Navigation – Plan du site
Dossier : Images de territoires et « travail territorial » des médias

Les productions télévisées, genre oublié dans la construction de l’image d’un territoire ? L’exemple de co-construction de l’image socioculturelle de la ville de Marseille par la série Plus belle la vie

Television series, forgotten genre in building the image of a territory ? The example of co-construction of the socio-cultural image of the city of Marseilles by « Plus belle la vie »
Céline Bryon-Portet
p. 79-96

Résumés

A l’inverse de la plupart des études actuellement menées par les sciences de l’information et de la communication, qui proposent d’analyser les modalités de co-construction de l’image d’une ville ou d’une région par les acteurs institutionnels et les médias locaux (collectivités publiques et territoriales, journalistes...), notre étude s’intéresse au rôle déterminant que peuvent jouer dans ce processus certaines productions cinématographiques et télévisées. Elle s’attache à montrer, en effet, comment la série française Plus belle la vie, dont le succès a dépassé les limites de l’Hexagone, participe de la co-construction de l’image socioculturelle de la ville de Marseille, analysant notamment les éléments réels et fictifs sur lesquelles cette image est construite, les mécanismes psychologiques et les enjeux sociétaux qu’elle met en avant.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Des spécificités locales aux questions sociétales
Marseille, ville cosmopolite, et ses symboles culturels
Le quartier imaginaire d’une grande ville : la place du Mistral, sa communauté et ses valeurs
La surreprésentation des problématiques sociétales et de sentiments
Médiation ou médiatisation ? La construction-diffusion d’une image territoriale et ses limites
Une médiatisation nationale et internationale réussie, une médiation locale limitée...
Une vision (forcément) réductrice du territoire marseillais
La création d’un imaginaire territorial : le media télévisé comme industrie culturelle
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Les études qui explorent les modalités de co-construction de l’image d’une ville ou d’une région par les acteurs institutionnels et médiatiques s’intéressent principalement aux actions réalisées par les collectivités publiques et territoriales, par les journalistes locaux et autres professionnels de la communication. Un aspect important de ce processus d’élaboration d’une image, voire d’un imaginaire territorial, semble négligé, à savoir le rôle déterminant que peuvent jouer certains films et feuilletons télévisés – à mi-chemin entre productions artistiques et mass media –, via un phénomène de diégétisation parallèle à la dimension narrative.

Pourtant, de nombreux exemples prouvent que le chercheur en sciences de l’information et de la communication ne doit pas oublier d’interroger ces genres. Dans les années 1990, un film comme Le Bonheur est dans le pré avait permis de faire connaître le département du Gers auprès des Français et participé à en forger une image positive...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Bryon-Portet, « Les productions télévisées, genre oublié dans la construction de l’image d’un territoire ? L’exemple de co-construction de l’image socioculturelle de la ville de Marseille par la série Plus belle la vie », Études de communication, 37 | 2011, 79-96.

Référence électronique

Céline Bryon-Portet, « Les productions télévisées, genre oublié dans la construction de l’image d’un territoire ? L’exemple de co-construction de l’image socioculturelle de la ville de Marseille par la série Plus belle la vie », Études de communication [En ligne], 37 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://edc.revues.org/3071

Haut de page

Auteur

Céline Bryon-Portet

LERASS – Institut National Polytechnique de Toulouse
Céline Bryon-Portet, LERASS (Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales) EA 827, maître de conférences HDR à l’Institut National Polytechnique de Toulouse. Les recherches de l’auteur portent principalement sur les médiations symboliques. Adresse électronique : celine.bryonportet@ensiacet.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page