Navigation – Plan du site
Première partie : Les médias réunionnais, faits de structure et discours d'acteurs

L’émergence de l’espace public a la Réunion. Un contexte socio-historique singulier

The emergence of the public sphere’s in Reunion Island.
Michel Watin et Eliane Wolff
p. 19-39

Résumés

L’éclairage socio-historique proposé dans cet article n’a pas pour objet de construire un décor illustratif de la situation réunionnaise : la mise en perspective diachronique de la transformation de la société réunionnaise vise ici à inscrire l’émergence d’un espace public à la Réunion dans un processus historique, l’histoire constituant une variable endogène du contexte présent. Signifiante pour les acteurs locaux, elle est une catégorie en tant que telle et s’impose de façon incontournable pour la compréhension de ce qui se joue « ici et maintenant ». De ce point de vue, l’espace public ne constitue ni un type idéal universalisé ni une catégorie normative.
Selon ces principes, la forme spécifique que prend l’espace public réunionnais est appréhendée d’abord au regard de l’évolution socio-historique de la société locale et des profondes transformations qui la parcourent depuis une trentaine d’années. Dans un second temps, l’émergence de l’espace public réunionnais est examiné au travers de la mutation du paysage médiatique local.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 21 juin 2011.

1L’éclairage socio-historique proposé ici n’a pas pour objet de construire un décor illustratif de la situation réunionnaise, simple fond de carte aux diverses contributions constitutives de cet ouvrage.

  • 1 Hypothèse conduite dans le cadre des travaux de l’Unité de Recherches Associée 1041 du C.N.R.S. dan (...)

2La mise en perspective diachronique de la transformation de la société réunionnaise qui est proposée ici, vise à inscrire l’émergence d’un espace public à la Réunion »1 dans un processus historique, l’histoire constituant, comme le note J. Simonin dans l’introduction du présent numéro, une « variable endogène du contexte présent ». Signifiante du point de vue des acteurs locaux, elle est une catégorie en tant que telle et s’impose de façon incontournable pour la compréhension de ce qui se joue « ici et maintenant ».

3De ce point de vue, l’espace public ne constitue pas « un type idéal universalisé » (Habermas 1978), défini à priori. Il s’agit ici, à partir d’une démarche à la fois sociologique et historique et en s’appuyant sur des observations « de terrain », de caractériser la forme spécifique que prend l’espace public réunionnais selon les deux axes qui définissent classiquement le concept : « une scène d’apparition où accèdent à la visibilité publique aussi bien des acteurs et des actions que des événements et des problèmes sociaux » d’une part, et d’autre part, « une sphère de libre expression, de communication et de discussion » (Quéré, 1992 : 77).

4On évoquera, dans une première partie, l’évolution socio-historique de la société réunionnaise et les profondes transformations qui la parcourent depuis une trentaine d’années. L’émergence d’un espace public réunionnais, qui se produit dans ce contexte socio-historique spécifique, est particulièrement observable dans la transformation du paysage médiatique local qui sera évoqué dans un second temps.

I - La mutation de la société réunionnaise

5Les changements qui intéressent aujourd’hui l’île de La Réunion sont récents, rapides et généralisés. Ils font passer en un temps extrêmement réduit — à peine un tiers de siècle —, la société locale d’une forme de société de Plantation, coloniale, à une forme de société post-industrielle, moderne, complexe et segmentée.

D’une société de Plantation à une société moderne

6Le modèle de la Plantation, qui plonge ses racines dans l’histoire de l’île, est le résultat d’une société forgée à partir de la monoculture de la canne à sucre, de l’esclavagisme et de l’engagisme au profit d’un groupe minoritaire et endogame détenant le pouvoir économique et politique (Benoist, 1983).

7Ce type de société, qui emprunte également des caractéristiques aux groupes paysans, présente une forme d’organisation traditionnelle holiste (Mendras, 1975). Elle se distingue par une nette hiérarchisation verticale recrutant sur des bases ethniques et présente une certaine homogénéité du « monde de vie » des populations dont l’activité se développe dans une aire géographique limitée. Cette société de Plantation se caractérise également par une sociabilité de l’interconnaissance, un contrôle social « primaire » — c’est à dire « de visu » —, une solidarité mécanique surtout basée sur les réseaux de parenté, enfin par un système scolaire inégalitaire, favorisant une toute petite élite et proposant aux autres une école très instrumentalisée où l’on apprend suffisamment pour la « place » à laquelle chaque individu est destiné.

8La modernisation de l’île est, au départ, un processus exogène, importé depuis la métropole coloniale. Elle apparaît avec le progrès technique introduit dans un premier temps à la Réunion au tournant du XXème siècle. La modernisation et le progrès social se trouvent renforcés par la mise en place des grandes Institutions de l’Etat français lorsque l’île passe, en 1946, du statut de Colonie à celui de département. Toutefois la départementalisation n’a commencé à produire des effets réels sur la condition sociale, sanitaire et économique des populations qu’à partir du milieu des années 1960. Aujourd’hui, ayant fait l’impasse de l’industrialisation, la société réunionnaise peut être qualifiée de société de consommation d’inspiration occidentale.

9Ces importantes mutations s’appuient sur l’idéologie et le système de valeurs de la modernité qui consiste en la « diffusion de l’activité rationnelle, scientifique, technologique et administrative » (Touraine, 1992 : 23).

10La modernité, étroitement associée à l’idée de rationalisation, implique la différenciation croissante des divers secteurs de la vie sociale dans ses dimensions économiques, politiques, dans la vie des familles, la religion ou encore les arts. Elle entraîne une segmentation des activités et, par suite, une complexification de la société. Apparaissent alors divers groupes socio-culturels, hétérogènes, qui structurent la société en strates et en classes sociales, même si aujourd’hui l’argent et la consommation abaissent quelque peu les frontières entre les différents groupes sociaux.

11Mais la modernité véhicule encore d’autres caractéristiques en opposition avec le modèle de la Plantation : elle s’applique à de vastes zones géographiques et développe des modes de communication spécifiques basés sur des réseaux d’individus recrutés souvent à partir des relations de travail. Elle implique une sociabilité de l’anonymat où le contact avec l’Autre se gère à partir d’une connaissance partielle et d’un engagement relationnel limité. Elle suppose enfin l’organisation d’un contrôle social médié, d’une solidarité anonyme gérée par l’État et les Institutions, implique un investissement très fort sur l’Ecole considérée comme le vecteur de la mobilité sociale, lieu d’ouverture au progrès et de rupture avec le milieu d’origine.

Une société télescopée

12A la Réunion, le passage d’une forme sociale à l’autre s’est effectué selon un processus historique qui débute par une phase de substitution-assimilation. Durant cette période, la modernisation revient à détruire purement et simplement l’organisation traditionnelle,

« la structure sociale et mentale de la tradition étant considérée irrévocablement comme imperméable à toute innovation, du moins aux innovations qu’exige le progrès technique » (Durand, Weil, 1989 : 275 sq.)

13Aujourd’hui, ce mécanisme semble sinon révolu, du moins en perte de vitesse d’autant que l’on commence à pointer les effets négatifs de ce modernisme exacerbé.

14Le processus de télescopage entre le modèle de la tradition et celui de la modernité semble mieux correspondre à l’actuel « état des lieux » de la société locale. Il apparaît avec la vitesse, la profondeur et la généralisation des transformations sociales et économiques, mais également parce que toutes les conditions de l’établissement de la modernité — l’absence de travail en particulier — ne sont pas remplies (Watin, 1994).

15Tout se passe comme si on assistait, aujourd’hui à une résistance des références issues de la tradition et que l’on se trouvait dans une situation de co-présence « ici et maintenant » de deux modèles, celui de la tradition et celui de la modernité, qui se télescopent.

16Dans cette hypothèse, la modernisation ne consiste plus en une destruction pure et simple de la société traditionnelle ou en une rupture avec une structure sociale et mentale jugée inapte à intégrer la modernité. Au contraire, on assiste plutôt à une interpénétration des formes et des pratiques sociales où le nouveau se mêle à l’ancien, où la tradition s’incorpore et s’adapte à la modernité émergente.

17La société réunionnaise contemporaine apparaît donc comme la résultante d’un télescopage entre une société traditionnelle, locale, rurale et familiale, issue de la Plantation, et une société moderne, globale, urbaine et individualiste suivant le modèle exogène d’inspiration métropolitaine.

18Ce télescopage généralisé, en affectant toutes les dimensions de la vie économique, sociale et politique est en passe de produire une modernité réunionnaise assimilant à la fois une histoire singulière, une situation insulaire, une tradition créole, des incitations nouvelles à une mode de vie occidentalisé, mais capable également d’intégrer —pour combien de temps ? — une conjoncture économique précaire et une situation de l’emploi préoccupante.

L’émergence d’un espace public réunionnais.

19Le renforcement des Institutions et la place de l’Ecole, l’aménagement du territoire constituent, parmi d’autres, deux grands champs dans lesquels les transformations spectaculaires participent très fortement à la mutation de la société réunionnaise. Ils constituent autant de « terrains » d’observation permettant d’avancer dans la compréhension de la société locale, de continuer la description du télescopage des modèles et d’appréhender l’émergence de l’espace public réunionnais (Simonin, Watin, Wolff, 1993).

Le renforcement des Institutions et développement de l’Ecole.

20D’une façon générale, on assiste au renforcement des Institutions : l’Etat et les collectivités locales sont aujourd’hui engagés dans un effort considérable qui traduit la volonté d’améliorer significativement la situation sanitaire et sociale de la population. Les institutions fonctionnant par essence selon les principes de la modernité, cet investissement important a pour effet majeur de transformer les modes de communications sociales quotidiennes. L’expérience de la relation anonyme s’opère au travers de ce développement institutionnel qui se trouve renforcé par l’importance qu’ont pris localement le Conseil Général et le Conseil Régional après les lois de décentralisation. L’action publique récente peut ainsi se lire comme une opération de transformation qui fait passer la Réunion d’un contexte marqué par une sociabilité traditionnelle d’interconnaissance à un contexte où prévaut une sociabilité moderne, anonyme.

21Toutefois, dans la pratique quotidienne, les contacts entre professionnels et usagers métissent l’interconnaissance du monde créole et l’anonymat de la modernité. Une étude portant sur les relations entre services publics municipaux et administrés (Simonin, 1992) montre que ces derniers marquent leur préférence pour les contacts directs. Le fonctionnement communicationnel repose largement sur la reconnaissance de l’autre par des identifiants interpersonnels (liens familiaux, de voisinage...) et moins sur une identification institutionnelle, professionnelle et fonctionnelle qui neutralise les attributs sociaux au nom du principe d’égalité d’accès aux services.

  • 2 Ainsi à la rentrée scolaire et universitaire de septembre 1994 on comptait 218 000 élèves scolarisé (...)
  • 3 A la Réunion, le ‘kartié ’ constitue un espace social que l’on doit distinguer du quartier comme dé (...)

22L’Ecole est une institution particulièrement concernée par ces développements massifs et récents (Simonin, Wolff, 1992 ; 1993)2. L’institution scolaire devient un lieu où naît une identité collective de génération. De fait, la massification brutale de la scolarisation actuellement en cours bouscule l’ordre social local. S’inspirant des principes de la rationalité et de l’universalité des savoirs, l’Ecole institue une vision du monde en rupture avec les propositions de la tradition. Un espace scolaire est en voie de constitution où les jeunes générations découvrent qu’on peut communiquer autrement que selon les règles de l’interconnaissance et du principe de l’autorité à l’oeuvre au sein de la famille et du ‘kartié’3.

L’aménagement du territoire et l’habitat

23L’action publique s’appréhende tout particulièrement dans les domaines de l’aménagement du territoire et de l’habitat social, envisagé ici comme un préalable à l’intégration sociale. L’action sans précédent sur l’espace physique réunionnais induit la transformation de la société en modifiant profondément les termes de la communication sociale.

24A l’échelle de l’ensemble de l’île, l’action massive de construction de logements entraîne un réaménagement spatial d’envergure : l’habitat se densifie, la ville s’empare du territoire, l’urbain progresse, les communications se développent, l’espace public « physique » prend une importance grandissante dans les projets d’aménagement.

25Mais l’espace public urbain est seulement en train de naître sur fond de relations sociales marquées par une sociabilité d’interconnaissance encore vivaces. L’observation des lieux publics réunionnais fait apparaître une typologie ternaire dont l’un des termes, intermédiaire entre l’individuel et le collectif est constitué d’espaces, en principe ouverts à tous mais que s’approprient occasionnellement certains groupes (Watin et al, 1992).

26A l’échelle de l’espace domestique, on a pu voir combien le modèle créole d’habiter proposant un partage singulier entre privé et public (Watin, 1991) restait dynamique même dans le cadre de logements collectifs sociaux de type vertical (Wolff, 1991). On s’aperçoit néanmoins que les nouvelles formes de logements dont le développement massif touche une grande partie de la population, finissent par bouleverser assez radicalement les habitudes de vie et par remettre en cause la gestion traditionnelle du lien social (Watin, 1994).

Public, privé et citoyenneté

27En se combinant entre elles, ces transformations modifient les conditions de la médiation sociale, c’est-à-dire les échanges entre les groupes et les relations entre les individus. La réorganisation du rapport privé/public et l’accès à la citoyenneté « moderne » sont particulièrement concernés par les réaménagements en cours et méritent quelques développements.

Le réaménagement privé/public

28La réorganisation des sphères privées et publiques constitue sûrement une des clefs de compréhension de la transformation de la société locale. Cette réorganisation est particulièrement visible dans le réaménagement spatial en cours.

29Dans la proposition spatiale moderne, d’inspiration occidentale, qui gouverne en grande partie la réhabilitation des quartiers, l’implantation des lotissements et la construction des logements sociaux, le monde du privé est défini par la clôture de la propriété ou par les murs de l’appartement. La ligne de partage privé/public contourne donc l’espace domestique au delà duquel s’étend le domaine du public.

  • 4 A la Réunion, la ‘kour’ désigne l’espace domestique élémentaire. Espace généralement clos, il compr (...)

30Dans le monde créole de La Réunion, la séparation entre le privé et le public traverse l’espace domestique : la notion de privé — « chez soi » — se compose à la fois d’une partie des différents espaces domestiques implantés dans le ‘kartié’, généralement l’arrière des kour4, et des lieux collectifs (le sentier) qui les relient. Le monde du public est constitué, quant à lui, de la partie de l’espace domestique prévu pour la réception de « l’étranger », de « ceux que l’on ne connaît pas », généralement situé à l’avant de la maison, et de l’espace ouvert à tous, le chemin.

31Les notions de privé et de public ne recouvrent donc pas les mêmes définitions selon que l’on se situe dans un cadre moderne ou dans le contexte de la tradition. Cette coupure particulière privé/publique du monde créole continue de structurer les interactions quotidiennes médiatisées ou non, mais également l’appréhension du monde.

La construction de la citoyenneté

32Ces transformations, en postulant l’adhésion à un ensemble social plus vaste que celui du ‘kartié’ qui constitue, dans le monde créole, l’espace social d’appartenance, supposent une nouvelle appréhension de la citoyenneté. Ceci implique une rupture avec les légitimités et les leaderships instaurés dans les ‘kartié’ au cours de l’histoire. La conception moderne de la citoyenneté considère en effet les habitants en tant qu’individus et à égalité les uns par rapport aux autres. Elle les place en position d’acteurs dans un processus d’évolution économique et sociale en les incitant à participer aux débats à propos des changements qui les concernent.

33Cette perspective constitue, pour beaucoup de personnes, une véritable révolution des mentalités. Le débat public est tout juste naissant à la Réunion ; la proximité et la pesanteur du ‘kartié’ peuvent ici constituer un frein à la construction d’une citoyenneté pleine et entière.

34Plus largement, l’histoire et l’insularité pèsent fortement sur la construction de la citoyenneté : il reste à définir si celle-ci doit (ou peut) s’appliquer à l’échelle de La Réunion et/ou à celle de la France, centre idéologique, mythique et décisionnel. Ceci pose la question, toujours en débat, de l’identité réunionnaise. Si ce problème a trouvé quelques réponses sur le plan culturel (Baggioni, Marimoutou, 1985 ; 1988 ; 1989 ; Alber, 1990 entre-autres) , il est clair qu’il faut aujourd’hui interroger la dimension socio-politique de l’identité réunionnaise dans le cadre d’une société qui s’ouvre au débat public et de ses citoyens (créoles ? réunionnais ? français ?) revendiquant le droit à l’information et à la parole publique.

35La construction de la citoyenneté passe également par l’ouverture et l’élargissement de l’espace médiatique qui constituent un fait récent mais essentiel dans l’émergence d’un espace public réunionnais.

II - La transformation du paysage médiatique à la réunion

36Si le pluralisme médiatique actuel contribue à élargir la fenêtre sur le monde par le foisonnement des canaux d’information, il favorise également la constitution d’une opinion publique réunionnaise et répond à la forte revendication de la société locale pour une très large liberté d’expression.

37La scène médiatique locale s’érige à présent en un espace de débat pour discuter de la chose publique, des problèmes de la Réunion et de son avenir. Il n’en a pas toujours été ainsi, la Réunion ayant longtemps connu une fermeture de son espace médiatique. Avant 1976, celui-ci se limite à une presse écrite et audiovisuelle d’opinion soutenant la droite légitimiste et départementalise locale face un puissant mouvement autonomiste mené par le Parti Communiste Réunionnais (P.C.R.) et son journal. Depuis, la situation a changé de fond en comble et le nombre de médias a littéralement explosé en quelques années.

38L’approche historique du développement de la presse, de la radio et de la télévision va mettre en évidence les principales étapes qui ont conduit à la constitution d’un espace médiatique pluriel qui, aux yeux des Réunionnais, constitue une conquête toute récente.

La presse écrite

39La presse réunionnaise a longtemps été une presse d’opinion active et prolifique eût égard au nombre de titres recensés (Caudron, 1990 ; Serviable et Técher, 1991).

40Depuis la parution du premier journal local « le Vrai Républicain ou Journal politique et littéraire de l’Isle de la Réunion » en 1794 jusqu’au début du XXème siècle, on dénombre pas moins de 111 titres qui correspondent à 84 périodiques différents si l’on tient compte des modifications des intitulés de ces parutions (Caudron, 1990). Pendant cette période, paraît « Le Créole », premier journal quotidien de l’île (1882-1894).

Une presse d’opinion

41Cette situation de la presse réunionnaise va se poursuivre à l’identique jusque vers le milieu des années 1970 : il s’agit d’une presse d’opinion certes dynamique mais limitée dans son contenu — les journaux ont alors de deux à quatre pages —, très marquée idéologiquement, et soumise aux aléas de la censure, de l’économie ou de la disponibilité des propriétaires et des rédacteurs. (Caudron, 1989).

42Entre le début du siècle et la fin de la seconde guerre mondiale, on recense la parution de 42 nouveaux titres (Serviable et Técher, 1991). Parmi toutes ces parutions, « Le Progrès », « Quotidien d’Informations » se distingue par son exceptionnelle longévité (1914-1977) tout comme « Le Peuple » (1908-1958), ‘quotidien républicain’.

43De 1944 à 1964, 18 titres voient le jour. La moitié ne passeront pas le cap des trois ans. Parmi ceux qui vont durer, deux journaux émergent en perpétuant la tradition de la presse d’opinion : « Témoignages » (1944), ‘organe de défense pour les sans-défense’ hebdomadaire puis quotidien (1958) du Parti Communiste et « le Journal de l’Ile de la Réunion » (J.I.R.), créé en 1951, qui deviendra rapidement le porte-parole de la droite locale.

44Ces deux publications, qui paraissent encore aujourd’hui, ont longtemps traduit, par leurs prises de position, le débat politique du moment, opposant radicalement la proposition autonomiste essentiellement soutenue par le Parti Communiste Réunionnais (P.C.R.) d’un côté, et de l’autre, le courant légitimiste soutenant la départementalisation-assimilation prônée par la droite locale.

45Si le J.I.R. est le premier quotidien à introduire dans l’île la notion d’équipe rédactionnelle, il ignore quasiment l’actualité locale et privilégie les faits nationaux et internationaux, seuls dignes de figurer dans les pages d’un journal « départementaliste ».

46Entre les deux « le Progrès » se veut un journal médian ‘entre deux formes d’intégrisme’ ; il disparaît en 1977. De fait le J.I.R. occupe jusqu’au milieu des années soixante dix une position de quasi monopole face aux tirages limités d’un « Témoignages » soumis de multiples fois à la censure.

L’avènement du Quotidien

47Le « Quotidien de la Réunion » (13 septembre 1976) marque l’avènement dans l’Ile d’une véritable presse moderne et professionnelle. Il innove tant par les procédés de fabrication et de diffusion (format tabloïd, imprimerie offset, réseau de vente) que par le souci de rompre avec une presse d’opinion et de participer au débat public local :

La vraie vocation d’un quotidien n’est pas seulement d’informer mieux ses lecteurs et de les informer plus vite. Elle est aussi de les aider en leur donnant la possibilité de s’exprimer (Quotidien du 11-1-1977).

48Tout en introduisant la presse d’information à la Réunion, le Quotidien propose également de commenter les faits, d’évoquer des problèmes de société, ‘d’ouvrir des dossiers’ et d’offrir un lieu de discussion contradictoire en ‘n’attaquant jamais un homme ou une institution sans lui donner la parole’ (Quotidien du 11-1-1977). Ce faisant il inaugure un espace public de débat largement compromis à cette époque par la position monopolistique du J.I.R. et la quasi-clandestinité de « Témoignages ».

49Mais le positionnement du Quotidien heurte très vite une partie de la société locale. Privé de l’aide des banques, de papier et d’annonces publicitaires, le nouveau journal dépose son bilan en mai 1977. Une mobilisation importante, orchestrée par des artistes, sportifs et intellectuels locaux lui permet de surmonter la crise puis de s’imposer rapidement en leader de la presse quotidienne régionale.

L’accélération de l’ouverture

  • 5 « Télé 7 », « Visu », dépendant du « Quotidien », « Star Télé » d’une part, « Eglise à la Réunion » (...)

50L’année 1976 constitue ainsi une date charnière dans l’histoire de la presse réunionnaise. A peu près en même temps apparaît une Presse Hebdomadaire Régionale locale, essentiellement composée d’hebdomadaires de télévision qui ciblent des strates différentes de la société locale, ainsi que trois mensuels5.

  • 6 « Le Monde », pour ne prendre que ce titre, n’était disponible « en kiosque » qu’à quelques exempla (...)

51Parallèlement à ces développements, on note l’expansion de la diffusion de la presse métropolitaine : aujourd’hui, les grands quotidiens nationaux sont disponibles le lendemain de leur parution à Paris et les détaillants voient leur chiffre de vente augmenter régulièrement6.

  • 7 Dans son premier éditorial, « Le Réunionnais » se déclare ‘résolument indépendant de toute formatio (...)

52En 1992 enfin, apparaît « Le Réunionnais », dernier né de la Presse Quotidienne Régionale. Tout en affichant des objectifs similaires à ceux du Quotidien, il cible toutefois un lectorat plus populaire en pariant sur l’information de proximité et les sports7 : la ligne éditoriale du nouveau journal préconise des articles courts et s’appuie sur des nombreuses illustrations photographiques proposées en quadrichromie, une innovation dans la P.Q.R. locale.

La radio

53La radio apparaît dans la Colonie en 1927, année du premier « radio-concert » diffusé à Saint Denis. A partir de 1936, « des programmes de choix » sont entendus dans toute l’île grâce à des « postes de réception publics ». Radio Saint Denis naît en 1938 (Vaxelaire et al., 1989).

Le monopole d’État.

54La Radio Nationale, suivie de la Radio Diffusion Française s’implante dans l’île en 1948. En 1950, on compte 1900 postes de radio pour 30 heures d’émission hebdomadaires et 25400 en 1963 pour 70 heures hebdomadaires. L’Agence France Presse fournit la majeure partie des informations diffusées par la radio d’Etat ; encore fallut-il attendre pour cela que l’on transforme l’abonnement « Afridascar », envoyant à la Réunion les nouvelles d’Afrique, pour un abonnement national et international (Idelson, 1995). Par ailleurs, le journal parlé élaboré dans les années soixante fournit ses feuillets au J.I.R. qui les publie pour l’information quotidienne livrée à ses lecteurs.

55La R.T.F. puis l’O.R.T.F. (1964) succèdent à la R.D.F. France Régions 3 est créée en 1974. Ces transformations institutionnelles ne changent en rien la situation monopolistique de la station : la « Voix de la France » constitue ainsi le canal unique d’une propagande d’Etat exerçant un quasi monopole de l’information et pratiquant la censure envers les leaders politiques locaux.

La libéralisation de 1981

56Elle coïncide avec le changement politique (10 mai 1981) en France et la promesse du nouveau pouvoir socialiste de ‘libérer les ondes’. Free DOM est une des premières radios à briser le Monopole d’Etat en émettant dès le 14 juillet 1981. Si cette radio « pirate » propose une palette d’émissions variées, elle innove dans le paysage radiophonique local en laissant une place grandissante au créole et à l’expression populaire, essentiellement au travers des émissions interactives. Pendant ces « Radio-doléances », la population est invitée à débattre sur un thème proposé en début d’émission ou sur une thématique de son choix. Par ailleurs, trois rendez-vous d’information par jour sont proposés aux auditeurs ; ces journaux parlés sont élaborés en collaboration avec l’équipe rédactionnelle du Quotidien.

57Free DOM ouvre la voie à une multitude de « radios libres » : le 4 juin 1985, la Haute Autorité de l’Audiovisuel légalise 44 fréquences dont 4 couvrent une grande partie de l’île.

58Le 14 juillet 1985, Free DOM relaie en direct l’intégralité des informations d’Europe 1, ce qui constitue une innovation sans précédent, les divers journaux radiodiffusés se contentant jusque là de reprendre des reportages captés par satellite. D’autres radios locales emboîtent le pas et passent des accords avec les grandes stations métropolitaines. Trois d’entre elles, grâce à un contrat de fourniture de programmes, relaient en direct les journaux d’Europe 1, de R.M.C. et de R.T.L.

  • 8 Parmi elles, 6 ont un statut à caractère commercial (Radio Festival, Radio Freedom, Radio Est, RFM, (...)

59Aujourd’hui, alors que les négociations pour le renouvellement des fréquences sont en cours, 39 radios émettent sur l’île dont 9 sur quasiment tout le territoire8.

La télévision.

60Le Centre d’Actualité Télévisée de la station de la Réunion est créé en 1964. Le 24 décembre 1964, alors qu’au même moment 43 % des foyers métropolitains sont déjà équipés en récepteurs de télévision, les Réunionnais visionnent leur première émission. Présentée par le Gouvernement comme un cadeau de Noël offert à la population réunionnaise, la télévision diffuse à cette époque deux heures d’émission par jour pour une centaine de privilégiés qui possèdent, un poste à leur domicile. Le « programme » est constitué d’un film et d’un journal télévisé confectionné en métropole et accompagné d’images datant de quelques jours, délais d’acheminement aérien obligent.

  • 9 7 000 en 1966 et 25 300 en 1971 pour respectivement une population de 416 525 et de 457 900 habitan (...)

61Le nombre de récepteurs s’accroît9, même s’il reste encore inférieur de moitié au taux d’équipement de la métropole.

  • 10 Il s’agit de « Donne à moins la main » (1978 FR3). On repère toutefois, du temps de l’ORTF, une émi (...)

62En 1976, sont inaugurées les premières liaisons satellites, et donc « le direct » qui transforme la télévision en un outil plus performant. La production locale se développe : on voit apparaître les premières émissions locales et les premiers titres en créole10 (Cazanove, 1994). Mais l’emploi de cette langue à l’antenne reste une pratique confidentielle sur la chaîne publique.

63Enfin la création de Radio-France Outre Mer (1983) coïncide avec l’apparition de la seconde chaîne qui diffuse, avec un léger décalage, les programmes d’Antenne 2.

Une télévision d’Etat

64Il est intéressant de relever qu’un seul homme, Jean Vincent-Dolor, est omniprésent dans le paysage médiatique de l’époque, comme on peut le lire dans sa biographie, publiée dans ce numéro. Rédacteur en chef du J.I.R. (1951), il devient le premier « speaker » de la R.T.F. en 1963, puis le premier présentateur du journal télévisé en 1964. Il affiche publiquement ses convictions « nationalistes » et s’érige en fervent défenseur des intérêts supérieurs de la Réunion. Ceux-ci passent par un combat sans état d’âme contre les communistes et les menaces séparatistes qu’ils représentent. Le Parti Communiste Réunionnais sera effectivement interdit d’antenne jusqu’en 1981.

65La télévision réunionnaise, qui clôture ses programmes au son de la Marseillaise, reste essentiellement jusqu’à cette période « La voix de la France », une télévision d’Etat qui accueille de préférence les notables dont le discours s’inscrit dans la ligne défendue par la station.

Télé Free DOM ou la défense de la télévision « pirate »

66Le grand tournant dans le monde de la télévision réunionnaise a lieu le 13 mars 1986 : dans le sillage de sa radio, Camille Sudre crée Télé Free DOM qui marque la fin du monopole de la télévision d’Etat. Apparaissent alors les premiers débats télévisés. Les très suivies « Télé-doléances », émissions télévisuelles interactives de proximité, permettent pour la première fois aux gens d’exprimer qui en français, qui en créole, leur point de vue face à des hommes politiques ou à des personnalités de la société civile sollicités pour un débat.

  • 11 Ensemble (...) nous allons tenter d’arracher cette nouvelle forme de communication , ensemble nous (...)

67Mais Free DOM, télévision illégale, est en butte à la justice qui ordonne la cessation des émissions. Intellectuels et artistes participent alors à un large mouvement populaire pour la défense de la Télévision « pirate » et plus généralement de la liberté d’expression11. Les émetteurs de Free DOM sont finalement saisis le 24 Février 1991. La télévision cesse ses émissions et les manifestations qui s’en suivent dégénèrent par deux fois en affrontements de rue (24 février et 18 mars 1991). Après ces manifestations violentes, l’élite locale se désengage, dénigrant même le caractère populiste de la télévision et soupçonnant son leader de démagogie et de poujadisme.

  • 12 Margie Sudre, toujours présidente de la Région Réunion, est aujourd’hui Secrétaire d’Etat à la Fran (...)

68Free DOM se transforme alors en un mouvement politique qui vient largement mordre sur l’électorat traditionnel du P.C.R. Camille Sudre sera élu à la tête de la Région Réunion en mars 1992. Accusé d’avoir utilisé « sa » radio à des fins partisanes, il voit son élection invalidée en mai 1993 ; son épouse est alors élue à la tête du Conseil Régional avec l’appui du groupe Free DOM12.

69Entre temps, une troisième fréquence, que se partagent Antenne Réunion et Canal Plus, est autorisée par le C.S.A. en 1991. En 1992, TV Sud et TV 4, deux nouvelle chaînes locales voient le jour. Enfin, en 1994, Antenne Réunion, qui se voit attribuer une fréquence, se sépare de Canal Plus et devient une chaîne de plein exercice ; elle diffuse aussi bien des émissions produites localement que des programmes de TF 1.

Regard synoptique

70Ces considérations sur l’évolution du paysage médiatique local permettent de mesurer combien celui-ci a été soumis à de profondes et rapides mutations. Le tableau synoptique ci après fait apparaître la période des années 1976-1986 comme un moment charnière dans la construction de l’espace médiatique réunionnais. Deux événements forts balisent cette décennie : l’apparition du Quotidien pour la presse écrite en 1976, l’avènement de Télé Free DOM pour la télévision en 1986.

  • 13 On compte alors 95 000 analphabètes pour environ 500 000 habitants (Colliez, INSEE, 1989, n° 42 : 3 (...)

71L’arrivée du Quotidien en 1976 marque la rupture avec la presse d’opinion. Il brise la bipolarisation et annonce l’avènement d’une presse d’information moderne et professionnelle. En présentant l’actualité locale en une du journal, en ouvrant ses colonnes à tous, le Quotidien se penche sur la vie réunionnaise et introduit le débat contradictoire sur des problèmes jusque là occultés : l’identité réunionnaise, la langue créole, la réalité du paysage politique local. Il participe ainsi à l’ouverture de l’espace public local et opère la première brèche dans le paysage médiatique verrouillé de la Réunion. Toutefois, dans un département qui compte relativement peu de lecteurs13, il s’impose comme un journal « intellectuel » : son lectorat se recrute essentiellement dans la classe moyenne locale en émergence qui s’était fortement mobilisée pour le soutenir à ses débuts.

72L’année 1981 est marquée par une deuxième brèche médiatique. Profitant du changement politique et des libertés nouvelles octroyées en matière d’audio-visuel, Radio Free DOM va, à l’instar du Quotidien pour la presse écrite, faire basculer l’espace public local. La radio permet à toute une population jusque là peu active sur la scène publique d’accéder au débat et à la prise de parole dans la langue et selon les modes qui lui sont propres (Simonin, Watin, 1993). Liberté de parole également pour les partis politiques et leurs représentants dont certains étaient jusque là interdits d’antenne. Enfin le relais en direct des journaux parlés de métropole modifie considérablement l’espace public local en proposant à tous un autre traitement de l’information nationale et internationale.

73L’apparition en 1986 de Télé Free DOM consacre la libération des ondes. Comme la radio, Télé Free DOM va proposer d’autres lieux et d’autres formes de discussion publique dont les règles ne sont pas celles de la presse écrite. Dans une culture où l’oral et le contact direct de face à face gardent une place importante, Free DOM élargit la brèche ouverte par la radio. Télé Free DOM menacée, soutenue au départ, comme le Quotidien, par la classe moyenne locale au nom de la lutte pour la liberté d’expression, a rapidement su mobiliser la masse des Réunionnais qui se sont saisis de ce média comme d’un lieu d’expression et de débat privilégiés. Aujourd’hui, Antenne Réunion et les deux canaux de R.F.O. mettent largement en avant l’information locale, des émissions locales et proposent régulièrement des débats et des commentaires de l’actualité.

74Le pluralisme médiatique et la diversité foisonnante des canaux d’information actuels constituent donc une conquête récente. L’explosion médiatique correspondant à la libéralisation des ondes en 1981 est emblématique de l’aspiration de toute la population réunionnaise à plus de citoyenneté, de démocratie et de débat public, aspiration qui s’est traduit sur le plan politique par une modification notable des rapports de force au sein de la collectivité régionale.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Alber, J-L., (1990), Vivre au pluriel, Production des identités sociales et culturelles à la Réunion et à Maurice, URA 1041 du CNRS, Université de la Réunion.

Baggioni, D. & Mathieu, M., (1985), Cultures(s) empirique(s) et identité(s) culturelle(s) à la Réunion, URA 1041 CNRS, Université de la Réunion.

Baggioni, D. & Marimoutou, C., (1988), Cuisines / Identités, URA 1041 CNRS, Université de la Réunion.

Baggioni, D. & Marimoutou, C., (1989), Formes-Sens / Identités, URA 1041 CNRS, Université de la Réunion.

Benoist, J., (1983), Un développement ambigu, FRDOI, Saint Denis de la Réunion.

Caudron, O., (1989), Journaux clandestins à l’île Bourbin sous la monarchie de Juillet : la presse des Francs-Créoles (1832-1833) in Presse, radio et histoire (Actes du 113ème Congrès des Sociétés Savantes, Strasbourg, 1988), Paris, Editions du CTHS : 103-125.

Caudron, O., (1990), Catalogue des périodiques réunionnais de 1794 à 1900, URA 1041 du CNRS, Université de la Réunion.

Cazanove, K., (1994), La télévision à la Réunion. L’évolution de la télévision à la Réunion : un espace public émergent, Mémoire de maîtrise, Département Sciences de l’Information et de la Communication, Université de la Réunion.

Colliez, J-P., (1989), « 82 000 ou 95 000 analphabètes à la Réunion » in L’Economie de la Réunion n° 42, INSEE Réunion : 3-4.

Durand, J-P. & Weil, R., (1989), Sociologie contemporaine, Vigot.

Habermas, J., (1978), L’espace public, éd. française, Payot.

Idelson, B., (1995), De la RTF à RFO, la télévision réunionnaise à travers le récit de vie d’un acteur pionnier : Jean Vincent-Dolor, D.E.A. « Etudes créoles et francophones », Université de la Réunion.

Mendras, H., (1975), Eléments de sociologie, A. Colin.

Pontus, A., (1995), Le phénomène Freedom à l’île de la Réunion ; médias et politique, Rochemaure, Ed. Simone Sudre.

Quere, L., (1992), « L’espace public : de la théorie politique à la métathéorie sociologique » in Les espaces publics, Quaderni n° 18 : 75-92.

Simonin, J., (1992), « Etude interactionnelle d’une démarche administrative téléphonique » in La relation de service dans le secteur public. Tome 3 : Les compétences de l’agent, Plan urbain/RATP/DRI : 193-206.

Simonin, J., (1994), « Communications médiatisées et territoire insulaire : le cas de l’île de la Réunion » ; Communication au colloque « Géographies, Information et Communication : nouvelles techniques, nouvelles pratiques, nouveaux concepts », Toulouse, 30 mai-1er juin 1994, à paraître.

Simonin, J., Watin, M., (1993), « Espace public et communications médiatisées à la Réunion » in Médias, Ecole et ‘kartié’ à La Réunion, des espaces en contact, Rapport de recherche, URA 1041 du CNRS : 37-49.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Simonin, J. & Wolff, E., (1992), « Ecole et famille à la Réunion : un lien problématique » in Revue Française de Pédagogie, n° 100 : 35-45.
DOI : 10.3406/rfp.1992.1317

Simonin, J. & Wolff, E., (1993), « L’Ecole à la Réunion. Enjeux et usages » in Médias, Ecole et ‘kartié’ à La Réunion, des espaces en contact, Rapport de recherche, URA 1041 du CNRS : 8-22.

Simonin, J., Watin, M., Wolff, E., (1993), Médias, Ecole et ‘kartié’ à La Réunion, des espaces en contact, Rapport de recherche, URA 1041 du CNRS.

Serviable, M., Techer, K., (1991), Histoire de la presse à la Réunion, ARS Terres Créoles/URAD.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Touraine, A., (1992), Critique de la modernité, Fayard.
DOI : 10.1522/030296063

Vaxelaire et als, (1989), Le Mémorial de la Réunion, Tomes 5 et 6, Australes Editions.

Watin, M., (1991), Habiter, approche anthropologique de l’espace domestique à la Réunion, Thèse de doctorat, Départements des Lettres et des Sciences Humaines, Université de La Réunion.

Watin, M., Vidal, B. et Chabrand, D., (1992), Les espaces publics à La Réunion, approche socio-urbaine, Direction Départementale de l’Equipement, Conseil en Architecture Urbanisme et Environnement, URA 1041 CNRS.

Watin, M., (1994), « Approche du changement social à La Réunion » in Ville Habitat, Aménagement, s/d. Etave et Watin, DDE, CAUE, Université de la Réunion, Plan Urbain : 193-201

Wolff, E., (1991), Quartiers de vie, Méridiens Klincksieck.

Haut de page

Notes

1 Hypothèse conduite dans le cadre des travaux de l’Unité de Recherches Associée 1041 du C.N.R.S. dans le programme « Espace public, langage et communications sociales à la Réunion ».

2 Ainsi à la rentrée scolaire et universitaire de septembre 1994 on comptait 218 000 élèves scolarisés soit 38 % de la population de l’Ile.

3 A la Réunion, le ‘kartié ’ constitue un espace social que l’on doit distinguer du quartier comme découpage géographique et administratif (Watin, 1991). Ecrire ‘kartié ’ selon la graphie du créole proposée en 1977 par un groupe d’universitaires permet donc de bien faire la distinction entre ‘kartié ’ et quartier.

4 A la Réunion, la ‘kour’ désigne l’espace domestique élémentaire. Espace généralement clos, il comprend la ‘kaz ’ dont l’implantation détermine une avant-cour plantée de fleurs et une cour arrière où se déroule la majeure partie de la vie familiale.

5 « Télé 7 », « Visu », dépendant du « Quotidien », « Star Télé » d’une part, « Eglise à la Réunion », « l’Enjeu Economique et « le Memento » d’autre part, et ce sans compter les mensuels culturels, organes des communautés culturelles et religieuses de l’île

6 « Le Monde », pour ne prendre que ce titre, n’était disponible « en kiosque » qu’à quelques exemplaires limités (1980) et vieux d’une semaine. Seule la sélection hebdomadaire de ce journal constituait une base de « nouvelles fraîches ».

7 Dans son premier éditorial, « Le Réunionnais » se déclare ‘résolument indépendant de toute formation politique’ et indique que ‘son seul parti sera celui des Réunionnais et de leur diversité’. Il affirme vouloir offrir un espace supplémentaire de liberté, de démocratie et de pluralisme dans une société réunionnaise où bien des blocages sont encore à vaincre. Se voulant proche de ses lecteurs, le journal propose tous les jours huit pages d’informations locales », de « rendez-vous avec la vie, sans toutefois se contenter de vibrer (uniquement) au rythme de la Réunion ; il s’agit d’en dire davantage sur l’actualité française et internationale .... en privilégiant, dans l’actualité, tout ce qui a un impact direct sur (votre) vie quotidienne et d’apporter des explications écrites qui sont de vrais outils de la réflexion.

8 Parmi elles, 6 ont un statut à caractère commercial (Radio Festival, Radio Freedom, Radio Est, RFM, Fun Radio et Radio Korail) et 3 ont un statut associatif (RIL, Radio Arc-en-Ciel, Classic FM). La négociations des conventions passe aujourd’hui par un Comité Technique Régional (C.T.R., installé à la Réunion fin 1992) qui instruit les demandes pour le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (C.S.A.).

9 7 000 en 1966 et 25 300 en 1971 pour respectivement une population de 416 525 et de 457 900 habitants - INSEE, 1972).

10 Il s’agit de « Donne à moins la main » (1978 FR3). On repère toutefois, du temps de l’ORTF, une émission « radio crochet » dès 1971 : Bourbon y cause Bourbon y chante.

11 Ensemble (...) nous allons tenter d’arracher cette nouvelle forme de communication , ensemble nous allons faire comprendre à la nation toute entière que la télévision appartient à ceux qui la regardent. C. Sudre, 15/9/86 après la manifestation de 10 000 personnes à Saint Denis (Pontus, 1995 : 91).

12 Margie Sudre, toujours présidente de la Région Réunion, est aujourd’hui Secrétaire d’Etat à la Francophonie dans le gouvernement d’Alain Juppé formé en mai 1995.

13 On compte alors 95 000 analphabètes pour environ 500 000 habitants (Colliez, INSEE, 1989, n° 42 : 3-4).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://edc.revues.org/docannexe/image/2480/img-1.png
Fichier image/png, 472k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Watin et Eliane Wolff, « L’émergence de l’espace public a la Réunion. Un contexte socio-historique singulier », Études de communication, 17 | 1995, 19-39.

Référence électronique

Michel Watin et Eliane Wolff, « L’émergence de l’espace public a la Réunion. Un contexte socio-historique singulier », Études de communication [En ligne], 17 | 1995, mis en ligne le 21 juin 2011, consulté le 22 août 2014. URL : http://edc.revues.org/2480

Haut de page

Auteurs

Michel Watin

Michel Watin, anthropologue, est Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de la Réunion. Ses travaux, programmés dans le cadre de l’U.R.A. 1041 du C.N.R.S., portent sur l’émergence de l’espace public à la Réunion, envisagé sous la double approche de l’espace physique lié à l’urbanisation et de la démocratie locale.

Eliane Wolff

Eliane Wolff est diplômée de l’EHESS. Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université de la Réunion, elle achève une thèse de doctorat portant sur la presse lycéenne, l’espace public scolaire et ses rapports avec la société globale dans l’histoire récente de la Réunion. Sont travail s’inscrit dans le cadre de l’U.R.A. 1041 du C.N.R.S.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page