Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jean-Louis Alibert, Le son de l’image

PUG, 2008, 128 p.
Laure Tabary-Bolka
p. 207-208
Référence(s) :

Jean-Louis Alibert, Le son de l’image, PUG, 2008, 128 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, qui s’intéresse de manière spécifique au son « de l’image », offre une réflexion empreinte des multiples expériences de son auteur : celle d’un professionnel du son, celle d’un enseignant, mais également celle d’un cinéphile. L’auteur se place donc successivement du point de vue du spectateur, de celui du technicien et de celui du scientifique dans l’objectif d’offrir une analyse plurielle, voire englobante de son objet. L’objet de la réflexion, le « son de l’image », est principalement celui du son qui accompagne les images de cinéma, mais l’auteur s’offre de fréquentes incursions dans les domaines du jeu vidéo et des séries télévisées.

2Dans le sillage de Michel Chion, envers lequel les références sont multiples, Jean-Louis Alibert nous propose d’explorer le son de l’image en se référant à la fois à la physiologie, à la psychologie, aux techniques de prise de son et aux technologies du son chez les professionnels mais également chez les particuliers. L’ambition de son ouvrage est de proposer une réflexion qui prenne en compte l’impact des avancées techniques dans le domaine du son et offre à la fois une étude documentée, riche en exemples cinématographiques.

3La prédominance culturelle de la vue sur l’ouïe explique que l’on s’intéresse moins au son qu’à l’image. Pourtant, le son plus que l’image est selon l’auteur producteur d’« effet de réel » et la voix possède une puissance suggestive intense. Utilisé pour « étonner », le son apporte à l’image une dimension d’autant plus importante que sa qualité incite aujourd’hui les spectateurs à aller au cinéma ou à se doter d’équipement phoniques performants.

4Les effets du son sont soigneusement passés en revue, depuis le son comme entité jusqu’à son alliance avec l’image et les apports des techniques dans la réception du son au cinéma et à la télévision mais aussi dans les activités des professionnels et des acteurs. Les sources du son sont elles aussi soigneusement étudiées et décomposées : qu’il s’agisse du bruitage, de la voix ou de la musique, elles sont également explorées à l’aune des avancées techniques.

5Le foisonnement d’exemples cinématographiques variés utilisés pour éclairer le propos est extrêmement « parlant » et les multiples exemples utilisés pour illustrer une idée font que le lecteur peut aisément y repérer des scènes de film qu’il connaît. Le lecteur cinéphile y sera davantage sensible et épaulé dans sa lecture s’il est novice dans le domaine du son.

6Si certains passages de l’ouvrage se font très techniques, explorant les subtilités du cadrage et du hors-champ, l’auteur y mêle adroitement une analyse économique qui explore les habitudes de consommation, n’oubliant jamais l’ancrage communicationnel et social d’un objet qui nous renvoie au monde moderne et au domaine du divertissement.

7L’enseignant trouvera à foison dans cet ouvrage des scènes de films illustrant la théorie sur le son et ses techniques, ainsi que la dimension communicationnelle de l’écoute ; les chercheurs travaillant sur l’image y trouveront des analyses précieuses pour compléter leurs approches ; les professionnels y trouveront quant à eux des analyses techniques et sociales pertinentes pour éclairer leur pratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Tabary-Bolka, « Jean-Louis Alibert, Le son de l’image », Études de communication, 31 | 2008, 207-208.

Référence électronique

Laure Tabary-Bolka, « Jean-Louis Alibert, Le son de l’image », Études de communication [En ligne], 31 | 2008, mis en ligne le 31 mars 2009, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://edc.revues.org/813

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page