Navigation – Plan du site
Dossier : Câble et stratégies éducatives

Exposé introductif

Élisabeth Fichez-Vallez
p. 11-13

Texte intégral

1Je remercie tout d'abord le président Alain Lottin des mots de bienvenue qu'il nous a adressés.

2Et puis je vous remercie tous d'avoir répondu à notre invitation et de participer à nos travaux.

3Dans notre esprit, ces journées de réflexion sur le câble et son utilisation n'avaient d'intérêt que si nous pouvions rassembler des personnes venues d'institutions très diverses : votre présence, et la participation cet après-midi ou demain d'autres personnes, nous font penser que nous avons atteint notre objectif.

4C'est ainsi que nous comptons parmi vous :

5- des élus, tant locaux que régionaux, préoccupés de formation ou d'utilisation de nouvelles technologies ;

6- des responsables locaux des réseaux câblés ;

7- des responsables d'administrations et de services publics ;

8- des opérateurs privés ;

9- des réalisateurs ;

10- des équipes à l 'oeuvre dans des quartiers ou des villes ;

11- des étudiants soucieux de mieux percevoir les possibilités qu'offrent les nouveaux moyens de communication ;

12- et bien sûr des universitaires et des formateurs dont la recherche tant fondamentale que pratique les amènent à s'intéresser au câble.

13Il y a évidemment bien des manières de s'intéresser au câble, et vous me permettrez de préciser la nôtre, ou plutôt les nôtres au CERTEIC.

14- Une partie d'entre nous, enseignants dans la filière Information/Communication, ont le souci d'avoir les informations les plus actualisées possible sur le câble, de manifester une ouverture sur les expériences étrangères et sur les évolutions politiques et économiques du moment.

15- Par ailleurs, le CERTEIC, depuis qu'il existe, s'est intéressé aux problèmes de didactique : une de nos questions est de savoir comment apprendre à s'exprimer et à communiquer en situation pour des locuteurs adultes français.

16Cette problématique a d'abord été pensée en lien avec les médias écrits, puis, plus récemment, avec l'image et l'audio-visuel.

17Les perspectives nouvelles de diffusion par le câble, combiné avec d'autres supports techniques, loin de rendre caduque cette réflexion didactique, la rendent plus urgente tout en la spécifiant.

18Un exemple parmi d'autres possibles : pour ceux d'entre nous qui forment des travailleurs sociaux ou qui militent dans l'action culturelle et sociale, le local est un espace où se jouent aujourd'hui nombre de problèmes sociaux. L'« éducatif » prend alors un autre sens, et nous cherchons en quoi le câble peut être l'instrument, le medium de comportements sociaux en changement.

19- Troisième manière enfin de nous intéresser au câble : l'Université est appelée à prendre sa place dans la réalisation de produits audio-visuels, ce qui lui permettra d'investir ses compétences propres dans l'effort régional de formation. Et certains d'entre nous sont prêts à collaborer à des projets.

20Mais au juste, que représente le câble dans une politique éducative ? Et autre interrogation complémentaire, que représente l'éducatif dans la perspective d'une production et d'une diffusion locales ?
Ces questions sont suffisamment complexes pour que nous y réfléchissions ensemble, avec les compétences multiples qui sont les nôtres. Et nous avons bien évidemment la chance de pouvoir enrichir nos propres réflexions au contact de celles de nos collègues étrangers qui ont mené des expérimentations et réalisé des productions dont vous pourrez apprécier l'intérêt au cours de ces deux journées.

21Celles-ci vont s'organiser de la façon suivante :

22- Avant de procéder aux échanges sur la situation régionale et son développement mercredi après-midi...

23- Nous commencerons par inventorier ce matin les contextes dans lesquels se situent les expériences étrangères présentées. Un point d'information bref sur le contexte français actuel pourra également être fait.

24- Cet après-midi, nous visionnerons les documents que nos invités ont apportés, ce qui devrait nous permettre d'avoir des références communes sur l'écriture audiovisuelle dans des contextes éducatifs.

25- Demain matin, nous verrons de plus près ce que recouvre ce mot si globalisant de « contexte éducatif », ainsi que le concept d'interactivité. Trop souvent, l'« interactivité » évoque la technologie de pointe du réseau en fibre optique qui, pour le moment, existe plus à l'état de trace d'encre dans les conventions que sous la forme de câble dans nos sous-sols. Mais n'y a-t-il pas des formes d'interactivité plus légères, mieux adaptées à une diffusion locale et à l'éducatif tel que nous le concevons ?

26Les questions à débattre ne manquent pas et il est temps de nous mettre à l'écoute de nos invités, que je vais rapidement présenter, en commençant par ceux qui ont parcouru le plus de kilomètres.

27- Michel Pichette qui travaille à l'Université de Montréal dans un service d'éducation permanente qui s'appelle « Services à la collectivité ».

28- Pierre-Henri Zoller, qui vient de l'Université de Genève, où il travaille dans le département des sciences de l'éducation. Sociologue de formation, il a aussi été pendant dix ans journaliste de la presse écrite et audiovisuelle.

29- Et puis un trio belge, qui nous vient de la télévision communautaire de Liège, Canal Emploi, dont le public privilégié est celui des travailleurs sans emploi ; N. Widart, réalisatrice, qui remplace A. Lejeune, Ch. François, spécialiste de sociologie des médias, et C. Frères, concepteur de projet et chargé de formation.

30Je les remercie tous d'avoir osé braver le destin en venant en France malgré les attentats ! Je remercie plus particulièrement l'équipe de Canal Emploi qui a tenu les engagements pris vis-à-vis de nous en mars alors qu'elle subit de plein fouet depuis quelques mois les conséquences du changement d'orientation de la nouvelle majorité gouvernementale belge dans le domaine de la formation et de la culture. Le moment critique par lequel passent les télévisions communautaires belges est probablement riche d'enseignements pour nous, et devrait dissiper nos dernières rêveries autour du câble si nous en avions encore.

31Place maintenant à Michel Pichette qui va nous parler du câble dans le contexte Nord-américain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Fichez-Vallez, « Exposé introductif », Études de communication, 8 | 1987, 11-13.

Référence électronique

Élisabeth Fichez-Vallez, « Exposé introductif », Études de communication [En ligne], 8 | 1987, mis en ligne le 18 mai 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://edc.revues.org/2994 ; DOI : 10.4000/edc.2994

Haut de page

Auteur

Élisabeth Fichez-Vallez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page