Navigation – Plan du site
Papiers de travail

Apprendre à lire et à écrire pour ne pas devenir idiot…

Michel Tarlin
p. A96-A105

Résumé

Faisant le constat du problème de l'analphabétisme l'auteur propose de nouvelles pistes pour l'apprentissage de la lecture et de l'écriture en revenant aux bases du discours : les éléments démonstratifs (conjonctions, etc). Il développe deux exercices méthodologiques pour améliorer la lecture et les capacités rédactionnelles.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

Note (après remarques de collègues)
Qu'on n'attende pas de cet article des services qu'il ne prétend pas rendre. Il s'est limité, volontairement, à des fins pédagogiques ; il est à prendre pour un simple terrain d'exercices, comme on parle de "terrain de jeux". Il laisse ainsi la place à l'erreur, à la rectification de l'enseignant. Il n'a pas semblé utile de produire une analyse terminée, "professorale", mais bien plutôt de proposer des pistes pour que les élèves ou les étudiants puissent se faire les dents, en essayant de poursuivre l'étude.

Texte intégral

"ce n'est pas de prime abord et par une seule lecture mais peu à peu, par une lecture attentive et souvent répétée que nous pénétrons, sans nous en apercevoir les idées des grands hommes, que nous les digérons, que nous les convertissons en' quelque sorte en notre propre substance…"
Descartes, Epître à Voète.

1Apprendre à lire, un objectif actuel ? Mais enfin, tout le monde apprend à lire à l'école. Il ne devrait plus y avoir, cent ans après Jules Ferry, d'analphabètes. Si un nombre non négligeable de français ne savent plus lire, bien qu'ils aient appris à l'école, s'ils ont jamais appris, c'est que leur apprentissage a été trop limité pour qu'ils parviennent à s'approprier un sens. Qui possède le b-a-ba ne peut ipso facto interpréter le sens, la dynamique d'un texte ; d'un texte plus long qu'une publicité, plus abstrait qu'une bande dessinée. Identifier les mots n'y suffit pas ; il y a un pas à faire, pour arriver à une lecture active dans l'appréhension d'un article, la lecture d'un rapport, ou d'un "texte d'idées", comme on dit.
Bref, comment pouvons-nous aider nos élèves en particulier, à maîtriser, à démonter l'objet-texte, pour "dialoguer" avec lui ?

2Souvenons-nous du grec que nous avons appris, sinon enseigné. Les anciens grecs avaient trouvé un "truc" que nous avons perdu. Ils avaient inventé, parce que leur langue à ses débuts ignorait le point, un moyen commode pour indiquer le début d'une nouvelle phrase, et son rapport logique avec la précédente : les articulations.

3Mais, me dira-t'on, pourquoi rappeler ce fait de langue ? Parce que c'est par là qu'ils ont créé l'art de démontrer. Ce n'est pas un hasard si leurs grands hommes furent Platon, Démosthène ou Euclide. Ils démontrent, à l'aide de l'articulation, ce qu'ils avancent, sur l'être(Platon), la raison d'être(Démosthène), l'être géométrique (Euclide).

4Dans un monde d'images, l'écrit apparaît comme une avalanche de mots. Comment être sûr que l'on a compris, que l'on a perçu et extrait l'essentiel du texte ? Un texte est balisé, comme la mer pendant une régate. Les articulations permettent de comprendre un texte formellement, avant mime qu'on ne donne sens aux idées énoncées.

5On apprendra, bien après, à force de pratique, à décoder les textes inarticulés. Mais au premier abord, le manque d'articulation fait de la compréhension un parcours plein de chausse-trapes. Par souci d'élégance, de rapidité, on fait disparaître aujourd'hui ces mots-outil auxquels on ne donne plus guère de sens.

61.4 Au XVIIème siècle, et Descartes le montre bien, parce que la langue savante, universelle, était le latin, les philosophes et les écrivains codaient naturellement leurs écrits, et donc décodaient facilement leurs lectures. Mais depuis le XVIIème, les grammairiens font l'analyse logique des phrases qu'ils rencontrent, et appellent les articulations "conjonctions". Nous avons trouvé dans "Le bon usage" de Grévisse une liste qui prend le soin d'indiquer les rapports logiques :

7M.Grévisse n'avait pas le souci que nous avons, de trouver comment s'organise la pensée à partir des articulations. C'est pourquoi nous allons identifier plusieurs étapes, plusieurs "moments" dans leur utilisation :
1) logique de l'épicier : puis, ensuite, encore, également (logique simpliste, puisqu'elle se contente d'additionner)
2) logique du chroniqueur : avant, après, enfin (logique temporelle, du récit, logique enfantine)
3) logique du "penseur : mais, car, or, donc, d'une part, d'autre part (logique véritable, car elle organise la pensée et la rend cohérente). Certaines d'entre elles n'ont pas un sens unique. Clarifions ces sens différents tout de suite.

8"Mais" introduit une opposition avec l'idée précédente ; soit avec l'idée du paragraphe précédent, soit avec l'idée précédemment énoncée dans le même paragraphe. "Mais", en outre, peut relancer l'analyse, et dans ce cas, est suivi d'une question.

9"Ainsi", soit conclut, et signifie "donc", soit il introduit un exemple équivaut alors à un "par exemple". Pour trouver le sens, il .faut les remplacer par ces termes.

  • 1 voir Schmitt-Viala, "Savoir-lire", Didier, p. 76

10Tout discours1, toute parole, tout "dit" quel qu'il soit, consiste en un tissage, un entrecroisement entre deux fils, qui sont comme la trame et la chaîne :

  • un fil déconnecté du réel, "abstrait" (valable pour l'esprit seulement) : les IDÉES

  • un fil rattaché au réel, sans lequel le discours resterait pur jeu verbal : les EXEMPLES. Les mots ne peuvent rendre compte du réel que s'ils s'y réfèrent.

11L’idée, abstraite donc s'exprime par un jugement, par lequel l'esprit relie deux mots (abstraits, car tous les mots sont universels, ne renvoient à aucune réalité concrète, plus qu'à une autre, et ne sont donc valables que pour un esprit) comme le jugement du tribunal, ex. Pierre est coupable, ou la pierre est grise.
Nous dirons donc que toute phrase abstraite prend la forme :

  • 2 notion que l'on utilise à nouveau en linguistique moderne.

12Prédicat est un terme ancien, tombé en désuétude2, pour désigner l'attribut ou le COD (complément d'objet direct). Il dit bien qu'une qualité est attribuée à un sujet, "avec force" dit le Grand Robert.

13Toute phrase, même complexe, peut être ramenée à cette construction simple. Autrement dit, ce qui (prédicat) est dit (verbe) de quoi (sujet).
2.3 Donc "S-V-P" est une idée, ce qu’il faut distinguer soigneusement de l’exemple. Mais qu'est-ce qui distingue un exemple d'une idée ? et d'abord, à quoi reconnaît-on un exemple ?
Il suffit que mention soit faite d'une réalité concrète, d'un fait. D'un fait connu de tous, par le récit des journaux, ou qui appartienne à la culture la plus courante, faits historiques ou littéraires. L'important est que ce fait soit public.
Le critère peut en être : KOUKANKOI. Il .faut donner au lecteur la possibilité de reconnaître l'événement : De qui s'agit-il ?(ki), où cela s'est-il passé ?(ou), quand ?(kan), et que s'est-il passé ?(koi) Comme on marche avec deux jambes, tout discours progresse à l'aide de ces deux composantes, parfois cachées, mais toujours identifiables.

14Cette distinction, et le repérage des articulations, amène à une méthode de décryptage des textes écrits. Entendons-nous bien : il s'agit d'une méthode pour le travail préparatoire, dont les résultats apparaîtront dans le travail scolaire final, mais réorganisés dans une dissertation. Il semble d'ailleurs nécessaire, tant qu'on n'est pas bien habitué à utiliser cet outil, de se fixer des objectifs différents à mesure de l'avance du travail. Comme à l'école primaire on anone avant de parvenir à lire couramment. Rien ne sert de vouloir brûler les étapes : cinq lectures seront nécessaires.

151ère lecture : prise de contact avec le texte ; de quoi parle-t-il ? la lettre du texte. Tout le problème étant de la dépasser, d'arriver si possible à l'esprit ; mais pour ce faire, il faut s'apercevoir qu'on n'a pas tout compris au premier survol.
2ème lecture : repérer l'introduction et la conclusion, si elles existent ; le point de départ et le point d'arrivée d'un texte, et comprendre comment elles fonctionnent.
Nous allons le voir sur un exemple.
L'introduction pose un problème à partir de deux points de vue opposés. Ainsi Valéry, dans les "Fluctuations sur la liberté"

163ème lecture : les articulations
a) les repérer, faire l'analyse logique du texte, repérer principales et subordonnées.
b) trouver leur sens.
c) en déduire les différentes idées du texte. Se souvenir qu'une idée ne peut être cherchée dans une subordonnée, pour une simple raison de logique. Les articulations enchaînent les idées, suivies d'exemples qui les illustrent.

174ème lecture : en déduire, par comparaison des idées, l'idée maîtresse du texte. Elle est unique, puisqu'elle commande tout.

18Prenons un exemple. Un passage majeur du 2ème Discours de Rousseau, dans l'édition d'A. Kremer-Marietti chez Aubier-Montaigne, p. 101.

19Nous allons appliquer à ce texte la méthode que nous préconisons. Il est certain que, dans cette explication, nous ne prétendons pas à l'exhaustivité. Nous cherchons simplement à montrer que la méthode permet, au niveau des élèves, de décrypter un texte.

20Cet extrait ne comporte ni introduction ni conclusion. Première remarque qui nous amène aussitôt à l'interprétation des articulations (3ème lecture) : le texte pivote autour d'un "mais" central (1.8), qui oppose deux états de l'humanité, bien connus chez Rousseau, l'état de nature et l'état social. A l'intérieur de l'opposition logique, des articulations chronologiques : tant que, tant que, pour le premier moment ; dès l'instant que, dès que, pour le second. Succession temporelle au premier abord. L'état d'enfance de l'humanité, auparavant, puis l'état actuel, qui est encore le nôtre. Qu'est-ce qui distingue les deux états ? Regardons les principales : "ils vécurent libres, bons, sains et heureux". Cette vie paradisiaque a disparu, et a été remplacée par l'inégalité : "l'égalité disparut, la propriété s'introduisit, le travail devint nécessaire". L'état d'enfance de l'humanité, c'est un état privilégié où les hommes, encore isolés - on pense à l'enfant sauvage -, ne se différencient pas les uns des autres, chacun attelé à une œuvre ("des ouvrages(de même racine que 'œuvre', notez le) qu'un seul pouvait faire"), une œuvre d'art ("se parer de plumes et de coquillages, se peindre le corps de diverses couleurs, se tailler de grossiers instruments de musique, des arts qui n'avaient pas besoin du concours de plusieurs mains). Mais bientôt, cet état où l'on vit chacun pour soi, par rapport à soi-même seulement, a été remplacé par l'état social. "L'égalité disparut", (et la propriété et la domination engendrée par le travail en sont les corollaires) qui est la véritable idée maîtresse du texte. Plusieurs conséquences : "et" tout simplement, la naissance de l'agriculture ("les vastes forêts…"), et l'esclavage et la misère ("on vit…"). Remarquons les deux verbes : "germer et croître" avec les moissons". Germer se réfère à la conception, croître à la naissance elle-même. Il s'agit là justement de l'origine et de l'ambiguïté de la notion.

215ème lecture : point de vue critique. Précisons la différence entre critique et destruction. La critique n'est pas négative, destructrice mais qu'elle signifie appréciation de l'intérêt, de la logique interne du passage. Point n'est besoin de chercher des renseignements étrangers, car, comme on le dit en d’autres lieux, "le texte, rien que le texte, mais tout le texte." Toutefois, quand on connaît une interprétation critique de grand auteur, on peut s'en servir, à condition d'être sûr que les deux textes se correspondent.

22Ainsi Voltaire a répondu à Rousseau, dans une lettre célèbre, que nous empruntons à Lagarde et Michard, "les grands auteurs français au programme", XVIIIème·siècle, p. 158 :

23Merveille d'ironie, cette lettre manifeste les raisons de l'incompréhension de Voltaire. Il a cru que Rousseau invitait les hommes à revenir au premier état, à l'enfance, erreur profonde que l'on fait souvent. Alors que ce qui permettra de dépasser l'inégalité, c'est le contrat social. Exemple parfait de dialectique, et Marx ne s'y est pas trompé, lui qui a annoté ligne à ligne le Contrat. Le "point de vue critique" correspond à ce qui précède le mot "fin" dans les films : une vue d'ensemble.

24A cette méthode de lecture correspond une méthode d'écriture où le processus s'inverse. L'écriture, en son véritable degré zéro, pour les débutants que nous sommes tous, est un stade final qui fait suite à une analyse : les grecs utilisaient la racine leg, d'où provient le mot lecture, pour dire à la fois "je dis, je parle" et pour dire "lire". Le mot logique a la même origine. Or lire, c'est "rassembler par les yeux", (SVP). Heidegger, dans son "Principe de Raison", p. 232, explique que : "Legein et logos veulent dire : laisser la chose présente sous nos yeux. Legein signifie : rassembler, mettre l'un avec l'autre". De notre point de vue, cela se comprend aisément. Lire, c'est retrouver S-V-P, et écrire le construire, pour qu'il devienne lisible. L'expression suppose le même travail, mais inversé, que la lecture.

  • 3 Gilberte NIQUET, dans son ouvrage "Structurer sa phrase, structurer sa pensée", appelle cette premi (...)

251ère démarche : rassemblement du matériel, c'est-à-dire recherche des éléments, des concepts, idées et des exemples dont va se nourrir le texte que nous écrirons3. Il semble intéressant de préciser comment chercher :
a) recherche d'exemples, qui utilisent le mot central.
b) recherche de mots
1) de même famille
2) de sens voisin (synonymes, qu'il va falloir distinguer du mot central)
3) de sens opposé (antonymes)
c) recherche de sens
4) points communs qui apparaissent
5) boulevards de sens (il est à noter qu'ils sont souvent deux, comme le pour et le contre, comme la thèse et l'antithèse.

262ème démarche : dégager une idée maîtresse, qui sera la thèse que nous défendrons, qui s'exprime sous la forme "S-V-P".

273ème démarche : articuler les différentes étapes du raisonnement, les différents arguments, qui nous serviront de preuves pour notre thèse, que nous trouverons dans notre matériel de départ, à supposer que le travail préparatoire ait été fait consciencieusement. Matériel qu'il faut organiser dans un "plan", comme on dit à l'école. L'important est qu'il y ait argumentation et discussion interne, même si l'ensemble n'est pas construit selon le schéma dialectique (thèse, antithèse, synthèse…). La cohérence interne dans "le dialogue de l'âme avec elle-même", qu'est la pensée d'après Platon, est une nécessité.

284ème démarche : rédiger introduction et conclusion, au brouillon, car l'intérêt que l'on portera au travail tiendra pour une large part à l'amorce, c'est-à-dire à l'introduction. On peut apprécier dans ce sens l'introduction de Valéry aux "Fluctuations sur la liberté" citée p.5 (2ème lecture).
La conclusion doit conclure nettement, sans s’embarrasser d'ouverture sur d'autres problèmes, qu'on n'a pas traités, justement (That's all folks…)

295ème démarche : rédaction de l'ensemble au propre directement, et relecture, attention aux fautes d'orthographe…
Il ne suffit pas de faire "s'exprimer" ces chères têtes blondes, ni de leur donner une information, il faut encore exercer leur esprit, leur donner un outil d'analyse, et leur apprendre à s'en servir. Lire un grand texte et s'exprimer soi-même sont donc des démarches du même ordre, et les difficultés d'écriture que l'on rencontre sont le plus souvent des difficultés de lecture qu'on n'a pas identifiées ? On apprend bien à lire et à écrire dans un seul et même mouvement à l'école élémentaire !

Haut de page

Bibliographie

Schmitt, M.P., Viala, A., (1982), "Savoir-lire", Didier, p. 76

Haut de page

Notes

1 voir Schmitt-Viala, "Savoir-lire", Didier, p. 76

2 notion que l'on utilise à nouveau en linguistique moderne.

3 Gilberte NIQUET, dans son ouvrage "Structurer sa phrase, structurer sa pensée", appelle cette première démarche le "dégorgement". Mais elle suppose une recherche de matériel qu'on puisse trouver tout fait, informations, renseignements, et non du matériel intellectuel qu'il faut inventer à l'aide d'un travail sur la langue et le dictionnaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tarlin, « Apprendre à lire et à écrire pour ne pas devenir idiot… », Études de communication, 6 | 1985, A96-A105.

Référence électronique

Michel Tarlin, « Apprendre à lire et à écrire pour ne pas devenir idiot… », Études de communication [En ligne], 6 | 1985, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://edc.revues.org/3152 ; DOI : 10.4000/edc.3152

Haut de page

Auteur

Michel Tarlin

Michel Tarlin, Lycée du Hainaut,- Valenciennes, FCEP, Lille III

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page