Navigation – Plan du site
Papiers de travail

« Ophélie » didactique des techniques d’expression et portraits institutionnels

Olivier Chantraine
p. A27-A55

Résumé

Où l’on verra l’enseignant en techniques d’expression se saisir de la question du portrait, en tant qu’exercice de formation et que tâche professionnelle des éducateurs spécialisés (et autres travailleurs sociaux) et constituer cette question en question didactique. Où il adoptera ensuite une démarche et une méthodologie informées par la linguistique générale et "l’archéologie" à la mode de Michel Foucault qui ressortira de l’analyse littéraire : généralisation et interrogation du genre, constitution d’un corpus, élaboration d’une méthodologie de lecture, d’évaluation, de comparaison des éléments de ce corpus. Où enfin il s’interrogera sur les effets possibles de cette démarche de lecture critique sur une pratique d’écriture dans le cadre d’une profession1.

Haut de page

Texte intégral

En guise d’exergue : deux portraits issus du travail social :

  • 2 Extrait de :"Introduction a une mythologie de la jeune fille"- B. Koeppel, Annales de Vaucreson 197 (...)

TEXTE 1 :"OPHELIE"
"Jeune fille blonde au teint pâle, au menton volontaire. Dans notre établissement, elle se lie facilement avec ses camarades. C’est une fille dynamique, d’intelligence supérieure à la moyenne. Très gentille, elle a cependant des sautes d’humeur (tendance à la dépression) avec des phases d’excitation superficielle, des pleurs, des rires excessifs qui l’empêchent de participer activement à la vie du groupe. Elle aime bien manger, au contraire de sa sœur, et aime sortir. L’équipe devrait favoriser son épanouissement en l’aidant a se situer clairement face à la vie du groupe et en orientant différemment ses sorties" 2

TEXTE 2 :"MADAME S"
"Madame S…
Madame S vit avec J.B., chômeur, père de son premier enfant. Madame S.., enceinte d’un deuxième enfant entre à l’hôpital au bout de son sixième mois, car il y a grossesse difficile.
Un mois plus tard, L. (premier enfant) a une fracture du fémur, hospitalisation puis retour à la maison. Sur intervention d’une voisine, le service social est alerté, le petit L. a des plaies infectées et il faut à nouveau l’hospitaliser. Madame S. est une jeune femme, effacée et triste, qui avoue avoir été souvent battue par son concubin.
Lorsqu’il a bu, il agirait souvent sous la menace et la contrainte et sa femme dit ne plus avoir confiance en lui. Elle voulait le quitter avec le petit, mais craignait sa réaction et ne savait où aller.
Madame S. demande au service social de mettre tout en œuvre pour que L. ne soit pas rendu à son père et aussi pour qu’elle puisse quitter J.B… Sa demande est laissée quelque temps en attente, afin de lui donner un temps suffisant de réflexion.
Monsieur B. vient a l’hôpital voir sa femme, accompagné d’une autre jeune femme, "remplaçante" semble-t-il de Madame S., et demande a reprendre son fils. On lui dit que ce n’est pas possible, il se montre alors très violent, menaçant.
L. en attendant la sortie de la maman et du futur bébé est placé dans une pouponnière, une ordonnance de garde provisoire est prononcée à la demande de la maman.
Une nouvelle fois le père revient, mais, comme l’enfant n’est plus là, il essaie de frapper sa concubine, lui prend sa carte d’identité, son livret de famille. Suite à des menaces de mort proférées à l’encontre de Madame S. par ce monsieur cette dernière sera placée d’urgence avec son deuxième fils M. dans une maison maternelle. L. est toujours à la pouponnière"(...)"
(cité dans un mémoire d’Éducateur Spécialisé présenté en 1985, comme valant pour "histoire d’une mère avant l’hébergement")...

  • 3 Ce texte a donc été plusieurs fois reconnu conforme aux besoins et exigences de l’institution. Une (...)

1Ces deux textes sont spécifiques du travail social. L’un (Texte 1) est une "note de synthèse", aboutissement de la réunion de travail d’une "équipe", l’autre (Texte 2) est une "fiche de liaison", sans doute rédigée par une assistante sociale, document qui accompagne une personne à son entrée en placement (ici à l’entrée d’une maison maternelle). Ce deuxième texte est doublement symptomatique, puisque je l’ai trouvé dans un mémoire, parmi une série d’autres semblables, avec le statut d’établir des faits, de relater "objectivement" l’histoire d’une personne3.

  • 4 Ci-dessus et ci-dessous, les guillemets sont fréquemment utilisés pour désigner l’emploi propre à l (...)

2Ce type de texte est aux institutions d’éducation spécialisée ce que les bulletins, compte-rendus de conseil de classe ou arrêts des conseils de discipline sont à l’Éducation Nationale. Textes rituels produits quotidiennement, aussi bien par le "pré-stagiaire" que par l’éducateur diplômé, ou l’éducateur-chef, ou... d’autres agents de l’institution pour les besoins de la gestion pédagogique et disciplinaire. Textes qui prennent le plus souvent l’allure de portraits - portraits autorisés, voire savants, c’est-à-dire s’autorisant implicitement ou explicitement d’un savoir, notamment d’un savoir "psy" - et valent pour des "documents" qui orienteront effectivement aussi bien la pratique pédagogique quotidienne, que la réflexion des "équipes"4.

3J’essaierai :

  • d’indiquer comment et pourquoi le "technicien d’expression" intervenant dans ce type de formation peut constituer ces portraits institutionnels en question didactique.

  • de présenter une méthodologie - détour par l’analyse d’un corpus de textes journalistiques pour construire une procédure de lecture et d’évaluation du portrait institutionnel - utilisées pour traiter cette question didactique.

  • d’interroger les effets possibles de cette démarche sur l’écriture dans le cadre d’une profession et de montrer les choix qu’elle suppose quant à la définition et au mode d’insertion des techniques d’expression dans une formation professionnelle.

Prise en compte par les "techniques d’expression"

4Pour l’enseignant en techniques d’expression, "prendre en compte" les tâches effectivement accomplies dans l’exercice professionnel, cela signifie, d’abord, transformer une forme de communication "évidente", "quotidienne", "banale" en un objet à décrire et évaluer dans ses conditions de production et de diffusion ; faire d’énoncés "ordinaires" des énoncés "à étudier", d’une énonciation inconsciente ou invisible le lieu d’une réflexion méthodique, de codes implicites la cible d’une investigation critique.

  • 5 Sur l’analyse de la lecture comme moment d’évaluation de l’écriture cf. Jean Ricardou :"les leçons (...)

5D’autre part, on ne peut se contenter d’une "critique ricanante" de ces textes, il faut construire une méthodologie qui permette de les lire, de les évaluer, pour pouvoir, éventuellement en produire de meilleurs5.

6Et donc il faut, en premier lieu, les situer dans l’histoire des apprentissages - notamment des apprentissages scolaires - des sujets concernés, dans l’histoire des discours et dans l’espace des discours contemporains.

Repérage dans l’histoire des apprentissages : le code littéraire-scolaire6

  • 6 Cf. Renée Balibar "Les Français fictifs". Hachette-Littérature. Paris 1974. Où l’on voit comment la (...)
  • 7 Ophélie (clin d’œil à Shakespeare et Rimbaud) est le nom sous lequel la "jeune fille blonde au tein (...)

7Curieusement, des étudiants souvent persuadés qu’en entrant dans la formation d’éducateurs spécialisés ils se sont affranchis de la pédagogie "scolaire", et notamment de l’usage que l’école fait de la littérature, sont dans leurs stages et seront dans leur métier appelés à rédiger ces descriptions, dont le sujet pourrait être formulé ainsi par un instituteur : "Faites le portrait d’Ophélie7 de manière à montrer l’unité de son aspect physique, de son caractère, de son comportement et à éclairer les rapports qu’elle entretient avec les autres (20 lignes maximum)." Mettre à jour le modèle littéraire-scolaire sous-jacent c’est donc déjà mettre en cause la représentation de la tâche. A cette fin, on peut aussi souligner l’accrochage du Texte 1, qui, naïvement, croit à la représentation du moral par le physique :

8"Jeune fille blonde, au teint pâle, au menton volontaire".
On peut évoquer là Balzac, Zola ou plutôt leurs avatars scolaires.

Repérage dans une histoire des discours

  • 8 Cf. Michel Foucault : "Surveiller et punir. Naissance de la prison", Paris Gallimard "Bibliothèque (...)

9Mais ces textes, et la tâche de les écrire, présentent aussi d’autres spécificités. Tout d’abord comme Michel Foucault l’a montré8, il s’agit là de descriptions d’un type et d’un statut relativement nouveau. Descriptions rédigées par le détenteur d’un pouvoir et prenant pour objet celui qui subit ce pouvoir. Bref, le contraire de la relation qui unit Louis XIV à son historiographe. Ils sont motivés par une pratique pédagogique et éducative, voire sanitaire, et informés par des disciplines relativement récentes, les "sciences humaines" et un regard clinique encore peu et mal défini. Ils sont donc des textes dont l’émergence et le mode d"existence historiques méritent une réflexion spécifique, mais qui d’un autre coté ont déjà leur banalité propre, leur évidence, leur circuit rôdé et huilé.

Repérage dans les discours contemporains

10Enfin, ces textes appartiennent à un genre dont ils sont loin d’être les seules manifestations :

  • on a évoqué plus haut leur similarité avec les textes de la gestion pédagogique scolaire…

  • des États se servent du théâtre, du cinéma, de la littérature pour fonder leurs nouveaux mythes politiques, tels celui du héros politique populaire

  • la presse, écrite et audiovisuelle, est une grande pourvoyeuse de portraits : héros des faits divers, vedettes du show-business, hommes politiques sont décrits, racontés, se parlent et se montrent. Ces portraits pèsent souvent lourd dans une carrière politique, la vie d’une star, la crédibilité d’une entreprise et de ses dirigeants, ils sont pour beaucoup dans l’apparition de la notion d’un "quatrième pouvoir" qu’exercerait la presse

  • la justice fait une grande place dans le rite du procès et les critères d’appréciation des crimes et délits aux divers portraits qui peuvent être faits des délinquants.

  • 9 Il faudrait rajouter le curriculum vitae, l’enquête de moralité. La notice nécrologique. la présent (...)

11Bref le portrait est un genre largement produit, diffusé, consommé dans et par les institutions les plus diverses9.

12Il semble donc possible de traiter de ces écrits professionnels du champ de l’éducation spécialisée comme de fleurons parmi d’autres d’un art contemporain du portrait institutionnel et de faire de cet art à la fois l’objet et le moyen d’une intervention-pédagogique visant à une meilleure efficacité et une efficacité mieux définie dans le maniement du discours de l’éducation spécialisée.

Détour par un corpus journalistique et élaboration d’une méthodologie pour l’analyse des portraits institutionnels

Six textes

13J’ai constitué un corpus de 6 textes issus de LIBERATION et LE MONDE, parus en 1984-1985. Le principe de ce corpus n’est pas l’exhaustivité, mais qu’y soient représentés comme nous le verrons plus loin, les principaux types d’énonciation du portrait que j’ai repérés dans ces deux quotidiens.

14Ces portraits sont des rubriques régulières : la page "Têtes d’affiche" de LIBERATION est un module quotidien ; la notice biographique des ministres ou hauts fonctionnaires promus est un genre où LE MONDE est passé maître et auquel il s’adonne aussi souvent que possible enfin, le portrait du héros de faits divers est un genre journalistique fondamental et constant, bien au-delà de ces deux supports. Ces textes sont représentatifs de l’une des fonctions institutionnelles de la presse : être témoin des carrières, assigner les statuts de vedette et de chef-d’œuvre, désigner, ou indiquer la cristallisation sur un individu banal d’un problème moral ou de société (cette fonction est proche en dernière analyse de celle du carnet, de la nécrologie ou des publications légales, elle nécessite un important travail d’archives, ce qui renforce la possibilité de comparaison avec les documents scolaires et éducatifs).

  • 10 Pour éviter d’encombrer mon texte de détails pédagogiques j’indique ici que le cadre de ce travail (...)

15C’est cette dernière caractéristique de nos six textes qui en fait des objets pertinents pour la perspective pédagogique poursuivie. A la fois ils sont proches des textes professionnels que nous voulons critiquer dans leur mode de production et de puisqu’inscrits dans l’institution circulation, presse, au lieu de l’institution éducation. Le travail d’analyse critique de ces six textes peut donc ne pas prendre "de front" les interdits et censures sécrétés par la légitimité du discours "du terrain" et, en quelque sorte, fonctionner comme une métaphore du travail critique à faire sur le portrait "d’Ophélie" et ses semblables et en donner les outils méthodologiques10.

Travail des textes : méthodologie et résultats

16Chaque groupe de deux ou trois étudiants prend en charge l’étude d’un texte et travaille à une analyse orientée par les questions suivantes, qui ressortissent d’une théorie de l’énonciation et de la production des textes.(10)

17A- Énonciation. Qui tient la position d’auteur du portrait ? A qui celui-ci est-il destiné ? quelles sont leurs postures respectives telles que l’énoncé permet de les étudier ?
B- Quels sont les moyens d’information pris par l’auteur du texte ?
Quels sont les moyens de légitimation mis en œuvre ?
C- Sur quels systèmes de valeurs l’énoncé s’appuie-t-il ? Présupposés, évidences…
D- Quel rapport peut-on établir entre ce texte et "Ophélie" ?
Notamment :
a)Place et statut de la parole du "sujet" du portrait ?
b)finalités institutionnelles latentes (implicites) ou manifestes(explicites).

18Ce travail permet de faire les description~ suivantes.

Texte 3

Énonciation

  • 11 Par cette double énonciation, l’auteur d’interview s’apparente à l’auteur dramatique qui "dit que l (...)

19L’énonciation est la "double énonciation" d’une interview : Jean-Paul Belmondo est présenté comme le narrateur de son propre portrait, le critique cinématographique réduisant par son mode de signature son rôle à un "recueil de propos".11
Le "je" représente la personne-objet du portrait, il est omniprésent et mis en relation avec un grand nombre de noms propres non-précédés du "M." habituellement en usage dans "Le Monde" : effet d’intimité, d’expression directe, non-censurée, simple (sentiment renforcé par le thème, explicite, de "l’esprit de famille). L’abondance du style direct renforce ce sentiment de simplicité, d’authenticité (plus sans doute que l’affirmation candide : "je ne suis pas quelqu’un qui se vante "qui aurait peut-être du mal à "passer" dans d’autres dispositifs).

Moyens d’information et de légitimation

20La réalité matérielle d’écriture de l’article n’est pas entièrement donnée par celui-ci ( dans quelle mesure Belmondo "dit-il", comme le texte l’affirme, et écrit-il, comme il l’a peut-être fait au stade de la correction du texte de l’interview ?), ou encore fait-il réécrire par son agent ou son attaché de presse ?
Un encadré, "Vu par Godard", vient renforcer la légitimité des propos tenus et renforcer l’effet de sincérité : caution culturelle et artistique.

Système de valeurs

21La thématique de cette biographie est fondée d’abord sur le hasard : "C’était un jeu... "Il est venu"… "Je me suis réveillé vedette... "Sincèrement, je ne pensais pas du tout au cinéma... "Le cinéma d’aventures, de divertissement n’a pas été un choix délibéré" etc. La deuxième valeur évidente est le réseau de connaissances prestigieuses.
Thème annexe, le jeu sur la marge : pseudonymes, subterfuges pour tourner les règlements, opportunisme.

Comparaison avec "Ophélie",

22- Ce texte se caractérise donc par le fait que l’objet du portrait en est aussi le sujet et que, au moins fictivement c’est lui qui s’y exprime et qu’on le croit. Enfin, le portrait et la biographie ne sont pas censés produire un sens maîtrisable ou un savoir sur l’objet ; au contraire ils sont l’occasion d’un discours "qui donne un exemple".
- Institutionnellement, il s’agit d’entériner le statut de star de Jean-Paul Belmondo, avec un "plus" : modestie, aptitude à la communication etc... Et les valeurs du star-system sont pour le moins éloignées de celle de l’éducation spécialisée…

Texte 4 :

Énonciation :

23Le jeu est ici celui de la lettre ouverte : "Libération dit à ses lecteurs qu’une femme -cinéaste de son état- lui a écrit que…" La double énonciation fonctionne donc d’une manière différente : LIBERATION ("Nous" dans le chapeau : "C.B. nous a fait parvenir) "dit que Catherine Binet écrit que x". A noter la confusion possible entre LIBERATION et son lectorat dans ce "nous" : le pôle "destinataire" est le lieu d’une identification. On est à la limite du journalisme, plus précisément dans la marge de non-journalisme, ou de journalisme non professionnel que tout journal maintient : place manifeste du lecteur, exhibition d’un lecteur idéal (support d’une identification valorisante pour les lecteurs réels ?).

24Cette lettre n’est pas dans son contenu fondamentalement différente de celles du célèbre courrier de LIBERATION, mais elle l’est par son cadre (qui est celui d’un article, avec indication de rubrique, "cinéma", surtitre, "toujours aussi beau", titre littéraire, branché et sexué, "Eric Von, prince bandant" et chapeau de trois lignes en italiques).

25Eric Von Stroheim est ici un objet ("il"). Objet de désir et de discours, objet d’une déclaration faite par une femme cinéaste (être cinéaste étant dans le système de valeur de LIBERATION l’une des positions symboliques les plus assurées).

26Le "je" de l’auteur est très présent, mais il se généralise volontiers en un "on" (dont le petit encadré donne en quelque sorte la clé : "Folies de fan", bref rappel d’information qui fonde la "représentativité de l’auteur). Il fait face à un "il" héroïquement autre, l’objet d’amour et de culte.

27L’énonciation de cet article accumule donc les identifications : le lectorat égale Libération, la cinéaste égale le critique, la page cinéma égale le courrier des lecteurs, la cinéaste égale les "fans" et donc potentiellement les lecteurs, enfin le public égale les "femmes folles" du film...

Moyens d’information et de légitimation :

28"Catherine Binet nous a fait parvenir"... on peut difficilement être moins précis et concret sur la relation entre l’auteur et l’éditeur, sur les conditions du choix (pourquoi en page cinéma et non en page courrier ?) Cette "lettre ouverte" a-t-elle été payée en qualité de "pige" ? A-t-elle été commandée d’une manière ou d’une autre, mondaine ou commerciale ? Pourquoi l’a-t-on préférée à une critique assumant son statut de critique ?

29Par contre, l’article est défini de la manière la plus inattaquable qui soit : "un long cri d’amour". Romantisme de Libération, prompt à faire écho à tout néo-romantisme, surtout s’il s’affiche un peu rétro, et s’il se dit sur le mode de l’excès. La légitimation est donc d’abord celle d’un style, d’une esthétique et d’un goût. Pourtant, il est nécessaire de lui donner des fondements culturels sûrs : aussi donne-t-on les éléments de la carrière de l’auteur : rappel de son oeuvre sous sa signature.

30Il y a donc cumul de multiples légitimités : la spontanéité, le professionnalisme et la compétence, la représentativité, la mode et la féminité ; et dans le même temps occultation de la vraie nature économique du texte.

Système de valeurs et thématique

31Le portrait est, confusément, sous le nom du comédien, celui du personnage qu’il joue dans "Folies de Femmes" : un pervers, régressif (il séduit une "débile" en lui donnant du parfum à faire boire à sa poupée) obscène et cynique ("plusieurs choses font bander Eric Von Stroheim : l’argent, l’idiotie des femelles, le taudis, le pucelage"), par ailleurs prostitué… Le portrait est en prise directe sur le personnage imaginaire et ludique, il prend bien garde de susciter la désillusion.

Comparaison avec "Ophélie"

  • 12 Exercice à proposer, rédiger, à là manière d’une note de synthèse, un portrait d’Eric Von Stroheim.(...)

32On peut voir dans ce portrait un envers de celui "d’Ophélie".12 Peut-être principalement parce que le désir de l’auteur du portrait est le moteur explicite du texte, loin d’être censuré il est exhibé : c’est le sujet du texte ("je"). Mais aussi parce que ce qui est bien ici serait mal dans une note de synthèse...

TEXTES 5 ET 6

Énonciation

33La comparaison de ces deux portraits d’Edgard Pisani permet de mettre en évidence tout d’abord des points communs. Il s’agit d’un travail de réécriture d’archives. Travail discret - double signature avec indication d’un lieu, Bruxelles, qui le laisse entrevoir au lecteur fouineur dans Libération, signature par de simples initiales d’un travail à la limite du secrétariat dans Le Monde - pour un module journalistique qui relève d’une routine quotidienne, qui se renouvellerait si Edgard Pisani démissionnait, mourait... Plus bref s’il était nommé ambassadeur, plus long s’il devenait Premier Ministre (auquel cas il serait d’ailleurs doublé d’articles à part entière, ou s’investirait aussi l’image du journaliste). C’est presque le degré zéro de l’écriture journalistique (moins neutre que la rubrique nécrologique, un peu plus que celle des chats écrasés). Pourtant il y a un engagement rédactionnel, qui se manifeste surtout dans le cadrage et le titrage.

34-Dans Libération, l’article s’annonce de 3 titres et un chapeau en italiques ; les trois titres surtout sont intéressants.

35"L’événement" : titre pour le moins surprenant, l’événement n’étant pas dans le passé de Pisani, mais dans sa nomination d’aujourd’hui... on peut l’interpréter de deux façons : il s’agirait d’un "heureux événement", quelque chose comme une naissance (carnet...) ou une renaissance, en ce cas, Pisani est lui-même l’événement (on pense à ces. faire part de naissance branchés : "quoi de neuf ? MOI, LYDERIC !") ou bien, il est évident, présupposé que "L"‘événement" pour le lecteur est là... belle confiance de Libération dans sa connaissance de son lecteur,ou invitation au lecteur à être conforme ?

36"Alter ego de- Michel- Rocard, cet as de la négociation, est "socialiste de raison", selon le titre d’un de ses livres, a un savoir-faire "moderne", proche de la culture valorisée habituellement dans ces colonnes, et à une trajectoire et une attitude dans lesquelles aussi bien la rédaction que beaucoup de lecteurs peuvent se reconnaître : il est sûr que ce type là ne traîne pas ses oripeaux de soixante-huitard...

37"Edgard Pisani, gaullo-rocardien et négociateur tiers-mondiste" : correction au titre précédent, le nom du héros passe enfin avant ses bannières successives (De Gaulle, Rocard). Synthèse des deux titres par l’addition des thèmes romantiques (De Gaulle, le Tiers-Monde) à la reconnaissance "d’un vrai pro" (Rocard, négociateur).

38La thématique de ces titres (dont le nombre, la longueur et la lourdeur sont peut-être le témoignage d’hésitations rédactionnelles) sert ensuite d’habillage à l’article : "à haute voix", "un homme comme celui-là", "cette increvable montagne", "enfants spirituel et adoptif". Quincaillerie de convention, qui fait irrésistiblement penser aux efforts stylistiques parfois faits sur les bulletins scolaires, surtout avec la touche finale : "Ce qui, finalement, est plutôt un compliment".

39-Dans LE MONDE, on est sous la rubrique "Politique", et l’article bénéficie d’un encadré, et d’un titre rattachant lui aussi le personnage aux valeurs souvent reconnues par le journal et ses lecteurs : "Un homme d’ordre et de dialogue". Le contenu est là aussi appréciatif, laudatif. Assimilation au premier de la classe (Rocard), accession au rang de "valeur sûre", conclusion en forme de rapport administratif : "Bref... "(un ‘bref’ qui fait écho au ‘finalement’ de Libération)"…il est armé pour être l’homme de la situation".

Moyens d’information et de légitimation

40- Au niveau de l’explicite ils sont presque absents. On a vu, d’ailleurs qu’ils apparaissaient surtout ci-dessus dans l’analyse de l’énonciation. La crédibilité et le professionnalisme ne se jouent pas ici sur l’article lui-même. En parler aurait supposé de montrer la cuisine quotidienne du métier. Celle-ci, au contraire, reste cachée : supposée connue, ou supposée propriété des spécialistes.

Système(s) de valeurs

  • 13 Tiens voilà Julien Sorel... ou plutôt le cliché littéraire-scolaire issu du Rouge et le Noir le plu (...)

41-Dans LIBERATION : "négociateur", "Tiers-monde", "tout haut", "haute voix", "plaisanter", "un homme comme celui-là", "basket", "gueuleton", "entré dans le socialisme par les femmes"13, "benjamin des préfets", "benjamin du sénat", "veiller", "goûts", "réforme agraire", "ossature", "père", "démissionner", "protester", "traversée du désert", "baba-cool", "se prononcer", "socialiste de raison", "Michel Rocard", "enfant adoptif", "ulcéré", "imposer la notion de", "dialogue politique", "dossiers".

42-Dans LE MONDE : "ordre", "dialogue", "Rocard", "valeur sûre de la gauche", "occasion de donner sa mesure", "gaullien plutôt que gaulliste", "réformer", "imprimer sa marque", "traversée du désert", "l’appareil du x lui fit chèrement payer y", "négociateur", "résistance", "goût de la palabre, imagination, autorité", "prestige dans la haute fonction publique", "chaleureux, indépendant d’esprit, brillant", "homme d’autorité, pragmatique", "risque", "homme de la situation".

43Les deux lexiques ont une intersection, mais il faut reconnaître que ces deux épopées, pour avoir le même héros ne véhiculent pas toujours les mêmes présupposés… Dans les deux cas Pisani incarne un idéal de l’homme politique, mais les deux idéaux sont différents.

Comparaison avec "Ophélie"

  • 14 Particulièrement intéressants, les débats, notamment judiciaires autour de cette fonction. Voir les (...)

44Deux portraits où la fonction d’évaluation et de reconnaissance est donc manifeste et explicite, et assumée par les deux journaux comme constitutive de leur tâche. Ces deux portraits sont donc très proches aussi bien de celui d’Ophélie que de celui de Madame S. En particulier par l’absence de l’auteur au niveau manifeste de l’énoncé, l’évidence d’un système de valeurs, et le caractère routinier du module d’écriture. Il s’agit bien, d’autre part, pour la presse, d’assumer l’un de ses rôles institutionnels essentiels : permettre aux citoyens d’un état démocratique d’évaluer son personnel politique14.

TEXTE 7 :

Énonciation

45La rubrique "Têtes d’Affiches" ; une sorte de tableau d’honneur, où Libération épingle quotidiennement ses pin-up. Un encadré particulièrement soigné (et faut-il signaler que cet article est le support de la pub TWA ?). Là aussi, donc, un module, mais un module propre à Libération. Récit d’une interview, mettant subtilement en scène un discours où alternent :

  • le style indirect, dans lequel, tout compte fait, le journaliste assume une fonction d’authentification du discours tenu (J-O S. est bien "cet" "ex-universitaire brillant",il vit bien "au rythme turbo d’un cadre sup", il a bien passé "trois ans aux États-Unis dans une université du Connecticut)

  • et le style direct où le journaliste désigne avec un sourire amusé la couleur locale : "le plus beau métier du monde", "s’établir", "homme de droite", etc... En somme les propos de l’interviewé sont donnés comme vrais comme le bon pain, d’autant plus que le journaliste garde un esprit critique dont les guillemets sont l’estampille.

Moyens d’information et de légitimation

46Strictement rien dans l’énoncé ne permet de découvrir pourquoi cette fiche-là a été sortie ce jour-là. Le contexte matériel de l’interview est très rapidement évoqué : "J-O. S. replonge dans sa mémoire",

47La légitimité du discours est surtout dans le rapport au verbe : "ne pas cracher sur(sic) la soupe", "estimer", "raconter sa conversion", "affirmer". Le style est authentifié par un ton.

Système de valeurs

48La trajectoire présentée est une sorte de curriculum vitae conforme à l’air du temps, qui se résume à : "il a fait ses classes dans le public puis a choisi l’aventure du privé, quitte à se faire traiter de mercenaire"

  • 15 Cf. Robert Linhart, "L’établi", Éditions de Minuit.Paris 1978.
  • 16 Rappelons que Jean-Paul Sartre a été directeur de la Cause du Peuple avant d’être celui de Libérati (...)

49Une nouvelle fois, on remarque la relation de mimétisme entre l’interviewé idéal de LIBERATION et LIBERATION soi-même, dont l’histoire a été à un moment décisif celle du choix entre la mémoire du prof prestigieux (Sartre) et l’assomption du monde moderne et commercial (la publicité), les deux trajectoires sont parallèles et confortent leurs légitimités respectives. La marque de l’air du temps est l’emploi de "s’établir", qui signifiait à l’ère post-68 : "(pour un jeune intellectuel gauchiste) renoncer à ses études pour un emploi ouvrier dans une grande entreprise"15. Ici, par contre il s’agit, dans le contexte nouvelle-gauche de : "(pour un universitaire en fin de carrière) opter pour l’aventure du privé, en qualité de cadre supérieur"16. Il existe encore des gens pour qui "quitter la haute fonction publique pour s’enrichir à la tête d’une firme privée" s’appelle "pantoufler"… Ici on trouve aussi le synonyme : "accomplir la(sic) mutation".

  • 17 Cette relation est particulièrement intéressante à observer pour des éducateurs spécialisés, qui ap (...)

50Il y aurait donc quelque chose comme une cooptation, ou en tout cas une validation réciproque dans ce type d’interview17 : l’interviewé assure la reconnaissance du media qui se fait son support, l’intervieweur réassure le système de valeurs de l’interviewé.

Comparaison avec "Ophélie"

51Le rapport le plus frappant est que d’un côté l’expression, le ton et le style de l’objet du portrait sont du coté de la vérité, de l’autre du côté du masque. D’un coté le rôle social, l’image que l’individu construit est réaffirmée par le portrait, de l’autre elle est niée.

52Autre intérêt important : la situation du portrait, et de sa rhétorique, dans l’histoire (une révolution des valeurs étant ramassé dans le titre "l’agrégé choisit la voie de garage").

TEXTE 8

Énonciation

53Texte cadré sous la rubrique Justice, mais qui en partage l’espace avec deux autres articles, la photo de la page se rapportant à l’un de ceux-ci. Un surtitre, commentaire explicatif : "Séquelles". Un chapeau, synthèse des faits, qui apporte le verdict (encore inconnu au stade de la rédaction de l’article lui-même) : "Jean-Luc Cayez, 25 ans, a été condamné hier soir à sept ans de réclusion, par les Assises d’Evry, pour avoir violé une jeune femme, en février 83".

54Le titre et le propos construisent un personnage que le lecteur, l’habitué, de LIBERATION peut situer dans le paradigme des jeunes paumés qui hantent chaque semaine la rubrique TAULES.

55La parole de l’objet semble être très présente, alors que rien ne permet de lui attribuer un statut fiable… Le point de vue d’écriture n’est pas explicite, mais doit être déduit de la prise de parti finale.

56L’article fait sa place au style direct, mais celui-ci s’y présente sous deux espèces différentes :

  • "J’te donne ma parole, je ferai une connerie et j’irai en prison pour longtemps", reconstruction après coup, différé d’une scène spontanée. S’agit-il d’une construction du journaliste ou de la prise au vol d’un témoignage. Symptôme intéressant, en tout cas, ce "j’te", outil d’authentification d’un langage "vivant"…

  • Ensuite, le statut est plus clair : nous sommes dans le genre journalistique traditionnel du compte-rendu d’audience, les guillemets valent maintenant pour indication d’extraits de témoignage. En tout cas, tout ces propos rapportés dans "leur spontanéité" font vrais.

57Le journaliste tantôt fait un croquis ("dans son box, Cayez s’agite, dévoré de tics"), tantôt il retranscrit l’étude de cas exposée (par le défenseur ? par un enquêteur ?) : "des parents séparés, six frères ou demi-frères, et il vivait avec son père, manutentionnaire de nuit etc... Il devient alcoolique ‘léger’... " Les guillemets à ce "léger" évoquent un expert (qui ? médecin ? psychiatre ? travailleur social).

58Surtout il connaît et affirme la vérité explicative du fait divers : "En fait, il avait paniqué, croyant sur une simple phrase qu’il allait se faire virer de sa nouvelle famille, cette famille mythique après laquelle il ne cessait de courir depuis l’age de 10 ans". Sans doute ce discours est repris au psychiatre, mais l’article ne permet pas d’identifier cette source.

59En somme l’énonciation fait souvent question : la multitude de guillemets, de citations indirectes crée pour le lecteur pressé un sentiment de "pris sur le vif", pour celui qui prend un peu de temps une question se répète : qui a dit cela ? Devant ce montage de citations, une intuition, une habitude des rubriques judiciaires, ou mieux la connaissance des cours d’assises permet seule de s’y retrouver.

60Mais donner les repères serait peut-être "alourdir" ?

Moyens d’information et de légitimation

61Le compte-rendu d’audience, avec portrait de prévenu est un genre, pratiqué, outre les journaux plus spécialisés ("Détective", par exemple, où l’on a en prime un dessin "au crayon") par l’ensemble de la presse d’information. Aussi le journaliste ne revient-il pas toujours sur ses conditions de travail. Mais le point de rencontre entre le moment d’écriture et le moment des événements est indiqué : "Dans son box, Cayez s’agite" ; tout le reste, flash-back ("un soir d’hiver, en février 83) ou épilogue ne verdict du titre), ou encore suspense ("que devront trancher les jurés"), trouve sa logique temporelle par rapport à ce moment.

62La légitimation est surtout dans l’affirmation par l’auteur de son propre jugement, mis en concurrence avec celui des jurés. Cette compétence ne trouve guère de fondement dans le texte lui-même : pour la supporter, il faut situer le texte dans l’ensemble de l’abondante littérature que publie Libération sur la justice et les prisons.

Système de valeurs

63Toujours est-il que ce discours contraste avec la neutralité du chapeau et met en doute l’opportunité morale du verdict. Concurrence entre le journaliste et les jurés, la justice ? Esquisse d’un pouvoir judiciaire de la presse ?

64Il s’agit donc, pour le lecteur qui lit un peu entre les lignes,- d’un portrait engagé, qui montre l’inadéquation d’une thérapeutique officielle du viol, la cour d’assises et la prison, et plaide pour une autre thérapeutique, le cabinet, l’asile ou les neuroleptiques.

Rapport à Ophélie

65Au contraire de celle d’Ophélie, la parole de "Cayez" n’est pas mis en doute, son expression physique est considérée comme révélatrice, véridique... Mais cette vérité est celle d’un diagnostic tait avec la complicité du patient.

RETOUR SUR L’ECRITURE PROFESSIONELLE

66Il reste maintenant à décrire les deux textes professionnels T1 et T2 en utilisant la méthodologie qui s’est montrée pertinente dans la description des portraits journalistiques :

TEXTE 1-" OPHELIE"

Énonciation

67Le scripteur est totalement absent de l’énoncé. La dimension expression du descripteur est complètement masquée (alors qu’elle doit bien avoir quelque chose à voir avec : "très gentille", par exemple.

68Son masque est un "nous", rapporté uniquement à l’institution : "dans notre établissement".

69L’objet du portrait y fait irruption comme un fait immédiatement donné, brut. Il n’a jamais la parole. Son expression est évoquée, à un niveau infra-linguistique est toujours catégorisé comme inauthentique (sans pour autant faire l’objet d’une analyse) : "sautes d’humeur", "excitation superficielle", "rires excessifs".

70Un destinataire est évoqué, invoqué serait-on tenté de dire, vu le conditionnel dont il est le sujet : "L’équipe devrait favoriser".

Moyens d’information et de légitimation

71La méthodologie de l’observation est implicite c’est, on croit le sentir, une démarche empirique, intuitive. Mais les faits évoqués ont-ils été observés par une ou plusieurs personnes ? en une ou plusieurs semaines ? La décision d’observer a-t-elle été collective ? S’agit-il d’une mission reçue dans une précédente réunion ou de la simple routine ? Le regard a-t-il été pris dans une relation ? Quelle relation ?

72La légitimation réside uniquement dans l’utilisation du code "littéraire-scolaire" et de la psychologie commune : "saute d’humeur égale "tendance à la dépression", ou "au contraire de sa sœur".

73L’essentiel de la légitimation est préalable au texte. Elle réside dans le droit pris d’énoncer celui-ci, sur lequel on ne revient pas : ce serait trop long, on ne peut pas toujours tout redire !

Systèmes de valeurs

74- une série de codes explicatifs. Croyance à une représentation de l’âme par le corps (croyance "balzacienne" comme il est dit plus haut). Psychologie spontanée et sans méthode : "se lie facilement", "dynamique","intelligence supérieure à la moyenne". Tendance à saisir l’individu dans des séries, fussent-elles non pertinentes ("au contraire de sa sœur").

Rapport aux autres textes, finalités institutionnelles pratiques :

75Vague - au niveau manifeste - des finalités de cette étude de cas. Mais on devine que ce qui est concret dans tout cela c’est : "en orientant différemment ses sorties" : c’est-à-dire, sans doute, dans un premier temps en supprimant ces sorties... prédominance de la gestion disciplinaire sur la prise en compte du sujet individuel. Le point commun le plus évident avec le texte journalistique est qu’il s’agit d’un module bien défini, sur les conditions de production et de distribution duquel il n’y a pas à revenir… alors bien sûr qu’un pareil retour permettrait d’en assurer mieux les conditions de vérité.

76Il reste à étudier le Texte 2, je ne le ferai pas dans le cadre du présent article, laissant à "Madame S" valeur d’exergue. Si le lecteur s’y emploie, il y trouvera des caractéristiques très semblables, avec en plus des maladresses au niveau de la cohérence.

  • pédagogiquement il reste aussi à inviter chacun à une création personnelle : pastiches du portrait "d’Ophélie" à propos de tel ou tel texte proposé, pastiches de tel ou tel texte à propos "d’Ophélie". Rédaction de tout autre portrait à propos de personnages réels ou fictifs, de soi ou d’autres, etc…

  • enfin, comment peut-on évaluer les effets futurs sur la pratique de cette action pédagogique ? C’est la question de l’évaluation des capacités de résistance des routines (que pose l’article des Annales de Vaucresson "introduction à une mythologie de la jeune fille)… Frêle indication : les discussions de couloir avec les étudiants, qui rient jaune en disant : "maintenant on n’a plus d’excuses si on écrit comme ça". Heureusement, les "techniques d’expression" ne sont pas isolées et la balle pourra être reprise au bond,·en "formation clinique" notamment.

Conclusion : à propos de la pratique des techniques d’expression dans une formation professionnelle

77Un des principaux problèmes posés par le présent travail et la pratique pédagogique dont il témoigne est dans la nature de l’intervention des techniques d’expression dans une pratique professionnelle.

78Les formations professionnalisées, notamment les formations IUT et parmi celles-ci la formation d’éducateur spécialisé, ont une de leurs sources de légitimité dans la profession-cible elle-même, fortement représentée, nécessairement et réglementairement, aussi bien dans les équipes pédagogiques, que les instances de décisions et de gestion, ou les jurys de diplômes.

79La tentation est grande d’accepter que la profession définisse de facto l’éthique, le style, le discours et le lexique légitimes. En ce cas il ne resterait plus en "Techniques d’Expression" qu’à huiler les mécanismes de transmission de ce langage, et à construire des exercices "techniques" se donnant pour "objectif" l’aptitude à en produire les énoncés "oraux" ou "écrits"

80Au contraire la personne en formation a l’usage d’une mise à plat des représentations des tâches langagières requises par la profession et par la formation pour pouvoir accomplir ces tâches de manière lucide et efficace. Les techniques d’expression interviennent donc, avec leurs limites, et sans revendiquer pour autant une légitimité particulière, sur les mots, les phrases et les discours dans lesquels se parle une pratique professionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Balibar, Renée, (1974), "Les Français fictifs", Hachette-Littérature, Paris.

Berger, Françoise et Felkal, Istvan, (3 décembre 1984), "Edgard Pisani, gaullo-rocardien et négociateur tiers-mondiste", de, LIBERATION.

Binet, Catherine, (6 mars 1985), "Eric Von, prince bandant", lettre ouverte de Catherine Binet, cinéaste, à LIBERATION.

Foucault, Michel, (1675), "Surveiller et punir. Naissance de la prison", Paris Gallimard "Bibliothèque des histoires.

Galli, Laurent, (30 octobre 1985), "Du vol au viol, le paumé voulait retourner en prison", LIBERATION.

Hassan, Eric, (26 octobre 1984), "Jean-Olivier Simonetti - L’agrégé choisit la voie de garage", LIBERATION.

J.-M.C., (4 décembre 1984), "Un homme d’ordre et de dialogue", LE MONDE.

Koeppel, B., (1979), "Introduction a une mythologie de la jeune fille", Annales de Vaucreson.

Linhart, Robert, (1978), "L’établi", Éditions de Minuit.Paris.

Ricardou, Jean, (juin 1979), "les leçons de l’écrit (place et rôle de la lecture dans le procès d’écriture)" in "Problèmes actuels de la lecture", Cerisy, Éd. Clander Guénaud. Paris 1982.

Siclier, Jacques, (propos recueillis par), "Jean-Paul Belmondo, héros de son enfance", LE MONDE DES ARTS ET DES SPECTACLES.

Haut de page

Notes

1 Cette réflexion et la pratique dont elle est issue s’inscrivent dans le même cadre pédagogique et méthodologique que celui dans lequel je me situais dans "Manipuler la presse", Cf. Bulletin du Certe, compte-rendu du colloque sur la Presse et la Didactique des T.E.A paraître.

2 Extrait de :"Introduction a une mythologie de la jeune fille"- B. Koeppel, Annales de Vaucreson 1979.
Cet article est en partie à l’origine de la démarche pédagogique présentée ici.

3 Ce texte a donc été plusieurs fois reconnu conforme aux besoins et exigences de l’institution. Une première fois par son écriture, une deuxième fois par sa lecture et son classement dans le dossier de la nouvelle arrivante à la maison maternelle, une troisième fois par sa lecture par la stagiaire qui l’a sélectionné comme un bon portrait susceptible d’illustrer son mémoire... (Rencontre de la norme professionnelle et de la norme de la formation, qui a quand même posé problème au moment de la soutenance de mémoire...)

4 Ci-dessus et ci-dessous, les guillemets sont fréquemment utilisés pour désigner l’emploi propre à l’Éducation Spécialisée et au travail social de certains mots et expressions.

5 Sur l’analyse de la lecture comme moment d’évaluation de l’écriture cf. Jean Ricardou :"les leçons de l’écrit. (place et rôle de la lecture dans le procès d’écriture)". in "Problèmes actuels de la lecture", Cerisy Juin 79. Éd. Clander Guénaud. Paris 1982.

6 Cf. Renée Balibar "Les Français fictifs". Hachette-Littérature. Paris 1974. Où l’on voit comment la littérature se fait rhétorique normative. .

7 Ophélie (clin d’œil à Shakespeare et Rimbaud) est le nom sous lequel la "jeune fille blonde au teint pâle, au menton volontaire" a été désignée en T.D. : citation ironique visant à souligner ce qui était à l’œuvre dans ce portrait de "littéraire-scolaire",

8 Cf. Michel Foucault : "Surveiller et punir. Naissance de la prison", Paris Gallimard "Bibliothèque des histoires, 1675. Notamment p.193 : "Pendant longtemps, l’individualité quelconque - celle d’en bas et de tout le monde - est demeurée au-dessous du seuil de description. Etre regardé, observé, raconté dans le détail, suivi au jour le jour par une écriture ininterrompue était un privilège. La chronique d’un homme, le récit de sa vie, son historiographie rédigée au fil de son existence faisaient partie des rituels de sa puissance. Or les procédés disciplinaires retournent ce rapport, abaissent le seuil de l’individualité descriptible et font de cette description un moyen de contrôle et une méthode de domination..."

9 Il faudrait rajouter le curriculum vitae, l’enquête de moralité. La notice nécrologique. la présentation des invités dans les émissions radiophoniques ou télévisées de débat, les petites annonces sentimentales, les fiches des renseignements généraux, les dossiers des fonctionnaires etc... bref la multitude de portraits répondant aux nécessités institutionnelles les plus diverses, et dont l’utilisation de l’informatique laisse envisager une multiplication encore possible...

10 Pour éviter d’encombrer mon texte de détails pédagogiques j’indique ici que le cadre de ce travail est un T.D. de 3 Heures, se répétant une fois toutes les deux semaines. Aussi son déroulement type est : un exposé méthodologique, ou une présentation de document, suivis d’une consigne pour un travail individuel ou en petits groupes, puis de la communication-discussion des travaux effectués. Les conditions pédagogique locales font qu’il est très rare de demander du "travail à la maison". Le travail dont cet article se fait le reflet est prévu pour 2 de ces séances (sur 6 ou 7 organisées en 2° année d’Éducateurs spécialisés). Les descriptions de texte qui vont suivre ne sont donc pas assenées sous forme-magistrale. Leur contenu peut varier selon les groupes. J’ai essayé de synthétiser ici les éléments les plus pertinents à mon propos.
Les six textes sont :
Texte 3 : "Jean-Paul Belmondo, héros de son enfance", propos recueillis par Jacques Siclier, LE MONDE DES ARTS ET DES SPECTACLES.
Texte 4 : "Eric Von,prince bandant", lettre ouverte de Catherine Binet, cinéaste, à LIBERATION, 6 mars 1985.
Texte 5 : "Edgard Pisani, gaullo-rocardien et négociateur tiers-mondiste", de Françoise Berger et Istvan Felkal, LIBERATION 3 décembre 1984.
Texte 6 : "Un homme d’ordre et de dialogue", J.-M.C., LE MONDE, 4 décembre 1984. (N.B. le référent nominal de T4 est le même que celui de T3. Edgard Pisani).
Texte 7 : "Jean-Olivier Simonetti - L’agrégé choisit la voie de garage" de Eric Hassan, LIBERATION 26 octobre 1984.
Texte 8 : "Du vol au viol, le paumé voulait retourner en prison" de Laurent Galli, LIBERATION 30 octobre 1985.

11 Par cette double énonciation, l’auteur d’interview s’apparente à l’auteur dramatique qui "dit que le personnage dit que x". Cf. Anne Ubersfeld :"Lire le théâtre". Paris Editions Sociales 1977.

12 Exercice à proposer, rédiger, à là manière d’une note de synthèse, un portrait d’Eric Von Stroheim.
Cela donne quelque chose comme : "Eric traîne un passé lourd à assumer, les autres enfants ne se privent pas parfois de le désigner comme... "l’enfant d’une prostituée". Peut-être pour compenser cette image dévalorisante, il adopte le rôle d’un cynique et incite, notamment les filles, à des jeux pervers et regressifs (Gloria lui a jeté sa culotte à la figure, il a mis du parfum dans le biberon de la poupée d’Emilia). Il est perturbé dans son rapport à l’argent (qu’il affecte d’aimer beaucoup) et aux enfants de l’autre sexe (qu’il enferme dans des rôles idiots). Certains parents -faut-il y ajouter foi ?- se plaignent qu’il aurait eu des relations avec : Gloria et Emilia, et l’accompagnatrice de car a du s’interposer pour empêcher un père de lui faire passer "un sale quart d’heure". Une action concertée de l’équipe devrait aider Eric à mieux structurer son rapport au travail, à avoir une meilleure image de lui-même et des autres, et à trouver dans le groupe une place constructive. En le changeant de groupe, on éviterait peut-être de renouveler le risque de tensions avec le papa d’Emilia."

13 Tiens voilà Julien Sorel... ou plutôt le cliché littéraire-scolaire issu du Rouge et le Noir le plus répandu...

14 Particulièrement intéressants, les débats, notamment judiciaires autour de cette fonction. Voir les procès entre M. Le Penn, Le Canard Enchaîné et Libération, où le tribunal a systématiquement reconnu cette tâche institutionnelle de la presse. Voir aussi, référence mythique, "le Watergate"...

15 Cf. Robert Linhart, "L’établi", Éditions de Minuit.Paris 1978.

16 Rappelons que Jean-Paul Sartre a été directeur de la Cause du Peuple avant d’être celui de Libération…

17 Cette relation est particulièrement intéressante à observer pour des éducateurs spécialisés, qui appartiennent souvent à une population qui a eu maille à partir avec les institutions scolaires, sanitaires, et juridiques et aime que ses "clients" retrouvent dans les conflits qu’ils vivent quelque chose des "vérités" qu’elle a elle-même éprouvées. Qui aime reconnaître sa trajectoire dans celle de ses clients (comme les –ou faut-il dire au contraire des- profs qui reconnaissent "ceux qui iront loin dans leurs études").

Haut de page

Table des illustrations

Titre Texte 3
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3148/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3148/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Texte 4
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3148/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3148/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Texte 5
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3148/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3148/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Texte 6
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3148/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Texte 7
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3148/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Texte 8
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3148/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Chantraine, « « Ophélie » didactique des techniques d’expression et portraits institutionnels », Études de communication, 6 | 1985, A27-A55.

Référence électronique

Olivier Chantraine, « « Ophélie » didactique des techniques d’expression et portraits institutionnels », Études de communication [En ligne], 6 | 1985, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://edc.revues.org/3148 ; DOI : 10.4000/edc.3148

Haut de page

Auteur

Olivier Chantraine

Olivier Chantraine, Université de LILLE III-IUT B

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page