Navigation – Plan du site
Pratiques télévisuelles à l’ère du numérique

Les pratiques télévisuelles des jeunes à l’ère du numérique : entre mutations et permanences

Young people’s television practices in the digital age: between change and permanence
Amandine Kervella et Marlène Loicq
p. 79-96

Résumés

L’industrie de la télévision subit une forte concurrence d’Internet dans un marché audiovisuel croissant. Elle s’est engagée dans de profondes mutations, tant sur le plan technologique que symbolique. Ainsi, de nouveaux services et dispositifs viennent compléter la diffusion de contenus de flux sur le traditionnel poste de télévision pour offrir une expérience télévisuelle « totale ». Au cœur de cette mutation, les pratiques télévisuelles des publics jeunes, de 11 à 25 ans, sont interrogées et laissent entrevoir une articulation complexe entre permanences et mutations. Cet article présente les résultats d’une enquête menée sur un échantillon de 2540 jeunes dans l’objectif de questionner plus largement l’expérience télévisuelle à l’ère du numérique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les jeunes regardent-ils toujours la télévision ?
La télévision : un média toujours incontournable
Plus on grandit plus on s’éloigne de la télévision
De la pratique télévisuelle aux pratiques audiovisuelles : des frontières mouvantes
De la télévision à Internet comme source première de contenus audiovisuels
Des contenus télévisuels de moins en moins identifiés et identifiables
Pratiques télévisuelles et sociabilité : le numérique entre autonomisation et partage
Regarder la télévision sur les nouveaux écrans, moyen d’autonomisation renforçant la « culture de chambre »
Le maintien d’un partage de l’expérience télévisuelle
La reconfiguration du partage symbolique de l’expérience télévisuelle
Conclusion

Aperçu du début du texte

À l’heure de l’avènement des TIC et de la numérisation des contenus, l’histoire de la télévision est en train de basculer dans une approche multi-supports, encore plus transnationale et portée par les industries culturelles. La dématérialisation de ses contenus a contribué à modifier sensiblement le paysage télévisuel national (et de fait, international). Elle donne lieu, d’une part, à l’enrichissement de l’offre télévisuelle en ligne et via les dispositifs numériques associés à la télévision (box, TV connectée, etc.) ou directement sur les sites Internet des chaines qui proposent de nouveaux services. Et elle conduit, d’autre part, à une circulation accrue de ses propres contenus sur d’autres plateformes d’hébergement et de partage de vidéos comme YouTube. La télévision passe alors parallèlement, comme le mentionne Ellis (2000), d’une télévision de la rareté à une télévision de l’abondance.

Les chaines se sont emparées des technologies numériques en offrant des dispositifs permettan...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Kervella et Marlène Loicq, « Les pratiques télévisuelles des jeunes à l’ère du numérique : entre mutations et permanences », Études de communication, 44 | 2015, 79-96.

Référence électronique

Amandine Kervella et Marlène Loicq, « Les pratiques télévisuelles des jeunes à l’ère du numérique : entre mutations et permanences », Études de communication [En ligne], 44 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://edc.revues.org/6193 ; DOI : 10.4000/edc.6193

Haut de page

Auteurs

Amandine Kervella

Laboratoire GERiiCO – Université Lille 1
Amandine Kervella est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication (Université Lille 1), membre du laboratoire GERIICO. Ses travaux ont pour objet les évolutions récentes de la télévision et l’analyse des discours médiatiques. Elle est actuellement co-directrice du projet « Jeunes, numérique et télévision ». Adresse électronique : amandine.kervella@univ-lille1.fr.

Articles du même auteur

Marlène Loicq

Laboratoire GRHIS – Université de Rouen
Marlène Loicq est co-directrice du projet « Jeunes, numérique et télévision » et Présidente du Centre d’études sur les jeunes et les médias. Elle est docteure en Sciences de l’information et de la communication de l’Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3, et Ph. D en communication publique de l’Université Laval, Québec. Spécialiste de l’interculturalité des médias, des pratiques médiatiques des jeunes et de l’éducation aux médias, elle a été post-doctorante sur deux projets ANR. Adresse électronique : marleneloicq@gmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page