Navigation – Plan du site
Papiers de travail

Travail sur la presse : analyser aussi les articles "fonctionnels" de la presse quotidienne

Pierre Delcambre
p. A1-A12

Résumé

Faisant le constat de l'utilisation presque exclusive du journal Le Monde dans l'analyse de textes en techniques d'expression, l'auteur cherche à comprendre les raisons de ce qu'il qualifie d'ethnocentrisme de la part des enseignants. Par ailleurs il pointe du doigt le fait que, dans ce journal, sont surtout analysés les points de vue d'intellectuels et non les articles "fonctionnels", c'est-à-dire des articles purement informatifs, souvent non signés. Il propose, en conclusion, des axes possibles d'enseignement sur ce sujet : développer la connaissance des conditions de production journalistiques, des journaux, du travail d'écriture

Haut de page

Texte intégral

1Racontée brièvement, l'origine du travail que j'ai fait est la suivante : je supportais mal, après avoir trouvées justes les analyses de sociologues sur l'ethnocentrisme de classe, que les textes proposés en commentaire soient quasi toujours sortis du Monde. J'ai voulu tenter autre chose en me posant ainsi la question : sommes nous capables de commenter d'autres textes ? Sur lesquels bute notre pratique d'analyse ?

  • 1 Un simple coup d'oeil sur les sujets donnés aux examens depuis l’introduction des T.E. permet de vo (...)
  • 2 Sinon "son" journal, du moins le journal de référence de son milieu socio-professionnel, lu de mani (...)

21-1. Pourquoi prenait-on des textes dans Le Monde ? (note1) Bien sûr que c'était cela qu'"on" lisait, et comme les Techniques d'Expression se faisaient toujours "en plus" d'un travail de recherche et d'enseignement statutaire, on allait au plus court : utiliser son journal (note2), cela évite le temps long passé à acheter d'autres journaux voire une revue de presse, les lire, à chercher ce qu'on peut en tirer.
En faisant cela, on faisait aussi des T.E. un lieu de réflexion politique, de politique quotidienne, et cela gratifiait. Ouverture au Monde des étudiants. Ouverture neutre/neutralisée en utilisant Le Monde.
(on a il est vrai aussi utilisé Le Nouvel Observateur, en particulier comme mine de documents publicitaires, bien sûr.)

  • 3 E. Véron Le Hibou in Communications N°28. 1978 pp 69-125, en particulier p.120.

31-2. De cette situation de fait, assez confortable, je tire d'abord une interrogation théorique, à la suite d'E. Véron (note3) : quelle différence faire entre l'analyse d'une lecture (les effets sur un lecteur réel) et l'analyse d'un texte, en particulier du fonctionnement idéologique d'un texte ?

4C'est ainsi que Véron, après avoir montré l'ambiguïté de l'énonciation dans les hebdomadaires bourgeois d'Argentine remarque que ce phénomène n'est pas ressenti à la réception ; bien au contraire, l'effet de ces hebdomadaires sur leurs lecteurs est de donner l'impression d'être plongé dans l'intimité même de ce qui se passe dans le monde, et d'être respecté dans sa liberté de jugement.

51-3. Mais cette situation me paraît surtout empêcher "l'efficacité" de notre enseignement. En effet il me paraît essentiel d'apprendre aux étudiants à ne pas faire comme si ils étaient les lecteurs réels et désignés des textes qui leur sont soumis. Car, de fait, ils ne le sont pas.
On comprend pourquoi si souvent ils ne se posent pas la question du rapport du texte avec le lecteur réel ; pourquoi ils ne peuvent se demander comment un texte de presse constitue, parmi l'ensemble (sociologiquement déterminé) des lecteurs du journal support, son lecteur particulier (puisqu'un lecteur ne lit pas tout son journal, ni toutes les rubriques ; puisque le journal est un espace hétérogène).
La connivence, le partage implicite des références, le partage d'implicite, comment l'analyser dès lors ? Il est clair que l'on risque dé surévaluer la fonction informative du journal puisque n'étant pas le lecteur du journal, le fait de le lire nous soumet à la logique de l'information et non à celle de la reconnaissance.
Enfin "nous" nous payons, "nous" véritables lecteurs du Monde le plaisir de diffuser notre culture, nos références, comme naturelles. Ce partage des références qui permettent de comprendre tel article, c'est ce que nous appelons "ouverture au monde", apprentissage politique qui donne au T.E. que nous enseignons cet aspect "progressiste".

2. De la presse, n'étudier que la "parole" ?

  • 4 En particulier, V Morin, L'écriture de presse. Mouton 1969

6Allons plus loin : dans Le Monde, les articles que nous utilisons sont bien particuliers. Ce sont les textes des idéologues patentés, producteurs d'idéologie ; soient ceux de la maison (Drouin, Labin, Vianson- Pontet...) soient ceux que Le Monde fait intervenir dans ses débats et points de vue.
Ces textes sont bien à part dans la presse. Ce sont justement ceux qui permettent un traitement que nous connaissons sur le bout des ongles : l'analyse littérale, littéraire sous une forme ou sous une autre. En fait nous laissons de côté ce qui est la masse d'articles fonctionnels, comme un autre du journal. Cette masse d'articles "fonctionnels" pour lesquels les études de presse novatrices des années 50 ont inventé des formes nouvelles d'analyse (note4). Fond (fonds) d'articles sur lesquels jouent les signatures. Mais quel est ce jeu exactement, ne peut-il éclairer l'analyse de chacun des éléments ? Je me permets de citer longuement Ph Simonnot, dont l'expérience comme journaliste au Monde, est pleine d'enseignements : "il n'en reste pas moins que décrite ci-dessus est obligée de tenir compte de ce sentiment de frustration (i-e : ne pas paraître avec signature et son titre d'article à la une. P.D.). L'actualité donne l'occasion de faire signer "à la une" les rédacteurs de la base, du moins ceux qui ont de bonnes rubriques - mais ils signent toujours en pied - les envoyés spéciaux et les correspondants à l'étranger.
Il s'agit là d'articles "fonctionnels" dans la mesure où ils correspondent à la raison sociale du journal, qui est d'informer ses lecteurs ils ne sont pas la manifestation d'un pouvoir ; ils ne sont pas l'expression d'une véritable "parole" laquelle est confisqué par l'oligarchie.
Et c'est pourquoi, malgré les remontrances du 1er étage, les rédacteurs de la base mélangent si souvent (et trop sans doute au gré du lecteur) l'information et le commentaire dans leurs articles. C'est en effet la seule occasion qu'ils ont de s'exprimer". (Le Monde et le pouvoir, p.108 Les Presses d'aujourd'hui).

3-1. Faire des analyses ponctuelles de textes fonctionnels ?

7Peut-on donc faire une analyse des textes fonctionnels ?
De fait nous ne sommes pas démunis, anciens professeurs de français qui avons la technique de l'analyse d'extraits de manuels. On peut toujours traiter le texte comme typique : comme l'arrivée sur Rouen pouvait être étudiée comme "description", ou encore comme occasion de parler de Flaubert et du réalisme, de même tel fait divers sera l'occasion de dégager les fonctions des faits divers, ou le style "faits divers" de La Voix du Nord ou Libération ; à défaut d'auteur, il reste le genre. Par ce biais peuvent se traiter faits divers, critique d'art, petite annonce.
Avec ces textes et les textes de "parole", on peut encore avoir l'illusion de se retrouver face à un texte littéraire, avec les procédures d'analyse qui y sont associées et leurs garanties de validité : avec un "auteur" ou un genre, on a un corpus d'une relative étendue et homogénéité ; on peut donc poursuivre un travail, poser des hypothèses, rectifier, affiner.
Avec le type de texte qui est le nôtre, surtout les articles fonctionnels, sans apparente signature, inscrits dans un projet d'identité fort complexe (voir ce que dit Simonnot), et dont les effets sur un lecteur potentiel ne se construisent pas sur un long laps de temps, comment se donner des garanties, ne pas simplement jouer sur sa culture, sa lecture ; comment aussi permettre à nos étudiants de développer leurs analyses ?

8Je ferai des propositions dans deux directions : indiquer quelques dispositions pour se donner des garanties, et proposer des pistes à explorer systématiquement dans l'analyse d'articles fonctionnels.

3-2. Dispositions

  • 5 Tarif Media est un instrument au service des publicistes : il leur offre une série de renseignement (...)
  • 6 En particulier : O. Boyd-Barrett et M. Palmer Le trafic des nouvelles, les agences mondiales d'info (...)

9Il me semble important tout d'abord de développer une étude systématique des conditions de production : définir le producteur et le lecteur. Le lecteur : des publications de type "Tarif media" permettent de connaître les caractéristiques sociologiques des lecteurs des différents journaux…(note5).
Le producteur : il existe un certain nombre d'études sur la fabrication des nouvelles (note6) ; d'autre part on peut travailler sur la structure rédactionnelle des journaux ; enfin grâce aux journaux spécialisés, comme Presse actualité, on peut suivre les carrières de certains journalistes, repérer l'organisation économique des sociétés de presse et leurs liens financiers.

10Ensuite, la connaissance du journal (des journaux et magasines) n'est pas un fait courant chez les étudiants ; pour amener un autre rapport au journal que le rapport privilégié du lecteur à son journal également, il est intéressant à notre sens de rendre systématique la lecture comparée des journaux. Un jour par semaine nous achetons deux journaux avec la tâche particulière de comparer certains secteurs d'information (l'organisation de la première page, la répartition des évènements sociaux dans les différentes rubriques, les articles de telle ou telle rubrique). Nous repérons ainsi les "crénaux" des journaux, ce en quoi leurs informations sont spécifiques.

  • 7 E. Véron, art cit p. 70.

11Pour l'étude elle-même de tel ou tel article, si l'on veut mettre en lumière le fonctionnement qui l'a produit une autre disposition me paraît utile : le comparer avec les articles écrits dans les autres journaux du jour sur le même sujet. Nous pensons en effet avec E. Véron qu'un type de discours ne définit sa place que comme décalage par rapport à d'autres types de discours "(note7). Disposer de la nouvelle d'agence (ou des différentes phases de l'information de l'agence) permet de mieux percevoir encore le travail de "fabrique".

3-3. Quelques axes systématiques

12Travailler par comparaison (présence ou absence d'éléments, variations...) est caractéristique d'une pratique d'analyse qui tend à considérer le texte comme issu de choix. Ces "choix" sont rapportés soit à un projet explicite du journal, soit à une cohérence "de facto", soit à la régularité de fonctionnement de certaines opération que j'appellerai idéologiques.
La présence ou l'absence de tel élément d'information permet de mieux repérer ce qui dans le projet - la cohérence - les pratiques d'un journal excède celui - celle - celles d'un autre journal. On apprend sur ces spécificités, en les considérant comme pièces marquées dans l'étude de l'identité d'un journal.
Bien sûr, travaillant pour l'instant au coup par coup, sur un petit corpus (en suivant relativement l'actualité) il se peut qu'on privilégie un écart qui pourrait ne pas être vraiment significatif.

133-3.1 Certains choix sont renvoyés aux "positions" du journal, à son projet d'information, à ce qu'il met en lumière habituellement de manière privilégiée. On trouve ici un travail classique sur les "filtrages" lors de la fabrication de l'information ; la possession des textes d'agence permet un travail plus précis.
Ainsi dans le document 4 on peut travailler à partir d'un cas (rare) de fausse information (le Figaraurore "Des usagers contre la RATP "). Dans le document 2 la présence du nom de Druon et ce qui est dit de lui dans Le Figaro et le Matin sont aussi analysables ; dans le document 1 la présentation du fait divers (drame d'un couple qui ne s'entend pas dans La Voix du Nord, désespoir d'une mère de famille dans l'Humanité, solitude d'une jeune femme dans Le Monde, impossibilité d'envisager une mauvaise image de soi pour une jeune notable dans Libération)...
Par ces analyses, on essaie de mettre en rapport la production d'informations avec certain nombre d'enjeux sociaux.

  • 8 B. Latour et P. Fabbri "La rhétorique du discours scientifique" in Actes de la recherche en science (...)

143-3.3 Enfin d'autres "choix" sont renvoyés à des opérations idéologiques caractérisant telle ou telle pratique d'écriture.
Ainsi B. Latour et P. Fabbri analysant un article d'une revue scientifique étudient l'opération de référentiation, la place du récit "instrumental" dans le récit scientifique (note8).

  • 9 E. Véron, art cité, P.74-79

15Ainsi E. Véron étudie les différents types de "cadrage" dans les hebdomadaires populaires et bourgeois en Argentine (note9).
Ainsi ai-je tenté d’analyser la présentation de la distribution dans le document 2, et en particulier l'énumération "exhaustive" de l'Aurore et surtout France Soir : pratique qui s'oppose à celle de la complicité de journaux à clientèle plus "cultivée", et que l'on retrouve dans d'autres manifestations ayant un public populaire, je pense aux listes des participants de courses cyclistes permettant de reconnaître les coureurs à leurs dossards.

Haut de page

Bibliographie

Boyd-Barrett, O. et Palmer, M., (1980), Le trafic des nouvelles, les agences mondiales d'information, A. Moreau.

Latour, B. et Fabbri, P., (Février 1977), "La rhétorique du discours scientifique", in Actes de la recherche en sciences sociales, N°13.

Morin, V., (1969), L'écriture de presse, Mouton.

Simmonot, Ph., (1977), Le Monde et le pouvoir, p.108, Les Presses d'aujourd'hui.

Véron, É., (1978), Le Hibou, in Communications, N°28, pp 69-125, en particulier p.120.

Haut de page

Notes

1 Un simple coup d'oeil sur les sujets donnés aux examens depuis l’introduction des T.E. permet de voir à quel point on a utilisé Le Monde.

2 Sinon "son" journal, du moins le journal de référence de son milieu socio-professionnel, lu de manière au moins intermittente : cela ne me semble pas de voir changer l'analyse.

3 E. Véron Le Hibou in Communications N°28. 1978 pp 69-125, en particulier p.120.

4 En particulier, V Morin, L'écriture de presse. Mouton 1969

5 Tarif Media est un instrument au service des publicistes : il leur offre une série de renseignements sur les supports en particulier les résultats de l'enquête CESP permettant de mieux connaître la cible commerciale que ce support peut fournir.

6 En particulier : O. Boyd-Barrett et M. Palmer Le trafic des nouvelles, les agences mondiales d'information, A. Moreau 1980.

7 E. Véron, art cit p. 70.

8 B. Latour et P. Fabbri "La rhétorique du discours scientifique" in Actes de la recherche en sciences sociales N°13 Février 1977.

9 E. Véron, art cité, P.74-79

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document n°1
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Document n°2
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Document n°3
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3346/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Document n°4
URL http://edc.revues.org/docannexe/image/3346/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Delcambre, « Travail sur la presse : analyser aussi les articles "fonctionnels" de la presse quotidienne », Études de communication, 1 | 1982, A1-A12.

Référence électronique

Pierre Delcambre, « Travail sur la presse : analyser aussi les articles "fonctionnels" de la presse quotidienne », Études de communication [En ligne], 1 | 1982, mis en ligne le 29 mars 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://edc.revues.org/3346 ; DOI : 10.4000/edc.3346

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page