Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Nicole D’Almeida : La société du jugement

Paris, Armand Colin, 2007, 225 p
Romain Huet
p. 141-144
Référence(s) :

Nicole D’Almeida : La société du jugement, Paris, Armand Colin, 2007, 225 p.

Texte intégral

1Ce quatrième ouvrage de Nicole d’Almeida est un essai dont le sujet porte sur la formation et la transformation du jugement. La société contemporaine serait celle du jugement. D’emblée, elle le définit comme « une intervention sur le monde engageant une activité spécifique qui n’est ni calculatrice, ni désintéressée [...]. Dans le jugement, l’individu se confronte au monde et lui donne une intelligibilité, un sens [...]. Le jugement relève du sens commun, du sens de la communauté. Juger en tant que membre d’une communauté, c’est entrer en société » (p. 11).

  • 1 Arendt Hannah, Responsabilité et jugement, Paris, Payot, 2005 (2003), p.27.

2Cet ouvrage constitue une contribution précieuse pour penser l’actualité des questions économiques, sociales et écologiques (développement durable, responsabilité sociale et environnementale des entreprises, etc.) sous l’angle du jugement. En tant que tel, le jugement joue un rôle décisif dans une société : juger est une faculté propre à l’individu. Par le jugement, le sujet apparaît dans le monde. L’action de juger est toujours un appel à l’autre (autrui comme source de moralité) à un sens partagé. Ce concept a été abondamment traité par les philosophes, particulièrement Hannah Arendt (citée à plusieurs reprises dans l’ouvrage) pour qui l’acte de juger transforme le « goût, le plus subjectif de nos sens, en sens commun spécifiquement humain, qui oriente les hommes, les hommes qui jugent dans le monde »1.

3Nicole d’Almeida défend l’idée selon laquelle il y a une montée du jugement qui s’exprime notamment autour des questions économiques et environnementales. En insistant sur la puissance du jugement, elle dénonce la « résignation subjective », consistant à penser l’opinion publique comme une masse informe, esclaves qui s’ignorent, qui obéissent à la nécessité et qui ne sont pas libres. Au contraire, l’auteure nous invite à envisager l’opinion comme un ensemble d’individualités, chacun étant un être unique avec ses pensées, ses attentes et ses jugements. Ces individualités ont un regard à porter sur celui qui se profile publiquement. L’opinion est donc réflexive et critique. Le jugement est une pratique délibérée : il s’exerce en intégrant les limites et les contraintes du contexte et en relation avec d’autres êtres humains avec lesquels nous avons des relations (de collaboration, de subordination, de concurrence, etc.). Son but est de saisir et mieux comprendre la dynamique et le déploiement de l’opinion publique : « dynamique marquée par une oscillation entre le caractère à la fois agissant et agi, actif et passif, jugeant et jugé » (p. 22).

4Nicole d’Almeida argumente l’idée d’une montée en puissance du jugement à partir de plusieurs évolutions notables :

  1. L’émergence des questions économiques et environnementales s’accompagne d’une extension de la « capacité discussionnelle » : il y a un accroissement de la publicisation des opinions et une multiplication des opinions sur ces sujets. Dans le même temps de nouvelles formes de dialogue se mettent en œuvre, lesquelles comprennent de nouveaux acteurs (par exemple, les ONG deviennent un nouvel acteur du jugement, p. 33).

  2. Ces jugements s’exercent et s’expriment dans différents lieux (l’espace public, judiciaire, politique et médiatique) : elle prend l’exemple de la tribune et des médias. Pour ces derniers, elle tente de répondre à la question de savoir quels sont les rôles joués par les processus de médiatisation pour construire la réputation.

  3. Ces lieux de discussion sont éclatés (p. 78). Cela se traduit par une pluralisation des espaces de communication au sein desquels les questions économiques et environnementales sont traitées. Ce phénomène d’éclatement peut être perçu comme une forme de vitalité démocratique en même temps qu’il est un signe de l’instabilité de l’espace d’interlocution qui est en charge de mettre en scène et réguler les rapports sociaux. En fin de compte, elle aborde ici la question sensible des modalités de prise de parole des acteurs, en tant que celle-ci est solidaire de la question sociale : l’enjeu consiste pour les acteurs à pouvoir prendre la parole, et s’exposer publiquement selon des modalités précises et une terminologie spécifique. Tous n’y parviennent pas puisque certaines paroles sont inaudibles.

    • 2 Boltanski Luc et Chiapello Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

    Les acteurs économiques tendent à anticiper les jugements en désignant ses « adversaires ». « Configurer l’opposant revient à le mettre en scène, à anticiper son intervention et à saper à la base la critique en lui assignant un autre rôle » (p. 95). La théorie des parties prenantes serait une illustration concrète de ce travail de désignation du « juge » (p. 97). Le processus d’enrôlement rappelle les analyses de Luc Boltanski et Eve Chiapello2. D’après leur thèse, on pourrait avancer l’idée selon laquelle les acteurs issus des entreprises incorporent sur le plan discursif les aspirations à l’intégration des problématiques sociales et environnementales (émanant de la communauté sociale), au point que ces dernières perdent de leur potentiel de transformation et deviennent du même coup un support de légitimation du système. Le point de vue de Nicole d’Almeida consiste à montrer que les entreprises produisent des justifications et s’engagent dans des processus de légitimation. Elles tendent ainsi à « produire de la certitude » (p. 147) et usent pour cela de multiples instruments (certification, notation, labellisation, etc.). En prolongeant ce point de vue, on remarquera que le capitalisme se développe de façon paradoxale : d’un côté il se structure sur une ouverture de l’économie aux enjeux sociaux et environnementaux. D’un autre côté, il érode le principe d’intégration sociale en dehors d’une logique économique puisqu’il se développe une tendance normative à soumettre les rapports sociaux à l’économique (Honneth, 2006, p. 289).

  4. Elle engage ensuite une discussion sur les configurations temporelles de la réputation. Elle rapporte la réputation à l’action réalisée dans le présent : elle n’est jamais acquise et renvoie au temps long (p. 119). C’est ainsi qu’elle amène le lecteur à envisager la réputation comme une « dynamique complexe et politique dans laquelle se jouent des prétentions à camper un monde commun, activité éminemment politique qui présuppose une égale capacité de chacun à produire des jugements, à examiner ou proposer du possible » (p. 117). Au principe de « réputation », elle ajoute ceux « d’imputation » et de « députation ». L’idée d’imputation correspond à l’acte de juger : c’est un sujet qui impute à un autre sujet une faute, c’est-à-dire qu’il met sur son compte quelque chose. Elle suppose donc un jugement puisqu’il s’agit d’une évaluation. En revanche, la députation consiste à prendre en charge par sa volonté une mission d’intérêt général. Pour Nicole d’Almeida, ces deux principes renvoient au bien commun selon des modalités (agies ou agissantes), des domaines (les droits et la politique) et des lieux spécifiques (le tribunal et la tribune) (p. 117). Ces distinctions sont illustrées par de multiples exemples notamment celui du rapport annuel des entreprises, lequel est envisagé comme étant à l’intersection de la députation et de l’imputation (p. 127).

  5. Enfin, à partir du chapitre 5, elle cherche à montrer comment les entreprises et leurs acteurs tentent d’apparaître publiquement et de se faire reconnaître au moyen notamment de la production de récits. Elle prolonge sa thèse développée dans son ouvrage de 2004, dans lequel elle assimile une partie de la communication des organisations comme un travail inlassable de citation et de récitation de soi, les récits venant mettre en ordre et en sens la finalité des organisations. Plusieurs procédés sont mis en œuvre pour rendre visible les entreprises : cela va de l’auto-récit initiateur de soi, l’autobiographie patronale, à l’esthétique des organisations, l’architecture des entreprises, aux logos et aux uniformes des employés. Tous ces procédés ont en commun de contribuer à exposer l’entreprise au jugement public.

  6. Enfin, ces récits ont une fonction d’orchestration et de transformation du système médiatique en érigeant leur activité au rang de mission dans le monde. Les entreprises assurent leur présence dans les médias et elles créent aussi leurs propres médias (magazines clients, journaux internes, etc.), investissent les réseaux Web, pour se donner à lire à un plus grand nombre en développant leurs systèmes de signes particuliers ?

5Cet ouvrage ouvre des perspectives originales pour traiter les problématiques des questions économiques, sociales et environnementales. Son analyse est étayée par de nombreux exemples qui illustrent de manière convaincante les idées défendues. Aussi, elle est susceptible d’ouvrir un vif débat à propos de la multiplication des instances de jugement de l’activité économique. L’opinion et les médias tiennent désormais une place d’instance suprême de jugement et de modération. En fin de compte, elles tendent à devenir les nouvelles forces de régulation du fait du rétrécissement du pouvoir de l’action politique. La question qui se pose (et qui n’est pas abordée dans le détail dans l’ouvrage) est de se demander si le rétrécissement de l’action politique ne va pas de pair avec l’affaiblissement de la base de légitimation. En effet, deux pistes restent à explorer :

6Ces nouveaux espaces de communication n’affectent-t-ils pas les mécanismes de médiation traditionnelle (notamment la négociation collective) et la hiérarchie des acteurs sociaux ? En effet, le point de résolution des conflits est déplacé : passant d’un cadre politique de gouvernement à des politiques hybrides (État, partenaires sociaux, ONG), voire unilatérales (les entreprises seules). Il serait alors intéressant d’étudier les modalités concrètes de confrontation de ces nouveaux espaces de médiation afin d’en discuter la rationalité communicationnelle.

7Enfin, il serait utile d’ouvrir la réflexion sur la portée éthique du jugement. En effet, quelles sont les normes générales qui permettent de déterminer les jugements ou de prendre la mesure de l’injustice ? Dans la multiplication de ces formes de jugement, l’étonnement est de voir comment les acteurs (individuels et collectifs) distinguent ce qui est « bon » ou « mauvais » pour une société et pour autant qu’ils le peuvent, agissent selon les distinctions qu’ils ont eux-mêmes élaborées.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, H., (2003), Responsabilité et jugement, Paris, Payot, 2005, p. 27.

Boltanski, L. et Chiapello, E., (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Arendt Hannah, Responsabilité et jugement, Paris, Payot, 2005 (2003), p.27.

2 Boltanski Luc et Chiapello Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Huet, « Nicole D’Almeida : La société du jugement », Études de communication, 30 | 2007, 141-144.

Référence électronique

Romain Huet, « Nicole D’Almeida : La société du jugement », Études de communication [En ligne], 30 | 2007, mis en ligne le 28 octobre 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://edc.revues.org/522

Haut de page

Auteur

Romain Huet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page