Navigation – Plan du site
Dossier : Evaluer les écrits : correction des copies, production de textes. Démarches d'apprentissage

Un nouveau regard sur la correction : témoignage

Agnès Laurent
p. 153-154

Résumé

Au retour d'un stage sur la correction de copies une enseignante met en pratique les méthodes apprises durant la formation avec ses élèves. Il s'agit, dans les faits, de ne plus parler de "correction" mais d' "évaluation" et de rendre plus positif, pour les élèves, cette pratique de l'enseignant.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

education, marking, rating
Haut de page

Texte intégral

1A la fin de la première session du stage "Évaluation/correction de copies/démarches d’apprentissage", les animateurs nous proposèrent la réalisation d’un contrat de travail. Ce dernier devait se dérouler durant l’inter-session soit environ 5 semaines.

2Pour ma part, j’avais émis la proposition d’expliquer à ma classe de 3ème le pourquoi du stage et de leur proposer une "nouvelle correction" ne comportant qu’une ou deux consignes.

3Tout d’abord les élèves ont été surpris - mais contents - que je leur explique les raisons de mon absence. Ils ont ensuite paru étonnés que la recherche pédagogique puisse se faire dans cette direction très "matérielle". Cela m’a valu quelques réflexions telles "Mais enfin Madame depuis que vous enseignez vous devez savoir corriger.." Mais surtout ils ont été ravis de participer à une expérience et d’être importants pour des professeurs. Un élève m’a d’ailleurs lancé une remarque qui m’a interpellée. "C’est nous qui allons être les maîtres et plus les serviteurs" ! ! !

4Après une longue discussion autour du mot correction, nous en sommes arrivés à la réflexion suivante : Le mot correction ne sera plus utilisé en classe. Il est pour beaucoup d’élèves le synonyme de répression : "Ne corrige-t-on pas un devoir comme on corrige un enfant ?" (et cela est vrai !). On lui substituera le terme évaluation plus valorisant et qui "provoque le désir de faire mieux".

5L’application - ou toutefois l’essai d’application car bannir le mot correction de son vocabulaire n’est pas toujours facile - de cette méthode a donné des résultats très encourageants. Dans le devoir comme dans le corrigé, les élèves de 3ème C ont accompli un travail sérieux parce que plus motivé. Ils ont beaucoup apprécié cette nouvelle formule d’évaluation qui donne du travail fourni une vision positive. D’eux-mêmes ils ont souhaité que les devoirs suivants bénéficient de ce même type d’évaluation. Il est à remarquer que l’amélioration de certaines copies est presque spectaculaire.

6Je me suis surprise également à chercher le côté positif d’un exercice d’orthographe et à mettre "bien" dans une dictée pour des accords bien réalisés !

7Il me semble que la démarche est enrichissante tant pour la classe que pour moi.

8Pour les élèves, car ils n’ont plus l’impression d’être sanctionnés et acceptent beaucoup mieux toutes les notes dans la mesure où l’on ne prend pas en compte seulement ce qui ne va pas, mais où ce qui est bien, est relevé ! Ils m’ont dit avoir l’impression d’être compris.

9Pour moi aussi cette expérience est riche. Le bon rapport existant avec mes élèves a sensiblement évolué. Cette recherche du point positif dans une copie implique une autre vision des élèves et, parce que demandant plus de temps, elle m’a obligée à réfléchir sur chaque enfant. Le courant affectif qui se développe dans le groupe me semble être un moteur d’amélioration et de progrès pour les élèves et pour moi-même.

10En conclusion, je dirai que les réflexions provoquées par le stage m’ont permis de retrouver un enthousiasme certain dans mon travail et à l’égard des enfants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Laurent, « Un nouveau regard sur la correction : témoignage », Études de communication, 7 | 1986, 153-154.

Référence électronique

Agnès Laurent, « Un nouveau regard sur la correction : témoignage », Études de communication [En ligne], 7 | 1986, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://edc.revues.org/3255 ; DOI : 10.4000/edc.3255

Haut de page

Auteur

Agnès Laurent

Agnès Laurent, Collège PERIER. HAUMONT

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page