Navigation – Plan du site
2ème partie : ateliers

Les journaux télévisés du matin

Interviewé par Ch. QUENTIN
François Ponchelet
p. 117-120

Résumé

Exposé de François Ponchelet, rédacteur en chef d'Antenne 2 sur les journaux du matin, à propos de la diversification de l'information télévisée sur les différents créneaux horaires de la journée. Son intervention est suivie d'un débat.

Haut de page

Texte intégral

1L’exposé de François Ponchelet, Rédacteur en Chef d’Antenne 2 sur les journaux télévisés du matin, a montré à quel point l’information se diversifiait au cours d’une journée. En effet, modèles et formats de journaux se multiplient sur les différentes chaînes du public et du privé répondant de façon toujours plus précise, aux attentes et comportements des téléspectateurs.

2L’information télévisée du matin est extrêmement concentrée et rapide. C’est un premier constat, qui implique pour les journalistes une toute autre conception de la forme du journal le matin par rapport à celui diffusé le soir.
Le soir, c’est la « grand messe » d’une demi-heure d’informations pour un journal qui se veut complet et qui balaye l’ensemble de l’actualité du jour. Il se regarde assis de façon posé ou réfléchi. Le matin, il faut compter sur une disponibilité moindre du public occupé à différentes tâches domestiques et ménagères qui visionne debout le journal et généralement en activité.
La première difficulté consiste donc à réussir à capter l’attention du public, la seconde provient du fait que le matin, les gens ont des horaires variés de réveil.

3En moyenne, un téléspectateur du matin regarde la télévision pendant quarante minutes mais de façon épisodique avec une durée d’attention qui ne dépasse jamais trois à quatre minutes.
D’où cette conception particulière de l’information du matin qui est faite autant pour être vue qu’écoutée. Elle est construite suivant un fil sonore ininterrompu comme une émission radio qui interdit les blancs afin que l’attention du public ne soit pas brutalement coupée. Au 20 heures, les sujets sont traités de façon plus cinématographique avec quelquefois des reportages qui peuvent aller de 30 secondes à 4 minutes lorsqu’il s’agit d’une enquête approfondie. Les répartitions de temps tournent entre un tiers de plateau (c’est-à-dire 10 minutes) et deux tiers de reportage (c’est-à-dire 20 minutes d’images).

4A Télématin, nous avons trois journaux à 7 h, 7 h 30 et 8 h qui ne durent pas plus de 8 minutes, nous réussissons à donner environ 21 informations avec des sujets de 50 secondes maximum. Le soir, les journalistes traitent à peu près autant de thèmes, une vingtaine, mais en 30 minutes.

5En ce qui concerne la conception du journal, du point de vue de son contenu, le 20 h propose un vaste panorama avec peu de projection sur ce que sera l’actualité du lendemain.

6L’information du matin (si l’on considère que le téléspectateur a vu le journal du soir) doit apporter des images nouvelles, c’est-à-dire ce qui s’est passé pendant la nuit, et projeter ce que sera l’information de la journée. Le public doit savoir ce qui l’attend en matière d’informations politiques mais ausi pratiques (par exemple pendant les grèves). C’est davantage un type d’information service, avec une météo au caractère répétitif.
Entre les news développés au moment des 3 flashs du matin se glisse toute une série de rubriques qui sont de l’information de proximité. Par exemple, l’une des rubriques « A2 pour vous » décode tous les textes officiels, explique la loi qui va entrer en vigueur, ses applications, ce qu’elle va changer...

7D’après les propos de François PONCHELET.

DÉBAT

8Question : Pour relancer l’information le matin, ne manquez-vous pas d’images « inédites » ou de qualité qui apportent des aspects complémentaires à l’information de la veille ?

9François Ponchelet : Tout à fait, c’est notre gros problème. Alors que toutes les images américaines sont reçues à 6 heures avec le satellite et avec un décalage horaire qui joue en notre faveur, il nous manque l’actualité française située entre 22 heures et 6 heures.
Nous avons simplement une équipe de reportage en permanence le matin, qui couvre Paris et la région parisienne, qui intervient dès 4 heures pour le journal de 7 heures sur de» l’actualité chaude », attentats, incendies etc... Pour le reste de la France il y a une complémentarité entre A2 et FR3. La loi interdit à A2 d’avoir des bureaux en province. Donc si FR3 couvre avec 12 ou 24 heures de retard l’actualité, pour une information du mercredi, nous aurons les images le jeudi soir pour les diffuser le vendredi matin.
A supposer que FR3 réagisse vite et nous donne l’information de la nuit nous dépendons de TDF pour les véhiculer. Et entre 22 h et 9 h, il y a un trou pour la rediffusion hertzienne. Voilà l’un des inconvénients majeurs de la télévision du matin.

10Question : Dans le service public la conception de l’information n’est-elle pas basée sur un traitement pluraliste de l’actualité avec, par exemple, la volonté de remonter aux sources de l’actualité pour chaque grande question de société ? Votre intervention dans la rubrique « point de vue » où vous livrez votre point de vue journalistique ne rompt-elle pas avec cette conception ?

11François Ponchelet : Cette rubrique est effectivement sur le mode du « je ». Mais je m’efforce de rester ouvert d’expliquer un aspect des choses ou son contrepoint. C’est la « liberté du matin » qui permet ce type de démarche. Mon souci est de mettre en perspective l’information, d’avoir du recul par rapport aux événements. J’essaie donc d’avoir une grande rigueur et d’être le plus pédagogue possible.
Je raconte une histoire complète avec un rappel des faits pour permettre de mieux appréhender l’information.
Je voudrais donner un exemple sur le recul nécessaire qu’il faut avoir devant l’actualité lorsque je m’occupais du 20 h. Nous avons été confrontés à cette prise d’otages au tribunal de Nantes par des malfaiteurs qui passaient en jugement. Ils avaient récupéré des armes par l’intermédiaire de complices.
FR3 a filmé cette prise d’otage parce que les auteurs leur avaient demandé de venir afin de faire des déclarations sur leurs exigences.
Les images sont passées sur A2. La première dépêche a dû passer vers 11 h 30-12 h et les images ont suivi tout de suite après. Le rédacteur en chef du 13 h les a visionnées et les a prises pour ouvrir le journal à chaud. Nous avions plus de recul pour le journal de 20 h et nous avons discuté ce problème au sein de la rédaction. Les images étaient d’une violence extrême, nous étions à la limite complices des preneurs d’otage, ils recherchaient à occuper le devant de la scène médiatique.
Ce soir-là nous avons décidé de ne pas diffuser ces images tant que l’affaire ne serait pas terminée. Elle a duré 48 h et pendant ce temps, toutes les chaînes les passaient. A Antenne 2, nous n’avons rien montré. C’était une décision de la rédaction.

12Question : Quels projets avez-vous pour Télématin ?

13François Ponchelet : Nos flashs sont basés sur le modèle radiophonique ainsi que toute l’émission de Télématin, à tel point que nous avons depuis longtemps le désir de la mettre sur la F.M., de façon à ce que les gens qui quittent leurs postes de TV le matin puissent nous retrouver dans leurs voitures. Nous allons peut-être vers une ville d’informations continues en images. L’idéal serait me semble-t-il de faire une télévision de proximité pour tout le monde, nous aurions des bureaux dans toute la France avec des duplex dans tout l’hexagone, comme le font les Anglais chaque matin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Ponchelet, « Les journaux télévisés du matin », Études de communication, 10 | 1989, 117-120.

Référence électronique

François Ponchelet, « Les journaux télévisés du matin », Études de communication [En ligne], 10 | 1989, mis en ligne le 12 février 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://edc.revues.org/2864 ; DOI : 10.4000/edc.2864

Haut de page

Auteur

François Ponchelet

François Ponchelet, Antenne 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page