Navigation – Plan du site
Dossier : Presse et didactique des techniques d'expression

L'objectivité de la presse : les critères du jugement d'objectivité chez le lecteur et les représentations relatives à l'expression.

Bernard Delforce
p. 36-69

Résumé

Compte-rendu d'un travail mené avec des étudiants autour de la notion d'objectivité. A partir de la lecture d'articles de presse sur des sujets différents l'expérience consistait à définir l'article le plus objectif. Il apparaît que le jugement d'objectivité influe l'analyse d'un document en fonction des connaissances que le lecteur a de celui-ci.

Haut de page

Texte intégral

1Quand on observecomment un public-ici, quelques groupes d'étudiants en Formation Initiale ou en Formation Continue, à l'Université et en I.U.T. –approche un outil de Communicationdont il est, en général, peu familier -ici, la presse écrite quotidienne nationale – ce qui apparaît d'emblée avec force, c'est la nécessité d'une adaptation de l'opération de lecture à un nouvelespacecelui dujournal.

2Mais qu'en est-il quand on passe à un autre celui dutextemême de l'article ?

3On peut alors constater l'incidence majeure dujugement d'objectivitésur cettelecture. Et on peut prédire que l'influence de ce jugement d'objectivité sur l'activité d'analyse/commentaire des articles n'est sans doute pas négligeable.

4Il nous est alors apparu intéressant de mettre systématiquement en relation, d'une part, cejugement d'objectivitéet les différentes conceptions sur lesquelles il semblait reposer chez les apprenants et, d'autre part, leurspratiques d'analyse/commentaire des articles- Nous pensions en effet, que ces conceptions de l'objectivité pouvaient rendre compte des difficultés, insuffisances… Observées dans les travaux de commentaire réalisées par des apprenants.

  • 1 Pour une présentation plus détaillée de ces hypothèses et leur application a d'autres objets langag (...)

5Deux hypothèses, que ce travail voudrait seulement illustrer pour en tester, au moins, l'intérêtpédagogique (note1) nous incitaient à opérer ce rapprochement :

  • 2 Depuis la présentation decette communication nous avons pu prendre connaissance de l'article de M. (...)

61)Sur le terrain de l'activité langagière(en production comme en réception) nous pensons que les difficultés rencontrées par le sujet sont, pour une part d'entre elles, explicables par les représentations dont le sujet est porteur. On fait, en effet,l'hypothèse que ces représentations ont une incidence forte sur l'activité langagière du locuteur dans la mesure où elles tracent,à l'insu même du sujet, un cadre à l'intérieur duquel s'inscrit son activité langagière. Et, à ce titre, les représentations relatives auxmodèles de discours à produireoules jugements évaluatifs portés sur les discours reçusnous paraissent particulièrement intéressants, bien qu’encore peu explorés. (note2)

72)Sur le terrain de l'apprentissage,nous pensons que lesreprésentations relatives à l'objet d' apprentissage-ici, la presse écrite, le discours d'information - tracent uncadre pour la formationtelle que la conçoit l'apprenant et constituent le vecteur de son engagement dans l'activité d'apprentissage - En ce sens, elles influent, par exemple, sur lamotivationen lui donnant un contenu concret, ouanticipentl'apprentissage conformément à une définition implicite de l'objet - ici, la presse - et de son sens pour soi. Ces représentations sont aussi susceptibles de rendre compte desdifficultésrencontréesau coursde l'apprentissage : chacun modèle son activité en cohérence avec ses propres représentations de l'objet. Notons que nous entendrons ici par difficultés d'apprentissage tout ce qui peut êtretrace de l'activité de l'apprenant : difficultés formulées par lui, erreurs observées dans ses travaux, bien sûr, mais aussi : nature des questions posées, hésitations et incompréhensions, réactions et objections…

8Pour pouvoir opérer ce rapprochement entrejugement d'objectivitéetpratiques du commentaire, il nous restait à mieux préciser lanature de ce jugement d'objectivité.

9Pour ce faire, on a proposéaux apprenants de différents groupesde classer par ordre d'objectivité décroissante six courts articles relatifs à deux événements survenus en 1978 et 1979 - l'un en rapport avec l'Université, l'autre avec l'énergie nucléaire - ; on leur a, en outre, demandé de motiver leur classement pour le texte retenu comme étant le plus objectif pour eux,ainsi que pour celui qui leur paraissait être le moins objectif.

  • 3 Pour une approche plus large de la relation d'apprenants à une formation à la presse écrite que cel (...)

10On a alors obtenu une série decritères différenciésà partir desquels opère le jugement d'objectivité. Ces critères se laissent organiser en une typologie qui fait apparaîtresix conceptionscontrastées del'objectivitéqui modèlent la lecture et la réception des articles de la presse écrite (note3).

11Il ne s'agissait donc pas ici d'obtenir desdiscours générauxsur l'objectivité de la presse tels qu'on les aurait obtenus à l'aide d'entretiens, de questionnaires ou de discussions en groupe, mais de mettre les apprenants .en situation de faire concrètementusage de la notionsur des articles relatifs à des récits d’événements, i.e. ceux qui auraient dû être le plus proche desfaitset du couple récit/description (cf l'opposition de sens commun ; faits vs commentaire).

  • 4 Pour cette étude, voir notamment les communications parues dansLes obstacles à l'information. Actes (...)

12Il ne s'agissait donc pas nonplus de s'interroger sur le fonctionnement de la presse du point de vue desobstacles à l'information(note4) mais de s'interroger sur lefonctionnement de sa lectureet des discours que cette dernière suscite.

  • 5 Telles qu'elles seront ici formulées, ces conceptions peuvent paraître "caricaturales". C'est que, (...)

13Il n'est pas possible, dans le cadre du présent travail, d'exposer systématiquement les résultats de cette étude : on se limitera donc à une présentation d'ensemble des différentes conceptions de l'objectivité. Précisons encore qu'il s'agit dereconstructionà des fins d'analyse du matériau recueilli et que ces conceptions ne se livrent pas dansles termes mêmes où nous les présenterons (note5).

14Pour chaque conceptionon présentera le critère qui lui sert d'appui, de façon brute, ainsi que les formulations relativisantes auxquelles l'apprenant est parfois lui-même contraint - En parallèle, on présentera certaines procédures de travail observées lors d'activités de commentaire : en particulier, on notera quels sont les éléments de l'article qui sont pris en compte et sous quel angle ils sont traités ; inversement, on notera quels sont les éléments qui échappent largement à l'attention. Enfin, pour rendre compte de cesconceptionset de cespratiques, on essaiera de reconstruire lesreprésentations sous-jacentesqui donneraient à cet ensemble sa cohérence maximale : celle d'un système logique aux yeux de l'apprenant.

15On indiquera alors quelsdéplacementson cherche à opérersur ces approches "spontanément" mises en œuvre et en quoi ce travail nous parait pouvoir contribuer à laformation du locuteur.

l. Les conceptions de l’objectivité

1.1. Objectivité 1 : tout dire ou l’évidence comme fondement du rapport au réel

16Pour cettepremière conception, le texte objectif c'est "celui qui dit tout". Remarquons d'abord que ce critère est rarement formulé de façon aussi abrupte. Mis en situationd'utilisercette notion, les apprenants se trouvent semble-t-il, contraints de recouvrir à deux formulations plus relatives, mais qui gardent comme horizon commun cette définition : "tout dire, ne rien cacher".

17La première reformulation estcomparative : le texte leplusobjectif, c'est celui qui en dit le plus. On confronte alors les textes, l'indice d'objectivité étant laquantité d'informationsdonnée ou laprécision des détailsfournis. Est alors déclaré le plus objectif, le texte oui fournit le plus d'informations et offre le plus de détails. Le critère se présente donc comme un idéal qui n'est certes pas atteint, mais dont il faut s'approcher et dont on regrette même parfois qu'on ne s'approche pas davantage.

18L'autre reformulation estnégative : le texte non objectif, c'est celui quicensure. On confronte là aussi les unités d'information contenues dansl'ensembledes textes, le texte le moins objectif étant celui qui en reprend le moins et qui, donc, "cache" à ses lecteurs certaines informations.

  • 6 Ce travail d'observation un peu systématisé, engagé depuis 1979, touchait à sonterme lorsque nous a (...)

19Tout se passe donc comme si, voulant concrétiser et mettre en œuvre son jugement d'objectivité, l'apprenant ne pouvait le faire qu'en passant par la reconstitution, à partir de différentes copies dont il dispose, de l'événement réel "tel qu'il a vraiment eu lieu" (note6).

20Pour juger de l'objectivité d'un texte -et donc de celle du journaliste qui l'a produit, les deux étant souvent associées - l'apprenant se sent tenu d'en passer par la mesure de sonadéquation au réel.

21Ce que gomme alors largement cette façon de faire, c'est l'attention à laformulationsingulière de chacune de ces unités d'information qu'on a découpées (comment en parle-t-il ?),ainsi que l'attention à leurmise en textepeu importe leur ordre et leur succession - et les effets de sens que cet ordre produit-.La question· est avant tout la suivante en parle-t-il ou n'en parle-t-il pas ?

22Par contre, ce qu'on observe attentivementc'est l'activité desélectiondes informations opérée par le locuteur/journaliste. Mais on ne la retient que comme une activité négative dont il aurait dû s'abstenir.

23Quelle signification prêter à ces observations ?

24Intéressons-nous à l'antonymede "dire objectivement" selon cette conception, c'est-à-dire au verbecensurer. Si Lo dit que L censure l'information y, cela présuppose
1) que Lo sait que y existe
2) que L sait lui-aussi que y existe, mais ne le dit pas.

25Tout se passe donc comme si on postulait quel'événement- et ses différents constituants - ne pouvait qu'être identique pour "Lo-lecteur" et pour "L-journaliste" et que seule varierait lacommunication de l’événementpar L et par Lo.

26Tout se passe, en définitive, comme si on postulait l'existence,préalable à toute intervention journalistique, d'un événement doté d'un sens évident, unique et stable qu'il n'y aurait alors plus qu'à dire et par rapport auquel toute absence ne peut plus être perçue que comme un manque, une intervention négative. Bref,le réel parle tout seul, il se dote lui-même de sens et nous ni y sommes pour rien ; il suffit de tout dire de ne rien cacher.

27Ce qui est évacué ce sont les mécanismes mêmes deperceptionde l'événement, de constitution de sonsensdans et par ceregard qui perçoit.

  • 7 Sur toutes ces questions nous devons beaucoup aux travaux de C. Kerbrat, notamment, "Déambulation e (...)

28Si d'ailleurs on démontre aux apprenants qu'on ne peut jamais tout dire, que lasélectionest une activité à laquelle nul ne peut échapper - Le journaliste pas plus qu'eux-mêmes - le critère se relativise ainsi : "soit. Mais il faut, au moins,dire tout ce qui estimportant" (note7)

29Mais comment justement distinguer l'essentiel de l'accessoire et du superflu : cela suppose l'intervention d'un critère de pertinence qui, en l'occurrence, ne peut être que la signification qu'on attribue à l'événement : c'est parce que j'attribue globalement la signification "légitime défense" (et non auto-défense) à tel événement de la réalité que tel ou tel de ses éléments constitutifs (une arme, un geste, l'identité d'un protagoniste...) devientimportant à mes yeux. C'est cette signification préalable qui fait aussi que je perçois cet élément parmi tous les autres et que, corollairement seulement, j'estime pertinent d'enparler.

30Ces remarques rejoignent celles déjà faites par P. WATZLAWICK à propos de la communication quotidienne quand il observe "la conviction solidement établie, et d'ordinaire hors de question, qu'il n'existe qu'uneseuleréalité, le monde tel que je le vois,moi, et qu'il faut attribuer toute conception qui diffère de lamienne à la déraison ou à la mauvaise volonté d'autrui" (WATZLAWICK, 1972, p. 93-94).

31La sélection des informations ne s'opère donc pas par un tri négatif au niveau du dire à partir d'un perçu qui, lui, serait identique : c'estdès la perceptionqu'intervient la sélection, le dire ne s'efforçant ensuite, dans la plupart des cas, que de rester conforme au perçu.

  • 8 Entendons-nous bien : il ne s'agit pas pour nous ici, de nier toute existence de la censure ou de l (...)

32La perception d'un événement n'est pas seulementpartielle- comme on en convient souvent - ; elle est aussiinévitablement partiale : nonpas tant parce que le locuteur la déformeraitvolontairement- ce qui peut, bien sûr, être parfois le cas - mais en ce qu'elle estinévitablementorganisée selon des schèmes dont le locuteur est porteur à son insu même. Il peut s'agir, nous y reviendrons,de discours sociaux constitués, organisateurs de l'expérience et de la perception, mais aussi, dans le cas du journaliste, d'une anticipation des "formes de restitution" acceptables (rubrique, brève ou édito...) - (note8)

1.2. Objectivité 2 : dire la vérité ou la transparence comme fondement du rapport au langage

33Comme dans la conception précédente, le critère est surtout utilisé sous sa formulationnégative : le texte non-objectif, c'est celui qui ment, qui ne dit pas la vérité.

34Or, que présuppose le mensonge ?
si Lo dit que L ment quant il dit que P
cela sous-entend 1) que, pour Lo, P est faux
2) que, pour L, P est faux aussi, mais qu'il le dit quand même et l'affirme comme vrai.
Cette deuxième conception n'est donc pas fondamentalement différente de la précédente : ici aussion postule une identité de vueentre lecteur et locuteur sur lasignificationde l'événement ; ici aussi c'est dans ce qui est dit de l'événement qu'est perçue l'absence d'objectivité.

35Mais on focalise cette fois l'attention sur les phénomèneslangagiers : si dans le premier cas l'attention était portée sur ce qui n'était pas dit, cette fois, on s'attache à la formulation de ce qui est dit (mise en mots/mise en texte) pour juger de sa conformité au sens de l'événement. Ce qui est en jeu c'est maintenantun rapport au langage comme transparence.

36Si l'événement est doté d'un sens fonctionnant comme évidence, l'activité langagière du journaliste ne peut plus être perçue que comme susceptible de venir gauchir, trahir, déformer ce sens préalable : si l'événement parle tout seul, il suffit de le laisser parler et toute interventionperçuedu journaliste ne peut plus être qu'activité négative.

37Les procédures de travail utilisées dans l'activité decommentairesont cohérentes avec cette conception à propos du même segment de l'événement, on confronte les différentes formulations pour y déceler les interventions du journaliste. Mais c'est souvent au prix d'avoir institué -implicitement- une descopiescomme conforme, toutes les autres formulations étant perçues comme autant d'écarts par rapport à elle.

38Ce qu'on voit affleurer ici c'est une représentation de laspontanéitécommecondition du vrai : "il faut dire ce qu'on pense comme on le pense", c'est-à-dire comme cela nous vient, "sans calcul", avec les mots qui nous viennent :les mots sont adéquats au réel.

39Inversement, le travaillangagier va être perçu commemanipulatoire. On voit apparaître ici l'une des deux représentations fréquentes du style (l'autre étant celle qui le ramène à du "décorum" inutile – pour faire "beau" ou pour faire "beau parleur") : il est si simple d'appelerles choses et les gens par leur nom.

40Mais pour tel événement précis, faudra-t-il désigner son protagoniste par "pickpocket" ou "kleptomane", ou encore par "voleur", "voyou" ou"délinquant"... ? Tous ces quasi-synonymes du point de vue du référent sont différents du point de vue de leurs effets et des suites cohérentes qu'elles ouvrent pour le texte à venir – Et nous ne parlerons pas des séries comme rebelles, terroristes, résistants, fellaghas… ou école privée, libre ou confessionnelle... Par ailleurs, les routiers en grève sont-ils tous les mêmes routiers au point qu'il ne vaille vraiment pas la peine de "couper les cheveux en quatre."

41En définitive, cette représentation de l'objectivité repose sur une conception de la prise de parole comme simple encodage/traduction d'un sens préalable : latransparencey est le produit del'absence d'intervention du locuteur.

42Ce qui est évacué, c'est, à nouveau,l'activité du locuteur : activité, cette fois, avec unelanguedonnée, mais aussi avec desdiscours sédimentés,attestésdans un monde de discours ambiant ; latransparencen'est, en réalité, qu'uneffetdu texte, effet produit par letravail langagierdu locuteur et non le résultat de sa simpleabsence.

1.3 Objectivité 3 : rester neutre ou l'innocence comme fondement du rapport à la communication

43Cette 3è conception manifeste un premier point deruptureavec les deux précédentes, mais aussi quelquescontinuités.

44Point de rupture : on admet ici, au moins implicitement,l'absence de consensus sur le réel et sa signification. On ne juge donc plus - le texte ou le journaliste - en fonction d'un écart par rapport à quelque chose d'unique et d'établi : on sait que la réalité donne lieu à controverses.

45Mais on exige immédiatement du journaliste qu'il ne prenne pas part àcette controverse, qu'il lui resteextérieur.

46On est alors particulièrement attentif à la sélection des éléments constitutifs de l'événement et/ou à leur formulation (mise en mots mais aussi, souvent, mise en texte), cette fois avec le projet d'y déceler des traces de prises de position favorables ou défavorables à telle version de l'événement.

47Le critère sous-jacent semble être le suivant : puisque la réalité se laisse appréhender de plusieurs points de vue,

  • ou bien,OBJECTIVITE 3 a, il faut accorder la parole à chacun de ces points de vue et non à un seul : on est alors attentif à l'exhaustivité des informations ou des informateurs, mais sur la base de ceux qu'on peut imaginer comme étant des informateurs possibles, indispensables.

    • 9 La notion de "point de vue" à partir duquel on observe la réalité, est, cette fois, intégrée. Mais (...)

    ou bien,OBJECTIVITE 3 b, il faut prendre soin de ne légitimer aucun point de vue par rapport à un autre : on est alors surtout attentif aux emprunts à des lexiques typés… sans bien apercevoir que ceteffet de neutralitérésulte aussi de procédures plus complexes (note9)

48Les antonymes qui fonctionnent ici sont l'accusation depropagandedans le premier cas, celle departialitédans le second.

49Sur quelles représentations peut prendre appui un tel critère ?

50Ce qui semble ici fonctionner, c'estl'informationcommeidéal de la communication, c'est-à-dire la fiction d'une parole adressée sans visée, sans but et donc sans enjeux, sans calcul, sans stratégie, pour tout dire,innocente.

51C'est au fond l'idée qu'il est possible – et même, qu'il est honnêtement préférable - de ne pas prendre parti,qu'il est possible de rester extérieur ausens.

52Triple illusion :
Illusion d’abord, d'une parole toujours première qui ferait irruption dans un désert de mots : comme si rien n'avait été dit auparavant. C'est oublier que les effets et les fonctions d'un discours ne sont pas indépendants de sonirruption dans un ensemble de discours déjà tenus qu'il conforte ou bouscule.
Illusion, aussi, de versions égales dont aucune n'exercerait d'effets de domination : bref, des discours controversés mais sans pouvoir. Pourtant le 10 Mai 1981 a bien produit des effets sur l'écriture duFigaroou de l'Humanité : tel qui paraissait singulièrement "neutre" par rapport au discours gouvernemental parait aujourd'hui produire des énoncés de propagande.
Illusion, enfin, que toutes ces versions constitueraient des véritéspartielles, donc seulementincomplètesetnon contradictoiresentre elles : il suffirait de les ajouterpour obtenirlavérité (Lire plusieurs journaux...). C'est oublier que ces vérités sont aussipartialeset donc incompatibles.

2. Les conceptions deremplacement

  • 10 Il nousparaît de plus en plus important de faireévoluer progressivementces conceptions plutôt que d (...)

53Lorsqu'on bouscule progressivement ces conceptions de l'objectivité qui, dans leur diversité, sont celles dont on constate la présence au début du travail, on voit progressivement se dessiner trois conceptions de remplacement (note10) :

2.1Objectivité 4 : le scepticisme généralise ?

  • 11 Quand cette conception est présented'embléechez les apprenants, leur problématique d'accès n'est pl (...)

54Deux de ces conceptions sont symétriquement inverses :
Dans la première- scepticisme généralisé - qu'on pourrait aussi traduire par "tous les mêmes…", "la presse est pourrie…", ce qu'on voit apparaître, c'est, en définitive, lemaintien du jugement moral négatif, et donc tout le faisceau de représentations relatives au réel, à la langue et à la communication sur lequel il se fonde. Il est simplement étendu à tous plutôt qu'infligé à certains. Ainsi, dans l'étudecomparative d'articles couvrant un même événement, on n'érige plus une copie comme étant la plus objective pour mesurer des écarts par rapport à elle, on oppose cette fois toutes les copies entre elles, on exhibe les différences pour montrer que, décidément, on ne peut se fier à personne (note11). L'OBJECTIVITE est maintenue, mais comme inexorablementextérieureau champ de l'information.

2.2 Ou relativisme absolu (objectivité 5) ?

55A l'inverse,dans la deuxième conception- relativisme absolu - c'est le jugement évaluatif lui-même qui disparaît : tout se passe comme si, ayant renoncé à la vérité, on s'en trouvait réduit à penser que "tout se vaut…" et qu'après tout,"des goûts et des couleurs…". Il n'y a alors plus place que pour une parole duconstat : on assiste, de fait, à des analyses "myopes" qui observent comme à laloupedes différences mais sans parvenir à en tirer un réel commentaire. La problématique de l'objectivité qui servait de fil conducteur à l'analyse a été abandonnée, mais l'apprenant reste démuni.

2.3 Objectivité 6 : le journalisme comme morale ou le paradoxe de l’honnêteté

56Dans cette troisième conception de substitution, ce qui apparaît, c'est d'abord unchangement : elle réintègre le locuteur-sujet comme présent dans ses propos. Cette fois, on attend du journaliste qu'il fasse preuve d'honnêteté et pour cela qu'ilénonce ses a priori, ses partis pris…, qu'il "annonce la couleur", qu'il se mette doncexplicitement en scène.

573 remarquescependant. D'abord : ce qui est ici admis l'est souvent sous la forme d'une exception : "on vaut bien admettre que le journaliste formule uneopinionmais alors, c'est à la condition qu'il prenne soin de la présenter comme uncommentaireet non comme le purrécit des faits ; qu'il énonce clairement ses a priori".

58D'autre part, cette conception se développe d'autant mieux quand il s'agit d'un événement explicitementpolitique : de même qu'on maintient le récit des faits comme susceptible d'être, lui, objectif, on maintient à côté du politique undomained’événementssusceptible de neutralitéet non sujet aux a priori. Pourtant, tel meurtre d'un enfant commis par l'un de ses parents, tel cas d'euthanasie d'un homme sur sonépouse, tel cas de parricide, i.e. les événements perçus comme les moins "politiques", ne sont-ils pas perçus eux aussi à partir d'a priori- ? Si chacun ne peut que reconnaître qu'il s'agit bel et bien de crimes, chacun s'accordera-t-il sur le degré d'odieux, de répréhensible, d'excusable… qu’il contient ? Qu'on confronte donc seulement ce qu'on pouvait dire de tels crimes voici un siècle et ce qu'on en dirait généralement aujourd'hui.

59Enfin, dans cette conception de l'objectivité comme honnêteté, on considère que si le locuteur a unprojetsur son destinataire, uneintention- il est donc possible de n'en pas avoir" ! - il doit alors formuler ce projet, cette intention : il estpossible, parce quefacile, de dire ses partis pris. Tout se passe comme si on pensait que le journaliste fait effort, choisit ses termes… pour cacher, maquiller ce qui serait, sans ça, si facile et si immédiat à dire s'il le voulait vraiment.

60Cette conception maintient, en réduisant certes leur espace, des éléments des conceptions antérieures : on ouvre un espace à l'opinion, au commentaire, mais on maintient l'objectivité dans le pur récit des faits ; on ouvre un espace pour des événements à résonance politique qui peuvent donner lieu à controverses, mais on maintient, à côté, une vaste classe "d'événements neutres".

61Quant au journaliste, on le place dans une situation quelque peu paradoxale : laissons de côté le fait que dire ses a priori suffit sans doute à ce que ce ne soit plus justement des a priori. Mais l'antonyme qui fonctionne ici est l'accusation demanipulation : si le journaliste énonce qu'il a un projet sur son destinataire, qu'il est dans sonintentiond'agir sur lui, de le "manipuler", a-t-il encore quelque chance d'y parvenir ? Et s'il n'a pas deprojet(ouceprojet),cela suffit-il pour que son article n'ait pas d'effet ? On retrouve à nouveau cette recherche d'une innocence de la communication : l'information sans but et donc sans enjeux.

  • 12 Voir, ici-même, la communication de Cl. Gillet. A titre d'exemples significatifs, qu'on relise l'ar (...)

62Au-delà, ce qui nous semble affleurer derrière cette conception, ce sont desreprésentations relatives au locuteur : un locuteurlibre de ses proposetmaître de son dire.Libre de ses propos, il pourrait dire tout ce qu'il a envie de dire : ce qui n'est pas vu, c'est que la liberté de dire n'est pas première. Les situations de paroleinstaurent d'emblée tout un système d'obligations (de langue, de genre, de dimensions…) par rapport auxquelles des espaces de liberté ont à se construire ; on ne parle pas,de fait, n'importe comment de "la mort d'un· grand homme" par exemple : il existedes thèmes quasi interdits et d'autres quasi convenus ; et pourtant, tous les journaux ne disent pas la même chose (note12).

63Maître de son dire, il ne dirait que ce qu'il veut dire, rien de moins, rien de plus : ce qui n'est pas vu, c'est que le plus souvent lesensde l'événements'impose d'abordau locuteur lui-même comme uneévidencequi va de soi, avant même d'être imposé/proposé par lui à son lecteur comme la vérité ou le simple récit des faits. Dire qu'il suffit que le journaliste énonce ses a priori, c'est présenter commefacilité, comme la moindre des exigences morales préalables, ce qui ne peut, en définitive, être conquis qu'au prix d'uneffort d'élucidationdu journaliste : au niveau personnel, culturel et idéologique.

64Dire ses a priori n'est donc pas simple et exige untravailsur les déterminants de saperception, de sondiscours, de sonintentionde l'adresserà autrui.

3. Construire une nouvelle problématique d'approche des articles

65Partis de la notion d'objectivité parce qu'elle nous paraissait servir généralement de problématique de travail privilégiée par les apprenants, nous avons cherché àconstruirequelques conceptions typées qui rendraient compte du matériau recueilli. Nous partions de l'hypothèse que les procédures de travail utilisées par les apprenants dans l'activité de commentaire et les commentaires qui en résultaient n'étaient jamais quela traduction concrète de ces conceptions implicites.

  • 13 D'autres difficultés tiendraient non plus à l'analysemais aucommentairecomme type de discours à con (...)

66Nous en concluons que cetteproblématique d'accès(i.e., ce texte est-il ou non objectif ?) guide l'activité d'analyse, détermine les formes qu'elle prend et rend compte de certaines des difficultés ouerreurs qui s'y manifestent. Ces difficultés relatives à l'analysedes textes (note13) peuvent être comprises commecohérentesavec les conceptions de l'objectivité dont les apprenants sont porteurs plutôt que commeincapacitésde leur part à intégrer des connaissances et à utiliser des outils/méthodes d'analyse. Ces conceptions de l'objectivité et les antonymes qui leur sont associés bloquent aussi l'analyse, l'observation des textes et, au-delà, l'apprentissage lui-même : en effet, toute observation trouve rapidement son explication (censure, mensonge…) et provoque un jugement immédiat. Cette démarche rend inutile toute observationcomplémentaire, tout approfondissement de l'analyse, voire tout apprentissage nouveau puisqu'on a déjà les réponses aux questions qu'on se pose. L'analyse n'est plus uneactivité de recherchemais fonctionne comme la sempiternelle démonstration d'unaxiomepréalable : la presse n'est pas (vraiment) objective, et elle devrait pourtant l'être.

67D'un point de vuepédagogique, on peut en déduire que tout apport de connaissances ou toute description d'outils d'analyse qui ne seraient pas précédés ou accompagnés d'un travail pour modifier ces problématiques d'accès risque fort de manquer d'efficacité. Les apprenants doivent d'abord percevoir et réinterroger leurs façons de problématiser l'objet presse pour ressentir le besoin d'acquérir des connaissances nouvellesà son propos ou des outils plus précis pour l'analyser.

68Mais, et le fait nous intéresse tout particulièrement ici, derrière ces conceptions de l'objectivité sont apparues aussi, comme projetées sur un locuteur particulier - le journaliste - tout un ensemble dereprésentationsrelatives à l'activité langagièreet traduisant lerapport(ou l'un des rapports possibles) des sujets auréel, aulangageetà la Communication. Nous admettrons ici que ces représentations recueillies à l'occasion d'une activité de réception modèlent aussi - au moins pour partie - l'activité d'expression des sujets qui en sont porteurs.

69Si donc nous voulons modifier l'activité d’analyse, des textes de la presse, avec l'espoir qu'en outre s'améliorera l'activité langagièredes sujets, nous devrons introduire desdéplacementspar rapport à ces représentations relatives, tout ensemble, àl'objectivité de la presseet à l'activité langagière.

70Au-delà de leur diversité, ces représentations présentent une série depoints communsqui peuventnous servir d'angle d'approche pour définir ce que devrait/pourrait être unenouvelle problématique

3.1 Du spécifique au générique

71Premier point commun : l'approche spontanée est fortement marquée par la recherche des différences entre les "versions"proposées d'un même événement : on y met l'accent sur lesdifférencesimmédiatement perceptibles, on les exhibe, mais échappent largement à l'attention leursressemblancesprofondes qui les constituent toutes en "articles de presse" et en "versions de l'événement recevables" par certains segments du public global de la presse écrite. On interroge, d'autre part, la spécificité de chaque texte sur la base d'une définition de ce qu'il devrait être, définition qui resteimpliciteet qui s'appuie sur des notionsde sens commun qui fonctionnent commenormeset commeévidences.

  • 14 Voir, sur ce point, Bachelard, Althuser…

72Un premier déplacement va consister à mettre l'accent au contraire sur les ressemblances qui définissent l'appartenance de ces articles à un même genre et à réinterroger les notions de senscommun qui fondent l'approche spontanée : celle d'objectivité et les représentations relatives à l'expression. On partira de l'hypothèse que ces notions sontpertinentesquant à l'objet auquel elles s'appliquent - dans la mesure où elles pointent ses aspectsproblématiques- , mais qu'elles demandent à être formulées effectivement commeproblèmes(note14)

3.2 De l’objectivité aux effets d’objectivité

73Autre élément commun : l'objectivité s'y présente commeidéal, commenormepar rapport à laquelle tout écart ne peut plus être perçu que commemanqueou commemanquement(accusations morales à l'égard du journaliste). Et il ne servirait à rien de simplementinversercette norme pour mettre en évidence l'incontournable subjectivité de tout discours d'information (comme le font, sous des formes, il est vrai, diverses, les conceptions de remplacement décrites plus avant).

74Il s'agira de montrer :

  • d'une part, que ce problème de relation Objet (référent)/Sujet concernetouslestypes de textes, et pas seulement le récit de presse.

  • d'autre part, qu'il ne se pose pas en termes strictementbinaires(objectivité ou subjectivité) mais comme larégulationd'un rhéostat entre deux pôles également intenables.

75Cette perspective modifie,d'abord,l'observation des articles. Elle autorise, en effet, une série de questions qui vont conduire à observer, cette fois, le matériau langagier des textes non pour lesjuger(objectif ou pas ?) mais pour en percevoir lefonctionnement :comments'énonce/se gomme la présence du locuteur dans un texte à prétention objective ?Commentce regard (point de vue, cadrage...) porté sur la réalité se donne pour la réalité elle-même ?

76Cette perspective permet aussi de maintenircentralela notion d'objectivité.Cependant, elle ne se présentera plus comme évidence ou comme norme mais,comme effetque ce type de texte doitnécessairementproduire.

77Selon nous, ceteffet global d'objectivitérésulterait de l'addition de tout ou partie des effets suivants, qu'on situera en regard des critères d'objectivité de l'approche spontanée :

78[Image non convertie]

79Cet effet à produire va donner lieu à un véritabletravaild'écriture et d'élaboration de la part du journaliste : on observera alors le fonctionnement de textes spécifiques pour percevoirpar quels moyens langagiers et discursifs tel type d'effet est susceptible d'être produit (ex. la neutralité), ou, inversement, quels éléments évitent que se produise l'effet disqualifiant (ex. : la partialité).

80Rien ne s'oppose non plus à ce qu'on maintienne une place àl'objectivité comme idéalqui traverse toutes les conceptions spontanées. Mais, au lieu de constater que cet idéal n'est pas atteint et de s'en indigner en accusant le locuteur journaliste ; au lieu d'admettre, en dernier recours, que cetidéal est inaccessible pour la presse et d'en rechercher exclusivement l'explication dans les formes institutionnelles du système de l'information, on réintroduiral'idéald'objectivitécomme fiction, maiscommefiction fondatricede ce type de discours,comme fiction qui détermine les positions énonciatives adéquates du journaliste et de son lecteur.

  • 15 Sur ce point, voir, ici-même, la communication de C. Morzewski et Y. Reuter ; "L'amélioration de te (...)

81Cette perspective permet enfin de resituer l'approche de la presse dans uncadre plus général. Par exemple, les représentations de l'activité d'écriture quiémergent ici à propos de l'écriture journalistiquesemblent se présenter commeunedes images de l'écriture qui s'opposerait, presque trait pour trait, à certaines des représentations de l'écriture littéraireoù domineraient, à l'inverse, des notions commecelles d'auteur, d'inspiration, de style...15. On peut aussi, à partir des acquis obtenus avec la presse,observer ce qu'il en est des effets d'objectivité et de leurs modalités dans d'autres types de discours : discours scientifiques ou de vulgarisation, discours didactiques... mais aussi, rapports, notes de synthèse, discours publicitaires…

3.3. Analyser les textes du point de vue de l'interaction communicative

82Autre point commun de ces approches spontanées : qu'il s'agisse du rapport au réel, au langage ou à la communication, c'est toujours à uneéviction du locuteurqu'on assiste. L'expression y est niée commeactivitéet commetâche.

83Pour modifier cette approche, on s'efforcera doncdans l'analysede donner à lire systématiquementl'activité du locuteur-journaliste ainsi quel'activitéque le texte requiert ou provoque chez sonlecteur. On cherchera ainsià mettre en évidence certains des processus à l'œuvre dans la production de ce type de texte ainsi que certaines des modalités de leur réception.

84Pour réintroduire lestrois pôles de l'activité du locuteur(perception, verbalisation - mise en mots, en texte - communication), on partira du niveau de laverbalisation, accessible à l'observation, en se fondant sur l'hypothèse qu'elle porte lestraces de l'activitédu locuteur sur lesdeux autres terrains : celui de la "matière première événementielle" à partirde laquelle il travaille, celui de la situation de communication qui s'instaure entre son lecteur et lui.

3.3.1. Le discours sur l’événement : l’événement comme discours social

85Pour analyser les textes, on les mettra en relation, comme dans les approchesspontanées, avec la matière événementielle qui en constitue le support. Mais on modifiera cette mise en relation : au lieu d'essayer, d'abord, dereconstituer l'événementà l'état pur,tel qu'il serait "en réalité"pour analyser, ensuite, les écarts que différentes versions manifesteraient par rapport à l'événement "réel", on partira, à l'inverse, des mises en mots et en texte que propose l'article, de l'image de l'événementqui s'y inscrit, pour reconstituer,non l'événementlui-même, maisla perception del'événementpar un journaliste. On essaie donc de reconstruire progressivement lacohérence d'un regard sur l'événement, une façon tout à la fois de le percevoir et de lui donner sens, en partant d'un texte qui en propose une image, en même temps que ce texte va cacher cette image comme image pour la présenter comme le réel reproduit.

86Cette démarche se fonde sur lesquatre propositionssuivantes

  • Un événement est constitué d'une multitude de traits (protagonistes, objets, lieux, temps, actions… et leursspécifications respectives) qu'il est à la fois impossible dereproduirecomplètement et impossible depercevoircomplètement. Le discours est le résultat de cettedouble sélection inévitable, dont l'une - la sélection perceptive - domine l'autre.

    • 16 Ou, pour le dire comme J-P. Darré : "Les informations dont on dispose se réfèrent à des univers de (...)

    La sélection perceptive résulte de ce que la perception est orientée selon dessignifications préalables– des schèmes de perception qui fonctionnent pour des classes d'événements - de sorte que le sens est à la fois lepréalableet lerésultatde l'opération de perception.16

    • 17 Voir, sur ce point, les travaux de C. Kerbrat sur les discours relatifs à l'avortement (opus cité) (...)

    Uneclassed'événements ne donne pas lieu à une infinité de lectures possibles, mais à unnombre limité de discours sociauxconstitués. Ces discours sociaux fonctionnent comme des points aveugles d'où se perçoit l'événement et d'où s'énonce le texte.17

    • 18 Voir, enparticulier, l'article de P. Lascoumes, G. Moreau-Capdevielle, G. Vignaux : "Il y a parmi n (...)

    Le rôle de la presseconsiste à conforter ces discours qui lui préexistent, en les ravivant et en les revivifiant quotidiennement, en même temps qu'elle contribue à leur genèse et à certains remodelages locaux.18

87Trois axess'ouvrent alorspour l'analysedes articles :

  • On peut observer comment le matériau langagier met en lumière, estompe, relie certains des traits constitutifs de l'événement pour voir se construire et s'assurer dans le texte,la cohérence d'un regard qui sélectionne, ordonne et hiérarchise. Ainsi, à propos d'événements survenus à l'université, on donnera d'elle l'image d'une université en proie à la politisation (le spectre de Nanterre dansLe Figaro) ou d'une université en proie à la délinquance et à lamarginalité(le spectre de Vincennes dansL'Aurore).

  • Mais ce regard qui s'installe peut entrer en concurrence avec d'autres discours que l'événement rend également possibles. On pourra observer comment il se régule pour éviter/corriger l'émergence d'autres significations : on verra alors comment certains faits/propos rapportés alimentent en même temps un récitexplicite et une argumentation implicite en faveur ou en défaveur de tel ou tel discours.

    • 19 Voir les travaux d'E. Veron ; en particulier : "Construire l'événement" - Éditions de Minuit - Pari (...)

    Enfin, ce regard n'est pas seulement celui d'un individu il est aussi un regard professionnel de journaliste sur l'événement (et non celui d'un policier, d'un sociologue ou d'un historien). On essaiera alors de percevoir comment les rubriques attendues et les types de discours convenus (par ex., pour le crime : le récit "en direct", le récit enquête ou le compte-rendu d'audience) modèlent la perception du réel par le journaliste pour la constituer en réalité journalistique acceptable.19

88Ce travail suppose qu'on privilégie comme corpus, non des dossiers de journauxdifférents relatifs àunévénement singulier, mais desSériesde dossiers constituées àpartir declassesd'événements susceptibles de faire ressortir la récurrence des discours sociaux qui les organisent. Cessériespeuvent êtrefactuelles(actes criminels dont les victimes sont des enfants, des personnes âgées…) ouformelles(le compte-rendu d'audience...).

  • 20 Notons d'ailleurs que c'est aussi très souvent le cas pourle journaliste lui-même qui est d'abordle (...)

89Ainsi resituée dans l'interaction communicative, la lecture se présente, elle, comme perception d'une image de l'événement et réaction d'adhésion ou de rejet face à cette image, comme mesure de l'adéquation entre une image proposée /imposée par l'article et une image - ou des éléments d'image - attendue et prête à fonctionner chez le lecteur.20

3.3.2. Le discours de l'information : l'information comme mise en scène

90L'éviction du locuteur - la fiction d'un locuteur universel - et son corollaire, l'éviction dulecteur comme lecteur - la fiction parallèle d'un lecteur universel - sont des représentations. Mais elles nous semblent pertinentes quant à l'objet qui les révèle en ce sens qu'elles correspondent bien aux positions énonciatives que présuppose le discours d'information : l'objet lui-même les suscites comme nécessaires à sa production et à sa lecture conformes. S'il s'agit d'une fiction, c'est unefiction fondatricequi permet le fonctionnement du discours de la presse comme discoursd'information.

91Si on admet, en effet, qu'on ne parle jamais pour ne rien dire, ni pour ne rien faire, et si donc, toute parole est, peu ou prou, argumentation, qu'est-ce alors qu'informer ? Nous proposerons que l'offre d'informationn'a de sens que commeréponse, le terme pouvant prendre deux significations :

  • Il peut s'agir de laréponseà une (ou des)question, le plus souvent implicite (que s'est-il passé ? est-ce grave ? l'action de tel protagoniste était-elle légitime ?...) on verra alors comment le texte, pour être simplement compris, exige l'adoption au moins provisoire par le lecteur de cette question implicite comme question pertinente.

  • Il peut aussi s'agir de laréponse, implicite elle aussi et plus ou moins polémique, à undiscours adverse : on verra alors comment le simple récit des faits ou des propos successivement rapportés annulent progressivement la possibilité même du discours adverse en le privant de son assise factuelle.

92Le discours d'informationn'est donc pas l'opposédu discours d'influence : il n'en est qu'une des modalitéspossibles et cela exige de lui qu'il y mette les "formes" adéquates. Les contraires proposés par les apprenants pour chaque critère d'objectivité sont, de ce point de vue, éloquents : censure, mensonge, propagande, manipulation… on a là,rassemblées, toutes les craintes que suscite le discours d'influence, tous les dangers qui exigent la vigilance du lecteur.

93Le discours d'information ne serait donc pas de l'ordre duFAIRE SAVOIRmais, de l'ordre duFAIRE CROIRE. Les représentations de l'objectivité présentes chez les apprenants, et dont lescritèresse présentent comme purement "formels", pourraient donc bien n'être que des rationalisations a posteriori, des défenses qui serviraient à justifier "formellement" le refus du sens que l'information propose à notre croyance.

94Le locuteur est donc soumis à anticiper certaines de ces réactions de rejet, en rendantcrédible, non seulement l'image de l'événement, mais aussile discoursqui la porte.

  • 21 Nous empruntons cette notion d'éclairageà J.B. Grize. voir "L'argumentation : explication ou séduct (...)

95On observera notamment comment le journaliste instaure cettefiction du discours d'informationen faisant montre ostensiblement d'un discours sans initiative, qui ne serait quemiroirouécho, qui affecte de ne s'en tenir qu'auxfaits(que s'est-il donc passé ? → je ne fais que le constater) et auxpropos rapportés(qu'en a-t-il été dit ? → ce n'est pas moi qui le dis). Mais on remarquera en même temps combienle langage lui-mêmerenddifficilede simplementdécrirela réalité sansl'éclairer(21), même imperceptiblement, de façon positive ou négative, de simplementraconter les faitssans faire comprendre/justifier les actes, de même qu'il est difficile derapporterdes propossans que soient, peu ou prou,qualifiés/disqualifiésleslocuteursqu'on cite.

  • 22 Nous avons depuis développé ce point dans B. Delforce et Cl. Gillet : "Discours objectif, action lé (...)
  • 23 Voir, par exemple, J.F. Lyotard : "Petite économie lidibinale d'un dispositif narratif : la régie R (...)

96Inversement, on pourra observer commentle lecteuropère, à partir du matériau langagier qui lui est fourni, pour répondre, en définitive, à la question principale qu'il se pose :que faut-il donc en penser ?22. On pourra, d'autre part, être attentif à la façon dont ce matériau langagier provoque aussi chez lui desaffects(indignation, colère, désir de vengeance…), voire, être attentif aux façons dont le texte estompe/déplace certains des affects dont-il est potentiellement porteur.23On verra alors, en définitive, comment les significations de l'article résultent aussi bien des éléments fournis par le journaliste que descroyancesprêtes à fonctionner chez lelecteur, en particulier, ici, lesaxiomespratiquesréglant les conduites quotidiennes(i.e., ce qu'il est bien/mal de faire/dire en pareil cas).

3.4. Le journalisme et la morale ou les contraintes du discours

97Dernier élément commun à ces approches spontanées : la prégnance dujugement moralporté sur le locuteur-journaliste.

98Si ce jugement repose sur l'objectivité comme norme, il nous paraît aussi lié àl'absence de perceptionclaire descontraintesqui pèsent sur l'activité du journaliste. C'est parce qu'on se représente, tout à la fois, le locuteur comme libre et maître de son dire, le discours comme simple copie du réel et lacommunication comme innocente, qu'on se représente l'activitédu locuteur commenon-problématique,évidenteetfacile(d'autant plus qu'on perçoit le journaliste comme doté d'une solide compétence langagière). Dès lors, toutécartne peut plus être perçu que commeintention, ou, au mieux,inattention, et relever d'un jugement d'ordre moral. Il n'est ni utile, ni possible, à l'intérieur d'une telle conception, de distinguer ce qui relève descontraintesde tous ordres propres au discours d'information et cequi, sur cette base, résulte dechoixpropres au journaliste.

  • 24 voir, ici encore, C. Kerbrat.

99Ainsi, s'il est, de fait,difficile(et non d'une évidente simplicité) dedésignersans, en même temps,qualifier, il reste que cette contrainte langagière ouvre des stratégies de résolution diversifiées. De même, si l'on ne peut parler des indices économiques (inflation, chômage...) en se contentant de donner les chiffres sans commentaires parce qu'ils ne signifieraient rien (24), si l'on ne peut donc procéder quecomparativement, il reste que cette contrainte ouvre le choix entre une série d'éléments de comparaison, elle-même extensible au fil du temps.

100On s'efforcera donc :

    • 25 Voir, ici-même, la Communication de Cl. Gillet

    d'abord, de percevoir lescontraintesde nature diverse qui pèsent sur l'activité du journaliste (25),au premier rangdesquelles on fera figurerles contraintes langagières et discursivesqui constituent la presse en système signifiant, avant même de pouvoir faire leur part aux contraintes relativesà la presse comme institution, organisation, économie, profession...

    • 26 Voir P. Bourdieu. Par exemple "L'économie des échanges linguistiques" inLangue Française- n°34 - 19 (...)

    ensuite, de montrer que, de ce point de vue, la presse n'échappe pas à une règle générale : dans toute situation de communication, ce sont cesobligations(dont certaines ne sont même plus perçues et n'ont plus à nous être imposées par quiconque dans la mesure où elles s'imposent26qui tracent uncadre, à l'insu même du locuteur le plus souvent, à l'intérieur duquel vont alors s'ouvrir deschoixet donc desstratégieset des enjeux.

101Qu'en est-il alors du jugement moral et del'honnêtetécomme critère ultime de ce jugement ?

  • 27 Sur les effets que des conceptions différentes de l'activité langagière ont sur les difficultés du (...)

102Comme touteconduitelangagière l'activité journalistique estsusceptible d'unemorale ; comme d'autres activités professionnelles elle est redevable d'unedéontologie. Et il ne s'agit pas de nier, surtout aujourd'hui, les cas, hélas patents, de censure, de mensonge etc27. Mais,

  • toute discordance perçue par le lecteur ne peut pas être immédiatement imputée à la seulemauvaise foides journalistes ou à lapuissance maléfiquede la presse.

    • 28 C'est, nous semble-t-il, une démarche du même type appliquée à une autre profession qu'O. Chantrain (...)

    inversement, la bonne conscience du journaliste peut être fille de la naïveté. Etl'honnêteténe nous paraît pas relever prioritairement d'uneffort moralmais d'uneffort cognitif : son exercicelucidesuppose préalablement un effort de nature épistémologique pour que la connaissance du discours d'information ne repose pas toute entière sur des notions desens commun ; un effort de connaissance des discours sociaux constitués qui forment l'assise de l'information ; un effort intellectuel, enfin, pour percevoir toujours mieux les points aveugles d'où nous percevons le réel et d'où s'énoncent nos discours.28

  • 29 voir, par exemple, B.Delforce : "Parler de soi, Parole de cadre. Éléments pour une formation critiq (...)

103Cette problématisation du jugement moral nous paraît de nature à s'appliquer aussi à l'activité langagière en général,et partant, aux apprenants eux-mêmes commelocuteurs. Or, nous pouvons souvent observer que le jugement moral négatif à partir duquel ils "vivent" certaines de leurs conduites langagières participe largement de leurs difficultés.29

4. Presse et formation du locuteur

104Cette question est sous-tendue par deux problèmes qu'on ne fera qu'indiquer :

  • dans quelle mesure les représentations qui émergent ici à l'occasion d'une activité deréceptionsont aussi celles qui modèlent laproductionchez les apprenants ?

  • plus généralement, à quelles conditions les activités d'analysesont susceptibles d'améliorer aussi lesproductions ?

105On peut cependant essayer de comprendre leseffetssur la formation du locuteur que nous avons pu empiriquement constater.

106Certains éléments de problématique abordés ici à propos de la presse concernent plus largement dessituations langagières, tant écrites qu'orales, auxquelles les apprenants sont confrontés : rapports de stage ou mémoires de fin d'étude… aussi bien que réunions (ou tracts) où il s'agit de prendre/faire connaître des décisions relatives à une situation.Ces éléments de problématique seraient donctransférables.

107De façon plus large, la presse constituerait une espèce dedétourqui permettrait moins deformerdirectementune compétenceque detransformer, au préalable,des conceptionssur lesquelles vont alors pouvoir se développer de nouvelles compétences.

108Cette démarche, en ce qu'elle travaille auchangementdesreprésentationset à laproblémationdestextes et des situations, pourrait contribuer chez les apprenants

  • à modifier leur rapport au langage.

  • à modifier leur rapport aux situations langagières et, partant, l'analyse des situations dans lesquelles ils sont engagés, des problèmes qu'elles posent et des difficultés dont elles sont le lieu.

  • à modifier leur rapport à l'apprentissage langagier et, partant, le diagnostic sur leurs propres difficultés et leurs attentes à l'égard de l'enseignement des "techniques d'expression".

Haut de page

Bibliographie

Lascoumes, P., Moreau-Capdevielle, G., Vignaux, G., (1978) "Il y a parmi nous des monstres", inCommunications, n°28.

Morzewski, C.,Reuter, Y., (à paraître), "L'amélioration de textes", inBulletin du CERTEIC, n°7.

Veron, E., (1981), "Construire l'événement", Éditions de Minuit, Paris.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation plus détaillée de ces hypothèses et leur application a d'autres objets langagiers, voir B. Delforce : "A quoi ça peut bien me servir de travailler sur des textes puisque je viens pour apprendre à mieux m'exprimer". Activités de lecture et activités d'écriture en Techniques d'Expression". inExpressions. n°36 - Octobre 1982 (Bull. Pedag. IUT n°79) ou B. Delforce : "Pour une didactique des écrits pratiques : la note de synthèse". inBulletin du CERTE. n°3 Juin 1983.

2 Depuis la présentation decette communication nous avons pu prendre connaissance de l'article de M. Dabène : "Le discours évaluatif du lecteur d'écrits manuscrits ordinaires" inÉtudesde Linguistique Appliquée– n°53 - Janvier-Mars 1984.

3 Pour une approche plus large de la relation d'apprenants à une formation à la presse écrite que celle développée ici, voir Cl. Gillet et B.Delforce : "s' approprier la presse écrite ? L' exemple d'adultes en formation continue" inLes relations des publics avec les outils de communication. Actes du 4e Congrès National des Sciences de l'Information et de la Communication - Paris - 19-21 Mars 1984 -

4 Pour cette étude, voir notamment les communications parues dansLes obstacles à l'information. Actes du 2e Congrès National des Sciences de l'Information et de la Communication - Bordeaux - 22-24 Mai 1980.

5 Telles qu'elles seront ici formulées, ces conceptions peuvent paraître "caricaturales". C'est que, d'une part, ces conceptions restent, en tant que telles, relativement opaques au sujet qui les porte et que, d'autre part, le sujet les applique, de fait, à un matériau concret sans jamais se les formuler explicitement comme critères. D'ailleurs il n'est pas sûr qu'on ne puisse pas retrouver ces conceptions dans le discours général que la profession tient surelle-même : voir sur ce point, l'article de R. Bautier paru depuis : "Sur le journalisme : des règles d'écriture aux représentations de la communication journalistique" inÉtudes de Linguistique Appliquée– n°53 – Janv. Mars 1984.

6 Ce travail d'observation un peu systématisé, engagé depuis 1979, touchait à sonterme lorsque nous avons pris connaissance de l'article de C. Fuchs : "Variations discursives" inLangagesn°70 - Juin 1981 - Bien que travaillant dans une perspective différente, nous retrouvions nombre des observations que nous pouvions faire sur les procédures de travail utilisées par les apprenants. Une aussi prestigieuse "rencontre" nous a stimulé pour poursuivre ce travail.

7 Sur toutes ces questions nous devons beaucoup aux travaux de C. Kerbrat, notamment, "Déambulation en territoire aléthique" inStratégies discursives- P.U. Lyon - 1978 -et "L'énonciation - De la subjectivité dans lelangage" A. Colin - Coll "Linguistique" - Paris - 1980 -

8 Entendons-nous bien : il ne s'agit pas pour nous ici, de nier toute existence de la censure ou de l'autocensure dans la presse écrite. Il s'agit seulement d'observer comment cette notion est utilisée par des lecteurs, et surtout ici, comment elle gêne un travail d'analyse approfondi desarticles : tout problème perçu est immédiatement résolu par le verdict de censure, avant même d'avoir pu être examiné comme problème.

9 La notion de "point de vue" à partir duquel on observe la réalité, est, cette fois, intégrée. Mais on exige immédiatement de lui qu'il s'efface absolumentcomme "point de vue" : on retrouve alors l'objectivité 1 :tout dire(avec, cette fois, pluralité des sources) oul'objectivité 2 =dire la vérité(les mots les plus "neutres" sont ceux qui restent adéquats au réel) - voir aussi : V. Morin : "L'Information télévisée : un discours contrarié" inCommunications– n°28 - 1978 – et P. Moeglin : "De l'usage du duplexau journal télévisé" inLa mise en représentation de l'Information à la télévision. Document préparatoire au Colloque organisé le 20 Mars 1984 par le groupe "Approche Sociologique de la Communication" de la Société Française des Sciences de l'Information et de la Communication.
Pour d'autres procédures qui concourent à l'effet de neutralité, voir J. Peytard : "Lecture(s) d'une "aire scripturale" : la page du journal". inLangue Française. N°28. 1975.

10 Il nousparaît de plus en plus important de faireévoluer progressivementces conceptions plutôt que de leuropposer d'embléeune conception plus juste. C'est au cours de ce travail, nécessairementlent, que s'effectue l'appropriation critique du savoir.

11 Quand cette conception est présented'embléechez les apprenants, leur problématique d'accès n'est plus celle del'objectivitémais celle de l'influenceet dupouvoirde la presse (influence subie/ exercée). Cetteproblématique nous paraît d'autant plus fréquente que les apprenants ont une activité politique, syndicale, associative… plus grande.

12 Voir, ici-même, la communication de Cl. Gillet. A titre d'exemples significatifs, qu'on relise l'article que l'Humanitéa consacré àla mort de P. Mendès-France ou celui duNouvel Observateurau moment de la mort de G. Mollet. Sur un autre terrain, moins immédiatement politique pourtant, qu'on songe à l'exclusion du Journal télévisé de D. Langlois après son "papier" sur la mort de Grace de Monaco.

13 D'autres difficultés tiendraient non plus à l'analysemais aucommentairecomme type de discours à construire et à produire.

14 Voir, sur ce point, Bachelard, Althuser…

15 Sur ce point, voir, ici-même, la communication de C. Morzewski et Y. Reuter ; "L'amélioration de textes" inBulletin du CERTEIC– n°7 - (à paraître)

16 Ou, pour le dire comme J-P. Darré : "Les informations dont on dispose se réfèrent à des univers de discours et pas seulement à des univers de faits. Or, à un ensemble de faits, de choses,correspondent (...) plusieurs univers de discours." inLiberté et efficacité des groupes de travail. Les Éditions Ouvrières - Coll. "Points d'appui Éducation" - Paris - 1978 - p. 59.

17 Voir, sur ce point, les travaux de C. Kerbrat sur les discours relatifs à l'avortement (opus cité) ou ceux de M. Ebel et P. Fiala sur les discours xénophobes.

18 Voir, enparticulier, l'article de P. Lascoumes, G. Moreau-Capdevielle, G. Vignaux : "Il y a parmi nous des monstres". inCommunications– n°28 - 1978.

19 Voir les travaux d'E. Veron ; en particulier : "Construire l'événement" - Éditions de Minuit - Paris 1981

20 Notons d'ailleurs que c'est aussi très souvent le cas pourle journaliste lui-même qui est d'abordlecteur d'une dépêche d'agence, d'un communiqué…

21 Nous empruntons cette notion d'éclairageà J.B. Grize. voir "L'argumentation : explication ou séduction" inL'argumentation- P.U. Lyon - 1981.

22 Nous avons depuis développé ce point dans B. Delforce et Cl. Gillet : "Discours objectif, action légitime et locuteur crédible : la relation au savoir dans une formation à la presse écrite". Communication au 2esymposium sur l'éducation des adultes - Genève - Mars 1985 - à paraître dans "Médias et formation : pratiques culturelles, enjeux sociaux". Publications de l'Université de Genève - Sciences de l'éducation Série "recherches" – n°10 -

23 Voir, par exemple, J.F. Lyotard : "Petite économie lidibinale d'un dispositif narratif : la régie Renault raconte le meurtre de P. Overney" inDes dispositifs pulsionnels- UGE – Paris coll. "10/18".

24 voir, ici encore, C. Kerbrat.

25 Voir, ici-même, la Communication de Cl. Gillet

26 Voir P. Bourdieu. Par exemple "L'économie des échanges linguistiques" inLangue Française- n°34 - 1977.

27 Sur les effets que des conceptions différentes de l'activité langagière ont sur les difficultés du locuteur, nous renvoyons à B. Delforce : "Les difficultés langagières - Pour une autre hypothèse explicative : le rôle des représentations". inBulletin du CERTE– n°1 - Décembre 1982 -

28 C'est, nous semble-t-il, une démarche du même type appliquée à une autre profession qu'O. Chantraine décrit ici-même de façon détaillée.

29 voir, par exemple, B.Delforce : "Parler de soi, Parole de cadre. Éléments pour une formation critique à l'insertion professionnelle" inBulletin du CERTE– n°2 - Mars 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Delforce, « L'objectivité de la presse : les critères du jugement d'objectivité chez le lecteur et les représentations relatives à l'expression. », Études de communication, 5 | 1985, 36-69.

Référence électronique

Bernard Delforce, « L'objectivité de la presse : les critères du jugement d'objectivité chez le lecteur et les représentations relatives à l'expression. », Études de communication [En ligne], 5 | 1985, mis en ligne le 20 avril 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://edc.revues.org/3268 ; DOI : 10.4000/edc.3268

Haut de page

Auteur

Bernard Delforce

Bernard Delforce,université de LilleIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page