Navigation – Plan du site
2ème partie : ateliers

Enjeux

Christine Quentin et Jean Agnès
p. 75-76

Texte intégral

1Les journées d’étude de Lille sur « l’information télévisée » étaient l’occasion double d’un bilan et d’une confrontation sur l’état de la recherche et de la formation, sur la nature des rapports entre les partenaires du champ théorique et les acteurs pédagogiques.

2Mais entre des théoriciens presque entièrement mobilisés par les bouleversements actuels des médias et les praticiens impliqués dans les nécessaires mises en oeuvre de nouveaux comportements éducatifs, la confrontation pour attendue qu’elle fût, s’est révélée plus ouverte que prévue.

3De ce point de vue la diversité des participants du colloque souligne bien l’intérêt pour l’avenir d’aménager un espace commun de réflexion et de rencontre des différents questionnements posés en préalable à cette manifestation.

4Ainsi : pour les formateurs d’un public jeune ou adulte (enseignants), les arguments fournis par les chercheurs ou les professionnels de l’information offrent les meilleures armes d’une « joute spirituelle » avec le petit écran.

5En effet « les nouvelles donnes » du paysage télévisuel, évoquées plus haut, intéressent en premier lieu le secteur éducatif. La présence accrue de la télévision dans le parcours journalier de l’enfant pose la question pressante de l’articulation des connaissances qu’il acquiert et construit à l’école avec celle que lui transmet son environnement médiatique. Quels dialogues, quelles interactions, quelles exclusions se jouent entre ces deux modes d’approche culturels ?

6Dans cette perspective, choisir l’information, c’est à la fois privilégier un point de départ à partir duquel se dévoile l’ensemble de la logique d’un médium et opérer une focalisation théorique. C’est aussi l’angle d’analyse que s’est donné le CLEMI pour mener à bien ses formations.

7Inversement, pour permettre à la recherche de se nourrir des expérimentations en éducation, les ateliers du colloque présentaient plusieurs types de témoignages :

  • les formateurs qui testent de nouveaux programmes pour sensibiliser un public aux moyens d’information. Cet objectif a conduit Claude Jamet et Philippe Perrey à mettre sur pied une démarche progressive d’acquisition de « grilles de lecture » de l’information télévisée ;

  • les universitaires qui élargissent les domaines d’analyse sur les médias. Ainsi, Noël Nel s’est attaché à définir les règles de ce genre particulier que constituent les « débats télévisés », Odile Ausina appuie son analyse du journal téllévisé· sur une comparaison avec le journal écrit, Pierre et Maryvonne Masselot distinguent différents types de traitement au journal télévisé ;

  • les journalistes qui décrivent les rouages de leur profession. Ce sont les contributions de François Ponchelet sur les journaux télévisés du matin d’Antenne 2, et Bernard Marquetti sur les rapports du texte et de l’image dans le reportage ;

  • le directeur de « Médiascopie » qui expose sa méthodologie pour saisir les réactions aux prestations télévisuelles des hommes politiques.

8Gageons, que par cette confrontation vivante et diversifiée des points de vue, de nouvelles stratégies éducatives auront pu s’exprimer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Quentin et Jean Agnès, « Enjeux », Études de communication, 10 | 1989, 75-76.

Référence électronique

Christine Quentin et Jean Agnès, « Enjeux », Études de communication [En ligne], 10 | 1989, mis en ligne le 11 février 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://edc.revues.org/2850 ; DOI : 10.4000/edc.2850

Haut de page

Auteurs

Christine Quentin

Christine Quentin, CLEMI

Articles du même auteur

Jean Agnès

Jean Agnès, CLEMI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page