Navigation – Plan du site

Dossier thématique n°30. Entre information et communication, les nouveaux espaces du document

Appel à proposition d’articles, Etudes de communication numéro 30, hiver 2007

Coordination : Annette Béguin, Stéphane Chaudiron, Eric Delamotte (Université de Lille 3)

Ce numéro s’inscrit dans la réflexion actuelle qui traverse actuellement les Sciences de l’Information et de la documentation autour de la notion de document, en rapport avec le développement des réseaux numériques.

Le terme d’espaces est ici volontairement ambigu.

Le document est de l’information communiquée au moyen d’un support. Son rapport à l’espace participe à la fois du réel et de l’imaginaire. En ce sens, étudier les espaces réels autour du document conduit à reconnaître les pratiques sociales qui lui donnent statut, étudier les métaphores spatiales qui sont employées à son propos conduisent à interroger les représentations cognitives et sociales qui lui sont associées.

L’utilisation « réelle » de l’espace documentaire touche à la fois la structuration du document et sa position relative. La nature spatiale est en premier lieu constitutive des interfaces. Que le support soit le papier ou l’écran, la communication se fait à travers une surface organisée qui oriente l’attention et règle des propositions de lecture. Le rapport à l’espace touche aussi au volume occupé par le document-objet et à la place qu’on lui assigne, sur le rayon d’une bibliothèque publique ou privée, à sa localisation et à son classement. Que devient ce rapport à l’espace quand le document devient numérique et prend place sur le disque dur d’un serveur ou d’un ordinateur?

Lorsqu’on parle d’Internet, les métaphores de l’espace se multiplient : outre les images rebattues liées à la navigation, au parcours, à l’exploration, il est question de cartes conceptuelles, de géographie des sites, de portails, mais aussi de profondeur, de dimension cachée… autant de termes qui ramènent à l’indexation et aux procédures de guidage dans l’univers des signes. Il semble quasi impossible d’élaborer une conception d’Internet sans recourir à des images mentales à caractère spatial.

Les espaces symboliques et imaginaires concernent à la fois la dimension cognitive du document, sa dimension technique et sa dimension sociale. Les interfaces sont à la fois la source et le produit de représentations cognitives à caractère spatial qui permettent de concevoir une organisation logique des informations mais qui peuvent aussi contribuer à la prédéterminer, y compris dans ses formes purement mentales. Jusqu’à quel point, par exemple, la structure graphique des sites web ou la présentation des outils de recherche modélisent-elles notre rapport à l’information ? Le balisage des documents est souvent évoqué à travers l’idée de « couche » de programmation, renvoyant ainsi à un imaginaire de la profondeur ; Comment fonctionnent les relations entre profondeur et surface, programmation et interfaces ? Quelles incidences sur les lectures sont ainsi produites ?

Par ailleurs, les échanges documentaires contribuent à établir des « réseaux », des « proximités », des « couvertures de champs »… autant d’éléments qui renvoient à un imaginaire spatial de la socialisation. Il s’agit d’espaces symboliques dont on questionne les « frontières », mais aussi les zones de pouvoir et de propriété. On achète de l’espace sur certains sites, notamment pour la publicité. Le plagiat est un délit d’appropriation frauduleuse d’espace textuel. Quelles formes de concurrences ou de régulations (économiques, juridiques voire auto-émergentes) régissent ces répartitions ?

Questionner l’évolution du document dans sa dimension spatiale lorsqu’il devient numérique permet donc d’aborder au moins deux dimensions essentielles de la communication d’informations à notre époque :

  • la nature du document et ses métamorphoses : avec les questions d’hybridation des sources documentaires et leurs enjeux socio-économiques; d’organisation et de représentation de l’information, du traitement de l’information et des enjeux sémio-cognitifs ;

  • la construction de la médiation documentaire : avec les questions d’évolution des fonctions documentaires, de l’hybridation des médiations humaine et technique, des enjeux de l’accès à l’information et de la modélisation des besoins et comportements informationnels.

  • la reconfiguration des espaces disciplinaires par rapport à l’objet document : avec la question des limites et de la spécificité des champs.