Navigation – Plan du site
Dossier : Presse et didactique des techniques d'expression

Compte rendu de l'intervention de Maurice Deleforge

Élisabeth Fichez-Vallez
p. 6-8

Texte intégral

1Maurice Deleforge, Directeur des Etudes à l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, et Christian Hermelin, responsable de l'information au ministère de l'agriculture et formateur à l'Ecole de Journalisme de Paris, n'ont pas pu nous envoyer le texte de leur intervention.

2P. Delcambre et E. Fichez proposent donc un compte rendu de leur exposé et des questions qui l'ont prolongé.

3L’objectif à l’Ecole Supérieure de Journalisme est de former des communicateurs, et par conséquent de refouler la volonté d’expression. (cf. La formule de Gusdorf : « plus je m’exprime, et moins je communique ».)

4La formation repose sur huit principes dont le premier constitue un préalable :

  1. Ecrire correctement, c’est-à-dire se situer entre l’écueil du purisme et le tourbillon du laxisme.

  2. Etre clair : le message doit passer pour le lecteur, quel qu’il soit.

  3. Avoir d’autres yeux : être capable, par l’enquête d’investigation, de repérer l’évènement qui peut se cacher.

  4. Etre concis.

  5. Avoir une pensée précise, qui allie la rigueur et la vigueur du style.

  6. Composer son message : on a en tête le schéma scolaire de la dissertation qui part des considérants (« étant donné que… et que…) et retarde la formulation de l’essentiel. Il faut adopter le schéma de la pyramide inversée qui amène à livrer d’emblée l’essentiel de l’information. Cela permet en outre de prendre en compte les contraintes de dernière minute : il est facile de faire sauter la fin de l’article si la place manque au marbre.

  7. Titrer et « habiller » l’article (titre, chapeau, inter-titre).

  8. Présenter selon les normes imposées par les machines. Dans la pratique pédagogique, c’est la présence indubitable de la contrainte formelle (c’est-à-dire de la machine) qui entraîne l’écriture : le corps, les colonnes, les surfaces etc…

5Discussion.

6Un élément est particulièrement pointé par rapport à la formation du locuteur : l’exemple de l’écriture de presse est celui d’une écriture qui anticipe sa « mise en machine », sur la suite du circuit de communication. Dans notre travail en T.E. sur l’oral, il nous arrive de faire cette anticipation sur la mise en forme/mise en scène du message (préparation du document à lire – disposition des lieux – gestuelle…) Mais dans notre travail sur l’écrit, il y a au moins ce souci d’aller jusqu’au document fini.

Haut de page

Bibliographie

Florio, René, (1975), Initiation à la pratique journalistique, Ecole Supérieure de Journalisme de Lille.

Florio, René, (décembre 1982), « Au printemps du journalisme », Presse-Actualité. Série d’articles parus à partir de décembre 1982 dans la revue Presse-Actualité. Ils figurent actuellement dans la rubrique « Leçon de forme ».

Hervouet, Loïc, (1979), Ecrire pour son lecteur, guide de l’écriture journalistique, Ecole Supérieure de Journalisme de Lille.

Morin, Violette, (1969), L’écriture de presse, Mouton.

Richaudeau, François, (1973), Le langage efficace, C.E.P.L., Denoël.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Fichez-Vallez, « Compte rendu de l'intervention de Maurice Deleforge », Études de communication, 5 | 1985, 6-8.

Référence électronique

Élisabeth Fichez-Vallez, « Compte rendu de l'intervention de Maurice Deleforge », Études de communication [En ligne], 5 | 1985, mis en ligne le 12 avril 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://edc.revues.org/3264 ; DOI : 10.4000/edc.3264

Haut de page

Auteur

Élisabeth Fichez-Vallez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page