Navigation – Plan du site
Deuxième partie : La construction des messages médiatiques par la presse régionale réunionnaise

Présentation de la partie II : La construction des messages médiatiques par la presse régionale réunionnaise

p. 69-71

Texte intégral

1L’exploration du contexte d’émergence d’un espace public local se voit complétée dans cette seconde partie par des tentatives d’analyse de la presse régionale sous deux angles :
- un angle d’analyse socio-politique qui tente d’examiner dans quelle mesure les médias d’information contribuent précisément à la formation d’un espace public local
- un angle d’analyse textuelle qui consiste à mettre à jour des contenus informatifs, des systèmes argumentatifs, des figurations discursives à l’œuvre dans les documents d’information, les articles de la presse écrite et audio- visuelle.

2Ces analyses empiriques de productions journalistiques ont pour but d’élaborer, dans une perspective comparatiste, des modélisations de l’énonciation médiatique liée au champ de la communication politique.

3Pour ce faire, un corpus de presse a été rassemblé (sa présentation détaillée figure en annexe). Il s’agit de la couverture médiatique de l’élection de Christophe Payet à la présidence du Conseil général de la Réunion lors des élections cantonnales de mars/avril 1994. Ce corpus de presse comprend l’ensemble de la presse écrite régionale qui a traité cet événement ainsi que les sujets télévisés qui ont été diffusés lors du Journal Télévisé régional de RFO- Réunion.

4La seconde partie réunit quatre contributions :
- Philippe Breton a pour objectif de « mieux spécifier ces deux registres principaux d’écriture médiatique : discours informatif et discours argumentatif » qui représentent « deux modèles de représentation du réel ». De son analyse, il dégage un double paradoxe de l’écriture journalistique qui consiste, premier paradoxe à argumenter qu’on n’argumente pas mais qu’on informe. Second paradoxe, le discours informatif, qui est à vocation universelle, est dépourvue de signification alors que le discours argumentatif n’est interprétable qu’au sein de la communauté particulière de réception.
- Gilles Gauthier part d’une grille de lecture qui se réfère au modèle professionnel « nord américain » et qui distingue trois régimes énonciatifs selon qu’il s’agit de journalisme d’opinion, d’information et de communication. En fonction de cet étalon, le corpus présente, selon Gilles Gauthier un « télescopage de l’information rapportée et de l’information expliquée, une interpénétration du compte rendu et de l’analyse ».
- Pour Jean Mouchon, l’énonciation politique de la presse réunionnaise présente un « polymorphisme » qui résulte d’un hiatus entre « un modèle importé et calqué de la métropole, (...) et un corps de références renvoyant à la sociabilité traditionnelle » créole. Ces deux ensembles énonciatifs que les journalistes locaux mobilisent, principalement dans leurs papiers d’analyse et de commentaire, leur confèrent « un rôle d’acteurs du changement dans la sphère publique de l’île », notamment par l’introduction d’un cadre extérieur de référence.
- Quant à Jacky Simonin, son regard qui se focalise sur la symbolique politique et la célébration médiatique de l’événement le conduit à s’intéresser à certains aspects de la production figurale. En prenant comme exemple la métaphore, et partant d’une conception élargie de cette figure, il est amené comme les autres auteurs à mettre l’accent sur le fait que les messages médiatiques réunionnais semblent procèder d’une tension dialectique entre information et communication, universel et particulier, national et régional, modèle importé/référence communautaire.

5Quelques lignes de force ressortent de cette pluralité de regards, et de leur croisement. Il semblerait que la presse régionale, qui est d’abord et avant tout un journalisme localier s’adressant à des communautés locales de réception articule de façon dynamique deux systèmes de prévalence, un système communicationnel et un système informationnel. Tout en venant brouiller la distinction entre « fait » et « commentaire », cette dialectique ne fait-elle pas surgir des formes originales de production de messages médiatiques, qui ne sont jamais totalement ajustés au territoire local et qui, de ce fait, peuvent être « entendus » ailleurs ? Par ailleurs, les figurations, les procédés stylistiques et les argumentations traversent les genres journalistiques bien établis et la disposition physique du journal écrit ( les rubriques, le colonnage, la relation texte/image, la pagination de la « une » à la « dernière » etc. ) comme le conducteur du journal radiophonique ou télévisé. L’extension de l’analyse textuelle de la presse d’information du dit au dire, de l’écrit à l’écrire, du présenté à la présentation semblerait un atout pour mieux décrire les formes discursives singulières que l’une ou l’autre des contributions ont pu mettre à jour. Dès lors, la question se pose des relations entre modèles normatifs souvent auto-produits par la profession elle même, (sorte de « théorie pratique » pour reprendre une catégorie durkheimienne) et les modèles descriptifs/analytiques. Enfin, dernière piste de réflexion, les problématiques qui sous-tendent les analyses développées par les auteurs ne s’inscrivent-elles pas sur un axe bi-polaire tendu entre un pôle « représentationnel » et un « pôle constructiviste » de l’espace public médiatisé ? Ces deux pôles ne constitueraient- ils pas deux postures épistémologiques limites ? Le franchissement de l’une ferait verser dans l’illusion objectiviste et réaliste du « fait brut », tandis que celui de l’autre ferait penser l’événement dans l’illusion phénoménologique du « tout médiatisé » ? Sur le plan pragmatique, ce serait une manière de constater que le journaliste d’aujourd’hui, quoi qu’il dise et quoi qu’on en dise, tendrait à adopter la figure du « journaliste engagé », témoin et acteur de son temps. En se fondant sur des analyses discursives empiriques, l’un des acquis communs aux quatre contributions présentes, et non des moindres, réside sans doute à montrer que les pratiques journalistiques réunionnaises inscrivent dans leur acte d’écrire leur contribution au débat local et à la mise en scène de la vie sociale et politique de l’île ; participant ainsi, à leur manière, à la formation de son espace public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Présentation de la partie II : La construction des messages médiatiques par la presse régionale réunionnaise », Études de communication, 17 | 1995, 69-71.

Référence électronique

« Présentation de la partie II : La construction des messages médiatiques par la presse régionale réunionnaise », Études de communication [En ligne], 17 | 1995, mis en ligne le 21 juin 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://edc.revues.org/2468 ; DOI : 10.4000/edc.2468

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page