Navigation – Plan du site

Texte intégral

Bernard Convert et Lise Demailly: Les groupes professionnels et l’Internet, L’Harmattan, Logiques sociales, 2007, 226 pages.

1Les deux sociologues se donnent pour objet d’étude l’usage professionnel de l’internet en ce que d’une part il analyse la place des groupes professionnels dans l’espace public, d’autre part transforme les structurations qui lui préexistaient. Parmi les usages, ils en distinguent deux grands types, l’« usage-production » et l’« usage-consultation », ne retenant que le premier (quand l’usage même de l’internet est producteur de nouveaux objets tels que la construction d’un site, de pages personnelles etc.) et classent les usages professionnels en quatre grandes catégories : l’internet comme lieu de circulation du savoir et de l’information professionnels, comme lieu de débats internes et externes, comme marché (du travail, des produits, des œuvres), comme lieu même de l’exercice professionnel. La première partie est consacrée au mode de présence et d’intervention sur l’internet d’une trentaine de professions ; la seconde offre un examen approfondi d’un secteur entier, celui de la santé somatique et mentale, et s’attache à comprendre ce que l’émergence de l’internet de santé produit dans ce champ : effets sociétaux, innovations professionnelles et sociales.

2Outre de très intéressantes discussions méthodologiques liées aux problèmes nouveaux que l’internet pose aux approches sociologiques quand il est tout à la fois objet et terrain d’étude, l’ouvrage apporte des éclairages très documentés sur ce que l’internet fait aux professions et sur la façon dont les professionnels contribuent à le former, tout en reflétant les mondes sociaux dont il fait partie.

Joëlle Le Marec: Publics et musées, la confiance éprouvée, Éditions L’Harmattan, 2007, 221 p.

3Cet ouvrage, qui est un recueil de textes publiés par l’auteur entre 1994 et 2005, vise à montrer qu’un des moteurs de la relation entre publics et institutions est la confiance et non l’usage de produits ou services dans une perspective pragmatique et libérale. Les différents articles repris ici, sur les définitions et représentations des publics, les préoccupations des publics dans les bibliothèques, les pratiques d’évaluation dans les musées de science et de société, la « construction » du public, le marketing et notamment sa métamorphose de la relation en produit, ou encore les contradictions qui animent actuellement les musées sont réorganisés à partir d’une introduction originale. Celle-ci replace de manière très ferme la question des publics dans les problèmes actuels des injonctions de « performance » culturelle et loin de s’arrêter aux discours publics entre initiés, invite à prendre au sérieux la réalité du terrain et à se doter de résultats de recherche permettant de mieux comprendre les relations des publics aux institutions. Nul doute que par ses parti-pris et la grande qualité de ses analyses, cet ouvrage très dense sera très précieux pour animer les relations entre chercheurs, étudiants et professionnels de la culture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Nous avons reçu », Études de communication, 31 | 2008, 209-210.

Référence électronique

« Nous avons reçu », Études de communication [En ligne], 31 | 2008, mis en ligne le 31 mars 2009, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://edc.revues.org/816

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page