Navigation – Plan du site
Papiers de travail

Pratiques de description et formation

Delcambre Pierre
p. A2

Texte intégral

1Voici trois articles pédagogiques, s’intéressant à la description de comportements, à l’écriture de portraits.·Rapprochement occasionnel, unité de vue ?
De fait, il n’y aura pas d’unité de vue : développer les capacités de locuteurs, c’est aujourd’hui une chose institutionnellement différente quand il s’agit d’élèves de collège ou d’éducateurs spécialisés en formation. La tradition scolaire assigne au texte littéraire une place doublement dominante : le texte "littéraire" est plus lu que tout autre et il a une fonction de modèle qui détermine la pédagogie de l’écriture ; le travail de formation professionnelle, lui, obéit à "l’apprentissage" de situations professionnelles : par exemple, il faut amener les futurs éducateurs à se mettre à l’écritureplutôt qu’à l’éviter, comme ils l’ont fait dans leurs formations antérieures et comme ils le font souvent dans la profession.

2Cependant, les réflexions et protocoles présentés. Sortis d’univers différents, ont des similitudes qu’il faut relever. Car ils ne font pas que répondre à un lieu d’apprentissage, à un public spécifique. Je retiendrais trois éléments essentiels :
D’une part, travailler la description avec ceux qui doivent décrire, c’est d’abord s’interroger collectivement sur cette activité,et nonsur le réel lui-même. Un tel déplacement est propre au technicien d’expression qui veut aider une (des) pratiques). Que làou les pratiques de description, de portraits évoluent, c’est un élément qui sera souvent pointé ici. Le regard littéraire porté habituellement sur la description comme "moment" ou "passage" nous entraîne peu à envisager la description comme pratique. L’article liminaire essaiera de défocaliser ce regard.
Et pourtant est-ce un paradoxe. pour des enseignants de T.E. qui ont souvent construit leur pratique en divergeant du travail de prof de français conçu comme prof de Lettres- la littérature sera constamment présente, comme culture textuelle : c’est que l’écriture ne peut sortir de nulle part !

3D’autre part, donc, l’analyse va réévaluerla culture discursive (culture littéraire, médiatique, de textes professionnels : de textes et de contextes). Les articles présentés ici utilisent certes l’analyse linguistique (énonciation…) et celle de la communication (fonction des produits, moyens deproduction, diffusion, légitimation, situations respectives du décrit, du descripteur. du destinataire…) mais encore un regard littéraire. En effet on utilisera une culture discursive (une galerie de scripts et de portraits) et l’analyse littéraire, celledes valeurs mises en jeu dans lès textes, sera présente.

4Enfin ces trois articles pédagogiques proposent, différemment, de jouer del’écriture. Ici on clarifiant les stratégies des descripteurs, là en profitant d’autres genres pourjouer avec eux sur le même portrait, là encore en jouant des contraintes d’écriture pour travailler la description en contexte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delcambre Pierre, « Pratiques de description et formation », Études de communication, 6 | 1985, A2.

Référence électronique

Delcambre Pierre, « Pratiques de description et formation », Études de communication [En ligne], 6 | 1985, mis en ligne le , consulté le 26 mai 2017. URL : http://edc.revues.org/3080 ; DOI : 10.4000/edc.3080

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page