

Audencia Business School Département Communication & Culture, Rn’B Lab, Chercheuse associée au GRIPIC (CELSA) – EA 1498
ovallee@audencia.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page