Navigation – Plan du site
Dossier : Education, Formation : le temps de l'industrialisation ?

Annexe 2 - L’érosion des finalités éducatives

Contribution de Jean-Pierre LE GOFF - 8 décembre 1991
Jean-Pierre Le Goff
p. 75-76

Texte intégral

1Synthèse d'Élisabeth FICHEZ

2L'éducation permanente a vu ses finalités premières (égalité des chances, dimension culturelle de la formation) s'éroder depuis 1970. La formation continue s'est constituée en marché et, avec la crise, est devenue un élément central de la gestion du social (stages-parking ou de reconversion). Depuis les années 80, de nouveaux changements importants sont intervenus : le rapport de la formation à l'entreprise est de plus en plus subordonné à une vision étroitement utilitaire qui pousse au développement de la finalité professionnelle de la formation, tandis que se diffuse un discours idéologique qui tend à faire de l'entreprise le pôle de légitimité sociale.

3Ainsi, la pédagogie est de plus en plus pensée en termes d'ingénierie ; la dimension mercantile s'affirme dans le recours à des formules telles que « lignes de produits », « porte-feuil/e de compétences », «grille d'évaluation », « qualité totale ».... Dans l'Éducation Nationale, le « projet d'établissement » est envisagé sur le modèle du management d'entreprise, avec sa stratégie, ses objectifs, sa culture, son système d'évaluation, sans prise en considération du fait que celui-ci divulgue largement un discours manipulateur. Les milieux universitaires n'échappent pas à ce culte de l'entreprise ; le Président de l'Université de Compiègne déclare ainsi à un colloque organisé par la CEGOS en 1985 : « Je dis " transformer l'université en entreprise" parce que nous sommes des entreprises du tertiaire... comme les banques, le club Méditerranée ou la société J. C. Decaux. Nous vendons du service, de l'immatériel ; nos produits sont d'abord les personnes que vous embauchez ».

4On ne peut pourtant pas penser la répartition des biens éducatifs sur le modèle industriel. Le modèle managérial et le marketing sont en train de se présenter comme un modèle global, valable pour l'ensemble des activités. Face à cette hégémonie, il faut réintroduire la question de la finalité de l'éducatif : éduquer en vue de quoi ? Cette question est inséparable de la façon dont une société conçoit le vivre ensemble, et l'idée de l'homme et du citoyen qu'elle veut promouvoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Le Goff, « Annexe 2 - L’érosion des finalités éducatives », Études de communication, 14 | 1993, 75-76.

Référence électronique

Jean-Pierre Le Goff, « Annexe 2 - L’érosion des finalités éducatives », Études de communication [En ligne], 14 | 1993, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://edc.revues.org/2729 ; DOI : 10.4000/edc.2729

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Le Goff

Jean-Pierre Le Goff, Animateur du séminaire « Éthique, travail et technique » au Conservatoire National des Arts et Métiers. Auteur de l'ouvrage « Le mythe de l'entreprise. Critique de l'idéologie managériale », Paris, La Découverte, 1992.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page