Navigation – Plan du site
Dossier : Presse et didactique des techniques d'expression

"Manipuler la presse"

Olivier Chantraine
p. 11-17

Résumé

Compte-rendu d'un travail mené en T.D. avec des étudiants préparant le diplôme d'état d'éducateur spécialisé. Organisé autour de l'analyse d'articles de presse traitant de sujets de société il a pour but d'aider les étudiants à analyser lediscours journalistique mais aussi de prendre de la distance par rapport au vocabulaire couramment utilisé pour qualifier les comportements qu'ils auront à traiter dans le cadre de leurs activités. Les étudiants ont collecté puis lu et analysé un corpus de 56 textes journalistiques.

Haut de page

Texte intégral

T.D. en première année d'IUT, option "éducation spécialisée"

1Je voudrais présenter ici la démarche d'une suite de "T.D.", qui a pris pour objet "le discours de la presse dans les domaines qui concernent l’Éducation Spécialisée". C'est-à-dire, plus prosaïquement, dans les domaines où il était simple de montrer à des étudiants de première année, préparant en IUT le Diplôme d’État d’Éducateur Spécialisé, qu'ils étaient directement concernés.

2J'essaierai d'indiquer les objectifs et hypothèses qui soutenaient ce travail, d'en Décrire le dispositif et le déroulement temporelet de donner un aperçu des productions des étudiants. Enfin, j'esquisserai un bilan de cette action pédagogique.

1 - Objectifs et hypothèses

3Pour l'essentiel, les objectifs de ce travail étaient :

4a) D'améliorer le rapport des étudiants à la langue écrite par une pratique manipulatoire et critique de la presse,

5b) De les sensibiliser à la fonction métalinguistique du discours de la presse : faire découvrir comment, en racontant, celle-ci définit un certain nombre de mots et de notions, construit la réalité et fournit un cadre de représentation du social.

6c) De leur faire analyser les différentes postures dans ce système de communication qu'est la presse écrite : qui est lelecteur pour le journaliste ? Qui lejournaliste pour le lecteur ? Que représentent le récit, son auteur, le public pour les protagonistes éventuels des récits de presse ? Etc …

7d) De leur faire distancier le lexique par lequel se verbaliser ordinairement les objets, les pratiques, les conditions de "l’Éducation Spécialisée", soit leur future pratique professionnelle.

8Se donner de tels objectifs pédagogiques supposait d'avoir risqué les hypothèses suivantes :

9a) La prise de conscience de mécanismes amène à mieux les mettre en jeu à ses propres fins, ou au moins à en déjouer les pièges.
Par exemple, des éducateurs peuvent être amenés par leur pratique professionnelle à dialoguer avec la presse, à l'utiliser ou même à polémiquer avec elle, à la critiquer. Elle peut les aider à montrer à des responsables politiques ou administratifs des besoins des populations. Ils peuvent être amenés à contester l'image de la jeunesse, de la jeunesse de la banlieue roubaisienne par exemple, lorsque la rhétorique du fait divers fait des bus les "trains de l’enfer" ou de la petite ville d'Hem la capitale des "vols de Volkswagen-Golf" et des "rodéos automobiles".

10b) La prise de distance à l'égard de certains mots - précisément ceux qui pourraient trop rapidement devenir usuels pour de futurs éducateurs spécialisés - est susceptible d'amener à un emploi mieux contrôlé du langage, de ses effets, de ses significations.

11c)Une pratique manipulatoire (lire, couper, monter, coller, classer, inventorier etc…) de la presse est susceptible d'améliorer le rapport à la langue écrite.

12Les étudiants qui préparent le DEES sont, il peut être utile de le rappeler, desétudiants qui souvent n'ont pas connu de succès dans les études secondaires. On a même pu en dire ici ou là que presque toujours les candidats à cette formation ont connu à un moment ou un autre l'échec scolaire ou l'exclusion. C'est un public qui voit dans la lecture du journal "Le Monde" la preuve de hautes aptitudes intellectuelleset où la lecture quotidienne d'un journal est fort rare. Souvent cette non-lecture étant rapportée à des "problèmes d'argent".

2 - Dispositif et de déroulement

a) Un lexique- un corpus

13J'ai présenté, quinze jours à l'avance, le projet de travail aux étudiants : "on va essayer de voir comment la presse parle de la matière que traite votre future profession". A cette occasion, je leur ai proposé de contribuer àla constitutiond'un corpus.

14Pour définir les textes pertinents qui devaient entrer dans ce corpus, un lexique a été inventorié à partir des articles de Mme. Verdès Leroux consacrés dans "Actes de la Recherche en Sciences Sociales" au secteur du travail social. Il comprenait les mots suivants :
"alcoolisme - politique - humanisme enfance - marginalité - drogue médecine - police - chômage - école étranger(s) - lutte de classes ouvrier".

15La consigne était de collectionner les textes journalistiques mettant en jeu l'un ou l’autre de ces mots, et que leur propre lecture de la presse les amènerait à rencontrer.

16Ainsi quinze jours plus tard, un corpus de 56 textes journalistiques était disponible, en vracet qu'on pouvait penser pertinent puisque déterminés d'une part par le lexique choisi, d'autre part par le fait d'avoir été lus par les étudiants eux-mêmes.

b) Une lecture - un inventaire un classement - des questions

17Le deuxième stade du travail a été de faire une lecture en vue d'un inventaire et d'un classement. Ont ainsi duêtre déterminés des critères de classement et des groupes de textes (CF.tableau 1). Ce travail a été l'occasion de mettre en évidence l'importance du point de vue de la lecture dans l'assignation d’un sens à un texte, le point de vue et le sens étant ici essentiellement déterminés par la tâche même de classer.

TABLEAU 1

56 TEXTES JOURNALISTIQUES

18[Image non convertie]

19Pour le groupe, ç'a été aussi l'occasion de délimiter sociologiquement et géographiquement le champ réel de ses lectures. Champ étroit : 7 titres, dont deux rapportés dans un souci militant par une personne soucieuse de se définir par cet apport, mais reconnaissant par ailleurs ne pas avoir de pratique régulière des journaux en questions… Surtout, plusieurs étudiants ont pris conscience qu'ils "ne lisaient pas le journal". La variété des types de textes journalistiques aussi (selon les sources, les auteurs, les modes d'énonciations etc…) est apparue comme une chose à découvrir. Si la finalité de l'exercice avait été l'acquisition, d'une méthodologie en linguistiqueou en littérature, c'est ce stade de travail qu'il aurait fallu approfondir. Mais les finalités restant celles définies en 1 (Objectifs et hypothèses), les étudiants se sont répartis les différents groupes de textes, pour les étudier en groupe de travail,la consigne étant de produire, en 2 séances de T.D. plus le travail "à la maison" uneintervention selon une forme à déterminer par le groupe, gui réponde à certaines questions, élaborées selon les points forts de la discussion et concentrées sur une découverteconcrète des mécanismes de l'énonciation et de la fonction métalinguistique(Cf Ib).

QUESTIONS

FAITS DIVERS : Quels sont les protagonistes du fait divers ?
Comment, dans le cadre même de l'article, le journaliste définit-il sa propre compétence ?
Quelles sont les finalités du texte, c'est-à-dire quels comportements ou opinions tend-il à favoriser chez le lecteur ?
Quels moyens ont été mis en œuvre pour produire le texte ?

ENFANCE ET ADOLESCENCE : Quelles définitions ces textes produisent-ils de leursobjets et de leurs personnages ?
Quels rapports le journaliste ou le producteur d'images choisit-il d'entretenir avec son objet ?

DISCOURS SUR LA DROGUE : Comparer les différentes modalités de récit : enquête, article engagé, récit, témoignage etc…
Qui estdéfini par les articles étudiés comme compétent sur le sujet ?
Qui sont les personnages ?
Quel personnage l'enquêteur joue-t-il ?
Comment se manifeste le rapport de l'enquêteur à l'objet drogue ?
Quel est ce rapport ?

DISCOURS CHARITABLE : Personnages ?Censures ? Finalités du discours ?
Intérêt du journal dans l'affaire ? Rapport du journaliste à l'objet ? Rapport du lecteur à l'objet ?

DISCOURS SUR LES INSTITUTIONS :
Quels rapports ces textes instituent-ils entre la société, l'état, le privé, la religion, la presse, etc… et les destinataires de l'action sociale, culturelle et éducative d'une par les destinataires des articles d'autre part.

3- Les productions

20Elles ont été diverses :

21- un seul groupe n'a rien présenté.

22- un groupe a produit un texte polémique, analysant le discours de la chronique charitable de la Voix du Nord (CF. extrait). Ce texte présentait l'intérêt d'être centré sur l'auto-portrait du journal et l'image qu'il construit de son lecteur.

23- trois groupes ont produits des exposés uniquement oraux (verba volent…) surtout centrés sur l'analyse d'un exemple. En particulier a été mise en évidence la spécificité de la posture adoptée par la photographe Martine Barrat qui, ont-ils montré, "s'assimile à l'objet de sa pratique par une immersion etune osmose" (la critique de telles attitudes étant tout à fait intéressante pour de futurs éducateurs spécialisé. Ce dernier point est susceptible de servir de point d'accrochage d'une étude des rapports entre Techniques d'Expression et "formation clinique" des éducateurs…). De même, l'ambiguïté du discours sur la drogue de Libération a été soigneusement déconstruit : "clins d’œil, complicités, effets de mode, vocabulaire branché" ont été la matière première d'un travail sur les présupposéset l'auto-portrait du reporter qui se dessine en filigrane du reportage.

24Néanmoins chaque groupe a exprimé le regret de ne pouvoir mener plus loin sa recherche, en raison du petit nombre de séances de techniques d'expression prévu en première année d’E.S.

4 - Évaluationbilan

25L'évaluation d'un travail de ce type est difficile à faire. On peut espérer avoir fait évoluer le rapport aux discours journalistiques des étudiants. Certaines discussionsde couloir étant susceptibles de renforcer cette impression Quelques-uns onten tout cas évolués en ceci qu'ils sont devenus des lecteurs plus assidus de la presse.

26Plus concret : la séquence suivante et dernière de l'année, était consacrée à la discussion et l'analyse d'un dossier de presse réalisé par un groupe d'éducateursspécialisés en exercice sur "les rodéos à Hem". A cette occasion, les étudiants ont semblé poser plus rapidement à un texte journalistique des questions comme : "quels moyens d'information le journaliste a-t-il pris ? Pour quels destinataires a-t-il conçuson papier ?"

27Surtout, il est apparu possible de faire un travail sur "la diversité des lectures possibles" d'un même texte : lecture par un "jeune pré-délinquant, un élu municipal, le riverain d’une rue infestée de jeunes motards voleurs voire maghrébins,un éducateur spécialisé".

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Chantraine, « "Manipuler la presse" », Études de communication, 5 | 1985, 11-17.

Référence électronique

Olivier Chantraine, « "Manipuler la presse" », Études de communication [En ligne], 5 | 1985, mis en ligne le 12 avril 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://edc.revues.org/3265 ; DOI : 10.4000/edc.3265

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page