Navigation – Plan du site

Dossier thématique n°34. Normes et écriture de l’organisation

Études de communication, numéro 34 – Printemps 2010

Coordination : Patrice de la Broise (Université de Lille 3) & Sylvie Grosjean (Université d’Ottawa)

La question des normes constitue un objet éminemment heuristique pour la recherche en sciences humaines et sociales, et plus particulièrement en sciences de l’information et de la communication, sachant que l’activité sociale —qu’elle soit saisie dans des cadres organisationnels ou à l’échelle de la société — est tout à la fois tributaire et productrice de ces normes. Que l’on considère la normalisation à l’œuvre dans des organisations en quête de performance et de légitimité institutionnelle ou, par mimétisme, la managérialisation progressive — parfois brutale — des institutions, comment ne pas voir dans ces manières gouvernementales des manières, aussi, d’écrire les organisations et les institutions ?

L’étude des écrits, des textes produits en contexte de travail est utile pour mieux comprendre l’organisation et l’effectuation du travail (Borzeix et Fraenkel, 2001 ; Smith, 2001 ; Schneider, 2002). Mais c’est aussi à travers l’analyse du travail d’écriture que l’on peut comprendre comment celui-ci contribue – d’une certaine manière – à façonner des dynamiques organisationnelles (Charasse, 1995). Ce dossier d’Études de communication invitera donc à prendre la mesure de « l’épaisseur de l’écrit » (Huët, 2008) ; celui-ci étant vu comme un objet de transaction, d’interaction, d’archivage et de pouvoir. En effet, les écrits, les textes produisent des simulacres, structurent des langages, et organisent des rapports sociaux. Ainsi, l’entrée par l’écriture, dans l’articulation du procès et du dispositif, donnera à lire un ordre négocié de la prescription où les langages de la norme disent autant les contextes dans lesquels elle opère que la prescription elle-même. La normativité ne peut, en effet, être réduite au discours mais doit, comme le défend Foucault, être rapportée à des dépendances intradiscursives, interdiscursives et même extradiscursives. À l’approche des communications organisationnelles et des transformations dont elles participent, nous considérons que la normativité vient au discours selon trois variables de dépendance : les textes, les espaces et les temporalités. Autrement dit, nous n’envisageons pas la norme dans l’immanence normative d’un discours, mais corrélativement à des cadres et à d’autres discours qui la font émerger et lui donnent sens. De sorte qu’une analyse communicationnelle doit prêter la plus grande attention à l’intertextualité mais aussi aux espaces et aux temps multiples d’une normalisation dont les variations sont elles-mêmes multiples, de la règle à la norme, en passant par la médiation, la négociation ou tout autre processus visant à réguler en deçà ou au-delà du texte.

De nombreux chercheurs, tant français que nord-américains, ont étudié le rôle de diverses formes de textes, d’écritures dans les organisations (voir notamment les travaux de Doheny-Farina, 1986 ; Yates, 1989; Bazerman et Paradis, 1991; Delcambre, 1997 ; Giesler, 2001; Smith, 2001 ; Grosjean et Lacoste, 1999 ; Taylor et Van Every, 2000 ; Borzeix et Fraenkel, 2001 ; Schneider, 2002 ; Cooren, 2004), soulignant le fait qu’ils supportent la coordination des actions, accompagnent la prise de décision collective, structurent les échanges, produisent de l’organisé. Ainsi, depuis quelques années, le monde de la recherche a investi la question du rôle des écritures, des textes dans l’organisation et l’effectuation du travail. Ces interrogations sont nées notamment du développement des démarches qualité et de l’informatisation du travail. Fraenkel (2001) précise d’ailleurs qu’en dehors des démarches qualité, l’informatisation du travail a également renouvelé certaines problématiques des écrits au travail. L’introduction de l’informatique (lecture sur des écrans, rapport médiatisé entre la surface du papier et l’écriture, signes graphiques) a bousculé les pratiques habituelles d’écriture. Il y a eu alors la nécessité de comprendre ces basculements, d’autant que les premières recherches se sont fait remarquer pour leurs carences théoriques : par exemple, la communication sur Internet a pendant longtemps été considérée comme une sorte de communication orale, ce qui témoigne d’une méconnaissance de ce que sont l’oral et l’écrit.

Les travaux menés tant en Amérique du Nord qu’en France insistent sur la dimension performative des textes, des écritures. Cooren (2004, 2008) parle de « textual agency » pour souligner la capacité qu’ont les textes à nous faire agir et il explore les différents types d’action que les textes « performent » (Denis, 2006). Fraenkel (2006) dans le même ordre d’idée se propose de développer une anthropologie pragmatique de l’écriture en posant la question de la performativité de l’écrit. Ces chercheurs soulignent à travers leurs travaux, l’idée qu’un texte, tout comme un discours, agit.

Les contributions attendues pour ce numéro pourront s’inscrire dans la continuité de ces travaux afin d’étudier ces textes, ces écritures dont on pourrait dire qu’ils « traduisent » et « performent » des normes. Nous invitons aussi les contributeurs à interroger ces travaux et à proposer de nouvelles pistes d’analyses. L’objectif de ce dossier est donc d’ouvrir la discussion sur les manières dont le texte est « investi » et comment, en retour, il « investit » l’organisation. Voici, par exemple, quelques questions qui pourraient alimenter les contributions : N’est-ce pas, précisément, dans cet investissement réciproque que se manifeste l’ambivalence de notre relation aux écritures normées et normatives ? Quels sont ces textes qui, entre l’esprit et la lettre, feraient de l’action collective leur obligée ? Pourquoi et comment feraient-ils autorité ?  Et le font-ils effectivement ? Nous invitons donc les contributeurs à se saisir de cette problématique et à proposer à la fois des réflexions théoriques ou des recherches empiriques.

Propositions à remettre le 1er juin 2009 : 3000 signes (Times New Roman 12, interligne simple, espace compris, rédigée en français) à envoyer à : patrice.delabroise@univ-lille3.fr et sylvie.grosjean@uottawa.ca

Décision du comité de rédaction : 10 juillet 2009.

Remise des articles définitifs : 31 octobre 2009.

Publication : printemps 2010.