Navigation – Plan du site

Présentation

Études de communication est une revue scientifique internationale francophone à comité de lecture (peer-reviewed journal) en sciences de l’information et de la communication. Elle fonctionne sur la base d’une évaluation en « double aveugle » (double-blind reviewing process) de toutes les propositions d’articles reçues.

La revue est diffusée en versions papier et électronique. Elle accueille des travaux inscrits dans différents domaines, notamment : l’analyse des médias, la médiation culturelle, la médiation et de médiatisation des savoirs, les industries culturelles, les industries de la formation et de l’information, la communication audiovisuelle, la communication organisationnelle, les processus d’innovation, l’information scientifique et technique, l’organisation des connaissances, l’analyse des dispositifs techniques dans l’accès à l’information et le traitement des connaissances, les métamorphoses du document, l’analyse des usages et des pratiques informationnelles.

Chaque numéro propose trois rubriques : un dossier thématique, une rubrique Varias qui accueille des articles « hors thématique » et une rubrique Lectures consacrée à des recensions d’ouvrages et notes de lecture.

Les deux derniers numéros de la revue sont accessibles sur la plate forme Cairn.

La politique de la revue en matière de dépôt des articles est consultable sur le site Héloïse.

Contact : edc[at]revues.org

Dernier numéro en ligne
45 | 2015
Pratiques d’espace. Les médiations des patrimoines vers la culture numérique? (1)

Sous la direction de Cécile Tardy et Lise Renaud

Le domaine des médiations patrimoniales est aujourd’hui largement affecté par l’introduction des médias numériques, parce que ces derniers favorisent le développement d’autres dispositifs pour la découverte patrimoniale, parce qu’ils transforment la circulation sociale des objets patrimoniaux à travers la construction et la diffusion de leurs images numériques, parce qu’ils ouvrent de nouvelles possibilités d’échanges documentaires. C’est ainsi la manière de rendre visibles, manipulables, interprétables les patrimoines, dans différentes situations d’usages, qui se trouve mise à l’épreuve.

Ce dossier se déclinera en deux numéros successifs de la revue de manière à cerner la complexité des enjeux et transformations en cours. Le n° 45, Pratiques d’espaces. Les médiations des patrimoines vers la culture numérique (1), s’intéressera à l’élargissement des espaces de pratiques des patrimoines en interrogeant les formes et modalités de mise en médiation numérique, et les rapports aux territoires, aux objets patrimoniaux, aux savoirs, voire au processus de patrimonialisation, qui y sont à l’œuvre. Le second numéro (46) proposera une focalisation sur ces transformations dans le contexte muséal.

Notes de la rédaction

Comité de lecture du numéro 45 (dossier) : Nathalie Casemajor-Loustau (Université du Québec en Outaouais, Canada), Jean Davallon (Centre Norbert Élias, UMR 8562, Équipe Culture et Communication, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse), Oriane Deseilligny (Villetaneuse, Université Paris Nord – GRIPIC, Université Paris-Sorbonne), Marie Després-Lonnet (Groupe d’Études et de Recherche Interdisciplinaire en Information et Communication, GERiiCO, Université de Lille), Noémie Drouguet (Université de Liège, Belgique), Graça Filipe (institut d’Histoire Contemporaine, Université nouvelle de Lisbonne, Portugal), Émilie Flon (laboratoire GRESEC, Université Grenoble-Alpes), Marie-Pierre Fourquet-Courbet (Institut de Recherche en Sciences de l’Information et de la Communication, EA 4262, Aix-Marseille Université), André Gob (Université de Liège, Belgique), Cyril Isnart (Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307, Aix Marseille Université-CNRS), Susan Kovacs (Groupe d’Études et de Recherche Interdisciplinaire en Information et Communication, GERiiCO, Université de Lille), Florence Rio (Groupe d’Études et de Recherche Interdisciplinaire en Information et Communication, GERiiCO, Université de Lille), Xavier Roigé (Université de Barcelone, Espagne), Catherine Saouter (Université du Québec à Montréal, Canada), Dominique Trouche (Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales, LERASS, Université Paul Sabatier-Toulouse 3)