Navigation – Plan du site
B. Notes brèves

"Elle est retrouvée ! Quoi ? – L’éternité. C’est la mer allée avec le soleil."

Martine Hédoux
p. B1-B11

Résumé

Alors que les techniques d'expression étaient encore en cours de reconnaissanceinstitutionnelle l'auteur s'interroge sur la naissance et le développement de cet enseignement et sur la légitimité de ses intervenants. Il interroge à la fois la désignation des intervenants ("enseignants", "formateurs", "intervenant") et la spécificitédu champ des T.E.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

Merci à F. Verhaverbeke d'avoir "scripté" -cf. Certe, Bulletin n°2 -mars 1983-p. B.1. + : le non- art de la bibliographie.
C. Millot. Freud Anti-pédagogue, référence essentielle de ces lignes, se ballade aujourd’hui, évitant soigneusement toute "retrouvaille", entre X papiers, bouquinset divers linges à repasser…
SER. S'ABST. ...

Texte intégral

1Ces lignes sont un point provisoire et daté, "autour" d'une question :
Dans le processus de développement et de reconnaissance institutionnelle à l’œuvre aujourd'hui, que gagnent, mais aussi que risquent de perdre les T.E. ?

2§ A la veillée, un ancêtre évoquait parfois le temps où il était question "d'animateurs T.E."...

Nommer, être nommé, ne saurait être innocent/

3Ainsi, dans un marquage institutionnel, - assistant, maître-assistant, certifié - parle-t-on administrativement de "postes" de T.E. :
Un poste est demandé, obtenu ; un poste est créé, on a un poste…

4Ce terme est traversé pourmoi d'une fantasmagorie militaire :
- tenir un poste, occuper un poste, un poste de garde, un poste avancé…, images de la "Conquête de l'Ouest"…

Et, je me sens l’âme indienne…

5Bref, administrativement, il s'agit de postes.

6Mais d'autres expressions ne sont pas sans faire trace, au jour le jour : "les gens des T.E., l'équipe des T.E.", voire, en une formule rapide, qui fait corps : "les T.E.".

7Cependant, du côté des dites T.E., s'inscrit en filigrane/filigramme, au quotidien, un terme : "intervenant en T.E." :
… On va intervenir, on intervient, est intervenu … il y a une intervention à faire…

Résurgence d'analyse institutionnelle, de socioanalyse ?
Trace d'une "bourse aux valeurs" du "marché du travail" - dit intellectuel ?
… d'une condition de mercenaire ?
Trace d'une fantasmatique chirurgicale :
J'opère… et tu guéris… ? …

8Intervention légère, épuisante, lourde, pénible, intéressante, facile…

9Et insiste, tenace, une intuition :
Ce mot" intervenant" ne nous permettrait-il pas d'en contourner deux autres ?

10Évite / ment du mot "enseignant " :

11Quoi d'étonnant dans un champ de pratiques qui s'est constitué historiquement à côté, contre, l'école, le modèle scolaire, - à en percevoir les racines dans l'histoire de l'éducation populaire -, dans un champ de pratiques traversé et par les modes portées par les vents d'ouest – du T.W.I. à l'A.T. (T.W.I. : Training Within Industry - A.T. : Analyse Transactionnelle ), et par les effets de l'après 68, et par les espoirs des années 71, de la loi "71-575" : loi sur la formation professionnelle continue, dans le cadre de l’éducation permanente ?

12Comment les "gens des T.E." pourraient-ils se reconnaître, se dire - enseignants - aujourd'hui ?
Demain peut-être, après-demain vraisemblablement, quand le temps des "expériences germinales" sera marqué du sceau de l'oubli, quand le travail à l'oeuvre de théorisation produira ses effets de savoir - magistral - (…à entre / apercevoir ce qui nous attend, dans la difficulté d'écrire cette phrase au pluriel : les travaux à l'oeuvre de théorisation, sans renvoyer d'ores et déjà, aux produits autant qu'aux procès de production…)

13Ces lignes - qui "seraient à", qu'"il faudrait" :

  • expliciter clairement, "exemplifier…",

  • développer sérieusement,

    • 1 Est-il- nécessaire de préciser que nous ne croyons guère "aux doctrines réjouissantes de la Communi (...)

    argumenter valablement, rigoureusement,
    sont donnéesà lire "comme ça" ; à qui veut bien faire la part du "rêve des mots", dans son acte de lecture…1

14Évite / ment du mot formateur :

15Est-il aisé d'expliquer, de faire entre/entendre une logique de formation, dans un milieu qui vit, en dominante, sur une logique d'enseignement, voire sur l'illusion didactique du "je dis, je fais cours, donc… tu as entendu, compris, retenu, intégré… et tu sais faire…" ?

16Sans compter que l’illusion formative, comme l’illusion pédagogique,n’a pas été sans être rudement décapée ces dernières années, par des approches sociologiques, à effets de désespérance pour les "crapahuteurs" de terrain - ( de la domination implacable des appareils- idéologiques d’état à la reproduction sans faille…).

17Etqui plus est, Anzieu et Kaes sont passées par là : Fantasmes et formation,le désir de former, à être "illisibles" n'en produisent pas moins de petits effets de lecture…

18Disons-nous donc "intervenants", c'est bien plus prudent. N'ignorons pas trop cependant l'ordre de la perte à l’œuvre dans la magie transformatrice de ce mot : il succède au couple - formateur / formé, enseignant / enseigné, et pose un terme unique : intervenant.

19Il occulte - tout comme le terme de praticien de T.E.- le pôle des sujets enformation, des "apprenants", et la dynamique "enseignement/apprentissage", au bénéfice d'une référence : les T.E.

20S'ouvre une question : quid des T.E. ?

21Les T.E. : un champ de pratiques ?
Les T.E. : un lieu d'imposture ?

22Quand un intervenant de T.E. rencontre un intervenant de T.E., ils se racontent de belles histoires de T.E., avant de reconnaître - entre eux - que les T.E., "ce n'est pas une matière", "c'est une matière qui n'est pas une matière", que "cette matière est bien embarrassante…"
Mais subsisteune "certitude roc" :

Les T.E. existent : j'en fais.

23Noue passerons ici sur nos états d'âme de praticiens-nes- de T.E. : - du fusionnel euphorique "nous, gens des T.E.", aux doutes : "je me demande ce que je fais…", "tu crois qu'il/elle fait vraiment des T.E.", à la sombre déprime :" les T.E. , c'est de la frime…"

24Les T.E. existent : j'ai même rencontré des praticiens.

25Mais… dit l’autre, qui était un peu praticienne/pratichienne : de quelles pratiques s'agit-il -donc - ?

26Quel savoir-faire, quel savoir, quelles valeurs, fondent nos pratiques en T.E. ?

27-Un savoir-faire ?
Question : faisons-nous, nous mêmes, socialement, des lettres d'embauche, des demandes de subvention, des entretiens d'aide, des rapports… ?
Dans quel contexte social, professionnel,institutionnel… ?
Quelle est la spécificité de ce contexte ?...

Et si, ironie du sort, quand il est question de professionnalisation, de finalisation de filières d'enseignement, méconnaissant la spécificité de chaque contexte professionnel, nous étions pris par les sirènes de la "stagification" ?
Banque de données, d'exercices, de modules "exportables", l'ère de la rentabilité ne serait-elle pas ouverte, d'ores et déjà, pour les T.E. ?

Et si, faisant des T.E., nous enseignions des T.E. que, de fait, nous nefaisions pas "vraiment" ?

28-Un savoir ?
Ou quel salmigondis de savoir ?
-Ni littérature, ni linguistique : nous sommes le plus souvent transfuges, parfois même renégats, quoique… une histoire ne s’abandonne pas comme cela, fût-ce par abjuration…
Certains d'entre nous toutefois énoncent avec sérénité, semble-t-il une double appartenance, …oui, mais… ?

29Quelle "ratatouille niçoise" - un peu de sociologie, de psychologie sociale, un zeste d'analyse institutionnelle - ne faisons-nous pas parfois, quand nous travaillons avec un groupe sur un "rapport de stage", un entretien, une conduite de réunion… ?
A travailler "sur", à "exploiter" un débat, échappons-nous toujours au "psychologisme", ne faisons-nous pas de l'excursionniste dans le champ de la psycho-socio… ?

30-Des valeurs ?

Cette question est parfaitement incongrue.
Les discours des praticiens de T.E. sont absolument neutres.
Les questionnements - aux autres adressés - des techniciens de T.E. sont opératoires, purement objectifs.

Cette question - décidément -est parfaitement incongrue ; je dirais même inconvenante.

31-Pardonnez-moi d'insister : " de quel lieu", enfin, interviennent les techniciens en T.E. ?

32Serions-nous, dès lors, plus exposés que d'autres aux fantasmes de maîtrise qui traversent les positions d'enseignants, de formateurs, d'intervenants… ?

33J'inclinerais à le croire, aux notes qui mélodisent/modélisent parfois nos propos, au détour d'une conversation : maîtrise de la langue, belle ou efficace, maîtrise des situations de communication, de la lisibilité et de la communicabilité…

34Et pourtant, un intervenant de T.E. n'est-il pas pris - comme tout sujet - dans le filet de la langue ?
Ne porterait-il pas, comme tout un chacun, une "marque sociologique" dans sa parole d'être social, d'intervenant ?

Nos affaires sont "à faire" de paroles, d’écoute, d'écritures et de lectures (excusez du peu…), quand ce n'est pas, parfois, d'images…
Mais ne serait-ce pas - justement- d'images dont il s'agit ?... rien que d'images…

C'est introduire les praticiens de T.E., non dans le royaume des technologies audio-visuelles, mais dans un palais des glaces, de fête foraine…

35En point de ponctuation de ces lignes…

"Ce n'est pas triste, cette prétention dont nous faisons profession, d'intervenir dans la parole, l'écriture, les modes de lecture et d'écoute d'un sujet…"

36Au moment où une équipe en T.E. se conforte, s'étoffe, je nous souhaite de la vigilance certes, vis à vis des autres et de nous-mêmes, mais surtout de la distance et de l'humour vis à vis des affaires qui nous occupent, et dans lesquelles nous sommes pris, comme tout un chacun, comme tout groupe.

37Au moment où, par le travail de théorisation à l’œuvre, se profile l'espoir d'une possible légitimation du champ de pratiques en T.E., en discipline nouvelle née de l'AIma Mater, puissions-nous nous souvenir de ce que nous devons à l'histoire de cette profession : -à ceux et celles qui furent les pionniers de la formation professionnelle continue, qu'ils rêvaient alors éducation permanente - et de ce que nous devons aux racines de cette professions : - aux utopies militantes des Collèges d’Éducation Ouvrière de 45 et de 36, et des Universités Populaires du début de ce siècle…

38Je nous souhaite aussi de l'humilité vis-à-vis des champs d'expérience, de savoir, constitués autour denous la philosophie du langage et l'art clownesque... pour ne citer que ces deux exemples - innocents -
de l'humilité, enfin,
dans l'écoute, dans la lecture de ces "non-publics" de la formation en T.E. :

les autodidactes, les poètes et les fous…

39de ceux qui ont su dire, écrireet de ceux qui essayent de dire, d'écrire ce que fut leur chemin de parole, d'écriture, de lectureet les pierres et les trébuchements de leur rapport à la langue.

Bref, je nous souhaite point trop de complaisance si tant est que cela soit possible - "dans l'évitement du ratage de l'acte d'enseigner," de former… et qui plus est, en T.E.

Haut de page

Bibliographie

Errances de lecture… et tout particulièrement :

Delforce, B., Hédoux, J., "Propos de bistrot et d'ailleurs" .Doc. ni édité, ni ronéoté, (ni à parattre - ?-).

Fritsch, PH., (1971), L'éducation des adultes, Mouton.

Kaës, R., Anzieu, D., et coll., (1973), Fantasme et formation, Dunod.

Millot, C., ...Freud Anti-pédagogue...(1)

Quotidien de frotti-frotta pluridisciplinaire de l'option Animateurs, Département Carrières Sociales. I.U.T. B. de Lille III.

Haut de page

Notes

1 Est-il- nécessaire de préciser que nous ne croyons guère "aux doctrines réjouissantes de la Communication" ?
- cf. P. Legendre : Paroles poétiques échappéesdu texte ; -Leçons sur la communication industrielle. Seuil. 1982.
B. Delforce : Les difficultés langagières. Certe. Bulletin n°1. Déc 82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Hédoux, « "Elle est retrouvée ! Quoi ? – L’éternité. C’est la mer allée avec le soleil." », Études de communication, 3 | 1983, B1-B11.

Référence électronique

Martine Hédoux, « "Elle est retrouvée ! Quoi ? – L’éternité. C’est la mer allée avec le soleil." », Études de communication [En ligne], 3 | 1983, mis en ligne le 28 avril 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://edc.revues.org/3310 ; DOI : 10.4000/edc.3310

Haut de page

Auteur

Martine Hédoux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page