Navigation – Plan du site
Notes brèves

L’exercice de reformulation

Elisabeth Fichez-Vallez
p. B1-B2

Résumé

Compte-rendu d'un exercice écrit de reformulation dans le cadre d'un enseignement aux T.E. Cet exercice a été conçu en remplacement de l'exercice de contraction de textes qui était auparavant la règle. Pour l'auteur il permet de mieux observer les attitudes d'expression des étudiants ce qui permet d'étudier, non seulement ses capacités linguistiques, mais aussi ses représentations. Pour les étudiants il s'agit de mieux s'approprier les textes et d'en comprendre la logique et les conditions de production. Le processus complet de l'exercice est ici décrit.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 18 mai 2012.

1Je me propose de présenter ci-dessous l'exercice de reformulation de textes écrits tel que je l'ai pratiqué avec des groupes d'étudiants de 1ère année dans le cadre des U.V. de T.E. Je renvoie à l'article écrit en collaboration avec Pierre Delcambre pour une explicitation des raisons qui nous ont amenés à substituer cet exercice à celui de la contraction de texte (l'article sera publié dans le bulletin du Centre prochainement).

I. Descriptif général du processus de travail oral, puis écrit.

2Phase préparatoire

  • Lecture du texte choisi

  • Moment d'analyse et d'appropriation du texte par discussion collective

  • Relecture du texte

  • Élaboration collective de son "schéma logique".

3Passation orale (texte caché)

  • Reformulation paragraphique

  • Reformulation du texte complet enregistrement

4Phase d'exploitation

  • La pratique de la reformulation elle-même (comment vit-on cette situation de relais ? analyse des attitudes).

  • Le produit fini : réflexion à partir des transcriptions écrites.

5La reformulation écrite

  • Reformulation individuelle du texte par écrit

  • Réflexion sur la passation écrite : travail par petits groupes ;
    consigne : rechercher les nouveaux types de difficultés surgissant à l'écrit.

6Phase de synthèse

  • Réflexion sur les statuts réciproques de l'oral et de l'écrit.

  • Réflexion sur le problème reformulation/interprétation (fidélité/trahison)

  • Etc…

II. Problématique de l'exercice.

7Afin d'engager la discussion collective, j'amorce une réponse à quelques unes des questions que soulève l'exercice.

1) Comment l'exercice trouve-t-il sa place dans une perspective générale de formation à la communication et à l'expression ?

8Pour ma part, je le trouve intéressant en ce qu'il permet une réflexion sur les attitudes d'expression du sujet qui reformule : désir de briller, de manifester sa singularité contrecarré à l'oral par le fait que chacun reformule le même texte et craint de répéter ce qu'a dit le précédent ; à l'écrit, domination du discours de l'autre qui se manifeste par la reprise des formules, la réapparition de la surcharge et de la rature.

9On est donc amené à se poser le problème de l'amélioration du produit fini (c’est-à-dire le texte reformulé) non pas seulement en termes de techniques linguistiques (travail sur la paraphrase, transformation de nominalisation, …), mais aussi en termes d'analyse des représentations du sujet qui écrit ou parle sous la loi d'un autre. On retrouve là un des problèmes centraux de tout travail en expression : celui de l'image de soi-même, de l'effet dynamique ou inhibiteur qu’elle produit dans le discours.

2) Le choix des textes.

  • 1 Je force ici la séparation entre contraction de texte et reformulation pour mieux les typer. Mais i (...)

10Dans la conception classique de l'exercice de contraction de texte l'accent est surtout1 mis sur 1'élimination de la redondance dont tout texte est porteur (cf article de Petroff. Langue Française N°26). Dans cette perspective, on privilégiera des textes longs de type informatif (ex. conférence mise par écrit). Dans la reformulation, l’objectif est en même temps de s’approprier et de restituer sous forme réduite le contenu informationnel du texte et ses effets, le type de réflexion qu’il cherche à imposer au lecteur. Par conséquent, les textes peuvent être de nature très diverse : à côté de tel texte permettant de mettre en valeur la rigueur de la démonstration, tel autre offrira un jeu sur les effets de fantastique mêlé d’idéologie (Science et vie : "Les fantastiques messages de la proto-histoire au peuple chinois") ; tel autre encore permettra un travail sur le ton lié à la position de l’auteur (Pierre Vianson-Ponté : "La fête, en parler ou la faire"). À la limite, tout texte est intéressant par la stratégie qu’il va demander de mettre en œuvre au reformulateur, depuis la recette de cuisine ou la fiche technique jusqu’à l’article de presse signé d’un grand nom.

3) Quels sont les objectifs du moment d’analyse ?

11Il s’agit à travers une discussion collective

  • de s’approprier le contenu du texte, ce qui passe entre autres par une explicitation des éléments implicites, par l’apport d’informations nécessaires à une compréhension minimale (en 1ère année, les allusions à l’actualité politique ou sociale contenues dans les articles de presse font souvent difficulté) ;

  • de chercher à comprendre les conditions de production du texte : repérage du champ de discours dans lequel il s’inscrit, des positions en place, des enjeux idéologiques. Le problème reste de savoir comment former les étudiants à ce type de réflexion.

  • de repérer la logique du texte. Les textes se prêtent différemment à ce repérage : il y a donc lieu de prévoir une progression et de varier les supports.

4) Quels critères d’évaluation peut-on se donner ?

12Tout dépend de la situation dans laquelle on évalue : exercice oral en classe, exercice écrit de contrôle…
Je choisis de reprendre ici les propositions auxquelles nous avions abouti il y a deux ans après une discussion entre les formateurs de l’U.E.R. pour l’évaluation de l’exercice d’examen. Les critères retenus étaient :

  • la justesse dus sens, ce qui implique que les éléments de référence soient interprétés avec précision, mais aussi que les positions de l’auteur soient sensibles dans la reformulation ;

  • la cohérence logique de la reformulation, ce qui signifie négativement : pas de patchwork, ni de montage de citations, ni de traduction mot-à-mot ; et positivement : un respect de la logique des paragraphes dans leur suite, tout en admettant une redistribution des éléments d’un même paragraphe si la globalité su sens est conservée ;

  • une proportion de réduction modulée selon les textes, car elle ne peut évidemment pas être fixée une fois pour toutes ; la proposition était que deux enseignants fassent préalablement l’exercice et se mettent d’accord sur une réduction formulée en terme de proportion pour ne pas bloquer les étudiants sur un comptage strict des mots.

  • Pour la reformulation orale, le problème se pose tout autrement : la difficulté, étant donné les conditions de l’exercice, est plutôt de faire long que de faire court (problème de mémoire).

Haut de page

Notes

1 Je force ici la séparation entre contraction de texte et reformulation pour mieux les typer. Mais il est évident que dans la réalité il y a toute sorte de pratiques intermédiaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabeth Fichez-Vallez, « L’exercice de reformulation », Études de communication, 1 | 1982, B1-B2.

Référence électronique

Elisabeth Fichez-Vallez, « L’exercice de reformulation », Études de communication [En ligne], 1 | 1982, mis en ligne le 18 mai 2012, consulté le 25 novembre 2014. URL : http://edc.revues.org/3339

Haut de page

Auteur

Elisabeth Fichez-Vallez

Élisabeth Fichez-Vallez, Novembre 1981

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page